Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2010

ENCORE UN

On se dépêche, on se dépêche, car à 88 printemps, faudrait pas que la « justice » traîne trop, maintenant. C’est que tout à coup il devient ultra-prioritaire de poursuivre cet individu, 70 ans après les faits. Alors que personne n’a jugé utile de le faire jusqu’à aujourd’hui.

 

 

« Un ancien nazi bientôt extradé des Etats-Unis à la demande du Congrès mondial Juif

 

Ronald S. Lauder, le Président du Congrès Juif Mondial a demandé publiquement aux tribunaux et aux autorités américaines de préparer rapidement l'extradition d'un criminel nazi. L'accusé, Peter Egner, âgé de 88 ans, doit comparaître dans un procès en Serbie pour génocide. 

 

« Les accusations portées conte Peter Egner sont d'une atrocité telle, qu'aucun délai supplémentaire (pour son jugement) ne doit être toléré », a expliqué Ronald S. Lauder. « La communauté juive de Serbie, mais également les Juifs du monde entier, attendent des criminels de guerre qu'ils soient déférés devant la justice, qu'importe leur âge », a-t-il ajouté.

 

Peter Egner est recherché à Belgrade pour avoir participé à l'assassinat de pas moins de 17000 civils, entre 1941 et 1943 en Yougoslavie occupée par l'Allemagne nazie. La plupart des victimes étaient des Juifs, des Roms ou encore des opposants politiques. Le gouvernement serbe a émis un mandat d'arrêt international à l'encontre de Peter Egner en avril 2010 et a déposé une demande d'extradition envers les autorités américaines au mois de novembre. »

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

 

 

18:21 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1)

21/12/2010

COMPTES ET MECOMPTES

Curieuse info, ci-dessous. Yad Vashem annonce avoir dûment répertorié quatre millions de « victimes de la barbarie nazie ». Dont 1,5 million ajoutés ces dix dernières années. Pourtant, au procès de Nuremberg, en 1946, 6 millions de victimes avaient été annoncées, chiffre depuis lors gravé dans l’airain. Comment a-t-on pu avancer ce chiffre, alors que tant de noms manquaient ?

 

Si l’on s’en tient aux affirmations de Yad Vashem, de la fin de la guerre à l’an 2000, il n’a été possible de donner un nom qu’à 2,5 millions de victimes.

Puis, les 10 années suivantes, 1,5 million de noms ont surgi du néant.

 

Reste l’épineux problème des 2 millions toujours obstinément manquants. Comment Yad Vashem va-t-il pouvoir « remplir sa mission » ?

« La mission de Yad Vashem

La direction de Yad Vashem a annoncé qu’elle avait réussi à recueillir jusqu’à présent les noms de quatre millions de victimes de la barbarie nazie, massacrées pendant la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit des deux tiers du chiffre total. Le président du Mémorial de la Shoah, Avner Shalev, a précisé qu’un million et demi de noms avaient été ajoutés au cours de ces dix dernières années. Et de souligner : « Les Allemands ne souhaitaient pas seulement éliminer physiquement les Juifs, ils voulaient également effacer leur souvenir. L’une de nos principales missions consiste donc à donner un visage et un nom à chacune des victimes ».

 

Source : http://www.israel7.com/2010/12/la-mission-de-yad-vashem/

19/12/2010

LES VERTUS DE L’OUBLI

Nous allons interrompre provisoirement notre série Les obsédés de la shoah pour rappeler qu’il serait faux de prétendre que cette obsession – intéressée – est partagée par l’ensemble de la communauté. Ce sont essentiellement les responsables communautaires ultrasionistes qui l’imposent pour des raisons politiques. Et qui auront en conséquence à rendre compte à leur communauté des inévitables dommages collatéraux par elle engendrés.

Yehuda Elkana a publié le texte suivant dans le journal israélien Haaretz le 2 mars 1988. Vingt-deux ans déjà. Et pourtant, à l’époque, ce culte n’avait pas encore atteint les proportions incroyables d’aujourd’hui. Je lis dans Le livre retrouvé de Simha Guterman les phrases suivantes à ce propos : « … C’est ce qui a conduit Jehuda Elkana, un survivant des camps, à écrire un article intitulé « Prière pour l’oubli », dans lequel il affirme que le pays doit se défaire de cette mémoire du désastre qui déforme sa vision de la réalité et menace son avenir. Cet article provocateur, que seul un rescapé d’Auschwitz (où il avait été déporté à dix ans) pouvait écrire, soulignait à quel point, justement, cette mémoire était devenue obsédante et gisait au cœur des choix et clivages politiques ».

Yehuda Elkana, Hongrois d’origine, a mené une carrière universitaire en Israël avant de prendre sa retraite, l’an dernier. Ce texte figure ci-après en anglais :

 

225px-ELKANA2.jpg

Yehuda Elkana

 

“The Need to Forget

 

I was carried off to Auschwitz as a boy of ten, and survived the Holocaust. The red Army freed us, and I spent a number of months in a Russian “Liberation Camp.” Later I concluded that there was not much difference in the conduct of many of the people I encountered: Germans, Austrians, Croats, Ukrainians, Hungarians, Russians, and others. It was clear to me that what happened in Germany could happen anywhere, and to any people, also to my own. On the other hand, I concluded that it is possible to prevent such horrible events by means of appropriate education and in the right political setting. There is not now, and never has been any historical process that necessarily leads to genocide.

 

For decades after my immigration to Israel, in 1948, I paid no conscious attention to whether there is a well-defined political and educational message to be derived from the Holocaust. Pre-occupied with my own future, I avoided theoretical generalizations about the uses of the past. It is not that I repressed or refused to speak about what had happened to me. I spoke often with my four children about the past and the lessons I had drawn form it. I shard emotions and thoughts with them - but only on the personal level. My reluctance to follow the Eichmann trial at all; my strong opposition to the Demjanjuk trial, my refusal to accompany my children on visits to “Yad Vashem” - these seemed to me mere personal preferences, perhaps somewhat idiosyncratic. Today, however, I see the matter in a different light.

 

Talking with my friends during recent weeks, I have felt a strange advantage over those who were born here and did not experience the Holocaust. Whenever there is a report of some “anomalous incident,” their initial reaction is a refusal to believe that it happened; only after reality slaps them in the face do they yield to the facts. Many then lose all sens of proportion and are willing to accept the line that “they’re all like that” or “the Israeli Army is like that”; or they loathe both the perpetrators of such deeds and hate the Arabs who have brought us to that. Many believe that the majority of Israelis are consumed by a profound hatred of the Arabs, and are equally convinced that the Arabs feel a profound hatred for us. None of this happens to me.

 

First of all, there is no “anomalous incident” that I have not seen with my own eyes. I mean this literally: I was an eye-witness to incident after incident; I saw a bulldozer bury people alive, I saw a rioting mob tear away the life-support system from old people in the hospital, I saw soldiers breaking the arms of a civilian population, including children. For me all this is not new. At the same time I do not generalize: I do not think that they all hate us; I do not think that all Jews hate the Arabs; I do not hate those responsible for the “anomalies” - but that does not mean that I condone their acts or that I do not expect them to be punished with the full severity of the law.

 

On the other hand, I am searching for deeper roots of what is happening these days. I am not one of those who believe that half of this nation are brutes. Most definitely I am not one of those who see brutality as an ethnic phenomenon. First of all I see no link between unrestrained conduct and ideological extremism. Furthermore, ideological extremism is more a characteristic of the Jews from Russia, Poland, and Germany, much more than of those whose origins are in North Africa or Asia.


Some hold that lack of security, economic, and social-pressures have produced a frustrated generation, seeing no future for themselves, individually and existentially - no hope of acquiring higher education and a profession, of supporting themselves respectably, of attaining suitable housing and a reasonable quality of life. It is difficult to estimate the veracity of this assumption, and especially to assess the number of people to whom this sort of frustration ostensibly applies. That personal frustration can lead to “anomalus” behaviour is well known.

 

Lately I have become more and more convinced that the deepest political and social factor that motivates much of Israeli society in its relations with the Palestinians is not personal frustration, but rather a profound existential “Angst” fed by a particular interpretation of the lessons of the Holocaust and the readiness to believe that the whole world is against us, and that we are the eternal victim. In this ancient belief, shared by so many today, I see the tragic and paradoxical victory of Hitler. Two nations, metaphorically speaking, emerged from the ashes of Auschwitz: a minority who assert, “this must never happen again,” and a frightened and haunted majority who assert, “this must never happen to us again.” It is self-evident that, if these are the only possible lessons, I have always held to the former and seen the latter as catastrophic.

 

Here I am not supporting one of these two positions, but rather wish to assert normatively that any philosophy of life nurtured solely or mostly by the Holocaust leads to disastrous consequences. Without ignoring the historic importance of collective memory, a climate in which an entire people determines its attitude to the present and shapes its future of that society, if it wants to live in relative tranquillity and relative security, like all other peoples. History and collective memory are an inseparable part of any culture but the past is not and must not be allowed to become the dominant element determining the future of society and the destiny of the people. The very existence of democracy is endangered when the memory of the dead participates actively in the democratic process. Fascist regimes understood this very well and acted on it. We understand it today, and it is no accident that many studies of Nazi Germany deal with the political mythology of the Third Reich. Relying on the lessons of the past in order to build the future, exploiting past suffering as a political argument - these mean involving the dead in the political life of the living.

 

Thomas Jefferson once wrote that democracy and worship of the past are incompatible. Democracy fosters the present and the future. Too much of “Zechor!” (Remember) and addiction to the past undermine the foundations of democracy.

Had the Holocaust not penetrated do deeply into the national consciousness, I doubt whether the conflict between Israelis and Palestinians would have led to so many “anomalies”, and even whether the political peace process would have been today in a blind alley.

 

I see no greater threat to the future of the State of Israel than the fact that the holocaust has systematically and forcefully penetrated the consciousness of the Israeli public, even that large segment that did not experience the Holocaust, as well as the generation what was born and grew up here. For the first time I understand the seriousness of what we were doing when, decade after decade, we sent every Israeli child on repeated visits to “Yad Vashem”. What did we want those tender youths to do


with the experience? We declaimed, insensitively and harshly, and without explanation: “Remember!” “Zechor!” To what purpose? What is the child supposed to do with these memories? Many of the pictures of those horrors are apt to be interpreted as a call to hate. “Zechor!” can easily be understood as a call for continuing and blind hatred.

 

It may be that it is important for the world at large to remember. I am not even sure about that, but in any case it is not our problem. Every nation, including the Germans, will decide their own way and on the basis of their own criteria, whether they want to remember or not.

For our part, we must learn to forget! Today I see no more important political and educational task for the leaders of this nation than to take their stand on the side of life, to dedicate themselves to creating our future, and not to be preoccupied from morning to night, with symbols, ceremonies, and lessons of the Holocaust. They must uproot the domination of that historical “remember!” over our lives.

 

What I have written her is harsh, and, unlike my custom, stated in black-and-white. This is no accident or a transient mood on my part. I have found no better way to indicate the seriousness of the problem. I know full well that no nation does or should totally forget its past, with all that is included therein. Of course there are some myths that are essential for building our future, like the myth of excellence or the myth of creativity; certainly it is not my intention that we cease teaching our history. What I am trying is to displace the Holocaust from being the central axis of our national experience.”

 

27/11/2010

QU’EN TERMES GALANTS CES CHOSES-LA SONT DITES …

Pas de noms gênants. Pas de responsabilité. Juste assez de mémoire pour marquer le coup mais sans faire trop de vagues. Bien sûr, pas de commémorations cinquante fois par an. Ah, il n’y a pas à dire, il y a victime et victime.

Vous allez lire ci-dessous le compte-rendu très politiquement correct de Ria Novosti et ensuite, je me permettrai de rappeler ce que j’écrivais à propos de l’Holodomor dans La France LICRAtisée.

 

« L'Ukraine commémore les victimes de la famine des 1932-1933

 

187977918.jpg

KIEV, 27 novembre - RIA Novosti

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch et le premier ministre du pays Nikolaï Azarov ont rendu hommage samedi aux millions d'Ukrainiens victimes de la grande famine des années 1932-1933 en URSS.

 

M.Ianoukovitch a déposé une gerbe de blé et a allumé un cierge devant le mémorial aux victimes de la famine. Les deux dirigeants du pays ont observé une minute de silence et ont participé à un service religieux célébré par le chef de l'Eglise orthodoxe d'Ukraine, le métropolite Vladimir.

 

Provoquée par une sécheresse et des excès de la collectivisation forcée des terres en URSS la famine de 1932-1933 a touché les grandes régions agricoles de l'URSS: l'Ukraine, la Russie centrale, la Basse et la Moyenne Volga, la Sibérie occidentale, l'Oural du Sud, le Kazakhstan, le Caucase du Nord. Selon différentes informations, la famine a fait entre 7 et 8 millions de morts dont entre 3 et 3,5 millions en Ukraine, 2 millions au Kazakhstan et entre 2 et 2,5 millions dans la république soviétique de Russie.

 

Sous la présidence de Viktor Iouchtchenko, Kiev considérait que la famine, qu'il appelle Holodomor ("extermination par la faim"), avait été organisée pour exterminer précisément le peuple ukrainien. L'Ukraine a tenté d'en persuader la communauté internationale. Moscou est toujours hostile à une telle interprétation des faits. L'actuel président ukrainien Viktor Ianoukovitch a déclaré en avril 2010 à Strasbourg qu'il serait injuste d'affirmer que la grande famine des années 1930 était le génocide d'un seul peuple.

 

Source : http://fr.rian.ru/infographie/20080802/115429735.html

 

 

 

Le génocide ukrainien (extrait de La France LICRAtisée)

 

L’Ukraine, décidément région martyre, va être le théâtre principal, durant ces années d’avant-guerre, d’un épouvantable crime contre l’humanité qui disparaîtra promptement dans un trou noir de l’histoire. Malgré les guerres, elle reste une région agricole riche et sa population continue à manifester un vif esprit d’indépendance, que le pouvoir va s’employer à briser. En représailles contre la résistance des populations paysannes à la collectivisation forcée, le régime bolchevique organise délibérément une abominable famine en 1932-1933.

 

Cette famine provoquée touchera principalement l’Ukraine, mais sévira aussi dans le Caucase du nord et dans le Kazakhstan. Pour accomplir ce forfait, qui sera toujours nié par le pouvoir, Staline envoie sur place les commissaires Viatcheslav Molotov et Lazar Kaganovitch ainsi que Genrikh Yagoda, chef de la tchéka. Leur mission est « d’accélérer les collectes » et d’empêcher à tout prix les paysans de fuir vers les villes.

 

Plus de six millions de personnes, dont environ deux millions d’enfants, vont mourir de faim, ainsi que du typhus, durant cette famine sciemment organisée par le pouvoir bolchevique.

Le cannibalisme réapparaîtra. Des affiches représentant une femme et son enfant, sous le slogan « Manger son enfant est un acte barbare », seront placardées.

 

Pendant ces deux années où il affame volontairement toute une population, le gouvernement des soviets exportera à l’étranger dix-huit millions de quintaux de blé.

 

Cette tragédie est connue en Europe occidentale. Des journaux publient des témoignages de rescapés, et des voix s’élèvent pour dénoncer cette barbarie. Mais Édouard Herriot souhaite mener, en sa qualité de président du Conseil – jusqu’en décembre 1932 – une politique de rapprochement avec l’Union soviétique. Ces révélations sont gênantes. Il convient d’effacer cette mauvaise impression par un témoignage incontestable : le sien.

Devenu en février 1933 président de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale, il se rend donc en Ukraine en août 1933, accompagné de la journaliste Geneviève Tabouis. Et fait à son retour cette déclaration historique : « J’ai traversé l’Ukraine. Eh bien ! je vous affirme que je l’ai vue tel un jardin en plein rendement. On assure, me dites-vous, que cette contrée vit à cette heure une époque attristée ? Je ne peux parler de ce que je n’ai pas vu. Pourtant je me suis fait conduire dans des endroits éprouvés. Or je n’ai constaté que la prospérité… »

 

Toute une mise en scène destinée à lui permettre de ne rien voir d’indésirable et donc de mentir avec un semblant de vérité, a en effet été déployée. Après tout, qu’est-ce que la vérité, surtout en matière politique ? Ne disait-il pas lui-même: "Une vérité est un mensonge qui a longtemps servi"?

 

Ce crime gigantesque commis par les bolcheviques est donc connu par la gauche française, mais occulté. Seul l’antisémitisme de Hitler est, durant le même temps, dénoncé à longueur de colonnes dans le DDV [Droit De Vivre, journal de la LICRA] En 1932, alors que ce dernier n’est pas encore chancelier, le DDV proclame : « La clef de l’antisémitisme est en Allemagne et chaque voix gagnée par Hitler est une voix gagnée par l’internationale du pogrom ».

 xxx

J'ajouterai que Lazar Kaganovitch, qui fut le n°2 du pays après Staline de 1938 à 1957, et gagna ses galons dans le Caucase du nord lors de l'Holodomor où il manifesta ses talents avec éclat, est mort tranquillement dans son lit ... en 1991, à l'âge de 98 ans. Sans que personne ne lui ait jamais demandé le moindre compte. Là, curieusement, "justice n'a jamais été faite".

26/11/2010

SUBTILE REHABILITATION D’UN SALAUD INTEGRAL

17ff170a-dddb-11df-9971-401c095ef742.jpg

J’ai lu ce qui suit sur le site juif.org qui l’a lui-même repris du Figaro. Apparemment, une série de bandes dessinées « historiques » relate l’histoire de Joseph Joinovici à sa sauce. Dans le registre : bon, c’est vrai, il a collaboré, mais enfin, quoi, les temps étaient durs. Et puis n’oublions pas qu’il a sauvé 150 juifs ! Finalement, il mériterait bien 150 médailles « du Juste », pas vrai ?

N’en déplaise aux auteurs de la BD, le personnage était parfaitement ignoble. Une ordure finie et intégrale qui s’est acheté – c’est le cas de le dire – une conduite quand il a vu que les choses tournaient mal. A la suite de l’article du Figaro, j’ai retranscris un des deux chapitres que Jean-Claude Valla consacre à ce sinistre individu dans Ces juifs de France qui ont collaboré, dont je vous recommande vivement la lecture (disponible sur amazon). Vous y apprendrez plus de choses que dans la BD. J’ai fortement résumé le 2e chapitre car j’en avais un peu assez de taper. Mais pourtant, il vaut la lecture, je vous prie de le croire.

Ce n’est pas la première « réhabilitation ». Josée Dayan avait déjà consacré en 2001 un téléfilm hagiographique au même personnage largement revu et corrigé, et joué par Roger Hanin. C’est ce téléfilm qui a dû inspirer les BD.

1) Article du Figaro : « M. Joseph, juif, collabo et résistant face à la Libération »

« Lefigaro.fr sélectionne un album qui vient de paraître et analyse des planches image par image. Cette semaine, le quatrième tome de la série Il était une fois en France, intitulé Aux armes, citoyens ! signé Fabien Nury et Sylvain Vallée (Glénat).

 

Les auteurs

Né en 1976, Fabien Nury effectue ses premières armes dans la publicité en tant que concepteur-rédacteur et responsable de création en 1998. (…) En 2006, il crée avec Sylvain Vallée la série culte Il était une fois en France, qui retrace, d'après sa véritable histoire, la vie de Joseph Joanovici, juif, milliardaire, ferrailleur et collabo sous l'Occupation. Ce quatrième tome fait également partie de la sélection officielle d'Angoulême 2011.

Né en 1972, Sylvain Vallée entre après un bac artistique à l'école Saint-Luc de Bruxelles de laquelle il sort diplômé pour devenir illustrateur indépendant.(…) Vendue à 300.000 exemplaires, la saga Il était une fois en France plusieurs fois sélectionnée à Angoulême et détentrice de nombreux prix, lui a permis de se faire connaître auprès d'un large public.

L'album

Eté 1944. La libération est proche. Alors que d'aucuns attendent ce moment avec impatience, Joseph Joanovici lui, a peur. Jusqu'à ce jour, à la fois collabo et résistant, son double jeu était bien huilé : il réussissait toujours à avoir un coup d'avance sur ses adversaires. La libération avance à grands pas, et avec elle la honte d'avoir participé au génocide de tout un peuple. Pour notre protagoniste, il faut faire vite. C'est une question de survie, comme toujours. Joseph n'a plus de répit, tout doit disparaître : ses états de service auprès du IIIe Reich , et surtout sa carte de gestapiste. Un juif qui a collaboré avec les nazis, peut-il y avoir pire crime ?

 
Fabien Nury a décidé de ne pas répondre à cette question. C'est en travaillant sur le scénario Les Brigades du tigre qu'il est tombé sur l'histoire incroyable de Joseph Joanovici. Au fil de ses recherches sur le personnage, il se rend compte que ceux qui ont écrit sur lui sont rarement d'accord : collabo et salaud pour les uns , grand résistant et bouc-émissaire pour les autres. Dans Il était une fois en France, son parti pris est de ni juger, ni de condamner. Certes il a collaboré, mais il a aussi sauvé 150 personnes des camps de la mort. Un grand paradoxe donc que le scénariste a choisi d'explorer, de mettre en exergue. Il fallait survivre coûte que coûte, préserver les siens, saisir toutes les opportunités. Le prix n'en est pas moins cher payé. Traqué, Joseph va être amené à sombrer un peu plus dans la noirceur, se salir les mains. Et affronter le regard impitoyable d'Eva, sa femme, qui découvre ses antécédents. Abattu Joseph ? Jamais ! Tel le roseau, il plie, mais ne rompt pas. Cependant, si dans les albums précédents, il pouvait être capable du pire et du meilleur, ici, le pire l'emporte.

La complexité du personnage est superbement relayée par le dessin réaliste de Sylvain Vallée, qui a su garder les deux aspects du personnage sans le faire chavirer d'un côté ou de l'autre. La variété des expressions de Joseph pouvant changer d'une case à l'autre, d'une seconde à l'autre, sont pleinement rendues. Tout se joue à quelques traits physiques, quelques coups de crayons que le dessinateur maîtrise à la perfection.

Finalement, Joseph Joanovici, grand héros ou salaud collabo ? Cet album, Aux armes citoyens, ne répond toujours pas à cette question, malgré un héros qui sombre de plus en plus dans le mal. L'ambiguïté est maintenue, le pari des deux auteurs, gagné.»

Source : http://www.juif.org/go-news-140935.php

 

2) Jean-Claude Valla, Ces juifs de France qui ont collaboré

 

 

ejoseph02.jpgRabatteur, kidnappeur et assassin, Oscar Reich était un enfant de chœur au regard d’une autre figure infiniment plus célèbre que lui : Joseph Joinovici. Né en 1905, ou en 1895, on ne sait pas au juste, dans le ghetto de Kichiniev en Bessarabie, ce juif est arrivé en France en 1925, ne sachant ni lire ni écrire. Des années durant, il s’exprimera dans un étrange sabir fait de yiddish, de roumain, de russe et de français. Mais il semble avoir toujours su compter et, si son corps est empâté, sa démarche lourde, sa cervelle est d’une agilité redoutable.

 

Lire la suite

25/11/2010

UN DE PERDU, UN DE RETROUVE

Nous parlions ces jours derniers du décès de Samuel Kunz, qui a plongé dans l’affliction ses persécuteurs qui espéraient un beau procès bien pédagogique pour février prochain. Il a eu le toupet de mourir avant. Raté, donc, pour celui-là. Mais tout n’est pas perdu car un autre se profile aussitôt. Ils en ont combien encore comme ça, dans leur manche ?

J’ai un peu de mal à comprendre : il aurait 60 ans, ce chef SS ? Quel âge ça lui faisait à la seconde guerre mondiale ? Il doit y avoir erreur. Une fois n’est pas coutume.

« Vers l'extradition d'un chef SS ?

Le centre Simon Wiesenthal a appelé l'Allemagne à extrader l'ancien SS hollandais Klaas Faber, 60 ans, déjà sous le coup d'un mandat d'arrêt hollandais. Faber, responsable de la mort de 22 personnes, avait fui en Allemagne après sa condamnation à mort en Hollande prononcée en 1952.

A Berlin, les responsables du ministère de la Justice, qui affirment réfléchir à la mise à exécution de la sanction pesant sur l'assassin, se penchent sur la possibilité d'emprisonner Faber après sa condamnation.

Ce n'est pas la première que des appels à extrader le criminel nazi se font entendre. En effet, le gouvernement hollandais a plusieurs fois réclamé officiellement son extradition afin qu'il puisse purger sa peine.

Selon Efraim Zuroff, chasseur de nazis au centre Simon Wiesenthal, "l'échec allemand quant à l'extradition de Faber vers la Hollande reflète une anomalie qui doit être corrigée, afin de pouvoir rendre justice". »

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1289993724768&a...

23/11/2010

PAS DE CHANCE (SUITE)

Nous nous demandions hier comment il se faisait que le présumé criminel de guerre nazi Samuel Kunz soit mort tranquillement à l’âge de 89 ans sans jamais avoir été inquiété au préalable. Quand on connaît la persévérance des chasseurs de nazis et la volonté de les punir à tout prix, on peut effectivement s’en étonner.

Dans l’article qui suit, on trouve un semblant d’explication. Que je me permettrai de commenter à la suite de l’article :

« Le criminel de guerre nazi Samuel Kunz, est décédé dans son lit jeudi dernier, à l’âge de 89 ans, sans avoir payé pour les meurtres innombrables auxquels il a participé pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est en effet responsable de la mort de 434 000 Juifs, déportés dans le camp d’extermination de Belzec, en Pologne, où il occupait les fonctions de gardien entre janvier 1942 et juillet 1943. Il échappe ainsi à une procédure judiciaire entamée à son encontre ainsi qu’à son procès qui devait débuter au mois de février prochain.   

La mort de Kunz a été accueillie avec une profonde déception par Efraïm Zuroff, directeur du Centre Simon Wiesenthal spécialisé dans la recherche des criminels nazis. Il faut rappeler que Samuel Kunz figurait en troisième position sur la liste du Centre et que son décès met fin malheureusement à toutes les démarches devant aboutir à sa condamnation. Zuroff a précisé que Kunz avait notamment tiré à bout portant sur onze Juifs qui tentaient de s’enfuir des trains qui les transportaient vers les camps. Il avait également pour tâche de conduire les malheureux prisonniers vers les chambres à gaz. 

Kunz, né en 1921 en Russie, a combattu dans l’Armée Rouge et a été fait prisonnier par la Wehrmacht. Il a alors offert ses services aux Nazis et a été envoyé dans le camp d’entraînement SS de Trawniki où Demanjuk a également séjourné. 

Bien plus tard, après la guerre, Samuel Kunz a été capturé par les Américains et il a été appelé à témoigner dans des procès contre des criminels nazis. Ayant par la suite obtenu la nationalité allemande, il s’est installé à Bonn et a travaillé dans un ministère jusqu’à sa retraite. Ce n’est qu’en juillet dernier qu’une plainte a été déposée contre lui. Ses méfaits, commis pendant la guerre, ont été découverts au cours du procès contre Demanjuk : en effet, parmi les documents qu’ils ont consultés, les enquêteurs ont retrouvé des témoignages accablants contre Kunz, attestant qu’il avait massacré des Juifs pendant la Shoah. »

Source :http://www.israel7.com/2010/11/deces-d%e2%80%99un-crimine...

 

 

Voilà quelle serait l’explication. Qui ne me satisfait pas vraiment et pour une bonne raison : dans La France LICRAtisée, je consacrais un petit chapitre à l’affaire Demjanjuk. La première, naturellement, pas celle qui se déroule en ce moment. Je ne vais pas revenir sur toutes les péripéties de ce premier procès, mais enfin, voilà un accusé – Demjanjuk – auquel on retire sa citoyenneté américaine et qui est extradé en Israël en 1986 pour y être jugé comme criminel de guerre nazi. Il est condamné à mort en 1988. A la suite de quoi son avocat finira par prouver qu’il y avait erreur sur la personne et il sera finalement acquitté en 1993. C’est le même qui se retrouve à nouveau devant les juges en Allemagne.

 

Mais bref, il me semble quand même incroyable, et pour tout dire inconcevable, que Samuel Kunz n’ait pas fait son apparition lors de ce premier procès. Car je suppose quand même qu’avant de condamner Demjanjuk à mort, tous les documents possibles et imaginables l’incriminant avaient été examinés sous toutes les coutures. En 1993, les archives nouvellement ouvertes du KGB avaient permis de finalement innocenter Demjanjuk. Et elles n’auraient rien révélé sur Kunz ? Alors, d’où sortent ces nouveaux documents – et ces témoignages -  qui auraient in extremis permis ce procès à présent impossible?

 

22/11/2010

ENCORE UNE MEDAILLE DES JUSTES DECERNEE A TITRE LARGEMENT POSTHUME

Est-il véritablement utile, dans la France de 2010, de continuer à distribuer des médailles des Justes pour commémorer des actes datant de plus de 65 ans ?

 

Bien sûr que oui car ces remises officielles répondent à un objectif bien précis, qui est fort bien explicité à la dernière ligne : « et reconnaissant qu'entre 1940 et 1944, « dans une France ayant commis l'irréparable, certains ont su distinguer le bien du mal ».

 

Voilà. Pour le cas où on l’aurait oublié, je le souligne: la France a commis l’irréparable entre 1940 et 1944. Tout le monde a bien compris ? Sinon, ne vous inquiétez pas trop, des remises de médailles, il y en aura encore. Et vous aurez bien d’autres occasions de vous battre la poitrine.

 

Et puisque la France a commis l’irréparable il y a 70 ans, aujourd’hui elle doit payer, payer encore, payer toujours. Et soutenir Israël. Et combattre l’Iran. Etc, etc. Voilà l’utilité de ces médailles. Et voilà pourquoi on racle les fonds de tiroir pour en trouver encore et éternellement.

 

 

« Sœur Saint-Cybard reconnue «Juste parmi les Nations»

 

 

Le 7 novembre 2010, le Grand Rabbin Claude Maman, Conseiller Rabbinique en charge des Derniers Devoirs auprès du Grand Rabbin de France a participé à une émouvante cérémonie aux côtés de l’Evêque d’Angoulême Mgr Claude Dagens.

 

« La médaille des  Justes » a été remise à titre posthume aux petits neveux de la religieuse charentaise Sœur Saint-Cybard, en présence de Natan Holchaker, délégué aquitain du comité Yad Vashem, Michel Harel, de l'ambassade d'Israël, de Daniel Soupizet, ancien maire de Lesterps, de François Julien-Labruyère, l'éditeur qui a publié le récit de Josie Lévy Martin en 2007, et de Josie Lévy Martin.

 

En 1944, Sœur Saint-Cybard (disparue dans l’anonymat) avait caché dans l’école catholique de l’Esterps, la petite Josie, alors âgée de 5 ans. Témoignage : « Sous son allure parfois sévère, sœur Saint-Cybard cachait une grande générosité […]. Elle fut pour moi guide de bonté, lumière transperçant l'obscurité. » Parmi les discours les plus poignants, celui de Laurent Alaton, sous-préfet de Confolens, dévoilant une page méconnue de son histoire familiale et reconnaissant qu'entre 1940 et 1944, « dans une France ayant commis l'irréparable, certains ont su distinguer le bien du mal » ».

 

 

Source :  http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

soeurstcybard3gg.jpg