Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2007

LA SHOAH, UNE NOUVELLE RELIGION?

A la suite de la note Le Vatican a finalement baissé sa soutane, Radwulf a envoyé le commentaire suivant, que je donne en clair car il expose un point de vue très intéressant, susceptible de susciter à son tour d’autres réactions :

medium_jerusalem.gif

« Qu’est-ce qu’il faudrait donc pour faire admettre enfin aux responsables de l’Eglise catholique qu’ils sont en réalité confrontés aux exigences d’une nouvelle religion résolue à supplanter, entre autres (et plus particulièrement ?), la leur ? Car l’évidence est là - comme beaucoup s’en sont déjà rendus compte (y compris, à leur manière, des intellectuels juifs, dont par exemple Esther Benbassa qui avait signé dans Libération du 11 septembre 2000 un article intitulé La Shoah comme religion; voir également, du même auteur et J.-C.Attias, Les Juifs ont-ils un avenir ? Hachette 2002) - toute cette gesticulation à propos de la « shoah » ambitionne aussi d’imposer à la planète entière une nouvelle religion de circonstance que pour une fois, on pourrait peut-être qualifier de véritablement «judéo-chrétienne».

Ce serait l’ainsi nommé « peuple juif » qui servirait alors de nouveau messie, ayant souffert le « martyre » de l’holocauste, par la faute du « démon nazi », représentant ici l’ensemble du monde européen qui doit donc aussi partager sa culpabilité jusqu’à la fin des temps. Comme nouveau Golgotha, on aurait Auschwitz et en remplacement du « tombeau du Christ » de nos croisés, le lieu saint suprême vers qui les regards des croyants (qu’on pourrait même en fait appeler les « soumis » ou « muslim » !) devraient obligatoirement se tourner, serait ce Yad Vashem de Jérusalem. D’ailleurs, les israélo-américains, qui sont à la tête de la nouvelle religion, font tout en ce moment même pour nous entraîner dans une croisade au profit avant tout de leur « Terre Sainte » ! Pour faire enfin office de temple ou d’église, nous avons tous ces « mémoriaux » de la shoah qu’ils tentent d’implanter « jusqu’aux extrémités de la terre ». A telle enseigne que depuis janvier 2006, l’ONU lui-même a consacré une journée pour la célébration mondiale du nouveau culte dont le catéchisme est déjà enseigné dans nos écoles, ainsi qu’à travers les innombrables émissions de propagande des médiats qu’on nous impose en permanence.

On comprend alors pourquoi les principaux réfractaires à cette déferlante judéolâtrie sont qualifiés de négationnistes. Ceux-ci apparaissent inévitablement aux tenants de la nouvelle religion comme des négateurs, des hérétiques et des blasphémateurs inspirés par le « diable » en personne, connu également dans leur langage comme étant la « haine » et le « racisme ». Ils sont supposés habités par le mal car en contrariant de cette manière les intérêts du « peuple élu », ils se rendent coupable d’antisémitisme, le nouveau péché mortel propre à vous damner, à vous exclure à jamais de la communauté des « fréquentables » et des « civilisés ».

A l’égard de ces mécréants-là, l’intolérance est même devenue telle qu’il suffit maintenant de sembler émettre des « doutes » ou même de « minimiser » l’importance du martyre (en tant que souffrance absolue, causée par le crime absolu, à jamais inexpiable, comme l’avaient été la passion et le meurtre du Christ !) pour aussitôt encourir une persécution impitoyable. Les inquisiteurs, servis par une armée innombrable de délateurs et d’accusateurs publics sont tout puissants, faisant même trembler les présidents, les rois et les papes. Ils ont pour eux la force, l’argent, les lois, le contrôle du savoir, et jusqu’à la bonne conscience. Même dans les pires moments du Moyen-âge, on n’avait pas connu cela.

Une chose en tout cas me paraît certaine. Si l’Eglise officielle ne se reprend pas pour entreprendre enfin une véritable résistance (et elle en a les moyens, y compris par le recours à la recherche historique, en s’appuyant sur les archives qu’elle détient !) elle signe son arrêt de mort. Et je suis même persuadé que dans cette noble cause, la grande majorité des fidèles européens qui lui restent, tout comme ceux des pays non européens, ne demandent qu’à la suivre. Il suffirait qu’elle en exprime la volonté et agisse en conséquence. Autrement, elle se condamne irrémédiablement et nous oblige, pour notre propre survie, à tourner la page de plusieurs siècles de notre histoire qu’elle aura profondément marquée de son sceau. Ce serait infiniment regrettable mais nous ne pourrions accepter sans réagir l’asservissement de notre civilisation, en attendant de la voir disparaître. »

Radwulf

(dessin de Chard)

15/04/2007

LE VATICAN NE BAISSE PAS LA SOUTANE

Le représentant du Vatican en Israël, Mgr Antonio Franco, a indiqué le jeudi 12 avril qu’il refusait de participer, la semaine prochaine, aux commémorations de la shoah au mémorial de Yad Vashem à Jérusalem, en raison d’une représentation ambiguë du pape Pie XII concernant l’holocauste. Le mémorial israélien pour la mémoire de la shoah s’est dit “choqué et déçu” de ce refus.
 

“Cela me fait mal d’aller à Yad Vashem et de voir comment y est présenté Pie XII”, a expliqué le nonce apostolique en Israël, déclarant qu’il avait déjà fait part de ce reproche au mémorial l’année passée.
Il déplore la légende d’une photographie exposée depuis 2005, présentant Pie XII, pape sous la Seconde Guerre mondiale, parmi ceux “dont on devrait avoir honte pour ce qu’ils ont fait contre les juifs”.
“Cette photo offense toute l’Eglise catholique. C’est ce que j’ai voulu faire savoir” a-t-il indiqué.

 En réponse, le mémorial Yad Vashem a exprimé sa déception: “Nous sommes choqués et déçus que le représentant du Vatican en Israël ait choisi de ne pas respecter la mémoire de l’holocauste et de ne pas participer à la cérémonie officielle au cours de laquelle l’Etat d’Israël et le peuple juif commémorent les victimes. Cela contredit les déclarations du Pape qui avait souligné l’importance de se souvenir de l’holocauste et de ses victimes à l’occasion de sa visite à Yad Vashem”.

Le communiqué ajoute: “Yad Vashem se dédie à la recherche historique et le musée de l’holocauste présente la vérité historique sur le Pape Pie XII telle qu’elle est connue par les chercheurs aujourd’hui. Yad Vashem a dit au représentant du Vatican qu’il était prêt à continuer d’examiner le sujet, en soulignant que si on lui y donne accès, il étudierait avec plaisir les archives de Pie XII, afin de prendre éventuellement connaissance d’informations nouvelles et différentes de celles qui sont connues aujourd’hui”.

Certains historiens ont souligné la passivité et le silence face à la shoah de Pie XII, qui fut pape de 1938 à 1958, tandis que le Vatican a toujours mis en avant ses interventions en faveur des juifs.   

D'ailleurs, lors du décès de Pie XII en 1958,  Golda Meïr, alors ministre israélien des affaires étrangères, avait déclaré à la tribune de l’ONU: « Nous partageons la douleur de l’humanité pour la mort de Sa Sainteté Pie XII (...) Nous pleurons un grand serviteur de la paix et de la charité. Pendant les dix années de la terreur nazie, quand notre peuple a souffert un martyr effroyable, la voix du pape s’est élevée pour condamner les bourreaux et pour exprimer sa compassion envers les victimes. »  

source: http://legrif.wordpress.com

11/01/2007

9) La LICRA: son origine - ses objectifs - ses moyens d'action - le secret de son influence

Quelques courts extraits du livre illustrant ces diverses facettes vous seront proposés sur ce blog sous la rubrique « Extraits de La France LICRAtisée »

LE SECRET DE SON INFLUENCE – 9ème extrait : La shoah, pièce maîtresse du soutien à Israël (suite)

En 1988, l’organisation d’un grand événement permet de stimuler à nouveau une mémoire qu’il ne faut surtout pas laisser faiblir, car elle est source d’influence, pour ne pas dire de pouvoir. Le magnat de la presse britannique Robert Maxwell, lui-même né dans une famille juive de Tchécoslovaquie, fait organiser à Oxford, par son épouse Elizabeth Maxwell, un gigantesque Colloque intitulé « Se souvenir pour l’avenir ». Cinq cents universitaires de haut niveau – historiens, juristes, théologiens, psychologues, etc – se réuniront pour débattre d’un sujet unique : la shoah. L’ambition avouée est « d’ouvrir les voies pour que la shoah reste pour le monde un sujet perpétuel d’enseignement et de réflexion ».

Le colloque va permettre l’élaboration d’une nouvelle image de la shoah qui sera imposée au monde entier : désormais, l’accent sera mis sur son caractère absolument unique dans l’histoire de l’humanité et par conséquent, sur son « mystère ». L’un des participants, français et membre de la LICRA, ira jusqu’à dire : « La shoah est un événement historique, mais elle n’est pas à la portée des historiens ».

Evénement unique et incomparable, la shoah confère par là-même aux juifs un statut à part. D’ailleurs Elie Wiesel, membre d’honneur de la LICRA, l’affirme sans détours dans un de ses livres : « Tout en nous est différent ».

Au fil des ans, le message va se renforcer sans équivoque : les occidentaux, peu ou prou, sont particulièrement responsables de la shoah – qui est présentée comme l’expression inouïe et incompréhensible d’une haine pathologique et irrationnelle à l’égard des juifs – soit pour l’avoir perpétrée eux-mêmes, soit pour avoir laissé faire. Ils ont donc une dette éternelle à l’égard de tous les survivants, qu’ils vivent en Israël ou hors d’Israël. Cette dette imprescriptible leur impose des devoirs particuliers : d’une part, ils doivent soutenir Israël et d’autre part, ils doivent relayer à l’intérieur de leurs propres frontières, l’action des organisations dites antiracistes. En d’autres termes, ils ont l’obligation morale d’infléchir leurs politiques dans le sens souhaité par ces mêmes organisations. Faute de quoi ils courent l’énorme risque d’être traités de racistes, de fascistes, et cloués au pilori.

Délégitimant à l’avance toute critique à l’encontre d’Israël ou même des juifs en général, la shoah finit par constituer un formidable instrument de pouvoir politique.