Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2010

REGLEMENT DE COMPTES A OK CORRAL

333.jpg

 

J’avais brièvement présenté l’AIPAC, qui en réalité est une nébuleuse – tout comme le CRIF, le lobby américain regroupe environ 70 associations, qui à leur tour se déclinent, etc, etc, – sur le blog le 17/7/07.

Rosen_Steve.jpg

 

Je vous invite à vous rafraîchir la mémoire car ça tangue en ce moment à l’AIPAC. Et beaucoup, même. Steven Rosen, l’un des pontes de cette officine qui pratique allègrement espionnage au bénéfice d’Israël, pressions sur les responsables politiques, corruption à grande échelle et diffamation envers les éventuels récalcitrants, s’est fait virer. Il est furieux et menace de déballer bien des choses. Ce qui prouve une fois de plus qu’on n’est jamais trahi que par les siens.

Cette affaire, quoique américaine, nous intéresse fortement aussi, car l’affaiblissement éventuel des lobbys sionistes américains serait préjudiciable également par capillarité aux lobbys sionistes européen et français. Elle a fait l’objet des trois articles intéressants suivants. Ils sont récents :

 

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=9685

http://www.planetenonviolence.org/AIPAC-Lave-Son-Linge-Sa...

http://www.dedefensa.org/article-l_organisation_aipac_typ...

 

25/01/2010

SUR QUI COMPTE LE SYSTEME POUR SE PERPETUER

Le système craque de partout, ce qui ne l’empêche nullement de songer à son avenir : un avenir mondialiste, atlantiste, sioniste. Le meilleur des mondes, quoi.

 

Les collabos de ce monde de rêve sont parmi nous. Ils ont les dents longues et un seul objectif en tête : la défense de leurs petits intérêts et la conquête du morceau de pouvoir – plus ou moins grand – que leur concédera le système en échange de leur parfaite servilité.

 

Ces gens sont cooptés et recrutés au sein de cénacles dorés sur tranche, comme celui-ci par exemple : les Young Leaders. Je n’ai pas le temps d’approfondir, mais vous serez intéressés, j’en suis sûre, par leur site.

 

« L'objectif de cette sélection prestigieuse est de créer et d'entretenir un réseau informel d'hommes et de femmes appelés à occuper des postes clefs dans l'un ou l'autre pays. La French-American Foundation - France et la French-American Foundation à NY souhaitent sélectionner les personnalités les plus brillantes dans leur secteur d'activité. Une connaissance détaillée de la France et des Etats-Unis n'est pas un pré-requis.

La promotion Young Leaders regroupe ainsi des dirigeants à haut potentiel, âgés de 30 à 40 ans, réunissant des origines, des formations, des parcours professionnels et des intérêts reflétant les tendances à venir des sociétés française et américaine. L'objectif de cette sélection est d'obtenir un groupe de Young Leaders qui soit à la fois équilibré en son sein et avec les sélections précédentes qui composent le Young Leaders Circle. Les Young Leaders sont invités chaque année au symposium annuel. Cet événement est l'occasion d'échanges riches entre les différentes promotions de ce programme.

Les candidats sélectionnés participent à deux séminaires de cinq jours sur deux années consécutives -alternativement en France et aux Etats-Unis- afin d'échanger sur des sujets d'actualité communs aux deux pays et tisser des liens. Ces séminaires regroupent ainsi une trentaine de Young Leaders répartis pour moitié entre Français et Américains. Chaque participant est invité pour deux séminaires consécutifs. L'ordre du jour des rencontres aborde dans une ambiance informelle et conviviale les grands sujets d'actualité, sous la direction de personnalités et de spécialistes des questions débattues.

Nous comptons parmi les anciens Young Leaders de nombreux ministres du gouvernement actuel et des précédents, plusieurs hauts responsables de la presse écrite ou parlée, des présidents d'entreprises cotées au CAC 40 ou des secteurs de services et de haute technologie, mais aussi des artistes, écrivains, scientifiques... »

 

http://www.french-american.org/leadership/young-leaders/index.html

 

Vous constaterez que la liste des serviteurs de l’anneau en France ne manque pas d’intérêt, elle non plus. Les connaître permettra de mieux apprécier leurs interventions et de les replacer dans leur véritable contexte :

 

http://www.french-american.org/leadership/young-leaders/alumni-francais.html

 

21/09/2007

LOBBYS PRO-ISRAELIENS AUX ETATS-UNIS…ET AILLEURS - 14

c9bb1f443769da438f134c100faa98cb.jpg14) Le Transatlantic Institute (TI)

Au n°6 de cette série, nous parlions de l’American Jewish Committee (AJC) pour indiquer que, non content de faire du lobbying intensif aux Etats-Unis, il avait décidé d’élargir son rayon d’action, notamment à une région que nous connaissons bien : l’Europe.

Afin de « renforcer les liens entre l’Union Européenne, les USA et Israël », l’AJC a donc créé en 2004 à Bruxelles, le Transtlantic Institute, officine qui ne fait pas les gros titres de la presse, ce qui ne l’empêche pas d’agir fort efficacement.

Pas vraiment dans le sens d’une Europe-puissance, où les peuples auraient leur mot à dire, naturellement. Plutôt dans le sens d’une Europe bien respectueuse des puissances actuelles et strictement alignée sur les mots d’ordre obligatoires. Au premier rang desquels la lutte contre l’antisémitisme qui est, comme chacun sait, le principal fléau du monde actuel. D’ailleurs, le directeur exécutif du TI, l’Italien Emanuele Ottolenghi, vient justement de publier un livre sur ce sujet brûlant, intitulé Autodafe : L’Europa, gli ebrei e l’antisemitismo. Histoire d’en rajouter une louche sur la culpabilité ad vitam eternam et d'éviter que, d'aventure, les Européens ne s'écartent du droit chemin..

L’objectif avoué de ce nouveau groupe de pression est de redorer l’image d’Israël et d’influencer politique et opinion publique européennes en faveur de l’Etat hébreu. Je ne détaillerai pas les méthodes employées pour cela à Bruxelles car elles sont tout à fait analogues à celles utilisées aux Etats-Unis. Comme on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, ce ne sont que colloques luxueux, déjeuners, dîners… et voyages en Israël, bien sûr.

Comme celui d’avril 2005, qui a vu une vingtaine d’élus et de parlementaires français de gauche invités en Israël dans le cadre d’un programme intitulé « Chances et menaces pour la paix ». Bon, la paix n’est toujours pas à l’ordre du jour, et elle ne le sera pas de sitôt, mais en attendant, qu’est-ce que la guerre aura permis à ces messieurs-dames du système de voyager aux frais du contribuable ! Et de pontifier au retour. Un certain Jean-Marie Bockel, sénateur-maire de Mulhouse, - et actuel ministre, ou secrétaire d’Etat, je ne m’en souviens plus, de la francophonie – y participait justement. Eh bien, il a été très favorablement impressionné par Ariel Sharon, il l’a déclaré avec enthousiasme.

Ce type d’invitations, c’est vraiment de l’argent bien placé.

D’ailleurs, le Congrès juif mondial a bien envie d’imiter l’AJC et de créer son groupe de pression à Bruxelles, afin d’occuper le terrain, lui aussi.Son président de l’époque – il a été poussé vers la sortie depuis – Isaac Singer, avait fait à Bruxelles en février 2004 un discours de combat qui n’était pas passé inaperçu, dans le registre :  «  Le nouveau juif est là et il va falloir compter avec nous . Romano Prodi a dit qu’il allait surveiller l’antisémitisme, eh bien nous, nous allons surveiller Romano Prodi. Nous allons combattre tous ceux qui ne nous aiment pas. Avec la force des États-Unis et d’Israël, nous allons changer le monde avec nos propres méthodes, pas les vôtres. »

A bon entendeur....

08/09/2007

LOBBYS PRO-ISRAELIENS ET ORGANISATIONS JUIVES AUX ETATS-UNIS - 13

5ae48f178fffec58dd855707d5104d78.jpg13) Conference of Presidents of Major American Jewish Organizations (CPMAJO)

Nous voilà déjà arrivés au n° 13 de notre petite série et nous sommes pourtant loin d'avoir épuisé la question. Il est d'ailleurs quasiment impossible d'épuiser le sujet car de nouvelles structures surgissent sans cesse comme champignons après la pluie. L'idée directrice étant de diversifier au maximum l'action pour la rendre plus efficace. A ce niveau-là, le lobbying, c'est de l'art.

La CPMAJO est une organisation importante qui regroupe 50 organisations juives, tant politiques que religieuses. Comme toujours, et cela devient fastidieux de le répéter, le but est de mobiliser partout et en tout lieu en faveur d'Israël et de servir de lien entre la communauté juive américaine et le gouvernement. Je vous donne la liste des organisations qui composent la CPMAJO - où vous retrouverez quelques connaissances - et ainsi vous pourrez faire votre marché en fonction de vos intérêts.

De ce petit tour d'horizon au pays des organisations juives américaines, il ressort en tout cas qu'au-delà des inévitables rivalités et querelles de personnes, ces gens sont capables de s'unir pour défendre ce qui est à leurs yeux essentiel. C'est cela qui les rend forts, et ce qu'apparemment, les Gaulois n'ont jamais été capables de comprendre. Tant pis pour eux.

Ameinu  / American Friends of Likud  / American Gathering/Federation of Jewish Holocaust Survivors  / America-Israel Friendship League  / American Israel Public Affairs Committee /  American Jewish Committee  / American Jewish Congress  / American Jewish Joint Distribution Committee  / American Sephardi Federation  / American Zionist Movement /  Americans for Peace Now  / AMIT  / Anti-Defamation League  / Association of Reform Zionists of America  / B’nai B’rith International  / Bnai Zion  / Central Conference of American Rabbis  / Committee for Accuracy in Middle East Reporting in America /  Development Corporation for Israel / State of Israel Bonds  / Emunah of America  / Friends of Israel Defense Forces  / Hadassah, Women’s Zionist Organization of America  / Hebrew Immigrant Aid Society  / Jewish Community Centers Association  / Jewish Council for Public Affairs  / Jewish Institute for National Security Affairs  / Jewish Labor Committee  / Jewish National Fund  / Jewish Reconstructionist Federation  / Jewish War Veterans of the USA /  Jewish Women International  / MERCAZ USA, Zionist Organization of the Conservative Movement  / NA’AMAT USA  / NCSJ: Advocates on behalf of Jews in Russia, Ukraine, the Baltic States & Eurasia  / National Council of Jewish Women  / National Council of Young Israel  / ORT America  / Rabbinical Assembly  / Rabbinical Council of America  / Religious Zionists of America  / Union of American Hebrew Congregations  / Union of Orthodox Jewish Congregations of America  / United Jewish Communities  / United Synagogue of Conservative Judaism  / WIZO  / Women’s League for Conservative Judaism  / Women of Reform Judaism  / Workmen’s Circle  / World Zionist Executive, US  / Zionist Organization of America

18/08/2007

LOBBYS PRO-ISRAELIENS ET ORGANISATIONS JUIVES AUX ETATS-UNIS - 12

12) CAMERA (Committee for Accuracy in Middle East Reporting in America)

bc16b2e4e5988edfc259212106812bd1.jpgUn nom un peu compliqué qui signifie: Comité pour l'exactitude de l'information concernant le Moyen Orient en Amérique. Il s'agit d'une organisation créée en 1982 pour surveiller les médias, afin de promouvoir une "couverture équilibrée et précise" du conflit israélo-arabe. Son site, www.camera.org , précise bien qu'il ne s'agit pas d'une organisation partisane.

CAMERA se flatte de surveiller systématiquement tout ce qui s'écrit, s'entend ou se regarde sur le conflit: depuis les radios ou journaux locaux jusqu'aux grandes chaînes et quotidiens nationaux, sans oublier internet. Elle scrute également les agences de presse et les grands médias étrangers, notamment européens. Vous voyez d'ici la difficulté: la désinformation et la malveillance iraient même à présent se nicher jusque dans les magazines de mode, les encyclopédies, les livres de géographie, les guides de voyages, sans parler des dictionnaires. Une fois erreurs et désinformation débusqués, il s'agit ensuite d'écrire au média fautif pour demander, bien sûr, un rectificatif. Et plus de vigilance à l'avenir. Que vont alors faire les coupables? Le site de CAMERA classe très précisément leurs réactions en trois catégories: il y a ceux qui obtempèrent derechef, ceux qui ignorent la requête (si, si, il y en a apparemment) et ceux qui se décident à rectifier mollement.

L'organisation, basée à Boston, revendique aujourd'hui 55 000 membres répartis dans les grandes villes américaines, qui, eux aussi, surveillent comme des sioux tout ce qui paraît dans les médias. Mais il y a un autre volet à l'activité de CAMERA. Comme on l'a vu par ailleurs, le public des campus est particulièrement ciblé, car il représente l'avenir et il paraîtrait qu'il s'agit d'un environnement potentiellement hostile. Une publication, CAMERA on Campus, est là pour aider les étudiants à ne pas se laisser impressionner par la propagande adverse.

Une autre organisation de surveillance de la presse s'est créée plus récemment, en 2000. Elle s'appelle Honest Reporting (www.honestreporting.com ) et poursuit très exactement les mêmes buts, avec les mêmes méthodes.

Vous avez sans doute lu la fameuse lettre de Martin Luther King, Lettre à un ami antisioniste. Pour vous rafraîchir la mémoire, vous la trouverez dans Lire la suite. Eh bien, c'était un faux et CAMERA l'a reconnu en janvier 2002 tout en accordant beaucoup de circonstances atténuantes à ceux qui l'ont diffusée (http://www.camera.org/index.asp?x_context=7&x_issue=3...  ).

Lire la suite

15/08/2007

LOBBYS PRO-ISRAELIENS ET ORGANISATIONS JUIVES AUX ETATS-UNIS – 11

11) L’America-Israel Friendship League (AIFL)

b7477c42ced483043074fdc9e3f78caa.jpgLe site de l’organisation, www.aifl.org , nous prévient tout de suite: l’AIFL est non sectaire et non politique. Voilà pour les mauvais esprits qui pourraient imaginer Dieu sait quoi…

La Ligue a été créée en 1971 pour préserver les intérêts des Américains et des Israéliens au Moyen Orient et pour renforcer les liens naturels entre les populations de ces deux grands pays, sur fond des valeurs communes habituelles qui ont nom : humanisme et démocratie. Parfaitement.

Parmi les fondateurs de 1971 : Nelson Aldrich Rockefeller, qui deviendra vice-président républicain des Etats-Unis de 1974 à 1977 sous la présidence de Gérald Ford. Détail insolite : tous deux auront accédé à ces hautes fonctions sans y avoir été élus, du fait de la démission de Richard Nixon en 1974.

L’organisation revendique à l’heure actuelle 20 000 membres, concentrés essentiellement à New York, San Francisco, Tucson et Salt Lake City. Sans compter des bureaux à Tel Aviv.

L’essentiel de son activité consiste à organiser des échanges tous azimuts et des voyages en Israël pour tout ceux qui comptent ou risquent de compter, dans quelque domaine que ce soit, aux States. Il semble difficile d’y échapper, et là encore, pas de problèmes d’intendance. L’argent a l’air de couler à flot.

L’AIFL tient à souligner qu’il est fâcheux que le conflit israélo-arabe, domaine délicat qui a tendance à assombrir quelque peu le tableau, domine à ce point les débats. Il y a pourtant bien d’autres choses à mettre en valeur : ainsi, que sait-on de la démocratie en Israël, de sa vibrante culture, de son importante contribution au monde en matière de science, de technologie, de médecine, d’environnement, d’art ? Sans parler de son exceptionnelle hospitalité, de son histoire captivante et de la splendeur de ses paysages ?

Bref, que de travail pour faire découvrir toutes ces merveilles aux Américains et leur faire comprendre ce qui sinon risquerait de leur échapper : à savoir que des similar natures and vital commitments make Americans and Israelis natural friends. Autrement dit, que des tempéraments semblables et des engagements essentiels font des Américains et des Israéliens des amis naturels.

Pour renforcer cette amitié « naturelle »,  la Ligue a donc développé tout un programme d’échanges culturels et éducatifs. Et politiques bien sûr, bien que ce mot vulgaire ne soit jamais employé. Car ce n’est certainement pas uniquement la culture et la beauté des paysages qui motive chaque année le voyage d’un groupe d’attorneys general, qui sont autant de ministres de la justice de chaque état. La prochaine fournée est d’ailleurs prévue pour octobre prochain et comprendra un nombre respectable de sénateurs, de gouverneurs, sans oublier le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Gale Norton. L’AIFL se flatte d’avoir envoyé depuis 1988 plus de 50 attorney general de 30 états américains en Israël.

Ils ne sont pas les seuls à faire le voyage. Dans le cadre des leadership missions to Israel, sont envoyés avec une régularité de métronomes : dirigeants en tous genres, professeurs, juristes, professions libérales, enseignants. ET journalistes, bien sûr, particulièrement chouchoutés. TOUS les journalistes : pas seulement les généraux, mais les spécialisés. Le mois prochain, une délégation de journalistes « technologiques » s’envolera pour Israël. Rien n’est laissé au hasard : tous les terreaux sont irrigués, toutes les activités sont concernées.

bd22d56aae622a32f36ec83a19938333.gifComme on l’a déjà vu, assurer le présent, c’est bien, prévoir l’avenir c’est mieux. Voilà pourquoi est développé depuis 1977 un programme appelé YASE (Youth Ambassador Student Exchange). Depuis cette date, des milliers d’étudiants ont bénéficié de ces voyages-vacances en Israël, au cours desquels on prend soin, à côté des loisirs, de s’intéresser à leurs futurs plans de carrière. Afin sans doute de leur donner un petit coup de pouce, histoire de voir l’ascenseur revenir. Un programme équivalent existe pour les jeunes sportifs.

Voilà comment ça se passe…. Franchement impressionnant.

Ah, j’ai failli oublier le dîner annuel de l’AIFL. Je vous laisse l’info en anglais car elle est vraiment too much:  Our annual Partners for Democracy Award Dinner recognizes and celebrates the many wonderful contributions made by Americans and Israelis towards the advancement of peace and understanding.

Ce qui veut dire en clair : Notre dîner d’attribution du Prix Partenaires pour la Démocratie reconnaît et célèbre les nombreuses et merveilleuses contributions faites par les Américains et les Israéliens en faveur de la promotion de la paix et de la compréhension.

13/08/2007

LOBBYS PRO-ISRAELIENS ET ORGANISATIONS JUIVES AUX ETATS-UNIS – 10

10)  Neturei Karta Jews united against zionism

589fa30cdffdcca0cc21c597b5f720f9.gifNous sommes toujours dans les organisations juives, mais plus du tout dans les lobbys pro-israéliens. Ce serait même tout le contraire. Aujourd’hui, nous allons nous offrir une pause et nous intéresser à ceux que leurs ennemis – et ils sont nombreux – désignent sous le terme méprisant de « groupuscules extrémistes ». De quoi nous les rendre sympathiques, non ?

Bien que le nom de Neturei Karta ait un petit air japonais, ça n’a rien à voir avec le pays du soleil levant. Il s’agit d’un terme araméen qui signifie « gardiens de la cité ». Les Neturei Karta ont été fondés en Palestine en 1938 pour s’opposer aux efforts du sionisme car ils considéraient que le concept même d’état juif était contraire à la loi juive. Ils n’ont pas réussi à empêcher sa création et entourent depuis ce qu’ils nomment le so-called « state of Israël » d’une haine vigilante.

43e89a353ae5d35c5a71727fb603d655.jpg

Pour quelle raison s’opposent-ils à ce point à ce régime qu’ils considèrent illégitime et hérétique? La réponse est donnée dans un discours tout récent tenu à Montréal : " Le sionisme nie les croyances de base du judaïsme en tentant de mettre fin à l’exil juif prématurément, par intervention humaine. Il préconise que les juifs devraient trahir les nations dans lesquelles ils vivent. De plus, les sionistes ont, afin d’établir cette souveraineté illégitime sur la Terre Sainte qui ne leur appartenait pas, persécuté la population indigène, les Palestiniens Arabes et les Juifs, qui auparavant y vivaient en paix pendant des centaines d’années. Ils ont volé la terre et les foyers des Arabes et les ont traités comme s’ils n’existaient pas. Ces actions ont contribué à créer une haine qui brûle jusqu’à ce jour. "

Refusant de vivre sous ce régime honni, la plupart sont partis vers les Etats-Unis, le Canada, l’Angleterre. Voire Anvers ou Vienne. Ils sont en réalité principalement installés à New York où ils ont leurs propres synagogues, écoles, lieux de réunions, etc. Ils se comptent par quelques milliers, mais considèrent que les juifs orthodoxes qui refusent l’idéologie sioniste sont, eux, plusieurs centaines de milliers.

Inutile de dire qu’ils suscitent les commentaires les plus meurtriers de la part des lobbys dont nous avons parlé jusqu’ici. D’autant qu’ils ont participé à la fameuse conférence de Téhéran en décembre 2006 où l’un de leurs dirigeants, le rabbin David Weiss, a considérablement aggravé son cas en affirmant à propos de l’holocauste : « …Vous devez savoir que le peuple juif mourut et n’essayez pas de dire que ce n’est pas arrivé. Ils sont morts…. C’est quelque chose que vous ne pouvez pas nier, mais, ceci étant dit, cela ne signifie pas que l’holocauste  donne le droit d’opprimer les autres ».

Dans le même registre, de retour en Angleterre après la même conférence, un autre participant, Aharon Cohen, a déclaré à la presse britannique:  « Il est hors de doute qu’il y a eu un holocauste et des chambres à gaz. Il y a trop de témoins. Cependant, nous estimons que si celui qui est responsable de la souffrance d’autrui est évidemment coupable au premier chef, il n’arrivera pas à ses fins si la victime ne le mérite pas d’une façon ou d’une autre. Nous devons donc veiller à nous améliorer nous-mêmes de façon à perdre ces caractéristiques ou ces actions qui peuvent avoir été la cause de l’holocauste. »

Après des propos pareils, il n’y a pas lieu de s’étonner de l’hostilité qu’ils déchaînent. Si, malgré tout, vous voulez en savoir un peu plus sur ces petits hommes verts, allez sur leur site www.nkusa.org .

11/08/2007

LOBBYS PRO-ISRAELIENS ET ORGANISATIONS JUIVES AUX ETATS-UNIS – 9

9) Americans For a Safe Israel (AFSI)Organisation des Américains pour un Israël sûr

ea30745ab96289286f3aa45b785f1f45.gifNous ne sommes pas chez les colombes, ici. On y souhaite la sécurité pour Israël, ce qui dans leur esprit est totalement incompatible avec l’éventualité d’un Etat palestinien. Cette organisation particulièrement radicale milite en faveur du « grand Israël ». Elle verrait d’un bon œil le départ de tous les arabes d’Israël et pour régler le conflit, propose que les palestiniens deviennent citoyens jordaniens.

L’AFSI a été créée en 1971 par des juifs américains convaincus « qu’un règlement pacifique du conflit israélo-arabe ne pourra intervenir que lorsque les arabes auront réalisé une fois pour toutes qu’Israël ne peut pas être vaincu militairement, ni par un autre moyen ». C’est ce qui est indiqué sur leur site, www.afsi.org . En attendant que les arabes comprennent, pas question du moindre compromis sur les territoires conquis en 1967, à savoir la Judée, la Samarie, Gaza et le Golan. Pour répondre aux critiques, l’AFSI estime d’ailleurs qu’un Israël fort est essentiel à la sécurité des Etats-Unis.

17d6e528dbb712f20c7406f0fe0afe22.jpgL’organisation est présidée par Herbert Zweibon qui passe chaque année deux mois en Israël pour faire la tournée des membres de la Knesset et du gouvernement. Sa bête noire, ce sont les islamistes et, adepte du choc des civilisations, il a tenu des propos bien intéressants sur l’islam dans une interview accordée aux USA : « …La menace islamique est réelle, envahissante. Elle s’étend à travers le monde entier et nous voyons par exemple en Europe que l’islam s’apprête à prendre le contrôle de la sphère politique*. Une communauté qui refuse de s’intégrer dans la société, qui insiste pour avoir sa propre loi, la charia, cela crée une situation très dangereuse. ». Dans cet entretien, il parle clairement de « l’invasion de l’Europe qui ne peut manquer d’avoir un impact sur le monde libre » et indique que les Etats-Unis ne doivent pas imiter l’Europe dans sa manière de traiter l’islam radical. Ce qui signifie sans doute que les Etats-Unis, eux, ont le droit et le devoir de se défendre contre « l’invasion » ? Et même de prendre les devants ?

83fe3411705dd6971c270d3fa2dd8b60.jpgL’AFSI a largement bénéficié des largesses d’un milliardaire « philanthrope », Irving Moskowitz, un personnage bien intéressant. Ayant amassé une fortune énorme dans les jeux et autres casinos, il a pu se livrer à son dada favori : financer les installations de colons dans les territoires occupés, sans compter bien d’autres actions, y compris à Jérusalem. Des interventions qui se sont souvent soldées par des massacres et qui sont donc largement controversées, y compris en Israël. Lorsqu’il n’est pas là-bas pour surveiller ses implantations, il vit en Floride.

Pour défendre ses thèses, l’AFSI utilise les méthodes de lobbying habituelles : contacts réguliers à Washington avec les membres du Congrès, voyages en Israël, de préférence dans les territoires occupés, publications de revues. Sans oublier les appels directs en masse de ses adhérents et sympathisants carrément à la Maison Blanche pour faire pression au maximum.

D'ailleurs, si vous avez vous aussi quelque chose à communiquer à la Maison Blanche, c'est le moment. Toutes les coordonnées sont clairement indiquées: "Please call on everyone you know to call the White House at 202-456-1111 (best); fax 202-456-2461, or email president@whitehouse.gov ". 

 

 * J'aurais bien envie de lui demander: grâce à qui? Dommage que personne ne pose jamais ce genre de questions...

Légende de la carte: Israël sans Hebron, Bethlehem, Bethany, Bethel, Shilo, Shechem, Ariel, Elon Moreh, Efrat, Jericho