Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2008

QUELQUES PRECISIONS CONCERNANT UNE SENSATIONNELLE DECOUVERTE

Nous évoquions hier l’incroyable découverte du journal allemand Bild qui, pile pour le 70e anniversaire de la Nuit de cristal, livrait à ses lecteurs stupéfaits la preuve irréfutable de l’existence des chambres à gaz à Auschwitz : les plans du camp avec l’inscription « chambre à gaz » clairement indiquée.

 

Comme nous aimons à entendre tous les sons de cloche, je vous invite à prendre connaissance du commentaire de Robert Faurisson à ce propos. Ce texte a déjà paru ailleurs, certes, mais ce n’est pas une raison pour nous en priver.

Tant pis pour Bild et ceux qui étaient derrière l’opération. Qui se termine en eau de boudin, c’est vrai, mais l’important était ailleurs : on a reparlé du sujet.

 

« Encore un serpent de mer à Auschwitz !

 

La dernière livraison de Bild nous annonce qu’on vient de découvrir de nouveaux documents sur Auschwitz et qu’en particulier l’un de ces documents prouverait l’existence d’une chambre à gaz homicide dans ce camp. A Berlin, Hans-Dieter Kreikamp, responsable des Archives fédérales, a cru enfin trouver dans cette « découverte » le moyen de faire taire les révisionnistes.

En réalité, ce type de documents n’a rigoureusement rien de nouveau et le plan de la « chambre à gaz » en question (Gaskammer, en toutes lettres) est celui d’une simple « installation d’épouillage » (Entlausungsanlage, également en toutes lettres).


D’ailleurs, un passage de l’article de Bild prouve l’embarras de nos farceurs. Le voici en allemand, suivi de sa traduction en français : « Dass in der 11,66 mal 11,20 Meter großen „Gaskammer“ nicht Kleidungsstücke mit dem bei der SS üblichen Blausäure-Mittel entlaust, sondern Menschen vergast werden sollten, muss als sehr wahrscheinlich angenommen werden. » Soit, en français : « On doit tenir pour très vraisemblable que dans cette « chambre à gaz » de 11,66m par 11, 20m on n’a pas épouillé des pièces vestimentaires avec l’habituel moyen cyanhydrique des SS mais qu’on a dû y gazer des êtres humains. »

Le lecteur aura noté : « On doit tenir pour très vraisemblable […] qu’on a dû y gazer des êtres humains ».

Ce passage a été escamoté dans les articles de la presse française ou anglaise qui me sont jusqu’ici parvenus et où l’on prétend citer Bild.

 

Je me permets de rappeler que j’ai été le premier au monde à publier les plans des crématoires d’Auschwitz censés contenir des chambres à gaz homicides, lesquelles étaient, en fait, soit des dépositoires, soit un abri anti-aérien, soit d’autres pièces inoffensives. J’ai découvert ces plans en 1976 dans les archives du camp et j’en ai commencé la publication dans le magazine espagnol Interviu (février 1979), où l’on me voit tenir un plan de crématoire tout à fait comparable à celui que publie Bild. Par la suite, je n’ai cessé de revenir, pendant près de trente ans, sur les conclusions à tirer de ces plans ainsi que de bien d’autres éléments tels que l’examen des lieux du crime, supposé, à Auschwitz, la bibliographie scientifique concernant les méthodes d’épouillage, de désinfection ou de désinfestation au moyen du Zyklon B et la procédure d’exécution au gaz cyanhydrique suivie dans les pénitenciers américains. (Inventé après la première guerre mondiale et encore en usage aujourd’hui sous un autre nom, celui de Cyanosil, le Zyklon B est un produit à base d’acide cyanhydrique.)

 

Par la suite, à peu près tous les chercheurs révisionnistes (Fred Leuchter, Germar Rudolf, Carlo Mattogno et tant d’autres) ont abondamment fait usage de ces plans ou d’autres plans encore, que Bild découvre aujourd’hui comme on découvre la lune ou le monstre du Loch Ness. Les antirévisionnistes ont bien dû, eux aussi, à leur tour, publier ces plans et tenter, mais en vain, d’en contester l’évidente signification. Tel a été, en particulier, le cas du pharmacien Jean-Claude Pressac. Je rappelle que ce dernier, après avoir déployé les formidables moyens mis à sa disposition par le couple Klarsfeld pour soutenir la thèse de « l’Holocauste » en général et des prétendues chambres à gaz homicides d’Auschwitz en particulier, a fini par écrire que, tout bien considéré, cette thèse était à jeter « aux poubelles de l’histoire » (Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, Paris, Gallimard, 2000, p. 652). En fin de compte, le journaliste de Bild n’a fait que recycler une rumeur. »

 

Premières réactions juives à la “découverte” de Bild :
En Israël, le professeur Israël Gutman, ancien interné d’Auschwitz et expert à Yad Vashem de l’histoire de l’Holocauste, a fait savoir qu’il n’y avait “rien de neuf” dans ces documents et que l’important résidait dans l’empressement général des médias à publier sur la shoah de tels documents qui vont dans le détail.


Au Canada, Robert Jan van Pelt, juif d’origine néerlandaise et spécialiste de l’histoire d’Auschwitz, a déclaré que ces documents étaient depuis longtemps connus des spécialistes et que la chambre à gaz en question était une chambre à gaz de désinfection ; il a mis en doute leur authenticité en suggérant qu’ils avaient été trafiqués. Par les Allemands.
   

11/11/2008

C'EST CE QUI S'APPELLE AVOIR LA DENT DURE!!!

Dépêche AP : « Un chasseur de nazis allemand a demandé lundi au procureur de Munich de solliciter l'extradition d'un homme de 88 ans soupçonné de partager une responsabilité dans la mort de 29.000 Juifs dans un camps d'extermination situé en Pologne.

Kurt Schrimm, à la tête du bureau allemand qui poursuit les anciens criminels de guerre nazis, estime que les listes de prisonniers transportés vers le camp de Sobibor pendant les sept mois au cours desquels John Demjanjuk y travaillait sont une preuve suffisante de sa possible participation à ces crimes.

La requête a été déposée à Munich parce que Demjanjuk y a vécu brièvement après guerre, avant d'aller se réfugier aux Etats-Unis en 1952. Ukrainien d'origine, Demjanjuk nie toute participation dans ces crimes de guerre, il affirme avoir servi dans l'armée soviétique et être arrivé en Allemagne comme prisonnier de guerre en 1942 ».

Il a 88 ans aujourd’hui, Demjanjuk et les faits remontent à plus de soixante ans. Pourquoi exhumer ça une énième fois aujourd’hui, me direz-vous ? Elémentaire, chers amis : il faut commémorer dignement le 70e anniversaire de la Nuit de cristal et ne surtout pas laisser les cendres s’éteindre. C’est dans le même registre, et dans la même intention qu’a été annoncée la semaine dernière une découverte sensationnelle à Berlin : les plans originaux du camp d’Auschwitz ! C’était le journal Bild qui annonçait ça et tenez-vous bien, sur ces plans il était écrit en toutes lettres « chambre à gaz ». Mais je préfère laisser la parole à la dépêche d’agence, qui relate ainsi les faits :

« Le document de 28 pages jaunies est daté du 23 octobre 1941. Il comporte notamment, à l'intérieur d'une "installation d'épouillage", le plan d'une pièce de 11,60 x 11.20 mètres portant la mention "chambre à gaz". Cité par le journal, le chef du département des archives fédérales à Berlin, Hans-Dieter Kreikamp, estime que ces plans "offrent une preuve évidente d'un projet de génocide des juifs d'Europe".(…) Le journal, qui publie trois fac-similés du document, précise que celui-ci constitue pour les historiens la preuve que les Nazis avaient mis au point un projet industriel d'extermination des juifs.

"Ces documents démontrent que tous ceux qui ont eu quelque chose à voir avec le planification et la construction de ce camp de concentration savaient que les gens devaient y être gazés suivant une procédure industrielle", écrit Bild. "Ces documents réfutent une fois pour toutes les affirmations selon lesquelles l'Holocauste n'a jamais eu lieu", ajoute le journal ».

Hélas, trois fois hélas, j’ai lu sur l’un ou l’autre site juif, mais je ne l’ai pas retrouvé, que c’était une fausse découverte. Ces documents étaient en fait connus de longue date. Pas de chance, vraiment. Voilà qui aurait une fois pour toutes cloué le bec à bien des médisants.

 

Pour en revenir à Demjanjuk, je relatais son histoire dans La France LICRAtisée et je vais me permettre de vous rafraîchir la mémoire, en me citant :

 

« (…) Ukrainien émigré aux Etats-Unis en 1952, John Demjanjuk est accusé au début des années 1980 par l’OSI (Office of Special Investigations, officine américaine chargée de la traque des « nazis cachés », créée en 1979) d’être Ivan le terrible, bourreau de Treblinka et ce, sur la foi de témoignages. Malgré ses dénégations, on lui retire sa citoyenneté américaine et il est extradé vers Israël en 1986. Là, il est déclaré coupable et condamné à mort en 1988.

 

Les condamnations à mort en Israël sont obligatoirement soumises à la Cour suprême. C’est ce qui le sauve car durant cette procédure, l’URSS s’effondre. L’avocat de Demjanjuk aura accès à des archives judiciaires auparavant inaccessibles et y découvre la preuve irréfutable qu’Ivan le terrible avait été un autre Ukrainien, du nom d’Ivan Marchenko, disparu en Yougoslavie en 1944. Cet avocat, Yoram Sheftel, sera d’ailleurs traîné dans la boue et manquera d’être aveuglé par un jet d’acide lancé par un ancien déporté d’Auschwitz.

Il faudra cependant attendre 1993 pour que Demjanjuk soit définitivement acquitté et puisse enfin rentrer aux Etats-Unis où il sera accueilli de très mauvais gré. Après treize années de poursuites dont sept années dans une prison de très haute sécurité en Israël !

 

Nouvellement créé au début de l’affaire, l’OSI, qui tenait essentiellement, pour des raisons de crédibilité et de financement, à ce que le procès ait lieu et à ce que l’accusé soit condamné, fut fortement suspecté d’avoir retenu volontairement, bien avant sa condamnation, des éléments prouvant son innocence. »

 

Puisqu’on en est au chapitre des extraditions de criminels de guerre, qu’en est-il de celle que la Pologne a réclamée l’an dernier à l'Angleterre pour Helena Wolinska ? Il serait intéressant de connaître la suite de l’histoire. Pour le début, reportez-vous à la date du 21/11/07 sur le blog. Et voyez aussi l’article suivant, en date du 22/11/07, qui concerne un certain Solomon Morel, qui n’était pas un ange, lui non plus. Mais qui est mort dans son lit à 87 ans, Israël ayant catégoriquement refusé de l’extrader.

 

C’est que, voyez-vous, il y a criminel de guerre et criminel de guerre. A ne surtout pas confondre.

 

10/11/2008

LAMENTABLE !

Je transmets à mon tour ce lien audio que m’envoie un correspondant sur « l'interview d'une brave Alsacienne par la bande de dégénérés :  Ruquier, Miller et consorts. »

Je souscris entièrement au commentaire qui l’accompagnait et que je retranscris : « Outre le mépris et la haine sournoise pour cette femme qui ne communie pas dans l'OBAMANEGROMANIA, on assiste à une belle démonstration de germanophobie suintante de haine. Mais, au bout du compte, c'est eux qui passent pour des c..s et qui ont raté leur belle "démonstration"...
Néanmoins le ton employé et la nature des remarques de ces grands moralistes est profondément ignoble et abject...Ces dégénérés n'ont pas d'ancêtres, eux !! J'en ai eu les larmes aux yeux de rage, en pensant à ma mère, qui parlait français comme cette dame. C'est comme si ces sinistres personnages l'avaient également insultée... »

 

Si les gens avaient un gramme de jugeote, ils zapperaient totalement ces minables. Qu’est-ce qu’ils attendent pour foutre une fois pour toutes leur radio et leur télé à la poubelle ! Qu’ils arrêtent d’acheter leurs journaux. C’est très exactement ce que je fais depuis des années. Qu’est-ce que je respire mieux depuis !

http://www.dailymotion.com/video/x7cio3_ruquier-et-les-ancetres-de-barack-o_news    

Source : http://www.fdesouche.com

17:51 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5)

OPERATION RAVALEMENT DE FACADE

L’influence sioniste est particulièrement forte aux  Etats-Unis. Attention, ce n’est pas un scoop, ce que j’écris là. C’est juste un euphémisme. Tous ceux qui ont des yeux pour voir et encore un brin de cerveau pour réfléchir n’ont pas manqué de s’en apercevoir. On prête d’ailleurs à l’ancien premier ministre israélien Ariel Sharon les propos suivants, qui auraient été adressés le 3 octobre 2001 à Shimon Pérès, devant son Cabinet: A chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci ou fera cela... Je veux vous dire une chose très claire: ne vous inquiétez pas des pressions américaines sur Israël. Nous, le peuple juif, contrôlons l’Amérique, et les Américains le savent.”

Mais il paraît qu’il n’a pas du tout dit ça. Comme il est plus prudent de garder les choses importantes pour soi, ces fiers propos ont été démentis avec la plus grande vigueur et rangés au rayon (bien fourni) des articles « antisémites ».

 

Les destins des Etats-Unis et d’Israël étant de toute façon indissolublement liés, pour le meilleur et pour le pire, j’imagine que de vives inquiétudes ont dû se manifester ces derniers temps devant la dégradation constante de l’image des Etats-Unis dans le monde. Si les USA se cassaient la figure, Israël suivrait immanquablement. Que faire ? Comment redorer un blason aussi terni ? Heureusement qu’il y a des élections présidentielles tous les quatre ans, qui permettent de remuer l’écume des choses, tout en donnant l’impression du changement.

 

C’est là que l’IDEE a dû germer. Il fallait provoquer un choc inédit permettant au bon peuple de s’extasier sur l’image en oubliant ce qu’il y avait derrière. Un président résolument new look qui ferait croire que des temps nouveaux, pour ne pas dire messianiques, étaient en marche. Et sans risque aucun pour Israël, bien au contraire.

 

CLINTON.jpgPremier point : il valait mieux faire élire un démocrate parce que les républicains étaient par trop démonétisés, ayant bien servi. Mais bien sûr pas n’importe quel démocrate. D’où le choix, étonnant de prime abord, des deux principaux aspirants à l’investiture qui étaient une FEMME et un NOIR. Curieux, non ? A croire qu’il n’y avait pas d’autres candidats crédibles. Mais l’avantage, dans ces deux cas de figure, était de pouvoir présenter la chose comme une « révolution », censée redonner un grand coup de peps à l’image écornée d’un pays par ailleurs si indispensable.

 

obama.jpgEt encore une fois sans risque, tous deux étant bien conscients de leurs devoirs. Voilà le travail. Il fallait bien sûr compléter le tableau en mettant en piste un candidat républicain qui n’ait aucune chance de gagner. D’où le choix final du canasson McCain, flanqué d’une colistière impossible. Bon, il y avait quand même un risque, minime, que l’opération fasse long feu et que ces stupides Américains s’entêtent à voter républicain. Bof, tant pis dans ce cas. De toute façon, lui aussi connaissait bien ses devoirs.

 

mccain2.jpgParce qu’il faut quand même se demander pourquoi ce sont justement ces trois-là - Clinton, Obama, McCain -  et ces trois-là seulement, qui ont été mis en piste, soutenus et hyper médiatisés pour ces élections ? Il y  a eu deux, trois autres postulants, c'est vrai, mais qui ont vite été écrasés et éjectés par le rouleau compresseur des médias. Ne correspondaient pas au profil requis.

 

Reste à savoir si le calcul se révélera judicieux. Est-ce qu’une guerre contre l’Iran sera plus facilement vendable si c’est un président noir qui l’engage ? La crise financière et économique va-t-elle miraculeusement céder devant cette icône de l’antiracisme bombardée « homme le plus puissant de la planète » ?

On peut en douter et de toute façon, ce sera intéressant à observer.

 

Je me suis souvent demandé pourquoi les masses étaient si faciles à manipuler, en France ou aux Etats-Unis. Ou ailleurs. En observant les réactions autour de moi, je pense que la réponse tient à ce que fondamentalement, les gens n’aspirent qu’à une chose : vivre en paix tout en  gagnant suffisamment d’argent pour participer à cette société de consommation qui déploie tous ses charmes à la télé, devant laquelle ils restent hypnotisés. Du coup, toutes les autres préoccupations sont larguées.

 

Or, le système leur assure ce confort lénifiant et décervelé depuis plusieurs décennies. Et c’est pourquoi ils continuent à voter pour lui sans se poser trop de questions superflues. Les guerres ? C’est bien triste mais c’est loin, tant pis pour ceux sur qui ça tombe.

La crise ? Là, c’est déjà plus embêtant mais elle n’a pas encore touché le quotidien. On vit encore dans l’illusion, en France, que le pays est riche et que du fric, il en reste. Les Américains doivent se dire à peu près la même chose.

 

Que ce bel équilibre se détraque, que les risques se rapprochent, et le système, tout puissant qu'il semble être, aura du souci à se faire.

Espérons que le temps des grosses désillusions viendra, après celui des illusions. A tous points de vue, il sera salutaire. 

11:19 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

09/11/2008

ET LE SYSTEME CREA OBAMA …..

obamacreation.jpg

 

Obama, la créature forgée par Soros, Brejinsky, Rockfeller et les grands Banksters US

 

Formidable image qui accompagne un excellent éditorial de Pierre Vial, président de Terre et Peuple, que je vous conseille de lire. Oui, l’image a changé, mais la musique reste bien la même, les gogos ne vont pas tarder à s’en rendre compte.

 

 http://www.terreetpeuple.com/actualite/chroniques-par-pierre-vial/le-metis-lamerique-et-lethnopolitique.html  

 

08/11/2008

LE CRIF, C’EST BIEN. LE CRIF ET LE CRAN, C’EST MIEUX

c'if.jpgJe crois vous avoir déjà parlé du CRIF, le Conseil représentatif des institutions juives de France. Largement méconnu du grand public, qui de toute façon ignore à peu près tout ce qu’il vaut mieux pour lui continuer d’ignorer, il jouit cependant, paraît-il, d’un assez beau pouvoir. Car comment expliquer autrement que tout le gratin politique – et même le président de la république – se précipite à son dîner annuel pour y recevoir avec humilité  bons points et avertissements ? Ces derniers temps, plutôt des bons points, j’ai remarqué.

 

Bref, un si bel exemple méritait d’être imité. Donc, en 2005, s’est créé le CRAN, le Conseil représentatif des associations noires de France. Eux aussi, il n’y a pas de raison, tentent de se lancer dans le dîner annuel. Avec un peu moins de succès pour l’instant, mais ça viendra.

 

Ca viendra car CRIF et CRAN, qui oeuvrent la main dans la main, sont très optimistes. Ils sont totalement tournés vers l’avenir, du moins c’est ce qu’ils disent, et ils ont parfaitement raison. Car les choses ont l’air de bien aller pour eux pour le moment.

 

images.jpgComme l’union fait la force, ils se rencontrent régulièrement pour faire le point de leurs activités et ils l’ont fait tout récemment encore, le 31 octobre, date à laquelle, au niveau de leurs présidents respectifs Richard Prasquier et Patrick Lozes, ils ont discuté des sujets suivants : les élections américaines, la lutte contre le racisme, la célébration du 60e anniversaire de la Déclaration des Droits de l’Homme, et le rôle de René Cassin et de Martin Luther King. Tous sujets éminemment actuels et urgents pour le pays, vous en conviendrez.

 

Le CRAN « se positionne dans le combat contre les discriminations ethno-raciales et pour le devoir de mémoire ».

Ethno-raciales ? Rassurez-moi. Ils ne veulent tout de même pas sous-entendre par là qu’il existerait des … ? Je ne sais plus où j’en suis, moi maintenant, c’est malin. Alors, les …, ça existe, oui ou non ? Peut-être que ça dépend entièrement de qui en parle. Ouais, c’est sûrement ça.

07/11/2008

GARE AU CHANGEMENT !

M. Rahm Emanuel a donc, après avoir paraît-il beaucoup réfléchi, accepté de devenir le prochain Secrétaire général de la Maison Blanche. Il succédera de ce fait à Joshua Bolten, un coreligionnaire de toute façon. Bon, ceci fait, il s’agit à présent de s’occuper d’un autre poste-clé, surtout par ces temps de crise venue on ne sait d’où pour des raisons tout aussi mystérieuses :  celui de secrétaire au Trésor.

Alors là, vous allez rire, mais je n’y peux rien, c’est comme ça. Evidemment, « on » va encore aller pleurnicher qu’assimiler les juifs à l’argent, c’est le couplet le plus éculé de l’antisémitisme le plus primaire. Mais qu’y puis-je, moi ?

Voici les trois noms avancés pour succéder à l’actuel locataire du poste, Paulson : Paul Volcker, ex-président de la FED – Larry Summers, qui a déjà occupé ce poste de 1999 à 2001 sous Clinton et Timothy Geithner, actuel président de la réserve fédérale de New York.

Eh bien, vous me croirez si vous voulez, mais tous les trois sont juifs ! Ils sont vraiment fortiches, ces gens-là, il faut le reconnaître.

Il y a quand même deux outsiders : Janet Yellen, présidente de la Fed de San Francisco. Elle est  juive aussi, c’est un hasard.  Et  Jon Corzine, gouverneur démocrate du New Jersey passé par la banque Goldman Sachs. Tiens, lui il ne l’est pas. On se demande ce qu’il vient faire dans cette liste. Ce doit être une erreur.

Bon, résumons. Une population totale de plus de 300 millions d’habitants, une communauté juive de 5,6 millions. Bravo, voilà ce que j’appelle une minorité agissante et efficace.

J’attends avec impatience la nomination du prochain secrétaire d’Etat aux affaires étrangères. Et je me demande quand même jusqu’à où et quand tous ces montages qui prennent de moins en moins la peine de se camoufler, vont fonctionner.

Après tout, la roche Tarpéienne est proche du Capitole. Aux Etats-Unis aussi. 

06/11/2008

MAIS OUI, ON PEUT … ALLER ENCORE PLUS LOIN DANS LA BETISE ….

Allez, on n’a pas tous les jours l’occasion d’une franche rigolade. Aujourd’hui, je vous en offre une. Bon, ce n’est pas très charitable, je le reconnais, et je tairai le nom de cet élu FN, conseiller régional PACA, qui délire d’enthousiasme. Mais son texte, que vous trouverez ci-après, vaut son pesant de cacahuètes :

"Yes, we can". Oui, nous pouvons. C'est le slogan qui a été repris en choeur par des millions d'électeurs de Barack Obama aux Etats Unis. C'est le même que je vous propose aujourd'hui, amis Provençaux, Alpins et Azuréens. Car, sans forfanterie aucune, le seul OBAMA de notre région, c'est moi et je salue la victoire de celui qui m'apparaît comme un frère jumeau en politique.
Obama est un métis, issu d'un père noir et d'une mère blanche. Je suis un métis issu d'un père de couleur et d'une mère blanche, française de souche, qui se sont fugitivement connus dans l'effervescence des années post 68. Je suis né orphelin, abandonné de mes géniteurs, tel un paquet inutile et honteux. J'ai été recueilli par une famille française qui m'a éduqué dans le respect de valeurs simples comme la dignité, la charité, l'honneur, le patriotisme, l'amour de sa terre, de sa nation, de son histoire.

Comme Obama, j'ai lutté contre les préjugés qui traversent la société française avec autant de force que la société américaine, comme lui j'ai fait un livre : le mien s'intitule "Bien dans ma peau" et je n'en ai vendu que quelques milliers d'exemplaires alors que le livre d'Obama, édité en 95, "Les rêves de mon père", s'est vendu à des millions d'exemplaires et a été en tête des meilleures ventes durant 61 semaines...

J'admire l'allant, le dynamisme, la foi en l'avenir, du "mythe Obama" et j'ose le dire, je m'identifie totalement à lui. Moi aussi je veux incarner le changement réel de cette région, je veux rompre avec le système carriériste et clientéliste qui épuise nos finances publiques, creuse nos déficits et sape le moral des gens modestes qui ne croient plus en rien.

Certes, je ne me fais aucune illusion : le chemin sera long. J'ai trente huit ans et je constate que  seulement neuf élus, en métropole, sur 30 000 communes sont originaires d'outre-mer. Je sais aussi que c'est Jean-Marie Le Pen qui a donné le premier l'exemple de la diversité en prenant comme 2ème de liste à l'assemblée le commandant antillais Roger Sauvage, puis en me faisant élire conseiller régional en Paca en 1996.

Les grands donneurs de leçons de morale, socialistes et sarkozyens, peuvent se donner la main : ils cultivent leur pré-carré en maintenant le plus loin possible d'eux les métis et les gens de couleur sous prétexte qu'ils déplairaient à leur électorat traditionnel. Comme si le mérite des uns et des autres était une question de couleur de peau ! Comme si la discrimination dite positive n'était pas une insulte à l'origine et au talent de ceux qui en bénéficient. !

Oui, n'en déplaise aux moralistes, je suis l'alter ego d'Obama en Provence Alpes Côte d'Azur et je me présenterai aux prochaines européennes et aux prochaines régionales. Parce que ma mère à moi, c'est la France. C'est elle qui m'a élevée, c'est elle qui m'a nourri de ses principes sacrés issus des droits de l'homme et du citoyen, c'est elle que j'ai servi en qualité de sous-officier d'infanterie de marine. C'est ma grande fierté à moi.

Oui, je suis Français et j'en suis fier. Et quand je vois que notre hymne national est sifflé dans certains stades, je désespère de l'intégration des jeunes issus de l'immigration qui sont pour moi des Français de papier et des Français allocataires.

Je ne suis pas dupe des difficultés qui attendent Obama : il a beaucoup promis et tiendra peu. Il incarne un espoir immense et la déception risque dans quelques mois d'être d'une violence à la hauteur de l'engouement qu'il a suscité en Amérique et dans le monde.

Je ne suis pas dupe des nombreux soutiens financiers qui lui ont permis de faire une longue et coûteuse campagne : les financiers et entrepreneurs qui l'ont porté au pouvoir représentent tous de puissants lobbies qui vont réclamer leur dû un par un. "On t'a porté au pouvoir, tu dois à présent nous rendre la monnaie parce que tu es notre obligé". On connaît la rengaine... La marge de manoeuvre d'Obama sera donc extrêmement réduite. Mais ce qui ne s'effacera jamais de nos mémoires, c'est son slogan, désormais mon slogan : "Oui nous pouvons..."

Bon, revenons aux choses sérieuses. 1er geste d’Obama : il se précipite à l’ AIPAC (American Israel Public Affairs Committee) à qui il fait les promesses les plus affriolantes qui soient. 2ème geste : il nomme un juif, Rahm Emanuel, au poste de Secrétaire général de la Maison Blanche. Attention, tous aux abris : le changement est en route !!!

Pour finir, une fois n’est pas coutume : je vous invite à lire un article très pertinent sur l’élection d’Obama, paru sur Guysen :  http://www.guysen.com/articles.php?sid=8393

 

09:51 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4)