Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2008

LES JUIFS DE LIBYE (JADIS) RECLAMENT LEUR PART

ACTE 1 : En 1911, l’Italie, pour diverses raisons qui sortent du sujet, occupe militairement la Tripolitaine-Cyrénaïque – plus connue aujourd’hui sous le nom de Libye. Le pays, qui faisait alors partie de l’empire ottoman, deviendra en 1930 une colonie italienne et le restera jusqu’en 1942. Au moment de l’arrivée des Italiens, c’était un pays désertique où se pratiquait l’esclavage à grande échelle. Ce juteux commerce fut interdit par les nouveaux arrivés. Ces derniers construisirent également les infrastructures nécessaires à un début de développement de la région. Mais oui, bon, ils étaient là en colonisateurs. Et c’est très mal vu de nos jours.

 

khadafi.jpgACTE 2 : Fin août, Berlusconi se rend en Libye et là, présente officiellement ses excuses et offre sa repentance la plus plate à Khadafi pour la période de colonisation. A titre de compensation, il promet le versement, au cours des 25 prochaines années, de 5 milliards de dollars, soit 200 millions de dollars par an. Cette somme doit en principe servir à construire des autoroutes, des logements, etc.

Cette cérémonie au plus haut niveau – non dénuée d’arrières pensées « énergétiques » - donna lieu à un exercice de cirage de pompes du plus bel effet : « Il est de mon devoir, en tant que chef du gouvernement, de vous exprimer au nom du peuple italien notre regret et nos excuses pour les blessures profondes que vous nous avons causées », dira Berlusconi.

"Le peuple libyen a subi une injustice et a été agressé chez lui et il mérite excuses et compensations", répondra le colonel, qui buvait du petit-lait.

Soit dit en passant, l’accord a déchaîné en Italie la colère de l’association des rapatriés italiens de Libye qui se bat depuis près de 40 ans – en vain - pour une compensation de l’Etat en faveur des milliers d’Italiens chassés du pays par Khadafi en 1970.

Et puis, question subsidiaire : comment se fait-il que la Libye, qui a du pétrole, ait tellement besoin des subsides et de l’aide des Occidentaux pour construire ses infrastructures ? Elle n’y arrive pas toute seule ?

 

ACTE 3 : Comment ça, Khadafi s’apprête à recevoir un bakchich des Italiens et nous rien !!!??? Impensable !  Meïr Kahakon, président de l’association des juifs de Libye, la « World Organization of Libyan Jews », vient donc de prendre sa plus belle plume pour écrire à Berlusconi afin de demander lui aussi sa part : « Nous estimons que l’Italie doit une compensation aux juifs de Libye pour les souffrances gravées aujourd’hui encore dans leur chair. (…) Les juifs de Libye ont souffert à la fois du colonialisme et de leur déportation dans les camps de travail et de concentration ».

Les rescapés, ou leurs descendants, ne vivent plus en Libye mais ont émigré depuis belle lurette en Israël. C’est là qu’ils espèrent recevoir leur part du gâteau.

D’ailleurs, pour faire bonne mesure, Kahakon a également écrit à Khadafi pour lui signifier qu’une partie de l’argent promis par les Italiens est fermement attendue en Israël. Le colonel va-t-il obtempérer ?

15/03/2008

LANCEMENT DU PORNO AUX ETATS-UNIS

A propos de la récente affaire du gouverneur de l’Etat de New York contraint à la démission pour les raisons que vous savez, Eliot Spitzer, un correspondant m’adresse un article de Nathan Abrams qui avait paru en 2004 dans The Jewish Quarterly, article consacré aux juifs dans l’industrie américaine du porno. http://www.jewishquarterly.org/article.asp?articleid=38  
 
J’ai fait quelques recherches, très rapides, et je me suis rendu compte que effectivement, des juifs étaient massivement présents dans cette « industrie » particulièrement juteuse. Et bien dans l’air du temps puisqu’elle procède d’une déshumanisation et d’une marchandisation de l’être humain dont nous pouvons observer la progression et les dégâts dans nos sociétés dites « avancées ». Si réaction il doit un jour y avoir – et nous sommes là pour ça, mais Dieu que c’est ingrat ! -  elle passe obligatoirement par la connaissance de quelques faits. Du style :

1361810315.jpgReuben Sturman : né en 1924 dans une famille de juifs russes immigrés. Un des plus gros bonnets du porno américain. Débute dans les « comic books » dans les années 50, mais se rend vite compte qu’il y a infiniment plus à gagner autrement. Sera le principal distributeur des magazines « pour adultes » des Etats-Unis dès la fin des années 60. Aura quasiment le monopole du porno en Amérique et en Europe jusqu’à son arrestation. Car il connaîtra deux décennies de divers démêlés avec la justice, pimentés par ses accointances avec la mafia américaine. Sera finalement emprisonné en 1989 pour refus de payer ses impôts et pour extorsion. Meurt en prison en 1997.

La famille Hirsch: d’abord le père, Fred, qui se voit offrir un bon job dans le porno par Sturman. Et qui volera ensuite de ses propres ailes en créant en 1978 une compagnie de distribution de vidéos X.

Et surtout le fils, Steven Hirsch : qui fonde en 1984 avec David James, Vivid Entertainment Group, qui est l’un des plus gros producteurs de films pornographiques au monde. Vivid vend ses productions sur son site internet et les distribue également sur le câble ou le satellite. Vous n’aurez aucun mal à comprendre pourquoi et comment les films X sont partout imposés sur les chaînes de télévision. Gare aux réacs qui s’y opposeraient ! Détail croustillant : Vivid ne fait tourner que des acteurs blancs, alors que les studios produisant des films à petit budget  font souvent appel à des acteurs noirs. Ce n’est pas chez eux que vous verrez un homme noir avec une femme blanche. Un 3ème larron, Bill Asher, a rejoint le duo précité.

835921062.jpgAl Goldstein : né en 1936, a fondé le magazine Screw, ainsi que la compagnie Milky Way Productions qui a fait faillite en 2004. Incroyable, à première vue. De faire faillite, s’entend. Ce ponte de l’industrie pornographique aux Etats-Unis a également co-écrit avec Josh Friedman un livre sur sa vie tapageuse: I, Goldstein : My Screwed Life. Et comme il ne manque pas d’humour et qu’il a un besoin urgent de refaire parler de lui, il a fait mine de se présenter à l’érection, pardon, à l’élection présidentielle de cette année.

2023985265.jpgSeth Warshavsky : né en 1973, pionnier de l’industrie pornographique sur Internet, fondateur du groupe Internet Entertainment Group (IEG). Le nom est neutre, le contenu l'est nettement moins. Avait débuté dès le collège en créant une « phone-sex operation ». A la suite de divers scandales et poursuites, a jugé plus prudent, fortune faite de toute façon, d’exporter ses talents à Bangkok où il vit depuis 2001.

Attention, je n’ai pas fait le tour de la question, qui pourrait s’enrichir de quelques autres numéros assez intéressants. Je n’ai survolé que les gros poissons, ceux qui ont lancé le mouvement et l’ont exploité au mieux en s’adaptant aux divers supports. Et en trouvant des clients en masse, hélas, il faut le reconnaître.

17:36 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : industrie, porno, usa, juifs

01/10/2007

LES JUIFS D'IRAN PREFERENT RESTER DANS LEUR PAYS

e96702cb6d7b3fd76e412d8b86956e44.jpg

 

Il existe à l’heure actuelle une communauté juive assez importante en Iran. C’est même numériquement la plus importante du Moyen-Orient, après Israël naturellement. Il semblerait que cette communauté ne se soit pas prêtée à une opération montée par leurs coreligionnaires émigrés aux Etats-Unis qui leur proposaient de partir en masse pour Israël en leur offrant de fortes sommes d’argent. Le journal britannique The Guardian s’est notamment fait l’écho de cette proposition fin juillet.

Des organisations juives américaines offraient en effet l’équivalent de 7 000 euros par personne à 30 000 euros par famille à ceux qui quitteraient l’Iran pour rejoindre Israël. Des sommes importantes, surtout rapportées au niveau de vie du pays, qui est très bas.

 

L’offre, qui avait l’aval des autorités israéliennes qui avaient pris soin de préciser que ce montant s’ajouterait aux aides accordées par l’Etat à tout immigrant, a cependant été rejetée par la Society of Iranian Jews qui a déclaré que l’identité nationale des juifs iraniens n’était pas à vendre: « Les juifs d’Iran comptent parmi les plus anciens Iraniens. Ils sont attachés à leur identité iranienne et à leur culture ».

Le seul député juif que compte le parlement islamique, Morris Motamed, a jugé cette proposition insultante et de nature à jeter le soupçon sur la loyauté de cette fraction de la population : « Cela suggère que les juifs iraniens pourraient émigrer pour de l’argent. Les juifs iraniens ont toujours été libres d’émigrer et les 3/4 d’entre eux l’ont fait après la révolution, mais 70% d’entre eux sont alors allés aux Etats-Unis, pas en Israël ».

L’Iran se caractérise par une grande diversité ethnique et religieuse. Le régime reconnaît la religion juive et un siège de député est réservé à cette minorité religieuse. Il existe également des écoles juives, avec cependant certaines restrictions de fonctionnement.

Il resterait actuellement environ 30 000 juifs en Iran. Ils étaient quelque 150 000 en 1948, dont beaucoup sont alors partis pour Israël. La deuxième grosse vague de départs a eu lieu lors de la révolution islamique de 1979.

Les relations entre l’Iran et Israël étaient plutôt au beau fixe avant 1979 puisque les deux pays travaillaient de concert sur divers projets, dont des recherches sur les missiles. Par la suite, des nuages sont venus assombrir le tableau, notamment lorsque des juifs iraniens ont été accusés par le régime islamique d’espionnage au profit d’Israël et des Etats-Unis. 13 d’entre eux avaient été arrêtés en 1999. Ils ont été libérés en 2003.

source: http://www.guardian.co.uk/international/story/0,,2125419,00.html

La photo plus haut représente le président de la république islamique d'Iran, Mohammed Khatami, et le chef des rabbins iraniens, Yousef Hamadani Cohen, lors d'une visite dans une synagogue en 2003.

25/08/2007

ON NE PRETE QU'AUX RICHES, N'EST-CE PAS?

Décidément, il arrive des commentaires intéressants et qui ouvrent des pistes. Ils reflètent bien sûr en premier lieu la pensée de leurs auteurs et on a parfaitement le droit de ne pas être entièrement d'accord. Et même celui de ne pas être d'accord du tout. L'intérêt, c'est de réfléchir à la complexité des choses et à leurs interactions parfois cachées. Ceci dit, gardons-nous de tomber dans l'obsession et de voir une certaine influence partout et en tout lieu. Bon, je sais, on ne prête qu'aux riches, mais quand même ... Tâchons de toujours rester dans l'information et de ne pas verser dans les suppositions ou les hypothèses. C'est d'ailleurs bien plus intéressant.

Je profite de ce petit couplet vertueux pour rappeler à mes honorables correspondants que ceci est un blog politique et non religieux, Dieu merci. Je préfère donc éviter toute remise en cause qui touche à ce domaine. Nous avons assez de sujets par ailleurs. Voici donc ci-après un commentaire signé Stan. Merci à lui.

"Ce lien est très instructif sur les juifs chinois: http://www.alliancefr.com/judaisme/cyberthora/dossier/chi... .

50d1c849794394f84665210da0aacccf.jpgOn y apprend que le premier écrit mentionnant des juifs en Chine date de 718: "Une lettre écrite en judéo persan, d'un juif chinois qui demande l'aide d'un coréligionnaire pour écouler un troupeau de moutons de qualité médiocre." Hahaha! Déjà ce sens du commerce, pour être gentil, dont ils sont si fiers...

En fait, les radanites étaient installé en Chine depuis un bout de temps, et ils étaient sur la route de la soie et des épices (Marco Polo les rencontrera à son arrivée en Chine).

Plus tard sous l'empire musulman, les juifs radanites sauront négocier le monopole du commerce à la fois sur la route de la soie, mais aussi sur les mers (donc fatalement, le trafic d'esclaves... La réputation des juifs dans les Balkans remonte d'ailleurs à cette époque lointaine où ces si belles femmes d'Europe centrale étaient vendues comme esclaves notamment en Andalousie).

a5d48e27a21fb4b643689d30dde8b7c6.jpgFait intéressant à noter: à partir d'environ 1500, les juifs chinois ont été forcés à s'assimiler, ce qui fait qu'aujourd'hui on rencontre deux types ethniques de juifs en Chine... Ceux qui ont des traits chinois, et que nous occidentaux ne pouvons distinguer des Hans (mais les Hans eux peuvent distinguer tous les autres types). Et il y a aussi les occidentaux, ceux qui sont arrivés de Russie il y a environ un siècle.

Il faut savoir que jusque dans les années 90, ces communautés n'étaient pas reconnues comme juives par les autorités rabbiniques ni par Israël. La situation a changé bien évidemment, après qu'il ait tout d'abord été déclaré comme stratégique par la grande assemblée des rabbins de nouer de solides relations avec la Chine, et ce par l'intermédiaire des juifs qui étaient réduits à l'abandon. Le but des rabbins: la survie du peuple juif jusqu'à l'arrivée de Macchiah, ce qui selon le Talmud se fait en se mettant sous la protection des puissants et en les servant (ce qui n'exclut pas les changements d'alliance, bien au contraire d'ailleurs, puisque si celui qu'on sert est perdu, autant se ranger du côté du plus fort, puisque le but n'est pas de trahir ou de ne pas trahir, le but est la survie du peuple jusqu'à l'arrivée du Macchiah, ce qui conditionne le reste).

Du coup, l'explosion des mariages mixtes à Shangai notamment où les juifs chinois sont nombreux, n'est pas un hasard, et n'est pas une trahison de la judéité... Il s'agit toujours de mariages entre juifs. Vous trouverez des informations et des photos sur google (mais pensez à chercher en anglais, il n'y a pas grand chose d'intéressant sur les recherches en français).

La conquête de l'Algérie grâce aux juifs fera bondir ceux-ci évidemment. Pourtant, c'est la stricte vérité: pendant des années le Dey d'Alger a fourni en blé la France révolutionnaire et les armées de Napoléon en Egypte et en Palestine. En charge de ce commerce, les juifs Busnach et Bacri qui avaient le monopole de ce commerce, conformément à la pratique dans l'empire musulman de laisser les juifs s'occuper de commerce et de finance (ce qui se révèlera être une erreur), car la recherche du profit et surtout les intérêts sont considérés comme immoraux dans l'Islam. Mais comme il faut bien que les états recherchent le profit et l'intérêt s'ils ne veulent pas se condamner à être dépassés par le voisin, il a bien fallu trouver une solution. La solution ce fut le monopole juif sur le commerce et la finance.

Donc à un moment donné, la France cesse de payer ce qu'elle doit à Busnach et Bacri, donc ce qui revient au Dey D'Alger... Notons que Busnach et Bacri entre temps, avaient pris soin de se réfugier en France, et de franciser leur nom (ils portaient des prénoms arabes avant, pratique répandue chez les juifs de prendre un nom couleur locale). Donc ils organisent leur insolvabilité, et les pourparlers avec le Dey dégénèrent... On parle du coup de l'éventail, mais ce n'est évidemment qu'un prétexte...

fae8a6f13a7256269e0e8b9a10232531.jpgLa preuve, dès que la conquête d'Alger est achevée, en 1830 (avec l'aide des juifs d'Alger qui accueillent les Français en libérateurs, alors qu'ils constituaient quand même une classe supérieure dans l'Algérie de l'époque... Un peu comme si Adler et Finkielkraut accueillaient une armée d'invasion américaine comme des libérateurs... Il est vrai que l'antisémitisme en France a atteint des niveaux intolérables...), donc dès que Alger est soumise, Jacob Bacri est nommé "Chef de la nation hébraïque" en Algérie... Bien sûr, ce n'était que pure coïncidence et le Bacri n'avait rien à voir dans la prise d'Alger...

D'ailleurs les plus grandes villes d'Algérie sont tombées grâce aux juifs: entre 1833 et 1842, les juifs participent à la prise d'Oran et de Constantine... La confusion du côté des musulmans viendra de ce qu'ils seront trahis par ceux-là mêmes qui prétendaient lutter avec eux (il y avait des juifs du côté musulman, pas tous traîtres, mais le résultat a été le même...). Les réformes à l'époque imposent que dans chaque conseil municipal, au moins un juif doit siéger (pas loin de la situation officieuse qu'on connaît en France en somme).

Il faut bien comprendre que pour les juifs, ce qui compte avant tout, c'est la survie et la prospérité de leur peuple. Le reste est secondaire... Ils se retrouveront donc automatiquement du côté du manche, et malheur aux vaincus...

Ainsi, des juifs (il est plus juste d'utiliser ce pluriel indéfini) ont aidé les arabes à prendre l'Andalousie (ils se sentaient persécutés, il est plus juste de dire se sentir que de dire qu'ils l'ont réellement été, puisque même la lecture des édits d'Isabelle La Catholique, la plus antisémite des reines d'Espagne, montre qu'elle est loin de la caricature de nazi qu'on en a faite dans l'inconscient collectif). Des juifs ont aidé les Français à prendre l'Algérie. Des juifs ont aidé les Algériens à chasser les Français...

Qui trouve son intérêt dans ce genre de chassé croisé?

Il suffit de se renseigner sur ce qu'a été la colonisation pour se rendre compte qu'elle a avant tout enrichi les grosses fortunes, souvent au détriment du petit français moyen qui devait payer des impôts et surtout donner parfois sa vie pour maintenir l'ordre dans les colonies, au profit des riches propriétaires terriens. Il n'est pas du tout sûr, loin de là, que le petit français moyen ait profité de la "grandeur" de la France coloniale, que personnellement j'estime avoir été le détournement de la puissance collective française (armée, administration...) pour servir des fortunes privées...

Un peu ce qui se passe en Irak en somme, où les USA sont en train de se faire saigner financièrement, moralement et humainement pour des intérêts totalement obscurs (enfin pas tant que ça quand on ouvre les yeux).

Nul doute qu'une fois les USA pressés comme un citron, les dollars et leur économie ruinés, un repositionnement stratégique de la part de l'oligarchie financière perpétuera ses intérêts... Nul doute que l'Amérique sera alors balayée par une vague d'antisémitisme spontanée et sans aucun rapport avec ce qui leur arrive!

Les USA risquent donc de connaître un peu ce que les Ottomans ou les arabes ont connu... Dans qq siècles, les descendants des juifs américains parleront peut être d'un âge d'or américain, où tout leur était permis... Mais ils nuanceront ces souvenirs en ravivant l'antisémitisme dont feront preuve les Américains à leur égard, justifiant a posteriori leur lâchage de l'Amérique sans tenir compte de la chronologie dans les inimitiés...

Je me pose quand même une question: les Chinois seront-ils assez naïfs pour commettre les mêmes erreurs que tous les autres peuples? Après tout, ce sont eux aussi des commerçants et des financiers par nature... Ils doivent connaître un peu la mentalité..."