Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2012

TOUJOURS L’INSULTE, SEUL ARGUMENT …

Puisque l’auteur des lignes que vous lirez ci-après en encourage vivement la reproduction - il doit apparemment en être très fier - reproduisons, reproduisons :

 

 

« Roger Garaudy, je ne suis pas tombé sur ton crachat, mais j’irai cracher sur ta tombe

 

15 juin 2012 - Posté par: Jean-Patrick Grumberg

 

Garaudy.jpg

 

L’air du monde est-il un peu plus respirable ce matin ? Une crevure est morte : Roger Garaudy.

D’autres Garaudy ont déjà pris sa place : Dieudonné, Jean Ziegler, Stéphane Hessel, Christophe Oberlin, etc. Eux aussi crèveront dans le mal qu’ils sèment.

Garaudy clamsé. Une vieille vermine de moins. Tout va bien. Au prochain. Hessel ?

 

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :

© Jean-Patrick Grumberg pour http://www.dreuz.info/ »

 

Incroyable, non ? Crevure, vermine, clamsé, etc, la panoplie habituelle de ceux qui n’ont rien d’autre à dire. Qu’on ne soit pas d’accord avec Garaudy et ses thèses est une chose. Mais les évacuer, ces thèses, en se réfugiant exclusivement dans l’insulte la plus abjecte en est une autre. Un peu trop facile.

Je vous conseille, si vous allez sur le site, la lecture des commentaires à ce morceau de littérature. Elle est assez réjouissante et dénote le niveau moyen des lecteurs. Un des contributeurs habituels du site, l’abbé Arbez, s’est fendu de ce commentaire empli de charité chrétienne :

 

  1. annonce de la mort de Garaudy:
    un avis de déchet?

 

1009141033_7.jpgabbé arbez
16 juin 2012 at 09:10

 

 

Edifiant.

 

 

15/06/2012

MORT DU PHILOSOPHE ET ECRIVAIN ROGER GARAUDY

  

imagesCA6EPB1F.jpg

 

à l’âge respectable de 98 ans, et après une vie fort bien remplie. Il est intéressant de lire l’article qui lui est consacré par le journal Le Monde (voir lien plus bas). Intéressant par l’usage des mots. J’ai été fascinée par la terminologie qu’emploie le journaleux en question, il ne doit même pas s’en rendre compte d’ailleurs, c’est de l’ordre du réflexe conditionné.

 

Donc, il fut un temps où Roger Garaudy était « fréquentable ». « Un temps où, déjà auteur d'une quarantaine de livres, il jouissait de la pleine respectabilité accordée aux intellectuels en vue ». Mais ça, c’était quand il était communiste. Conclusion imparable: on est forcément fréquentable quand on est communiste.

 

Hélas pour lui, il a commencé à se poser des questions gênantes sur les vertus du stalinisme. Ca le rendait déjà moins fréquentable.

 

Puis il a « sombré dans la négation du génocide hitlérien ». Evidemment, là, rien n’allait plus et ça a commencé à sérieusement chauffer pour lui. Conclusion : lorsque l’on s’intéresse à certaines questions interdites, on ne s’interroge pas, on n’utilise pas sa capacité de réflexion. Non, non, on sombre, on fait naufrage. Et on disparaît fatalement de la surface où s'ébattent les fréquentables. Intéressant.

 

Je ne vais pas refaire une notice nécrologique de ce grand bonhomme aux opinions bien arrêtées et assumées. D’autres l’ont fait et le feront avec talent.

 

Je me bornerai à rappeler ce que j’écrivais dans La France LICRAtisée sur les rapports inédits entre l’abbé Pierre et Roger Garaudy :

 

 

« Roger Garaudy et l’abbé Pierre

 

Les procès à répétition ne suffisent cependant pas à endiguer le flot des parutions révisionnistes. Face aux offensives répétées de ces derniers et à la fragilité évidente de certains témoignages, il faut imposer le silence coûte que coûte. Frapper plus fort et rendre le sujet shoah définitivement tabou. Ce sera le rôle assigné à la loi Fabius- Gayssot, votée en 1990. Cette loi n’empêchera pourtant pas l’ancien communiste Roger Garaudy de publier en 1995 un ouvrage retentissant, Les mythes fondateurs de la politique israélienne.

 

Il s’agit là d’un nouvel épisode particulièrement marquant de l’histoire du révisionnisme. Dès la parution du livre, tout l’establishment unanime se déchaîne contre lui. C’est qu’il a enfreint le tabou suprême : non seulement il remet en cause un certain nombre de vérités officielles concernant la shoah, qu’il replace dans le contexte meurtrier de l’époque, mais il se montre également très critique envers la politique d’Israël à l’égard des Palestiniens.

 

Le scandale est d’autant plus grand que Roger Garaudy se voit soutenu par… l’abbé Pierre, qui devient ainsi, à son corps défendant, le plus illustre des révisionnistes. Qu’est donc venu faire l’abbé Pierre dans cette galère ? Son crime est d’avoir accordé sa caution morale au livre de son ami « de quarante ans » et, devant le lynchage médiatique, d’avoir persisté et signé.

 

Naïveté ou provocation ? Dans un courrier de soutien à Garaudy, l’abbé Pierre écrit : « Il est tout à fait normal que nous ayons été portés à des exagérations après la guerre. J’étais encore à Auschwitz il y a six mois, là où l’on avait inscrit sur une plaque qu’il y avait eu quatre millions de morts. Puisqu’on est revenu aujourd’hui au chiffre d’un million, c’est que le chiffre de quatre millions était exagéré ».

 

Il est des comptabilités dangereuses. L’abbé Pierre ne va pas tarder à s’en rendre compte. Sommé par les institutions religieuses, politiques et morales du pays de se rétracter, il réaffirme au contraire son soutien à Roger Garaudy aussi longtemps que « les erreurs contenues dans son livre ne lui auront pas été démontrées » et propose de convoquer un colloque d’historiens avec les révisionnistes !

 

Une proposition qui se verra repoussée avec indignation : « Le jour où l’on accepte un de ces messieurs dans un débat public à la télévision ou dans un colloque d’historiens, ils ont gagné la partie, ils sont considérés comme une école. Il faut le leur refuser impitoyablement », dira Pierre Vidal-Naquet, historien fortement engagé dans la défense des droits de l’homme.

Autrement dit, il ne faut discuter qu’entre gens du même avis.

 

Tout comme Roger Garaudy, l’abbé Pierre est désavoué par l’establishment unanime et, suprême punition, se voit exclu du comité d’honneur de la LICRA !

 

Mais il ne sera pas, curieusement, poursuivi en justice comme les autres.

 

D’ailleurs, loin de faire repentance, il ne tarde pas à aggraver son cas. Dans une interview à Libération, il déclare : « C’est un terrain sur lequel un organisme comme la LICRA déclare d’une manière absolument dogmatique qu’il s’agit d’un sujet sacré et que toute recherche historique (…) n’est pas nécessaire. Ils n’acceptent absolument pas le dialogue, contrairement à Garaudy. Ils considèrent que le débat est clos. Qu’oser le rouvrir n’est pas possible. Par exemple, sur la question des chambres à gaz, il est vraisemblable que la totalité de celles projetées par les nazis n’ont pas été construites… mais mes amis de la LICRA me disent qu’avancer de telles affirmations, c’est contester la shoah. Ce n’est pas sérieux ».

 

Séjournant après ces péripéties en Italie, il confie à la presse : « L’Église de France est ensuite intervenue pour me faire taire sous la pression de la presse, inspirée par un lobby sioniste international».

 

Un lobby sioniste international, mais où va-t-il chercher tout ça ? »

 

 

http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2012/06/15/mort-de-l-ecrivain-roger-garaudy_1718993_3382.html

 

14/06/2012

PAUVRE LICRA !

Pour un peu, elle me ferait presque pitié ! Eh oui, les temps ont bien changé depuis la belle époque, pas si lointaine finalement, où elle faisait la pluie et le beau temps à chaque élection. Où elle distribuait ses mauvais points et ses satisfecit. Où elle disait le Bon, le Bien et le Juste. Et où la classe politique l’écoutait religieusement.

En ce moment, c’est dans le désert des tartares qu’elle hulule misérablement son appel « aux convergences républicaines » pour faire front contre la bébête immonde. Elle a trop fatigué son monde et à présent, à peu près tout le monde s’en fout, de ses diktats.

Ce qui ne veut pas dire, attention, hein, que les responsables communautaires soient renvoyés poliment mais fermement, comme il conviendrait dans un pays normal, à l’étude de la torah. Non, faut pas rêver. Mais c’est qu’à présent, ceux qui restent toujours écoutés ont plutôt viré à droite.

Enfin, entendons-nous : une droite obligatoirement ultra-sioniste, prête, le doigt sur la couture du pantalon, à défendre Israël envers et contre tout et à faire le voyage de Jérusalem, à genoux s’il le faut, pour avoir l’immense bonheur de se faire adouber. A cette petite condition, ces responsables sont maintenant à « droite » plutôt qu’à gauche toute, comme avant. Et prêts à aider les candidats méritants qui satisfont aux critères requis.

Allez, écoutons un peu ce que nous raconte la LICRA et à la fin, puisque vous êtes sages, vous aurez le droit d’aller consulter la liste des 50 indécrottables qui l’ont signé, ce fameux appel « aux convergences républicaines ». Fallait la trouver cette expression, pas vrai ?

 

 

 

"Elections législatives : Après le « ni-ni » de l’UMP, la Licra appelle les autres partis à faire front (républicain)"

 

Charte.jpg

 

"La Licra déplore la décision de l’UMP qui contribue à normaliser le FN et ses idées.

Elle affirme que le FN mérite une vigilance tout à fait spécifique : pas seulement pour son histoire, mais pour ses idées, ses pratiques et ses objectifs, il doit être considéré dans toute sa différence et sa dangerosité. Ce combat exige un front républicain renforcé. Le seul ni-ni qui vaille est : ni avec le Front National, ni avec ses idées.

 

Dans ce contexte, la Licra maintient son appel à la convergence républicaine et demande à toutes les forces politiques de s’engager sans ambiguïté.

 

L’enjeu : contribuer, ou non, à mettre sur le chemin de l’exercice du pouvoir, à plus ou moins court terme, un parti qui n’est pas en accord avec les valeurs fondamentales de la France.

Le Front national (FN) connait aujourd’hui un succès populaire, idéologique et médiatique alors que tous les observateurs, à l’exception de l’initié Gérard Longuet, s’accordent à dire que sa matrice reste xénophobe et raciste. C’est pourquoi la Licra a lancé le 31 mai dernier un appel aux convergences républicaines, auxquels ont répondu des candidats de tous bords afin de faire battre l’extrême droite aux élections législatives. Alain Jakubowicz, Président de la Licra, rappelait alors que « le seul ni-ni qui vaille est : ni avec le Front National, ni avec ses idées ».

Au lendemain du 1er tour, le Bureau politique de l’UMP a validé une autre stratégie, celle du « ni Front national, ni Front républicain ». La Licra déplore cette décision qui met très clairement fin au principe dont s’honorait la droite républicaine du « tout sauf le FN » et qui contribue à normaliser ce parti et ses idées.

La Licra demande aux dirigeants des autres principales forces politiques qui ne se sont pas exprimées (Nouveau Centre, Modem, EELV, Front de Gauche, etc.) de donner dans les prochaines heures des consignes claires et sans ambiguïté, appelant leurs représentants et leurs électeurs à faire barrage aux candidats de l’extrême droite encore en lice. »

 

 

 

« Les candidats signataires

La Licra se félicite des 50 premières signatures lui étant parvenues hier suite à la publication de son « appel aux convergences républicaines pour faire battre le Front National », saluant notamment l’engagement de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales. La Licra invite tous les candidats républicains à signer à leur tour. » 

 

Télécharger la liste des candidats signataires

 

 

 

13/06/2012

LA FAVORITE SE LÂCHE

De mieux en mieux. Dieu sait que Sarkozy, après la calamité Chirac, n’avait pas contribué à redorer le blason de la fonction présidentielle. C’est le moins que l’on puisse dire. Mais là, il faut reconnaître que du côté de la morale et de la vertu incarnées, du côté de la gauche donc, on fait encore plus fort et on arrive à creuser encore plus profond. Pulvérisé, le petit Nicolas !

 

Parce que, si certes la « première dame » n’a pas pu empêcher ses pulsions destructrices à l’égard de son ex-rivale de s’exprimer avec éclat, son jules n’a pas fait tellement mieux. On n’a pas l’air de s’en rendre tellement compte, mais c’est normal, ça, qu’un président de la République – président en principe de tous les Français – redescende de son Olympe pour exprimer sans fard ses petites inclinations électorales perso?

 

Ils font la paire, tous les deux, en fin de compte. D’un côté une favorite, exactement comme sous l’ancien régime, qui s’imagine pouvoir tout se permettre, faire virer qui bon lui semble, etc, etc. Et de l’autre, un ravi tout éberlué de ce qui lui arrive. Qui flotte déjà dans le costard trop grand pour lui que les Français lui ont taillé. Malgré lui et malgré eux. Mais il en fallait bien un et il était là…

 

On roule à tombeau ouvert vers je ne sais quoi au juste. Mais ce qui est sûr, c’est qu’on y va de plus en plus vite.

 

23/05/2012

LES PRIORITES DE LA SNCF

"Jérusalem : la SNCF signe une convention avec Yad Vashem sur l'étude des conditions de déportation des Juifs de France pendant la Shoah"

 

 

"La SNCF avait annoncé en février avoir déposé des copies de l'intégrale de ses archives sur la Shoah au Mémorial de la Shoah à Paris, à Yad Vashem, et à l'Holocaust Museum à Washington. La SNCF a donc signé mercredi à Jérusalem avec le mémorial Yad Vashem une convention pour favoriser l'étude des conditions de déportation de 76.000 Juifs de France durant la Shoah.

 

"Le soutien de la SNCF contribuera à la partie française du projet de recherche intitulé Convois vers l'extermination: Base de données sur la déportation des Juifs pendant la Shoah", a indiqué Yad Vashem dans un communiqué. "Nous saluons cette contribution de la SNCF à cette recherche", a déclaré Avner Shalev, président de Yad Vashem, cité dans le communiqué. "La SNCF est fière d'apporter son soutien au grand projet de Yad Vashem pour la partie qui concerne la France", a déclaré Bernard Emsellem, vice-président de la compagnie, selon la même source."

 

 

Source: http://www.juif.org/antisemitisme-juif/172732,jerusalem-la-sncf-signe-une-convention-avec-yad-vashem-sur-l-etude.php

CELUI PAR QUI LE SCANDALE ARRIVE A NOUVEAU

 

imagesCAA00Q79.jpg

 

Thilo Sarrazin, qui avait fait scandale il y a deux ans en raison de son livre sur la  place des musulmans en Allemagne, publie cette semaine un nouvel ouvrage qui déchaîne à nouveau la polémique. C’est qu’une nouvelle fois, il fait fort, très fort: il s’attaque bille en tête aux vaches sacrées du système, les piliers sur qui tout repose. Que ces piliers viennent à flancher et, patatras, c’est tout le système qui pourrait s’écrouler.

 

imagesCA37H3JI.jpg

Quelles sont-elles, ces vaches sacrées ? L’euro et … la shoah. Parfaitement. Il a osé. Le titre de cet ouvrage, qui risque de faire un tabac : Europa braucht den Euro nicht  (L'Europe n’a pas besoin de l'euro).

Là, je passe la parole à l’agence Reuters : « Thilo Sarrazin, ancien membre du directoire de la banque centrale d'Allemagne et acteur controversé du débat public en Allemagne, a déclenché une nouvelle polémique en affirmant que son pays était l'otage de la zone euro et la victime d'un "chantage à l'Holocauste" le contraignant à financer les errements budgétaires de ses partenaires.

(…)  Thilo Sarrazin estime qu'on force l'Allemagne à accepter les principes d'"euro-bonds", des emprunts communautaires européens, et de mutualisation des dettes pour prix de son passé nazi.

En acceptant de renflouer la Grèce, écrit-il ainsi, l'Allemagne a révélé sa "prédisposition au chantage".

"Cette politique fait de l'Allemagne l'otage de tous ceux qui, au sein de la zone euro, pourraient avoir, un jour ou l'autre et pour quelque raison que ce soit, besoin d'aide", ajoute Sarrazin dans cet essai dont le magazine Focus publie des extraits.

Quant aux partisans allemands des obligations européennes, "ils sont poussés par ce réflexe très allemand selon lequel nous ne pourrions finalement expier l'Holocauste et la Deuxième Guerre mondiale qu'une fois transférés en des mains européennes l'ensemble de nos intérêts et de notre argent".»

Thilo Sarrazin écrit encore : « La Grèce, le Portugal, l’Italie, l’Espagne et tous les pays de l’Europe du Sud devraient être contents de pouvoir bénéficier de l’euro et de pouvoir dépenser des euros. Mais ces euros devraient être mérités, et non reçus en cadeau ou en prêt des pays du Nord, quel que soit le canal indirect employé. Les mouvements de fonds publics qui ne se limitent pas aux fonds structurels européens entament ce principe : ils créent un fossé entre ceux qui les octroient et ceux qui les prennent, et ils alimentent le ressentiment et les réticences entre les nations. Si un pays ne peut pas ou ne veut pas vivre avec la discipline requise par la monnaie unique, il doit être libre de pouvoir retourner à sa monnaie nationale dès qu’il en ressent le désir. »

Pile le contraire de ce que la vulgate officielle s’échine à faire entrer dans les têtes. Il n’est donc pas surprenant de voir Sarrazin traité de tous les noms et ses thèses qualifiées d’ « absurdités absolues ». Le communiste/vert Jürgen Trittin balaie d’une phrase méprisante la référence maudite dont peu de gens en Allemagne ont le courage de parler: « Il est pathétique qu'il se serve de l'Holocauste pour assurer la plus grande attention possible à ses thèses sur les euro-obligations ».

N’empêche que tout doucement, ces idées « nauséabondes » font leur  petit bonhomme de chemin et que ce livre infernal (qui a la chance au moins de pouvoir figurer dans les librairies) est bien parti pour faire un best-seller.

 

 

 

 

 

18/05/2012

L’IMAGE D’ISRAËL NE S’ARRANGE PAS …

 

Chaque année, la BBC publie un sondage sur la perception de l’influence, positive ou négative, de 22 pays, et par voie de conséquence, sur leur image dans le monde. Nous parlions le 30/11/2010 de l’un des précédents sondages. Celui-ci a été réalisé auprès de 24 000 citoyens de ces 22 pays, du 6 décembre 2011 au 7 février 2012.

 

 

Tous les résultats détaillés sur :http://www.globescan.com/images/images/pressreleases/bbc2012_country_ratings/2012_bbc_country%20rating%20final%20080512.pdf

 

 

japan-influence-around-the-world.jpg

 

 

Le Japon arrive en tête des pays les plus appréciés, suivi de l’Allemagne, premier prix en Europe. Globalement, l’Union Européenne baisse de 8 points par rapport au précédent sondage, passant de 56 à 48% d’opinions favorables. Ex-aequo avec la France qui baisse, elle, de 4 points.

 

De l’autre côté du classement, sans surprise, c’est toujours l’Iran qui tient le pompon avec 55% d’opinions négatives. Mais pas bien loin, avec 50%, on trouve Israël, en baisse de 3 points, en compagnie de la Corée du nord et du Pakistan.

 

Ce qui prouve bien l’incroyable antisémitisme de la planète entière, alors qu’il est pourtant clair qu’Israël ne songe qu’à la paix et ne cesse de le répéter sur tous les tons. D’ailleurs, il paraît que « l’existence d’Israël rend le monde meilleur ». Et ce fichu monde qui n’est même pas capable de s’en rendre compte ! De quoi vous dégoûter. Bon, ça ce n’est pas moi qui le dit, c’est quelqu’un de beaucoup plus qualifié que moi :

 

« Le P’tit Hebdo : Vous serez en Israël du 21 au 24 mai. Que ressentez-vous quand vous posez le pied en Israël?

Guy Millière: Ce que je ressens chaque fois que j’arrive sur une terre de liberté, de prospérité, de fécondité. Je sais ce que la civilisation occidentale, et l’humanité entière, doivent au judaïsme et au peuple juif. Je suis heureux que le peuple juif ait retrouvé sa terre, je pense que l’existence d’Israël rend le monde meilleur. Je suis admiratif de ce qu’Israël a accompli en six décennies. »

(http://www.leptithebdo.net/2012/05/15/guy-milliere-lexistence-disrael-rend-le-monde-meilleur/)

 

image-israel-170512.jpg

 

 

Le second tableau ci-dessus détaille les opinions de ces 22 pays par rapport à Israël. Très intéressant. Sans surprise là encore, les USA apparaissent comme les meilleurs amis de l’Etat hébreu avec 50% d’opinions positives. Ils sont juste battus par le Nigéria à 54%. Je serais curieuse de savoir pourquoi.

 

Mais, tenez-vous bien, seulement 20% d’opinions positives en France pour Israël contre … 65% de négatives ! En augmentation de 9 points ! Vite, vite, vite, M. Peillon, au boulot !

 

69% d’opinions négatives en Allemagne, vous m’étonnez. Peut-être que les Allemands se lassent tout doucement de casquer, encore casquer, toujours casquer. Pour l’éternité et dans les siècles des siècles.

 

 

CE N’EST PAS PLUS COMPLIQUE QUE CA …

Quand on veut, on peut. Et quand des élus décident de ne pas céder au terrorisme de quelques-uns – et accessoirement, souhaitent protéger les jeunes – ils y arrivent. La preuve. Hélas, ce n’est pas en France, mais à Moscou.

 

Il faudra un jour que quelqu’un prenne la peine de m’expliquer en quoi les homosexuels sont discriminés dans ce pays. Ce qu’ils font en privé ne regarde en principe personne et tout le monde s’en fout tant que ça ne contrevient pas aux lois. Alors, pourquoi ce besoin d’aller s’étaler sur la place publique et réclamer des « droits » aussi révoltants qu’ahurissants ? Là, je pense aux caricatures que sont le « mariage » et l’ « adoption » d’enfants. Il faut être aussi « progressiste » que nos sociétés occidentales, c’est-à-dire décadentes et totalement déboussolées, pour prendre pareilles inepties au sérieux.

 

MOSCOU, 18 mai - RIA Novosti

194756174.jpg

INTERDICTION DE LA GAY PRIDE A MOSCOU

Les autorités de la capitale russe ont de nouveau interdit qu'une Gay Pride se tienne à Moscou, a annoncé vendredi à RIA Novosti un haut responsable du Département de la sécurité régionale de Moscou Vassili Oleïnik.

 

 

"Une demande d'autorisation pour cette action a été déposée. Après avoir examiné la requête, nous avons l'avons rejetée", a déclaré le responsable.

 

Les militants du mouvement gay russe ont auparavant annoncé sur le site Web officiel de l'Organisation de défense des minorités sexuelles leur intention de tenir une Gay Pride sans attendre l'autorisation de la mairie de Moscou. La décision de défiler dans les rues de la capitale russe a été prise dans un contexte où la Douma (chambre basse du parlement russe) examine un projet de loi prévoyant de criminaliser la propagande de l'homosexualité auprès des mineurs.

 

 

Source : http://fr.rian.ru/society/20120518/194756086.html