Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2010

REPARLONS UN PEU DE ZEMMOUR

images.jpgUn correspondant me reproche d’avoir été trop loin dans mes critiques à propos d’Eric Zemmour. Pour lui, Zemmour « sort des millions d'auditeurs de leur léthargie. (…)  Qu'il ait fait des excuses à la LICRA n'enlève strictement rien à son courage. Dans ce système il faut être malin. S'il peut rester le plus de temps possible afin de réveiller les millions de français qui l'écoutent et hésitent entre la léthargie et le réveil ! Bravo et longue vie Mr Zemmour ! »

Ce correspondant ajoute même : « Mais croyez-moi, nous sommes TOUS confrontés à ces discriminations et chantages écœurants. »

 

Non cher ami, pas TOUS. Seuls sont attaqués ceux qui ouvrent leur gueule. Premier point. Et second point, tout est dans la réaction à ces attaques. Car c’est à la réaction que l’on mesure le degré de résistance au système.

 

De toute façon, à chacun ses opinions. Mais au risque de me faire allumer à nouveau, je vais persister et signer, en précisant certains points :

 

 

Le pouvoir se sert de la télé – qu’il contrôle totalement - pour déverser jour après jour le prêt à penser que le public est prié de s’enfoncer dans le crâne. Or, il paraît que nous sommes en démocratie, donc le pouvoir est assez intelligent pour ménager quelques ouvertures et laisser certains s’exprimer un peu plus librement que la moyenne des quidams ordinaires. Cela donne des émissions « insolentes », des amuseurs « corrosifs » et des journalistes « rebelles » ou « libres ». Quoique d’une liberté fort surveillée.

 

C’est qu’il faut bien quelques soupapes à ce bon peuple de France pour que ça n’explose pas et pour que la situation reste sous contrôle. Voilà pourquoi un type comme Eric Zemmour est vu en long et en large à la télé. C’est à cela qu’il sert, et il remplit son contrat avec talent. Le micmac avec la LICRA faisait-il partie d’un plan préalable ou pas ? Peu importe. Dans ce petit jeu de rôles - où ce sont de toute façon toujours les mêmes qui jouent, vous l’aurez sans doute remarqué – chacun est là pour tenir sa partie.

 

Or, et c’est là où je veux en venir, dans ce système ne peuvent être invités à la télé que ceux qui acceptent de jouer ce jeu-là. C’est-à-dire ceux qui sont dans le système, même si c’est éventuellement à la marge et même s’ils aimeraient faire croire qu’ils n’y sont pas. Ce n’est pas plus compliqué que ça. Les véritables opposants, les résistants qui ne sont pas en mie de pain, ne seront jamais invités, eux. Ils sont exclus d’office et pour l’éternité.

 

Je connais un certain nombre d’auteurs qui ont écrit des livres tout à fait pertinents sur la situation actuelle du pays. Pourtant, comme les miens, jamais leurs livres ne seront en vente dans les librairies « normales » et on n’en parlera jamais. Jamais non plus ils ne seront invités dans les salons du livre. Et bien sûr jamais ils n’apparaîtront dans un débat ou une émission à la télé.

 

Voilà quelle est la situation des vrais résistants dans ce pays. Ceux que l’on voit à la télé – même s’il arrive à certains de sortir quelques vérités destinées à lâcher un peu de pression – ne peuvent être que des rebelles de carton pâte.

 

Une preuve ? Allez, la meilleure qui soit : si au lieu de s’intéresser aux conséquences, Zemmour s’interrogeait un peu sur les causes ? En d’autres termes, si au lieu de taper systématiquement sur les noirs et les arabes, cibles faciles, il s’intéressait aussi, pour changer, aux lobbys juifs et à leurs activités? Et à leur responsabilité dans la situation actuelle ? Voilà qui changerait agréablement. Tiens, ce jour-là, je ferais amende honorable et reconnaîtrais avoir eu tort. Mais en attendant …

25/03/2010

« Eric Zemmour ne sera pas viré du Figaro »

images.jpg« Le Figaro a annulé la convocation d'Eric Zemmour, préalable à un licenciement, à la suite des regrets exprimés par l'éditorialiste pour ses propos controversés sur les trafiquants. Ce dernier a par ailleurs reçu le soutien de l'avocat général Philippe Bilger.

 

"Nous avons bien reçu votre lettre dans laquelle vous regrettez que vos propos dans l'émission de Thierry Ardisson sur Canal + aient pu heurter", écrit la direction du quotidien dans une lettre à l'éditorialiste, dont le texte a été adressé à l'AFP.

"Nous prenons acte que vous n'avez jamais eu l'intention de stigmatiser certains de nos compatriotes (...) Du fait de ces mises au point, nous n'avons donc plus de raison de vous convoquer pour un entretien. Notre réunion du lundi 29 mars est donc annulée", ajoute la lettre qui est notamment signée d'Etienne Mougeotte, le directeur des publications du Figaro.

L'éditorialiste du Figaro et de RTL avait déclaré le 6 mars dans l'émission animée par Thierry Ardisson "Salut les terriens" sur Canal+: "Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes... C'est un fait".

 

Source : http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/eric-zemmour-ne-sera-pas-vire-du-figaro_857992.html

 

 

Voilà. Pour faire bonne mesure, Eric Zemmour s’est aussi excusé auprès de la LICRA*, qui a également passé l’éponge et ne lui fera pas de procès.

C’est son droit et il faut bien gagner sa vie.

 

Mais je ne peux m’empêcher de penser que cet incident est très révélateur de l’hypocrisie et de la lâcheté ambiantes – je suis désolée, mais il faut bien dire les mots qui fâchent – qui permettent justement au système de la pensée unique de régner sans partage.

 

Il y a les faux rebelles, ceux qui sont invités dans les médias pour jouer leur rôle de faux provocateurs en lâchant ça et là quelques soupapes de sécurité. Pour faire croire aussi qu’il existe encore une certaine liberté d’expression. Mais qui se rétractent bien vite quand ils sont allés un chouia trop loin.

 

Et  il y a les vrais emmerdeurs, ceux qui disent quelques vérités et ne se rétractent pas. Ils sont nettement plus rares et on ne les voit pas, surtout médiatiquement, parce que le système, justement, les expédie en vitesse à la poubelle.

 

Il y a maintenant huit ans, en 2002, mon employeur, le Conseil de l’Europe, me virait comme une malpropre parce que, dans le cadre d’activités associatives extérieures à mon boulot, j’avais appelé à rejeter l’entrée de la Turquie dans l’UE, la considérant comme une « catastrophe » et précisant que « 64 millions de musulmans de plus seraient partout chez eux en Europe ».

Sur la pression des Turcs, ma révocation avait été fort rapide. Après procès, le Conseil de l’Europe a perdu et à son grand dam, été obligé de me réintégrer en 2004. Fin du premier round.

 

Le second round s’est livré à l’occasion de la parution de La France LICRAtisée. Cette fois, il m’a été reproché des propos sur l’islam. Je ne vais pas rappeler les quelques paragraphes incriminés, du genre :

 

« Si les musulmans sont aujourd’hui installés chez nous en nombre sans cesse grandissant, c’est bien parce que des politiques irresponsables et veules, sous la pression d’associations dites antiracistes, mais en réalité antinationales et anti-identitaires, leur ont ouvert toutes grandes les portes sans même leur demander en contrepartie de faire l’effort de s’adapter à notre société ».

 

Franchement, en écrivant cela, je n’avais pas inventé l’eau chaude, mais c’était trop pour mon employeur qui a derechef intenté une nouvelle procédure. Cette fois pour me rétrograder. C’était en 2008 et cette fois il a gagné. Je me suis fait un plaisir et un devoir de raconter les péripéties de ce second procès (17 au 20 janvier 2009, archives du blog).

 

Depuis lors, une belle ponction est faite chaque mois sur mon salaire. C’était le but recherché : m’attaquer au portefeuille puisqu’on ne pouvait pas me faire taire. Je précise que dans les deux cas, si je m’étais « excusée », si j’avais exprimé des regrets, les choses se seraient arrangées.

 

Mais je ne l’ai pas fait. J’ai préféré assumer mes propos et leurs conséquences dans un système de verrouillage de l’expression. Un système où seuls ceux qui font semblant de s’opposer - mais attention, en n’allant pas trop loin - sont admis.

 

Zemmour pourra continuer à palabrer, un peu plus prudemment maintenant qu’il s’est fait taper sur les doigts, à la télé. Et peut-être même continuer à passer pour un « rebelle » aux yeux des gogos.

 

 

 

 

* Dans une lettre longue comme un jour sans pain (voir lien ci-dessous)

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2010-03-25/la-lettre-d-eric-zemmour-au-president-de-la-licra/920/0/437709

 

24/03/2010

PETITE LECON DE BOOMERANG …

images.jpgIl est assez jouissif de constater le désordre chez l’ennemi. La Ligue de défense juive s’en prend à la LICRA coupable à ses yeux de vouloir attaquer en justice Eric Zemmour*, celui qui est invité partout pour dire tout haut ce que nous autres n’avons même pas le droit de susurrer tout bas.

Pour se venger de cet outrage, la LDJ s’en prend au trombinoscope du bureau exécutif de la LICRA. Ce qui nous donne :

« Ségrégation à la LICRA ?

Voir la paille dans l’œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien.

Veuillez trouver ci après les photos des membres du Bureau exécutif de la Licra.

Pour une organisation antiraciste ,la composition de ce bureau n’est-elle marquée par une sorte de ségrégation vis à vis des communautés arabe et noire ? »

* Aux dernières nouvelles, Zemmour aurait platement présenté ses excuses à la LICRA, qui passera sûrement l'éponge. Il faut dire que ça faisait désordre ...

Source : http://www.liguededefensejuive.net/spip.php?article1560

Allez vite voir le trombinoscope en question (lien plus haut). Vous serez morts de rire. C’est un scandale !!! comme aurait dit notre pote Marchais. Il faut prévenir la Halde d’urgence !

D’ailleurs à peine arrivé, le nouveau président de la LICRA en prend plein les gencives. A voir sur le site Riposte Laïque :

« MAITRES-CENSEURS

L’inquiétant Alain Jakubowicz, nouveau président de la Licra, et son futur fossoyeur

Un virage à 180 degrés est en train de s’annoncer à la direction de la Licra. Elu depuis quelques semaines, en remplacement de Patrick Gaubert, aujourd’hui président du Haut Commissariat à l’Intégration (HCI), le nouveau président entend "rectifier" la ligne de la Licra, sans toutefois désavouer son prédécesseur !

Cette association antiraciste, spécialisée dans la lutte contre l’antisémitisme, a longtemps refusé de suivre le Mrap et la LDH dans leur complaisance avec l’offensive islamiste.

Avec SOS Racisme, à l’époque où Malek Boutih en était le président, ils constituaient un axe plus sensible aux thèses laïques et républicaines, offrant une alternative intéressante aux vrais antiracistes qui ne supportaient plus les duettistes Aounit-Tubiana.

Certes, au sein de la Licra, cette fracture entre communautaristes et laïques existait. Quoi de commun entre Alain Seksig, Inspecteur de l’Education nationale et co-président de la Commission Education de la LICRA, et le triste Grégoire Bouvier, président de la Licra de Nancy, et avocat qui rejoignit, lors du procès de Fanny, le Mrap et la LDH dans l’ignominie ?

Mais il semble qu’avec Alain Jakubowick la Licra risque de passer à la vitesse supérieure. En effet, quelques actions passées de son nouveau président, avocat, montrent clairement à quel personnage nous avons affaire.

Rappelons-nous notamment une affaire qui a mis aux prises notre amie Michèle Vianès, présidente de Regards de Femmes, avec Saida Kada, membre de l’UOIF, très proche de Tariq Ramadan, qu’elle accompagnait dans tous ses déplacements.

Au sein d’une commission municipale, siégeant à la mairie de Lyon, Michèle avait refusé de devoir subir le voile de Saida Kada, y voyant une entorse aux principes laïques, dans une institution de la République.

http://www.liberation.fr/societe/0101429128-a-lyon-un-foulard-crispe-des-feministes

Le président de cette institution s’appelait alors Alain Jakubowicz. Le moins qu’on puisse dire est qu’il fut d’une grande complaisance avec la disciple de Tariq Ramadan dans cette affaire. Il osa d’abord demander à Michèle si elle serait gênée de la même manière si cette femme portait un foulard Hermès ! Blondel compare la burqa à la mini-jupe, Jakubowicz compare le voile islamique, uniforme de l’islam, à un foulard Hermès ! Il ajouta même : « D’abord, le Conseil d’Etat a tranché cette question et nous n’avons pas à interdire le port du foulard. Ensuite, dans ce type d’instance, chacun doit être respecté pour ce qu’il est et ce qu’il pense. C’est vrai des droits de la femme, mais aussi de la liberté de conscience. Nous ne pouvons accepter que l’on dise qu’une femme est manipulée simplement parce qu’elle porte le foulard. »

Dans cette logique, Jakubowicz se crut même autorisé à embaucher une stagiaire voilée.

http://www.lespotinsdangele.com/post/2009/09/Jakubowicz-jette-un-voile-sur-son-pass%C3%A9

Dans une interview à la Tribune de Lyon, il fera même preuve d’une petite audace, sur le voile intégral, mais se rattrapera immédiatement : "Le port d’un voile (un fichu comme disaient nos grands-mères) ne me pose aucun problème, en dehors de l’école et des services publics."

http://www.tribunedelyon.fr/index.php ?actus/le-regard-de/14308-alain-jakubowicz- :-savoir-dire—non— !

Voilà l’homme qui, faisant le sale boulot auparavant réservé à Mouloud Aounit, se permet de traîner Eric Zemmour devant les tribunaux. Voilà l’homme qui va couler la Licra, aussi sûrement qu’Aounit a coulé le Mrap, que Tubiana-Dubois ont coulé la LDH, et que Sopo est en train de couler SOS Racisme.

A moins que les militants laïques de la Licra n’aient un réflexe de survie... »

Source : http://www.ripostelaique.com/L-inquietant-Alain-Jakubowicz.html

01/02/2010

CHANGEMENT DANS LA CONTINUITE

22.jpgLa LICRA a élu hier son nouveau président : l’avocat lyonnais Alain Jakubowicz, qui succède à Patrick Gaubert, détenteur de ce poste depuis 1999.

Un politique succède donc à un autre à la tête de l’officine « apolitique » puisque Gaubert était jusqu’en 2009 eurodéputé UMP et que Jakubowicz a été adjoint au maire Michel Noir de 1989 à 1995.

« Elu au Conseil Municipal de Lyon en 1989 et nommé par Michel Noir adjoint chargé du « respect des droits », Alain Jakubowicz a conduit le dossier de la construction de la mosquée de Lyon et celui de la création du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation.

Il a à cette époque constitué une commission extra municipale dite du « Respect des Droits ».

Il ne s’est pas représenté aux municipales de 1995 pour se consacrer à la Présidence du CRIF Rhône-Alpes à laquelle il a été élu ainsi qu’au Comité Directeur du CRIF National jusqu’en 2004.

En 2001, le nouveau Maire de Lyon, Gérard Collomb, lui a demandé de reprendre la présidence de la commission qu’il avait créée, désormais dénommée Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits (www.clrd.org). Renouvelé dans ce mandat en 2008, il en a
démissionné en juin 2009. »

 

Membre du comité directeur de la LICRA depuis 1986, il présidait depuis 2007 sa commission juridique. Il a également été l'avocat du Consistoire israélite de France aux procès de Klaus Barbie (1987), Paul Touvier (1994) et de Maurice Papon (1997).

 

Notons au passage la très grande proximité et les passerelles fonctionnant systématiquement entre les diverses organisations communautaires, style Crif et LICRA, en ce cas présent. Un moyen efficace d'étendre les réseaux et de démultiplier l'effet des actions.

22/01/2010

NOUS AUSSI NOUS SOMMES POUR LA TRANSPARENCE

« Une ONG israélienne intente des poursuites à la Commission européenne

 

NGO Monitor, une organisation israélienne suivant de près les activités des Ong impliquées dans le conflit israélo-palestinien, a saisi la Cour européenne de justice au Luxembourg contre la Commission européenne pour qu'elle fasse preuve de transparence et publie les documents sur l'ampleur et les voies de financement de ces Ong. Selon les chiffres de NGO Monitor, la Commission a versé quelque 180 millions de shekels depuis 2005 à ces organisations qui ne les utilisent que pour des activités anti-israéliennes. »

 

Ceci est une excellente idée et j’attends avec intérêt la suite des événements. L’argent public doit être transparent et je souhaite vivement connaître moi aussi « l’ampleur et les voies de financement » de toutes les assoces style Crif et LICRA qui reçoivent de l’argent public à longueur d’année. Et de tous les côtés: collectivités locales, nationales, ministères, etc, etc, etc.

 

La liste est longue et on aimerait savoir, puisqu’il s’agit de notre argent, combien ces gens-là récupèrent.

En sachant que le Crif, pour prendre cet exemple éclairant, se démultiplie à son tour en 60 associations qui elles aussi, sont « aidées » au titre de leurs activités propres, toutes éminentes et de première nécessité pour la vie de la nation. Et vous allez rire – jaune – mais certaines de ces assocations faisant partie du Crif, se décomposent, à leur tour, en associations qui, elles aussi, etc, etc,etc. Le principe très astucieux des boîtes gigognes.

 

La Commission européenne, qui a les moyens - les nôtres -  aurait donc versé 180 millions de shekels en cinq ans à des assoces palestiniennes. Ce qui nous fait un peu plus de 34 millions d’euros. Soit une moyenne d’environ 6,8 millions d’euros par an.

 

Toutes assoces sionistes confondues, établies dans le beau pays des droits de l’homme, j’aimerais bien connaître le montant total de l’argent public qui leur a été généreusement offert par les « responsables » politiques français sur la même période. Chiche que ceux qui aiment tant donner des leçons de vertu aux autres ne verront aucun inconvénient à faire connaître ces chiffres. Qui, encore une fois, devraient être parfaitement publics et connus de tous. Voyons si la Cour de justice de Luxembourg aura l’imprudence d’ouvrir cette boîte de Pandore…

 

Source : http://www.guysen.com/news_Une-ONG-israelienne-intente-des-poursuites-a-la-Commission-europeenne_260709.html

 

04/08/2009

L’IMMIGRATION, UNE CHANCE POUR ISRAEL

Je reviens sur le sujet d’hier car, vous serez d'accord avec moi, il soulève des questions fort intéressantes. Sans compter que c’est un domaine que nous connaissons bien, nous autres Français. Grâce surtout, rendons-lui cette justice, à la LICRA et consorts.

 

Mais oui, c’est elle – et la ribambelle de ses amis - qui nous a ouvert les yeux sur les splendeurs du droit à la différence, les richesses incalculables nichées en tout étranger nous faisant l’honneur de bien vouloir s'installer chez nous. Sans les efforts inlassables de tous ces gens désintéressés, est-il sûr que nous nous en serions rendu compte par nous-mêmes ?

 

C’est pourquoi, devant cette fois l’incompréhensible mutisme de la LICRA – et autres CRIF – sur ce sujet tellement sensible, j’ai envie de tirer la sonnette d’alarme et de prévenir solennellement Israël. Attention ! Sans vous en rendre compte, une véritable catastrophe vous guette !! En vous privant ainsi inconsidérément de 300 000 immigrés clandestins (tiens, ils ne sont pas sans papiers, eux, ils ont de la chance), vous vous privez d’autant de chances incroyables pour l’avenir. Toutes ces forces, toutes ces richesses que vous rejetez sans réfléchir à la mer, y avez-vous pensé ?

 

Vous ne voulez donc pas vous enrichir à leur contact ? Comme nous? Positivement incroyable. Il n’y a donc pas de LICRA chez vous pour vous garder dans le droit chemin ? Pas de Bernard Stasi pour pondre un livre définitif sur le sujet ?

 

Vous n’allez quand même pas nous faire croire que vous seriez … xénophobes ?? Non, non, laissez ça à ces sales racistes de Français. Ces sales racistes qui ont quand même, dans un moment d’aberration – en 1976, merci Chirac – autorisé le regroupement familial. Alors que vous, si j’ai bien compris, vous en seriez plutôt à l’expulsion familiale.

 

Non, non, nous vous empêcherons de commettre l’irréparable. Gardez précieusement ces forces vives, tout comme nous l’avons fait nous-mêmes, vous en aurez tellement besoin à l’avenir. Si, si, vous verrez, un jour vous nous remercierez.

14/01/2009

JE TE TIENS, TU ME TIENS PAR LA BARBICHETTE …

Je parie que vous ignorez tout de l’Institut International de Promotion et de Prestige, qui est une organisation apolitique indépendante de toute attache gouvernementale basée à Genève et coopérant avec l’UNESCO. Vous avez tort car c’est un machin qui se prend très au sérieux et qui ne fraie pas avec le quidam de base. Je n’ai malheureusement pas réussi à trouver d’où l’IIPP tirait son financement, il serait pourtant intéressant de le savoir. Mais, allez savoir pourquoi, son site (www.iipp.org ) est d’une discrétion de rosière à ce sujet. Il est vrai que parler d’argent, dans ces sphères, c’est d’un vulgaire …

« Fondé en 1963, à Genève, et présent dans 76 pays au travers de ses membres émanant des cercles politique, diplomatique, scientifique, culturel et économique, l'Institut International de Promotion et de Prestige a pour vocation la recherche dans tous les pays du monde d’hommes, institutions, groupements et entreprises, dont les activités, les réalisations et les travaux méritent d’être désignés à l’attention d’une large audience par la remise d’une distinction internationale.

Pour atteindre cet objectif, notre Institut propose à son jury consultatif représentant de nombreux pays, d’examiner les éléments qui méritent d’être mis en « lumière », afin d’envisager éventuellement cette opération de communication et de relations publiques au plus haut niveau.

L’IIPP décerne :
 Le Trophée International.
Remis aux entreprises et institutions ayant atteint un rayonnement international de tout premier plan.

 Le Prix de Promotion Internationale.
Réservé aux entreprises en pleine expansion, tendant à la conquête des marchés étrangers.

 Le Mérite au Développement.
Décerné pour encourager les hommes, institutions, collectivités, entreprises, qui contribuent à l'expansion d'un domaine d'activité dans les secteurs de l'économie, industrie, artisanat, culture et social.

 La Médaille Internationale Humanitaire.
Destinée à honorer ceux qui s'efforcent d'améliorer la condition Humaine ».

Humaine avec un grand « H », vous aurez noté. Vous devez vous demander pourquoi je vous bassine avec ce machin. C’est simple : hier, il a décerné son Trophée International Humanitaire à une association que nous connaissons bien et qui est chère (ô combien !) à notre cœur : la LICRA soi-même.

Très émue, la LICRA a donc reçu, sous les yeux de Simone qui était là elle aussi, son prix des mains de la présidente du Comité exécutif et du Comité consultatif de l'IIPP, à savoir Mme Gisèle Rutman.

En recherchant des photos, j’ai découvert que Mme Rutman était déjà présidente du comité en … 1980. Il ne doit pas y avoir souvent des élections, chez eux.

objectifs.gif

Dernier petit point de détail : oserais-je suggérer à ces éminences de vérifier l’orthographe sur leur site? Pour un institut aussi prestigieux, une faute aussi grossière, moi, ça m’a choquée. Pas vous ?

07/01/2009

QUELLE HOUTSPAH !

« Le CRIF juge absolument inconcevable que le conflit israélo-palestinien se déplace en France. 

 

Invité de RTL, lundi 5 janvier, le président du CRIF, Richard Prasquier, a déclaré qu'il était "absolument inconcevable" que le conflit israélo-palestinien se transplante en France.

"Il est absolument inconcevable que le conflit israélo-palestinien se transporte en France (...) Il n'y a aucune raison que la France vive le conflit israélo-palestinien. C'est quelque chose qui a failli survenir il y a huit ans au début de l'Intifada, il n'est pas question que cela recommence", a déclaré sur RTL le président du Conseil représentatif des institutions juives de France. (…) ».

 

Source : http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=13098&returnto=accueil/main&artyd=2

 

« Il n'y a aucune raison que la France vive le conflit israélo-palestinien. » Non en effet, il n’y en aurait strictement aucune. Ce ne sont pas nos oignons et nous avons d’autres chats à fouetter.

 

SAUF QUE depuis plus de trente ans, LICRA et associations communautaires s’ingénient à faire entrer en France une immigration de peuplement  massive. Tous ces étrangers sont là maintenant, avec les risques d'explosion inhérents.

SAUF QUE tous les mouvements de résistance à cette immigration extra-européenne ont été  - par les mêmes - diabolisés et éjectés sans ménagement de l’espace public. La pensée unique règne désormais sans partage. Dans l'indifférence à peu près générale, d'ailleurs.

SAUF QUE toujours les mêmes ont fait le forcing pour qu’un arsenal de législations « antiracistes » particulièrement répressives se mette en place. Il y est et baîllonne tout le pays.

 

Si le CRIF doute de la réalité de ces phénomènes et de l’origine de leurs initiateurs, je lui suggère la lecture de La France LICRAtisée, que je me ferai même un plaisir de lui offrir si nécessaire.

Alors, oui, ça a marché et le plan s’est bien déroulé. La cohésion « nationale », qui faisait tellement peur à certains, a volé en éclats. Le problème, c’est qu’aujourd’hui  - le nombre aidant -  le piège risque de se refermer un peu différemment de ce qui était prévu. Pas de chance, hein ? Nous, comme on n’a de toute façon plus rien à dire, on se contentera de regarder. Et de marquer les points.

 

Je relaie ci-dessous un communiqué de La Nouvelle Droite Populaire, que je trouve très pertinent :

 

« Mais que va faire Nicolas Sarkozy en Egypte, en Israël, en Syrie et au Liban ?

 

Au moment où les voitures flambent dans toute la France, où l’économie s’effondre et où le chômage explose, Sarkozy, tout à la nostalgie de sa très courte présidence de l’Union européenne, joue les prolongations en cherchant à s’octroyer un rôle majeur dans le conflit du Proche-Orient.

 

Foutaises que tout cela. Sarkozy, la France et l’Europe ne pèsent rien dans un conflit qui, au demeurant, ne les concerne en rien.

 

C’est en France et en Europe que se situent les défis qui nous concernent, pas au Proche-Orient. Face à l’invasion que nous subissons, face à l’insécurité grandissante, face à la crise économique majeure qui nous submerge, la réponse radicale doit être française et européenne.

 

Tout le reste n’est que billevesées…»