Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2010

DAMNED ! PAS MOYEN D’ETRE TRANQUILLES !!

Voilà qu’à présent la Suède s’y met elle aussi! Le journal Le Temps, de Genève, est fort courroucé et nous le fait savoir sous le titre :

 

« L’extrême droite trouble la scène politique

 

(…) Le premier ministre Fredrik Reinfeldt n’aura pas longtemps savouré son exploit en terre traditionnellement social-démocrate. La seconde victoire d’affilée de sa coalition de centre droit, lors des élections législatives de dimanche, a été gâchée par l’irruption d’un parti d’extrême droite au parlement. Les Démocrates de Suède (SD, issus de la mouvance néonazie) ont recueilli 5,7% des suffrages. Ils auront donc 20 députés au Riksdag, sur un total de 349.

 

Prévue par les sondages, cette nouvelle donne aurait pu être plus aisément gérable, si la coalition sortante emmenée par le dirigeant conservateur avait obtenu la majorité absolue. Mais, pour ce faire, il lui aurait fallu 175 sièges. Elle n’en a gagné que 172, selon les résultats encore non définitifs. Il n’est pas exclu qu’elle grappille un siège supplémentaire, une fois le dépouillement achevé. Les résultats officiels seront annoncés mercredi. Mais tout le monde s’attend que Fredrik Reinfeldt et son équipe dépendent du soutien d’un autre parti pour les quatre ans à venir. Lequel et à quel prix? Ce sont les questions qui dominent en cette période postélectorale.

 

L’incertitude demeure entière. Car si le jeune chef des SD, Jimmy Akesson, a répété qu’il était «prêt à discuter avec tout le monde», les autres partis, sans exception, ont exclu ce scénario. «Nous ne nous rendrons pas dépendants des Démocrates de Suède», a assuré Fredrik Reinfeldt dimanche soir. «Nous avons la responsabilité de chercher un soutien ailleurs et […] j’espère obtenir une réponse positive des Verts.» Avec 7,2% des suffrages, ces derniers ont réalisé leur meilleur score depuis leur entrée au parlement, en 1988, et sont désormais le troisième parti du royaume.

 

(…) Quelle que soit l’issue des pourparlers à venir, «nous allons influer sur la politique suédoise, en particulier en matière d’immigration», a prévenu Jimmy Akesson, d’autant plus satisfait du score que le taux de participation dimanche était de 82,1%. »

 

Bon, moi ce que je retiens surtout, c’est qu’en Suède, avec 5,7% des suffrages, on a 20 députés (sur 349). Rappelez-moi combien en France on a de députés avec 15% des voix ? Enfin, quand on se présente sous une certaine étiquette. 0, mon bon monsieur (sur 577). Ah, c’est beau quand même, la démocratie à la française !

 

C’est curieux d’ailleurs que Bruxelles, qui fourre toujours son nez partout, n’ait jamais cherché à harmoniser tout ça. Dans le bon sens, naturellement. Ce serait pourtant une belle occasion de prouver son grand amour de la démocratie et son respect des volontés des peuples européens.

 

Source : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/b637bce0-c4f6-11df-9cfb-7...