Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2008

AUX COTES DES BOLCHEVIKS

soljenit.jpgEn hommage à Alexandre Soljénitsyne, voici une page extraite du tome 2 de sa saga Deux siècles ensemble 1917-1972 – Juifs et Russes pendant la période soviétique.

Elle est tirée du chapitre 15, intitulé Aux côtés des bolcheviks. Les citations introduites par l’auteur font l’objet dans l'ouvrage de références précises ici supprimées.

" (…) Peu d’auteurs nient le rôle d’organisateurs qui fut celui des Juifs dans le bolchevisme. D. S. Pasmanik le souligne : « L’apparition du bolchevisme est liée aux particularités de l’histoire russe… mais son excellente organisation, le bolchevisme la doit en partie à l’action des commissaires juifs. » Ce rôle actif des Juifs dans le bolchevisme n’a pas échappé aux observateurs, notamment en Amérique : « La révolution russe est passée rapidement de la phase destructrice à la phase constructive, et cela est visiblement imputable au génie édificateur inhérent à l’insatisfaction juive. » En pleine euphorie d’Octobre, combien ne furent-ils pas, les Juifs qui revendiquèrent eux-mêmes, la tête haute, leur action au sein du bolchevisme !

Rappelons-nous : tout comme, avant la révolution, les révolutionnaires et les radicaux libéraux s’étaient empressés d’exploiter à des fins politiques – et nullement par charité – les restrictions imposées aux Juifs, de même, dans les mois et les années qui suivirent Octobre, les bolcheviks, avec la plus grande complaisance, se servirent des Juifs au sein de l’appareil d’Etat et du Parti – là aussi, non par sympathie, mais parce qu’ils trouvaient leur intérêt dans la compétence, l’intelligence et le particularisme des Juifs face à la population russe. Sur place ils utilisèrent les Lettons, les Hongrois, les Chinois : ceux-là n’allaient pas faire de sentiment …

La population juive dans sa masse montra vis-à-vis des bolcheviks une attitude méfiante, voire hostile. Mais lorsque, du fait de la révolution, elle eut acquis une liberté complète qui favorise un véritable essor de l’activité juive dans les domaines politique, social, culturel – activité fort bien organisée de surcroît -, elle ne fit rien pour empêcher les Juifs bolcheviques d’occuper les positions clés et ceux-ci firent un usage démesurément cruel de ce nouveau pouvoir tombé entre leurs mains.

A dater des années 40 du XXe siècle, après que le pouvoir communiste eut rompu avec le judaïsme mondial, Juifs et communistes furent pris de gêne et de crainte, et ils préférèrent taire et dissimuler la forte participation des Juifs à la révolution communiste, cependant que les velléités de se souvenir et de nommer le phénomène étaient qualifiées par les Juifs eux-mêmes d’intentions carrément antisémites.

Dans les années 1970-1980, sous la pression de nouvelles révélations, la vision des années révolutionnaires s’ajusta. Des voix en nombre assez considérable se firent entendre publiquement. Ainsi le poète Naoum Korjavine écrivit : « Si l’on fait de la participation des Juifs à la révolution un sujet tabou, l’on ne pourra plus du tout parler de la révolution. Il fut un temps où l’on tirait même orgueil de cette participation… Les Juifs ont pris part à la révolution, et dans des proportions anormalement élevées. » M. Agourski écrivit de son côté : « La participation des Juifs à la révolution et à la guerre civile ne s’est pas limitée à un engagement extrêmement actif dans l’appareil d’Etat ; elle a été infiniment plus large. » De même le socialiste israélien S. Tsyroulnikov affirme : « Au début de la révolution, les Juifs… ont servi d’assise au nouveau régime. »

Mais il est également de nombreux auteurs juifs qui, jusqu’à ce jour, soit nient l’apport des Juifs au bolchevisme, ou même en rejettent rageusement l’idée, soit – c’est le plus fréquent – ne l’envisagent qu’à leur corps défendant.

La chose est pourtant avérée : ces renégats juifs ont quelques années durant été des leaders au sein du Parti bolchevique, à la tête de l’Armée rouge (Trotski), du VTsIK (Sverdlov), des deux capitales (Zinoviev et Kamenev), du Komintern (Zinoviev), du Profintern (Dridzo-Lozovski) et du Komsomol (Oscar Ryvkine, puis, après lui, Lazare Chatskine, lequel dirigea aussi l’Internationale communiste de la Jeunesse). "

.... Et combien d’autres encore….

Cet ouvrage majeur de Soljénitsyne, fort peu médiatisé, a été qualifié en France de Bible antisémite par un historien trotskiste, Jean-Jacques Marie. Mais au moins, il a paru en français. Alors qu’à ce jour, il attend toujours sa traduction intégrale en …anglais.

01/08/2008

CHASSEZ LE NATUREL ….

Voilà, ça y est. La LICRA* « a décidé de porter l’affaire Siné en justice. Il ne faut en effet pas être grand clerc pour trouver dans la chronique publiée par l’intéressé dans le numéro de Charlie Hebdo, daté du 2 juillet 2008, tous les poncifs de l’antisémitisme le plus éhonté. La LICRA a poursuivi en son temps les propos racistes et antisémites de Jean-Marie Le Pen et de Dieudonné. Personne ne comprendrait qu’elle ne le fasse pas à présent contre Siné. »

180px-Sine.jpgNormal, non ? Le virer, c’était vraiment insuffisant. Franchement, Siné, qui approche des 80 balais, aurait quand même dû savoir que dans ce beau pays où règne la liberté d’expression que chacun sait, on a le droit d’être à peu près tous les anti qu’on veut – et Dieu sait qu’il ne s’en est pas privé : anticolonialiste, anticapitaliste, anticlérical, etc, etc – sauf UN. Il a oublié – ce doit être la sénilité - qu’il y avait des lignes rouges totalement interdites. Ca lui apprendra.

Et c’est d’autant plus normal que ce qu’il a dit est franchement répugnant. Je vous rappelle la citation entière, vous jugerez :

« Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l'UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n'est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d'épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! »

« Tous les poncifs de l’antisémitisme le plus éhonté », c’est la LICRA qui l’a dit. J’avoue que j’ai un peu de mal  à comprendre, mais je lui fais confiance. Ce qu’il ne fallait pas dire, c’est que la fiancée était juive ? Ou qu’elle était héritière des fondateurs de Darty ? Ou alors il ne fallait pas dire qu’il fera du chemin dans la vie parce que sa fiancée est juive et héritière de Darty ?

Bof, quand on a un papa président de la République …

20080211Sarkozyjeaninside.jpgJe dois avoir le jugement complètement perverti parce que moi, c’est quand même autre chose qui me surprend légèrement : c’est qu’un gamin de 21 ans en pleines études de droit et capable de prendre la fuite après un accrochage à scooter, arrive pourtant à se faire élire comme ça, clac, d’un seul coup d’un seul, conseiller général. Pourquoi ça nous arrive jamais à nous, ça ? Mais j’admire. Bravo. C’est beau la démocratie. Et je comprends qu’on veille jalousement sur elle et qu’on empêche n’importe qui d'aller raconter n'importe quoi.

C'est vrai, ça, à la longue, il y en a qui pourraient finir par se réveiller.

 

* Présidée par Patrick Gaubert, élu UMP. Aucun rapport, bien sûr. C'est juste pour la précision de l'information.

15:09 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : licra, jean, sarkozy, siné, anne, kling

09/07/2008

Le pacte de l'immigration proposé par le gouvernement

Communiqué de Jean-François Touzé, conseiller régional d'Ile-de-France et porte parole de

la Nouvelle Droite Populaire :

Au moment où la commission Mazeaud considère que la politique « d'immigration choisie » chère à Nicolas Sarkozy est « inutile », et dénonce l'effet pervers qu'aurait le dispositif des quotas sur l'accroissement des clandestins, le pacte sur l'mmigration proposé par Paris à ses partenaires européens réunis en conseil des ministres à Cannes, relève purement et simplement du « foutage de gueules ».

D'une part parce que ce pacte qui ne changerait évidemment rien à la réalité de l'invasion migratoire que subit notre continent, en lui donnant un cadre légal,  en aggraverait considérablement les effets.

Ensuite parce qu'affirmer comme le fait Brice Hortefeux la nécessité de développer ce qu'il appelle l'immigration positive, c'est-à-dire l'immigration de travail, tout en prétendant lutter contre l'immigration illégale, constitue un non sens relevé par les sages de la mission Mazeaud. Sur ce sujet, comme sur bien d'autres, le gouvernement français a choisi la fuite en avant, à un rythme cette fois ci accéléré, sur la grande autoroute du mondialisme.

Enfin parce que, s'il est, en effet, nécessaire de doter l'Europe d'une politique harmonisée en matière d'immigration, celle-ci ne saurait, sauf à ouvrir toute grande les portes du continent, être basée que sur la reconnaissance de l'identité civilisationnelle construite sur nos racines helléniques et chrétiennes, qui, au-delà de nos différences nationales et provinciales, fait l'unité des peuples européens.

ndp@club-internet.fr

10:34 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

24/05/2008

LA NOUVELLE DROITE POPULAIRE SE MET EN MARCHE

66956541.jpg

Notre camp, celui des rebelles au système, est en miettes. Face à ce constat, je salue ceux qui ont décidé d’aller de l’avant et de reconstruire. Je vous invite à les encourager, car il y faut plus que du courage : la foi qui soulève les montagnes.

Dimanche 1er juin, de 14 h 00 à 18 h 00, dans les salons du Novotel Vaugirard à Paris (257, rue de Vaugirard (XVème - métro Vaugirard) se déroulera la première convention nationale de la Nouvelle Droite Populaire.

A cette occasion, le mouvement, qui, rappelons-le, se veut être une véritable fédération des énergies pour la défense de notre civilisation et pour le rassemblement de la droite de conviction, présentera sa charte et son organisation. Ce sera, en fait, l'acte fondateur de la N.D.P.

Chacun d'entre vous peut, en tant que délégué ou en tant qu'observateur, assister à cette Convention nationale.

Prendront la parole :

Annick Martin, vice-présidente du MNR
François Ferrier, conseiller régional de Lorraine
Jean-Claude Rolinat,écrivain et journaliste
Jean-Philippe Wagner, conseiller régional de Lorraine
Roland Hélie,directeur de la revue Synthèse nationale
Robert Spieler, ancien député
Jean-François Touzé, conseiller régional d'Ile-de-France et coordinateur de la N.D.P.

Participation : 7,00 €

Renseignements complémentaires : ndp@club-internet.fr

Blog de la N.D.P: http://ndp-infos.over-blog.com

15:37 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

15/05/2008

CA SE CRISPE EN SUISSE AUTOUR DE LA VOTATION SUR LES NATURALISATIONS …

"VANDALISME ET CENSURE CONTRE LES AFFICHES  DE L'UDC                                                                                     

1174259354.png(UDC) L'actuelle campagne d'affichage de l'UDC concernant l'initiative sur les naturalisations suscite des réactions fortes. Les adversaires de l'initiative tentent toujours de tabouiser la problématique des naturalisations et de faire passer pour illégales les exigences de l'UDC. A cet effet, ils ne reculent même pas devant des méthodes délictueuses ou déloyales.

Dans sa campagne de votation en faveur de l'initiative "pour des naturalisations démocratiques", l'UDC recourt à un sujet bien connu et qui a fait ses preuves: l'image des mains qui tentent de saisir des passeports suisses avait déjà été utilisée pour la campagne de 2004 contre les projets de naturalisation facilitée.

L'affiche de 2008 fait l'objet d'une polémique massive et les adversaires issus des milieux rouges-verts ne reculent pas devant des actions illégales. Ainsi, à Nyon (VD) des affiches ont été recouvertes de peinture noire et la méga-affiche de la Pfingstweidstrasse à Zurich a été détruite.

L'UDC condamne ces actions et interviendra par la voie judiciaire contre leurs auteurs. L'UDC Vaud déposera plainte et la Société générale d'affichage (SGA) a annoncé une action judiciaire contre les vandales nommément connus de Zurich. La méga-affiche de Zurich a été entre-temps réparée et les mesures de sécurité à cet endroit ont été renforcées.

Par ailleurs, le conseil communal de Moutier (BE) a communiqué hier que les affiches ne pourraient pas être posées dans la ville. La commune a déclaré à la SGA que le sujet stigmatisait de manière injustifiée la population étrangère.

Le procédé des autorités communales de Moutier est antidémocratique et équivaut à une censure. L'information sur un objet de la votation est ainsi restreinte par l'Etat de manière unilatérale et tendancieuse, si bien que la liberté d'expression des opinions est affectée. La position du conseil communal de Moutier ne repose sur aucune base légale puisque jusqu'ici toutes les plaintes déposées contre les affiches politiques de l'UDC ont été rejetées (également celles de 2004 avec le même sujet). L'UDC invite ses représentants locaux à intervenir auprès des autorités communales.

Le sujet de cette campagne d'affichage reflète à la fois l'augmentation du nombre de naturalisations de ces dernières années et la baisse des exigences auxquelles doivent répondre les candidats au droit de cité suisse. Aujourd'hui, presque 130 étrangers sont naturalisés chaque jour, soit huit fois plus qu'en 1991. Le sujet des affiches UDC correspond donc strictement à la réalité suisse. L'initiative UDC sur les naturalisations entend redonner aux communes le dernier mot dans les décisions de naturalisation. La décision définitive de savoir qui peut devenir Suisse et qui ne le peut pas doit demeurer un choix politique et ne saurait être dégradée au niveau d'un acte administratif. Voilà la seule manière de stopper les naturalisations en masse. Et voilà aussi une bonne raison de voter oui le 1er juin prochain à l'initiative sur les naturalisations. »

....  MAIS AU MOINS ON Y DEBAT ENCORE  …. 

« INTÉRESSANTE ÉMISSION TV EN PERSPECTIVE

(UDC) Vendredi prochain, 16 mai, l'émission bien connue de la télévision alémanique, Arena, sera consacrée à l'initiative sur les naturalisations. Compte tenu de l'importance du thème, l'UDC aura une représentation de qualité sur le plateau. L'ancien chef du Département fédéral de justice et police, Christoph Blocher, y rencontrera notamment la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf qui lui a succédé.

Dans la perspective des votations du 1er juin, l'émission Arena de la TV alémanique traite chacun des objets de cet important scrutin. Il y aura donc aussi un débat sur l'initiative populaire "pour des naturalisations démocratiques". Auteur de cette initiative, l'UDC sera bien entendu présente sur le plateau avec une délégation de première force.

Si l'initiative UDC sur les naturalisations est acceptée, les communes ont à nouveau le dernier mot dans les décisions de naturalisation. (...) Ce renforcement des droits populaires et le rétablissement d'un système qui a fait ses preuves ont une priorité absolue, si bien que l'UDC engage ses meilleurs éléments dans cette campagne en faveur d'un oui le 1er juin prochain. »

source: http://www.svp.ch/index.html?page_id=3718

09:52 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (9)

10/05/2008

ET UN PETIT COUP DE REPENTANCE, UN ...

1247582820.jpg"La désinformation autour de l’esclavage

Parmi les grands sujets chers aux tenants de la repentance systématique, l'esclavage tient une place de choix. Il s'agit exclusivement, bien entendu, de l'esclavage des Africains par les Blancs. La vulgate qui veut que les méchants Blancs aient, et eux seuls, pratiqué l'esclavage sur les gentils Africains est, n'en déplaise à ses zélateurs, fort éloignée de la réalité.

La désinformation autour de l'esclavage, publié en 2006 par Arnaud Raffard de Brienne remet énergiquement les idées à l'endroit. Voici ce qu'en dit la quatrième de couverture :

"Ce petit livre n'a d'autre ambition que de replacer les traites esclavagistes occidentales, dites aussi transatlantiques ou triangulaires, à leur juste place. Pour ce faire, il n'est bien entendu pas question de minimiser et encore moins de justifier les pratiques esclavagistes de nos aïeux, mais nous n'avons pas vocation à nous frapper seuls la poitrine et si repentance il doit y avoir, nous invitons les nations qui furent pionnières de cet odieux trafic et le pratiquèrent sur une plus grande échelle et plus tardivement que nous, à nous rejoindre."

L'ouvrage évoque notamment les traites arabo-musulmanes, numériquement les plus importantes de tous les temps, l'esclavage des Africains par les Africains, antérieur de mille ans aux traites européennes, le grand silence sur la traite des Blancs, qui concerna plus d'un million de malheureux et quelques autres sujets qui fâchent l'intelligentsia.

A lire et à mettre entre toutes les mains, d'autant plus que le 10 mai précisément, c'est-à-dire aujourd'hui, la France commémore l'esclavage, comme chaque année depuis 2005. Cette manifestation publique de repentance est la conséquence directe de la loi Taubira, adoptée le 10 mai 2001, reconnaissant l'esclavage comme crime contre l'humanité. On y rappellera, plus ou moins insidieusement, combien l'Européen et le Blanc en général est foncièrement mauvais."

07/05/2008

DES NOUVELLES DU QUEBEC ...

Un correspondant du blog nous envoie les infos suivantes. Je dois confesser que j’ignorais que la vice-reine du Canada fût dans nos murs, mais je ne suis pas une référence. En ce moment, je ne lève quasiment pas le nez de mon (futur) bouquin.

"Aujourd'hui, je tiens à vous faire savoir que la vice-reine du Canada (ci-devant gouverneure générale) s'en vient en France visiter Sarko-le-petit. Les médias, de part et d'autre de l'Atlantique traitent l'événement comme un moment historique de la plus grande importance. IMPOSTURE: ce n'est qu'un coup médiatique bien orchestré. On veut faire croire aux gogos des deux bords, que tout est pour le mieux entre les deux grandes nations "indivisibles" et unies par l'histoire ... bien remaniée.

Le Québec, c'est le dernier bastion de l'Amérique française. Le reste, différents souverains se le sont partagé, troqué, vendu, et j'en passe. Malgré toute la propagande "canadian", la vérité se trouve dans le métissage des colons français et amérindiens, dès le début de la colonie, encouragé par nul autre que Richelieu, dans l'exploration tous azimut du continent nord-américain par les descendants de ces métis; les noms de Coeur d'Alène ou de Boisé dans l’Idaho, ce ne sont pas des hasards, et j'en passe ... beaucoup.

L'ultime abandon de la "Neufve-France" (guerres européennes obligent) aux habits rouges a donné naissance à un état de fait fondé non pas sur "deux peuples fondateurs" (propagande) mais sur une série d'actes répressifs dont le but est toujours l'élimination du "fait français" sur ce continent. A bien y regarder (sans propagande) on y voit le massacre de métis de l'Ouest, le massacre de manifestants civils à Québec par l'armée "canadian", les lois déclarant la langue française illégale en Ontario, au Manitoba, au Nouveau-Brunswick, etc., etc. J'ai vu, de mes yeux vu, l'armée "canadian" 4 fois dans les rues de Montréal. ... et j'en passe.

Pourquoi vous écrire tout ça? Simple: A l'heure actuelle, la représentante de l'ordre que je viens de décrire, se pavane en France. Elle vient visiter Sarko-le-petit, vendu comme elle à une élite qui n'a de cesse de détruire le Québec et la France. La réalité est là, qui nous fixe droit dans les yeux. Il y a au Québec, un site indépendantiste militant, "Le Québécois", c'est tout dire, ils demandent à leurs participants de disséminer le communiqué qui suit: 

http://www.lequebecois.org/default.aspx?page=48&NewsId=1334

Vous nous aideriez beaucoup en le lisant bien et en l'affichant sur votre site. Il est important que les Français soient conscients de l'arnaque médiatique qu'ils se font passer ces jours-ci. Afin d'étayer mes dires. voici quelques sites indépendantistes que vous pourrez consulter:
http://www.lequebecois.org/    (militant)

http://www.vigile.net/              (beaucoup d'info, de tout bord)

http://montrealfrancais.info/    (situation du français à Montréal)

Quelques titres: "Le Canada, un état colonial!", "Loyalisme et Fanatisme", "La Bataille de Mémoire", et "Nègres Blancs d'Amérique"."

28/04/2008

POINT DE DETAIL …

Allez, Alain Soral m’a souvent tapé sur les nerfs, je le reconnais, mais j’apprécie son texte suivant. Il faut dire que j’ai horreur de ceux qui ne savent qu’hurler avec les loups et se soumettre, encore et toujours …

« Pour le droit au blasphème
 
Monsieur Le Pen a tort, la chambre à gaz n'est pas un détail.
Monsieur Le Pen a profondément tort, la chambre à gaz est tout sauf un point de détail, c'est même aujourd'hui, plus qu'hier encore, la religion, le dogme autour duquel tourne toute l'époque contemporaine.
Dans l'ordre du sacrifice fondateur, la chambre à gaz a remplacé la croix du Christ.
 
Pourtant, ou justement pour ça, au nom du droit à la libre pensée face à ceux qui croient et veulent nous obliger à croire, je réclame le droit, pour Jean-Marie Le Pen, de considérer la chambre à gaz comme « un point de détail de la seconde guerre mondiale », comme tant d'autres se donnent le droit de chier sur la croix.
Que ce soit celle d'hier ou d'aujourd'hui, le citoyen libre se doit de lutter contre toutes les inquisitions et leurs cortèges sanglants de bûchers et d'abjurations. Nous, Européens, n'avons pas mis trois siècles à nous émanciper du pouvoir temporel du Pape pour en arriver là !
 
Aujourd'hui, dans ce climat de judéomanie délirante - une judéomanie délirante et suspecte qui tient plus de l'esprit de la Collaboration que du combat pour le bien et l'amour des hommes - plus les souffrances de la guerre s'éloignent, plus c'est la seconde guerre mondiale toute entière qui devient un détail de la chambre à gaz !
50 millions de morts, russes, communistes, polonais, anglais, américains, civils, résistants, japonais et mêmes allemands et, parmi eux, 500 mille morts Français, ce n'est presque plus rien face à la chambre à gaz, ou aux 28 mille enfants juifs que certains voudraient faire assumer pour l'éternité aux écoliers de France innocents.
 
Dans ma famille de résistants savoyards où la guerre nous a coûté six morts et la ruine - comme elle coûta son père au petit Jean-Marie -, nous avons nous aussi sauvé des vies ; seulement c'était des Espagnols. Il faut dire qu'en ce temps là si on sauvait des juifs, on ne le faisait pas pour sauver le peuple élu mais pour sauver des êtres humains tout court, menacés par la méchanceté et la violence des hommes... À l'époque, on ignorait que 60 ans plus tard ne seraient plus comptabilisés que les sauvés marqués d'une étoile, et que sur le marché des Justes, ça ne vaudrait plus rien, les Espagnols !
De vous à moi, combien cette relecture de la seconde guerre mondiale, cette réécriture théo-différentialiste, à la limite de l'inégalité raciale, va-t-elle encore durer ?
Combien de temps encore la Mémoire va-t-elle empêcher l'Histoire ?
Au moment du Darfour, de la Palestine, de l'Irak, du Tibet... n'y a-t-il pas d'autres combats à mener pour le salut des hommes ? De massacres, de génocides, d'ethnocides à condamner, à empêcher ?
Au moment où la montée en puissance de l'Inde et de la Chine est sur le point de remettre en cause le leadership de notre confortable et dominateur monde post-méditerranéen, les querelles intra-monothéistes sont-elle vraiment notre priorité ?
 
Qui aura le courage de dire, dans cet inquiétant climat de lynchage pour une petite phrase réitérée dans un obscur follicule breton, que le problème ce n'est pas le détail de Jean-Marie Le Pen. Une petite phrase plus taquine que méchante qui lui a déjà coûté 120 briques (et à ce prix-là, on peut comprendre que le peu dispendieux Le Pen ait envie de l'utiliser deux fois). Une petite phrase inattaquable - dois-je le rappeler ? - aux Etats-Unis d'Amérique, qui ne sont pourtant pas le pays de l'antisémitisme, parce que là-bas le 1er amendement garantit à tous, et pas seulement à Finkielkraut et ses sorties sur les « antillais qui filent un mauvais coton » ou « l'équipe de France black-black-black qui serait la risée de l'Europe », la liberté de pensée et d'opinion...
Qui aura le courage, à l'heure où même ses supposés proches : identitaires jaloux et autres apparatchiks en embuscade se désolidarisent du vieux chef comme on se détourne d'un pestiféré, que le problème ce n'est pas le « détail », mais la loi Gayssot ?
Cette loi d'exception contraire à tous les principes démocratiques et républicains, de l'aveu même de tous les politiques et historiens qui comptent, de Simone Veil à feu Vidal-Naquet...
Une loi d'exception qui, en instituant par le délit l'Histoire officielle, interdit toute recherche historique et l'Histoire. Dubito ergo sum res cogitans... Nous savons pourtant bien, dans ce pays qui vit naître Descartes, qu'en interdisant le doute, c'est la pensée qu'on interdit.
Loi inique, de surcroît fratricide, puisqu'en inaugurant la concurrence des mémoires - et par la jurisprudence dont se réclament déjà les arméniens, les africains, les maghrébins, en attendant les vendéens et les gays... -, elle incite au communautarise victimaire généralisé, tuant la fraternité française et son universalisme républicain...
Trois siècles de haute philosophie, deux siècles de sécularisation du religieux et un siècle de séparation des Eglises et de l'Etat pour en arriver là ? À ce retour en douce d'une Inquisition qui ne dit pas son nom ? Qui criminalise la dissidence, l'insoumission, le relativisme, le décalage, l'ironie... obligeant le rebelle à l'abjuration sous peine de ruine et de prison ?
 
Devant l'ignoble lynchage des bien pensants et les discrets lâchages, moi le libre penseur, pour rester du côté des opprimés et des faibles dont le sort change avec l'Histoire, j'affirme mon soutien à Le Pen le relaps ; relaps comme Jeanne d'Arc et Giordano Bruno... Par principe, au nom du droit à la liberté jusqu'à la mal-pensance, au nom du petit doigt d'honneur levé devant les puissants botteurs de dèrches et ses cohortes de lèches culs, de faux culs, j'affirme mon soutien à l'insoumis.
Car ma peur, ma vraie peur, ce ne sont pas les provocations ou les lubies d'un vieil homme, mais la peur bien plus grande de voir ce pays sombrer chaque jour plus bas dans l'obscurantisme totalitaire.
Un pays de soi-disant culture et de liberté où la horde des veules, faux courageux, vrais tartuffes et autres pétaino-gaullistes éternellement dans le sens du vent se réjouissent déjà, à l'unisson, au nom bien sur de la démocratie du bon et du bien, que le pays de Voltaire se promette de jeter demain en prison un vieux monsieur de 80 ans parce qu'il refuse de se dédire, parce que têtu jusqu'à la déraison, il refuse de baisser la tête et de faire comme un chien, à coups de pieds au cul comme eux tous, là où on lui dit de faire...
 
En tant qu'intellectuel français dissident, moi, Alain Soral, qui ne bénéficie même pas des soutiens d'un Soljenitsyne du temps de sa splendeur dans le Vermont (va savoir pourquoi ça s'est gâté depuis), par ce simple texte, je réclame haut et fort, face aux désapprobations tonitruantes et aux silences gênés, le droit au blasphème pour tous, pas seulement pour Houellebecq ou Philippe Val de Charlie Hebdo...
Et, au nom de ce droit sacré en terre laïque, malgré tout ce qui nous sépare : âge, parcours, origine politique..., je veux rendre hommage à un grand résistant. Pas un rentier de la Résistance à francisque. Un résistant à cette démocratie totalitaire qui tue la liberté, l'esprit d'indépendance, le sens de l'honneur et de la fidélité. Un résistant à cette République qui, à coup de devoir de mémoire forcé, de repentance obligatoire et autres criminalisations des automobilistes et des fumeurs, transforme peu à peu l'esprit français en catéchisme et le peuple français en bétail.
 
C'est, en somme, parce que je sais que l'affaire du détail est tout sauf un détail, que je réclame, pour Jean-Marie Le Pen, le droit de se tromper et le droit au détail !
 
Vive la France libre !
 
Alain SORAL »
 

19:48 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (6)