Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2007

LES JUIFS DE STALINE

Un article du journaliste politique Sever Plocker, paru fin décembre 2006 sur le site www.ynetnews.com a fait couler beaucoup d’encre. Il figure ci-après, en traduction. Sever Plocker, qui travaille pour le journal hébreu Yediot Ahronot, a déchaîné à la suite de son article un torrent de commentaires qui valent le détour. A 95%, environ, il se fait couvrir, bien que juif lui-même, d’un tombereau d’insultes diverses et variées, qui s’étendent également au site, menacé de représailles, allant jusqu’au retrait de toute publicité! Pour les 5 % restants, environ, il est félicité d’avoir courageusement brisé le silence. En tout cas, il n’a pas laissé indifférent…

A vous de juger, à présent :

"Les Juifs de Staline Nous ne devons pas oublier que quelques uns des pires meurtriers des temps modernes étaient Juifs

medium_images.2.jpgIl s’agit d’un événement historique particulièrement souvent passé sous silence : il y a environ 90 ans, entre le 19 et le 20 décembre 1917, au cœur de la révolution bolchevique et de la guerre civile, Lénine signa un décret créant la Commission Panrusse pour la Répression de la Contre-révolution et du Sabotage, plus connue sous le nom de Tchéka.

En peu de temps, la Tchéka devint  l’organisation de sécurité d’Etat la plus importante et la plus répressive. Son organisation et sa structure évoluèrent régulièrement, tout comme son nom : de Tchéka à GPU, puis à NKVD, et plus tard à KGB.

Il est impossible de connaître avec certitude  le nombre de morts dont la Tchéka fut responsable d’une manière ou d’une autre, mais il s’évalue probablement autour de 20 millions, incluant les victimes de la collectivisation forcée, des famines, des purges, des expulsions, des déportations, des exécutions et des tueries de masses dans les goulags.

Des pans entiers de la population furent éliminés: fermiers indépendants, minorités ethniques, membres de la bourgeoisie, officiers supérieurs, intellectuels, artistes, militants syndicalistes, « membres de l’opposition » à la définition très aléatoire, et un nombre incalculable de membres du parti communiste lui-même.

Dans son dernier livre, qui recueille beaucoup de suffrages, The War of the World, l’historien Niall Ferguson écrit qu’aucune autre révolution dans l’histoire de l’humanité n’a dévoré ses enfants avec le même appétit insatiable que la révolution soviétique.  De même, le Dr. Igal Halfin, de l’université de Tel Aviv, indique dans son livre sur les purges staliniennes que la violence y fut unique en ce qu’elle fut dirigée vers l’intérieur.

Mais Lénine, Staline, et leurs successeurs n’auraient pas pu mener à bien leurs objectifs sans une large coopération de la part d’”officiers de la terreur” disciplinés : enquêteurs cruels, mouchards, bourreaux, gardiens, juges, pervers, et de beaucoup d’idéalistes membres de l’aile gauche progressiste, abusés par le régime soviétique de terreur au point de lui décerner un certificat casher.

Tous ces faits sont bien connus, à des degrés différents, même si les archives de l’ancienne Union soviétique n’ont pas été entièrement ouvertes au public. Mais qui est au courant de ce qui suit ? En Russie même, très peu de personnes ont été déférées devant la justice pour leurs crimes commis sous les ordres du NKVD ou du KGB. Aujourd’hui, le discours public russe ignore totalement la question du « Comment cela a-t-il pu nous arriver, à nous ? ». Contrairement aux nations d’Europe de l’Est, les Russes n’ont pas réglé leurs comptes avec leur passé stalinien.

Et nous, les Juifs?

Lire la suite

17/02/2007

1917-2007: UN ANNIVERSAIRE OUBLIE?

affiche antibolchevique de l'armée blanche: Trotsky en diable rougemedium_200px-WhiteArmyPropagandaPosterOfTrotsky.jpg 

En ces temps de repentance frénétique, ce ne sont pas les commémorations qui manquent. Toujours à sens unique, cependant. Raison de plus pour ne pas oublier un anniversaire très important, celui de la révolution bolchevique de 1917. Car très curieusement, cet événement majeur qui a changé la face du monde, ne semble pas devoir connaître les feux de la rampe. Pourquoi cette retenue, plutôt inhabituelle?

Si la révolution d’octobre, comme son nom l’indique, n’éclatera que plus tard dans l’année, tout commence en réalité dès le début de 1917 dans un climat détestable: défaites à répétition de l’armée russe, pénurie alimentaire, hiver terrible. Les premières grèves générales vont éclater à Petrograd. Le tsar Nicolas II n’arrivera pas à endiguer la vague qui l’emportera et se verra contraint d’abdiquer le 15 mars.

Où se trouve, pendant ce temps, Lev Davidovitch Bronstein, plus connu sous le nom  de Léon Trotsky ? Eh bien, l’un des principaux artisans de la « révolution mondiale », le futur créateur de l’Armée rouge et de la tchéka – police secrète de sinistre mémoire – se trouve à ce moment-là…aux Etats-Unis.

Il  est en effet arrivé à New-York le 13 janvier 1917 avec sa femme et ses deux fils et, durant son séjour de deux mois, il s’y livrera à diverses activités, dont une contribution au journal Novy Mir (Nouveau Monde), fondé par des émigrés russes, dont Boukharine et Volodarsky. Il y nouera surtout de bien fructueux contacts. Car pour faire la guerre ou la révolution, surtout mondiale, il faut de l’argent. Beaucoup d’argent.

Argent et soutien vont être en grande partie fournis aux révolutionnaires par des financiers juifs américains et européens, notamment allemands et suédois. Il faut se souvenir que la communauté juive américaine était passée de 15 000 membres en 1840 à 3 500 000 en 1920 ! Une formidable explosion due essentiellement à la très forte émigration en provenance d’Europe de l’est.  Les liens qui unissaient les émigrés, Américains de fraîche date, à leurs frères demeurés sur le vieux continent restaient donc puissants. Même si certains d’entre eux avaient édifié depuis de véritables fortunes, ils n’oubliaient ni leurs origines, ni leur détestation de régimes qui les avaient contraint à l’exil.

Outre la perspective d'abattre un régime qualifié d'antisémite, le soutien aux révolutionnaires ouvrait la perspective d’un énorme marché et  était de surcroît de nature à déstabiliser l’Europe entière qui se trouvait alors engagée dans une guerre terriblement meurtrière.

Le principal bailleur de fonds américain sera Jacob Schiff, dirigeant de la puissante banque Kuhn, Loeb et Cie de New-York, et l’un  des membres les plus influents de la communauté juive américaine, de 1880 jusqu’à sa mort en 1920. Il ne sera cependant pas le seul. Bien d’autres financiers juifs vont transférer durant ces années des fonds importants de leurs firmes de Wall Street vers les caisses des mouvements révolutionnaires.

Au lendemain de l’abdication du tsar, le 16 mars 1917, Trotsky est interviewé dans les locaux de son journal et déclare, entre autres : « …le comité qui a pris la place du ministère déposé en Russie ne représente pas les intérêts et les buts des révolutionnaires, et il sera probablement de courte durée et remplacé en faveur d’hommes plus sûrs pour renforcer la démocratisation de la Russie ».

Pour renforcer la démocratisation de la Russie…Le sieur Bronstein cultivait un sens de l’humour que les Russes ne tarderont pas à apprécier à sa juste valeur.

Bref, les choses bougeaient, des perspectives radieuses s’ouvraient, il fallait partir. Le 26 mars, Trotsky quitte donc New-York à bord du bateau Kristianiafjord, muni d’un passeport américain dû à la libéralité du président Woodrow Wilson, passeport accompagné d’un permis d’entrée en Russie et d’un visa de transit britannique. Muni surtout de compagnons juifs prêts au combat recrutés dans les villes américaines. Et d'un pactole en or et dollars. Il retrouvera en Suisse, pays neutre, Lénine, Staline, Kaganovitch, Litvinov. De là, aidés par les Allemands et notamment par le chef de la police secrète allemande Max Warburg, tous feront bientôt leur entrée triomphale à Petrograd. Avec les suites que l’on sait.

medium_250px-TrotskySlayingtheDragon1918.4.jpgPeu de temps après, le 6 avril, les Etats-Unis, renonçant à leur neutralité, déclaraient la guerre à l’Allemagne.

1918 - affiche bolchevique présentant Trotsky en St Georges terrassant le dragon de la réaction