Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2012

TENUE TRAGIQUE AU B’NAI B’RITH : 0 GOY

Là je m’amuse à plagier le titre de Libération qui exhalait hier toute son horreur devant les frasques viennoises de la fille de son père sous le titre propre à rappeler les zeures les plus sombres etc, etc, de :

« Bal tragique à Vienne: 0 juif »

Oui, fifille a commis l’impardonnable forfait – histoire sans doute de rééquilibrer un peu les plateaux de la balance qui penchaient trop visiblement d’un côté – d’aller valser à Vienne le 27 janvier dernier. Elle aurait pourtant dû savoir qu’il est strictement interdit de danser un 27 janvier. Car ce jour-là, en 1945, il y a 67 ans, l’Armée rouge a libéré Auschwitz.

Ecoutons Libé se tordre les mains: « … elle virevoltait à Vienne dans un bal organisé par les nostalgiques du IIIème Reich, et plus précisément par Olympia, une corporation d'extrême droite qui a la sympathique particularité d'être fermée aux Juifs et aux femmes. Face à la dénonciation par SOS Racisme de cette ignominie, Marine Le Pen, comme à son habitude, a tonné, dénoncé, menacé. »

Je retiens qu’il est ignominieux d’être fermé aux juifs et aux femmes. Certes, ce n’est pas très gentil pour les femmes. Mais s’agissant des juifs, je rappelle quand même au journaliste de Libé qui peut-être l’ignore, que le B’nai B’rith, lui, est parfaitement fermé aux non-juifs. Alors, de deux choses l’une : ou c’est tout aussi ignominieux que dans le cas d’Olympia. Ou ça ne l’est ni dans un cas, ni dans l’autre.

Après tout, on peut imaginer d’avoir envie de se retrouver entre soi, pas vrai ? Si les francs-maçons du B’nai B’rith préfèrent se retrouver entre juifs et refuser tous les autres, pourquoi pas ? C’est leur droit et ça ne me choque pas. A condition que les autres aient le droit d’en faire autant, sans provoquer les hurlements des gazettes qui pratiquent un peu trop visiblement les indignations à géométrie variable. Non, ce n’est pas vrai ? J’ai dit une bêtise ?

Ce qui nous ramène au titre : dans les tenues maçonniques du B’nai B’rith il y a toujours 0 goy. C'est aussi une tragédie. Mais  personne n'en parle jamais.

23/01/2012

DERIVE PRO-SIONISTE D’UNE CERTAINE « EXTRÊME DROITE »

Etant donné la teneur de plusieurs commentaires récents, je crois utile, afin de rafraîchir certaines mémoires, de republier un texte bien éclairant de Pierre Vial, qui date du 5 juillet 2010 mais qui est toujours d’actualité.

Ce texte figure ci-après. Vous le compléterez fort utilement en allant sur le lien suivant:

http://www.terreetpeuple.com/reflexion/collabos-et-renegats/cette-extreme-droite-pro-israelienne.html

 

« Grandes manoeuvres juives de séduction à l'égard de l'extrême droite européenne (Terre & Peuple Magazine n°44- Eté 2010)

Au sein de la communauté juive, beaucoup s’inquiètent des sombres perspectives qui s’offrent à elle. En Israël, où l’évolution démographique, compte-tenu des différences de taux de natalité chez les Juifs et chez les Arabes, va donner arithmétiquement à ces derniers, à plus ou moins long terme (en fait, dans quelques années), une position majoritaire.

Qu’adviendra-t-il le jour où cette masse se révoltera violemment ? La situation est tout aussi inquiétante en ce qui concerne la diaspora : en France et dans bien d’autres pays où l’immigration arabo-musulmane progresse sans cesse, les Juifs ressentent un sentiment d’insécurité. A juste titre car ils peuvent s’attendre à courir de graves dangers si l’impact du conflit du Proche-Orient met le feu aux  poudres à l’échelle de la planète, la communauté juive devenant alors la cible de règlements de compte sanglants.

Face à ces menaces, qui ne relèvent en rien de la science-fiction, certains milieux juifs ont le souci, pour renforcer leur potentiel “militaire” d’autodéfense, de faire flèche de tout bois, y compris en essayant de trouver des alliés – ou plutôt des troupes  supplétives, de style “harkis” – au sein de l’extrême droite européenne. En utilisant un argument simple mais efficace auprès des naïfs : tous ceux qui ont à faire face à la menace arabo-musulmane doivent s’unir à travers le monde, en oubliant d’éventuels griefs qui sont désormais d’importance secondaire.

La stratégie est ancienne. Ceux qui ont vécu l’époque de la guerre d’Algérie peuvent se souvenir de certains faits révélateurs : le soutien apporté par Jean-Marie Le Pen à l’expédition de Suez à laquelle il participa et qui fut montée pour aider Israël contre l’Egypte ; le rôle, dans le camp “Algérie française”, de Jacques Soustelle, par ailleurs président de l’Alliance France-Israël ; la participation active (et efficace) à l’OAS de Juifs pieds-noirs. Aujourd’hui, avec la présence massive d’immigrés d’Afrique du Nord et d’Afrique noire, l’argument de “l’union sacrée” entre Juifs et Européens a pris un poids nouveau (d’autant plus nécessaire qu’après la “grosse bavure” contre les navires cherchant à gagner Gaza, Israël bat le rappel de ses fidèles). Cet argument est mis en avant par des gens dont certains sont déjà bien connus au sein de l’extrême droite européenne et dont d’autres méritent de l’être. Car leurs éventuelles dupes doivent être mises en garde.

Passons rapidement sur les plumitifs. Après les ouvrages (par ailleurs bien documentés) d’Alexandre del Valle (pseudonyme), qui lui permirent d’être bien accueilli dans divers cercles d’extrême droite (jusqu’au jour où l’on apprit qu’il était invité à prendre la parole aux réunions du B’naï B’rith…), après La nouvelle question juive de Guillaume Faye (2007), qui sema la consternation chez ses plus vieux amis, après le soutien constant apporté à Israël par une presse dite “de droite” – dont le fleuron est sans doute Valeurs actuelles, sous la houlette d’un François d’Orcival qui cherche depuis si longtemps à faire oublier ses engagements de jeunesse – une offensive d’une tout autre ampleur est désormais engagée. Il s’agit de l’opération Zemmour.

Ce journaliste, qui a participé le 13 février 2002, avec Michel Gurfinkiel (de Valeurs actuelles), à une réunion de la loge “France” du B’naï B’rith, est une plume vedette du Figaro et un chroniqueur quotidien très écouté de RTL. Il a le grand mérite d’énoncer sans complexe quelques vérités simples concernant l’immigration-invasion. Par exemple, dans Petit frère (un roman axé sur l’assassinat d’un jeune juif par un jeune arabe, ami d’enfance), il décrit ainsi la France : “Un pays d’Arabes et de Noirs. Des millions et des millions. Ils tirent la France vers le bas. Avec eux, on devient un pays du tiers-monde. Les Français ont peur d’eux. Ils n’osent plus rien leur dire”. Ce qu’il résume par une formule-choc : “Nous vivons la fin de l’empire romain” (Actualité juive, 9 novembre 2006). Tout cela est évidemment bien vu et il est utile de le dire. Mais…
La bonne question est : pour qui, pour quoi roule Zemmour ?

Il rappelle volontiers ses origines : “Mes ancêtres étaient des Juifs berbères” (RMC, 7 janvier 2008). Sa famille séfarade installée en France lors de la guerre d’Algérie, il a vécu son enfance et sa jeunesse à Drancy au coeur de la communauté juive locale, en faisant toutes ses études dans des établissements confessionnels donnant une éducation juive traditionnelle.

Il a appliqué le principe d’endogamie, vital pour toute communauté, en épousant une séfarade, Mylène Chichportich. Il ne cache pas ses liens sentimentaux forts avec sa communauté d’origine (ce qui est bien normal). Lorsqu’a couru le bruit que ses déclarations fracassantes allaient provoquer sa déchéance professionnelle, on a vu se mobiliser beaucoup de gens, en particulier sur le net, pour signer des pétitions de soutien en sa faveur. Est-ce pour cette raison que Zemmour n’a subi finalement aucun ennui ? Nous n’aurons pas la naïveté de le croire. Nous pensons qu’il y a une « opération Zemmour » destinée à susciter au sein de la droite de la droite une sympathie pour le message qu’incarne Zemmour : face à l’immigration-invasion, union sacrée des Européens, des Américains et des Juifs (Israël étant “le bastion de l’Occident” face à l’islam, qu’il faut donc soutenir inconditionnellement).

Ficelle assez grosse, qu’a raison de pointer du doigt Henry de Lesquen : “Zemmour est la sucrette qui fait passer le poison de l’idéologie dominante. (…) Il est devenu une « icône » pour la droite de la droite, pour une foule de braves gens qui s’imaginent sans doute que le salut vient encore aujourd’hui des juifs, comme il y a 2 000 ans”. Qui en profite ? “Le système dans son ensemble, qui a missionné le berger Zemmour pour conduire les brebis de la droite dans les filets du politiquement correct” (La voix des Français, mai 2010).

Sur le plan purement politique, l’opération de séduction fonctionne bien. Assurée par des relais au sein de mouvements d’extrême droite. Ainsi Fernand Cortès, tête de liste dans l’Aude d’une Ligue cache sexe du Bloc Identitaire aux dernières élections régionales a signé la pétition “Raison
garder” lancée par des sionistes “de droite”. Il explique ainsi la position du Bloc Identitaire : “Ses relations avec la communauté juive sont bonnes (je suis bien placé pour en parler car je suis à l’origine de leur développement) et elles deviennent excellentes car de très nombreux Juifs deviennent sympathisants du BI et le soutiennent résolument”. Interrogée par des militants au sujet de cette déclaration, la direction du Bloc est restée muette. Qui ne dit mot consent…

Au Front National, Marine Le Pen, elle, a annoncé la couleur : elle est membre du groupe Europe-Israël au Parlement européen, a souhaité (en vain jusqu’à présent) faire pèlerinage en Israël et, si l’on en croit Marc George, ex-secrétaire général d’Egalité et Réconciliation, le mouvement d’Alain Soral, celui-ci a mis en contact Marine avec Gilles-William Goldnadel, ultra-sioniste et “agent israélien notoire” (Rivarol, 14 mai 2010). Quant à Bernard Antony – brouillé avec le FN en raison de certaines prises de position de Marine – il n’a jamais caché qu’en tant que chrétien il était fondamentalement attaché aux sources juives du christianisme – ce qui est parfaitement logique.

Le plus important n’est sans doute pas là. Il est dans le travail d’influence mené par certains agents d’Israël dont le prototype est un certain Patrick Brinkmann. Celui-ci, officiellement citoyen germano-suédois, dispose de fonds très importants censés provenir de sa (grosse) fortune personnelle…

Il a commencé par bien cacher son jeu. Après avoir assisté à la Table Ronde de Terre & Peuple en 2006 et s’être déclaré très favorablement impressionné par cette réunion, Brinkmann avait manifesté la volonté de créer une structure de liaison et de coordination entre le plus grand nombre possible de mouvements identitaires européens, baptisée Kontinent Europa Stiftung (“Fondation Continent Europe”), qui devait prendre l’initiative d’activités internationales axées sur l’identité européenne (voir Terre & Peuple Magazine, n° 32, été 2007). Cette initiative parut tout à fait sympathique et fut donc approuvée par Terre et Peuple, en France, le Thule-Seminar en Allemagne, Tierray Pueblo en Espagne. Mais lorsque les dirigeants de ces mouvements proposèrent d’organiser une première rencontre européenne destinée à faire connaître la KES, Brinkmann tergiversa longuement. Tout en manifestant progressivement, en contradiction avec ses premières déclarations, des prises de position tellement ambiguës qu’on pouvait se poser des questions sur ses véritables motivations.

Si bien que Pierre Vial (Terre et Peuple) et Pierre Krebs (Thule-Seminar) décidèrent de rompre leurs relations avec lui. Tout s’éclaira récemment lorsque Brinkmann annonça son intention de financer largement, en Allemagne, certaines campagnes électorales de mouvements “de droite” très hostiles à l’islam, à condition que les organisations profitant de ses largesses affichent leur soutien à Israël. Il a explicité son point de vue en déclarant à une agence de presse : “Notre culture européenne est judéo-chrétienne (…) C’est une chance que le destin des juifs et des chrétiens soit entrelacé (…) J’ai visité Israël, je suis allé à Yad Vashem non comme un touriste mais pour pleurer. (…) Le judaïsme va de pair avec la culture européenne”. Dans la foulée, il a annoncé qu’il organisait pour 2011 un “pèlerinage européen” à Jérusalem, car il faut “une entente entre l’Europe et Israël pour leur survie”. Brinkmann a noué des rapports suivis avec les animateurs de mouvements d’extrême droite dans divers pays (entre autres, en Autriche et en Espagne, comme cela vient d’être révélé dans ce pays par une revue à grand tirage qui est l’équivalent de Playboy…), en annonçant vouloir financer leurs campagnes électorales (il a la réputation d’être riche, mais on peut se demander quelle est la véritable origine de ces fonds…). Quel sera, pour ces mouvements, le prix politique à payer ?

Car certains mouvements dits “populistes”, dont les succès électoraux révèlent – et c’est une très bonne chose en soi – une volonté populaire de résister à l’invasion immigrée, se révèlent par ailleurs très perméables à l’influence sioniste. Aux Pays-Bas, le Parti pour la Liberté est en constante progression aux élections. Son chef, Geert Wilders, est allé prêcher aux États-Unis en faveur d’une “alliance des patriotes face à la montée du péril islamiste”. Il a déclaré à New-York en novembre 2009 : “Je viens en Amérique avec une mission. (…) Je soutiens Israël (…) parce que c’est notre première ligne de défense (…) J’ai vécu dans ce pays et je l’ai visité des douzaines de fois (…) Israël est un phare, une lumière dans l’obscurité de l’Orient, la seule démocratie. La guerre contre Israël est une guerre contre l’Occident”.

Bien entendu ce message a été abondamment relayé en France, sur internet, par les sites sionistes, qui font le forcing pour convaincre les identitaires européens de faire “l’union sacrée”. Parfois en des termes inouïs, qui devraient normalement tomber sous le coup de la loi (mais…). Ainsi, un fou furieux utilisant le pseudo (transparent pour un séfarade) de Charles Dalger appelle au massacre de ceux qu’il appelle les “nazislamistes” (un terme, repris par d’autres agitateurs, dont le caractère obsessionnel est révélateur).

Par ailleurs il y aurait beaucoup à dire sur les relations de chefs de mouvements d’extrême droite, en Autriche, en Italie, au Danemark avec des agents d’influence sioniste. Soyons bien clairs: est évidente, indiscutable, impérative la nécessité de lutter par tous les moyens
contre l’invasion-immigration et nous mettons toute notre énergie dans ce combat pour l’identité et la survie des peuples européens. Mais en étant lucides. Et donc en refusant de nous laisser piéger et manipuler pour servir de troupes d’appoint pour la défense des intérêts juifs, c’est-à-dire une cause qui, légitimement, est celle des Juifs mais qui n’est donc pas la nôtre.


PIERRE VIAL "

 

11/10/2011

ILS VEULENT BAILLONNER TERRE ET PEUPLE !

mardi, 11 octobre 2011

 

« Lobbies et groupes de pression en France » : tel était le thème que nous avions prévu, cette année, pour notre XVIe Table Ronde (avec, pour illustrer l’invitation, Sarkozy parlant au congrès du Conseil Représentatif des Institutions juives de France… pour y faire allégeance, bien sûr). Sujet tabou. Des « inconnus » ont donc fait en sorte de nous priver du lieu qui devait nous accueillir, comme les années précédentes. Il va donc nous falloir trouver un autre lieu d’accueil, ce qui nous oblige à reporter notre Table Ronde au début de 2012 (nous tiendrons bien sûr nos amis informés du nouveau lieu et de la nouvelle date).

 

Hasard ? J’ai reçu avis, deux jours plus tôt, d’avoir à payer 922 euros d’amende pour des autocollants, utilisés par nos militants, jugés non politiquement corrects (car appelant les Européens à la Résistance identitaire). Chacun sait que nos mouvements, dans le camp nationaliste et identitaire, ne bénéficient pas de l’appui de riches mécènes, de l’industrie cosmétique ou d’ailleurs. Il s’agit donc de nous faire taire en nous ruinant. La méthode a été souvent efficace. Mais nous ils ne nous feront pas taire.

 

Pierre VIAL

 

 

J’ajoute que le propriétaire du domaine de Grand’Maisons à Villepreux, qui vient si courageusement d’obtempérer avec célérité aux injonctions venues d’en haut et de céder aux pressions, s’appelle le comte Luc de Saint Seine. Merci et bravo.

 

A part ça, il n’existe ni lobbies, ni groupes de pression en France … Un pur délire né dans les cervelles embrumées de quelques obsédés, n'est ce pas?

 

03/06/2011

LE TRIBUNAL DE LA CONSCIENCE A L'OEUVRE

Je vous conseille vivement d’aller lire le compte-rendu du procès du juge Goldstone, qui s’est déroulé à la mairie du 16ème arrondissement de Paris le 31 mai dernier. Oui, vous avez bien lu : le juge Goldstone, honni entre tous les honnis par les sionistes enragés (pléonasme, je sais), a été jugé par un Tribunal de la Conscience, ainsi autoproclamé.

Cette mascarade a été organisée par l’association France-Israël et son président, l’avocat Gilles-William Goldnadel, par ailleurs membre éminent du CRIF.

Avec la complicité active du maire du 16e, Claude Goasguen, président du groupe parlementaire d’amitié France-Israël et sioniste enragé (oui, je sais …). Heureux arrondissement où l’on a le loisir d’organiser des procès fictifs, puisqu’on n’y a sans doute rien de mieux à faire ?

Pour le cas où le « tribunal de la conscience » souhaiterait renouveler cet exploit, nous tenons à sa disposition une liste copieuse de causes au moins aussi valables qui permettront à Me Meyer de remettre sa perruque, qui lui va si bien.

 

  

la-cour-proces-goldstone.jpg

 

 

 

Source : http://www.upjf.org/fr/4008-un-evenement-:-

 

 

SUITE DE L’OFERGATE (MAIS SÛREMENT PAS FIN)

Nous parlions récemment de l’affaire Ofer, mettant en cause les deux frères et le père, et leurs rapports avec l’Iran. Première victime : le père Sammy Ofer vient de mourir très brusquement.

 

ofer2.jpg

Lu sur le site d’Israël Valley :

 

"OFERGATE, ESPIONNAGE ET CORRUPTION : LES INGREDIENTS DU SCANDALE. LA MORT DANS LA TOUR AKIROV DE SAMMY OFER, L'HOMME LE PLUS RICHE D'ISRAËL".

 

"Ce matin la presse israélienne explique que Sammy Ofer est mort dans son appartment de la luxueuse Tour Akirov en raison “d’une grave maladie”. Cette explication ne tient pas la route. Tout le monde sait que sa mort est bien liée au scandale Iran-Israël. Israël va donc vivre dans les prochains jours son “affaire DSK” d’un ordre tout à fait différent.

 

Cette mort brutale va entraîner des conséquences directes sur le management des biens du multimilliardaire. Impossible dans le contexte israélien de ne pas retrouver à un moment où un autre la marque de ce groupe tentaculaire.

 

Un problème essentiel lié à la mort du magnat : la relation fusionnelle entre les très riches et très puissants et le monde politique israélien. Sammy Ofer avait une sorte d’impunité en Israël. Le nombre de politiciens qui dépendent de lui et de sa famille sont nombreux. Ofer a été finalement mis au banc des accusés par la justice américaine qui a compris qu’elle devait faire le “sale boulot” pour le compte d’Israël."

 

JACQUES BENDELAC D’ISRAELVALLEY

"La fortune de la famille Ofer est estimée à 10 milliards de dollars, soit la première d’Israël, loin devant les familles Wertheimer et Harisson. Selon le Forbes, la famille Ofer est classée au 79e rang mondial pour sa fortune. Le groupe Ofer possède de nombreuses entreprises ainsi que de multiples participations dans les différents secteurs de l’économie israélienne, comme l’industrie, la banque, etc.

 

La famille Ofer (le père Sammy et les fils Eyal et Idan) est à la tête d’Israel Corp., le plus grand consortium israélien qui étend ses ramifications comme la banque (Mizrahi), la chimie (Israel Chemicals), l’énergie (Raffineries de Pétrole), les transports maritimes (Zim), les ressources naturelles (les Entreprises de la Mer morte), le high tech (Tower Semiconductor).

 

Le groupe Ofer est aussi présent dans l’immobilier, le tourisme, le commerce de détail, etc. Sammy Ofer, qui vient de décéder, faisait aussi partie des plus grands donateurs israéliens; sa générosité a bénéficié notamment aux hôpitaux Rambam (Haifa) et Ihilov (Tel Aviv).

 

L’influence qu’exerce la famille Ofer sur l’économie israélienne et les soupçons qui viennent de lui être adressés (commerce illégale avec l’Iran) inquiètent la Banque d’Israël. Dans un communiqué exceptionnel publié en fin de semaine, le Contrôleur des banques indique suivre de près l’évolution de l’activité du groupe Ofer, tout en exerçant son contrôle sur les actionnaires des banques israéliennes. Ce que la banque centrale a omis de préciser, c’est que la famille Ofer détient 19,75% du capital de la Banque Mizrahi, la quatrième banque du pays, et que tout ce qui concerne la famille, concerne aussi le secteur bancaire israélien."

 

Source : http://www.israelvalley.com/news/2011/06/03/31980/israelvalley-ofergate-espionnage-et-corruption-les-ingredients-du-scandale-la-mort-dans-la-tour-akirov-de-sammy-offer-l-h

LE COUPLE FOUREST /VENNER CONTRE MARINE LE PEN

nouvelobs.jpg

Je lis à l’instant une interview parue dans L’Express (rien à voir avec la photo ci-dessus) présentant avec beaucoup de bienveillance, naturellement, le livre que viennent de sortir Caroline Fourest et sa compagne Fiammetta Venner. Il s’intitule sobrement Marine Le Pen.

 

Ceux qui lisent ce blog savent que Marine Le Pen n’est vraiment pas ma tasse de thé, mais, vous l’auriez deviné, pas du tout pour les mêmes raisons que les dames mentionnées ci-dessus.

 

Vous lirez l’article de L’Express, mais ici je relèverai simplement sous la plume du mortel duo que le reproche principal adressé à la fille de JMLP est celui-ci : elle ne serait pas du tout moderne ! Quand je considère ce que Fourest/Venner entendent par « moderne », j’aurais tendance à la féliciter de ne pas l’être. Elles finiraient même par me la rendre sympathique, c’est tout dire !

Car suivant leurs critères, en matière de modernité, moi j’en suis carrément restée au précambrien. Mais je vous rassure : ça m’en touche une sans faire bouger l’autre, comme disait finement Jacquot au temps de sa splendeur. J’assume totalement.

 

Voilà en gros pourquoi Marine Le Pen n’est pas moderne :

 

« …Elle a déclaré vouloir dérembourser l'interruption volontaire de grossesse et mener une politique pour "réinsuffler chez les femmes le caractère sacré de la vie". En clair: elle propose de développer une politique nataliste. Quitte à saborder le travail de prévention du Planning familial... »

Horreur et putréfaction ! Vous vous rendez compte : « réinsuffler chez les femmes le caractère sacré de la vie » C’est d’une obscénité rare!!!

 

« Elle veut enlever le voile, mais ne touche pas aux croix, qu'elle considère comme partie prenante de l'identité nationale. La laïcité de Marine Le Pen est, quoi qu'elle en dise, une laïcité avec une tête chercheuse: elle ne vise que l'islam. »

 

« Bien qu'elle ne soit pas spécialement pratiquante, elle a tout de même fait baptiser ses enfants à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, à Paris, qui est une église occupée par les intégristes »

 

« Elle s'oppose à ce que les associations féministes ou antiracistes interviennent dans les écoles, considérant qu'elles sont des agences de propagande antinationales. »

Alors que ce n’est pas du tout le cas, nous le savons pertinemment bien. Quelle idée incroyable !

 

«  (…) La conception monoculturaliste, incarnée par le FN et toutes les droites populistes anti-islam, qui perçoit le métissage culturel comme un danger pour l'identité nationale. »

 

 

Je n’ai pas lu le bouquin, j’ignorais même son existence jusqu’à ce matin, mais moi, j’aimerais bien savoir si ces dames ont également abordé des sujets autrement plus intéressants, mais plus délicats, du genre : quelle est la position de Marine Le Pen par rapport à l’influence énorme de certaines communautés en France, leur implication quotidienne dans la vie du pays et les pressions qui vont avec, notamment en matière de justice et d’éducation dite nationale. Ses vues sur les lois liberticides, etc, etc.

 

Mais laissons pour le moment la présidente du FN nouveau et intéressons-nous aux dames qui ont écrit l’ouvrage : je pense que si je précise qu’elles sont des obsessionnelles de « l’extrême-droite », elles considéreront cela comme un compliment. Donc, faisons-leur ce compliment : ce sont carrément des obsessionnelles de la bébête immonde qui monte, qui monte.

Car elles, vous l’aurez deviné, sont dans l’Axe du Bien (et du Moderne) : lesbiennes militantes et à gauche toute, en sus. Le Bien Complet et Intégral, quoi. Rien à voir avec le Mal incarné, le populisme et tous les fantasmes répugnants qui vont avec.

Entraînées par leur croisade, elles ne craignent même pas de délationner un peu de temps en temps, mais comme c’est pour le bon motif, hein, on ne va chicaner. Ainsi, en 1998, elles ont pondu un bouquin recensant les entreprises qui finançaient le Front national, Le Guide des sponsors du FN. Carrément. Et apparemment, tout le monde a trouvé ça normal. C’est vrai que nous sommes dans une démocratie pas ordinaire.

D’ailleurs, la preuve que ce qu’elles écrivent est Bien et Important, c’est qu’elles reçoivent des prix. Naturellement. C’est normal. Ainsi, en 2005, elles ont reçu le Prix national de la laïcité, remis par le Comité Laïcité République, les récompensant « pour leurs actions contre tous les fondamentalismes religieux et leurs avatars liberticides, ainsi que pour leur engagement face à l’extrême-droite ». Et en 2006, La Tentation obscurantiste a obtenu le Prix du livre politique 2006 de l'Assemblée nationale.

 

Ah, on a quand même des intellectuel(le)s de haut niveau en France, on a un peu trop tendance à l’oublier.

02/06/2011

LE GRAND DEBALLAGE CONTINUE…..

On ne se bouscule pas, s’il vous plaît. Tous en rangs, il y en aura pour tout le monde … Hier, c’était au tour du fiston de l’ancien premier ministre Laurent Fabius de goûter aux joies des tribunaux parisiens. Et il a été condamné, figurez-vous, mais pas trop méchamment quand même, vous allez voir.

 

thomas_fabius_article_big.jpg

 

Donc, Thomas Fabius, 29 ans et toutes ses dents, comparaissait hier devant le Tribunal de Grande Instance de Paris, sous le coup de deux plaintes pour escroquerie. Plaintes émanant de l’investisseur et de son associé dans un projet de cartes à puce devant sécuriser les paiements à distance. Le beau Thomas a reconnu devant les juges avoir engourdi les 90 000 € qui lui avaient été remis pour monter l’affaire.

 

Mais nous sommes entre gens délicats et papa a sûrement mis son grain de sel dans l’affaire. Il n’a apparemment pas pu éviter la publicité, mais on s’est arrangés entre gentlemen. Un accord a été trouvé entre les parties et le beau Thomas, qui a même pu négocier sa peine avec le parquet. Sympa, quand même. Je recommande hautement à tous les malfrats de base d’étudier soigneusement ce cas d’école et de faire pareil. Peut-être que ça marchera aussi bien pour eux.

Vous serez heureux d’apprendre que finalement, tout est bien qui finit bien. Ce garnement a promis de ne pas recommencer. Alors, hein, on ne va pas lui jeter la pierre que les juges se sont abstenus de lui lancer. Il faut bien que jeunesse se passe …

"Nous sommes très satisfaits de l'issue de ce dossier et de l'accord que nous avons trouvé avec le plaignant et avec le procureur, qui met un terme définitif à cette affaire, où chacun reconnaît sa part de responsabilité", a déclaré l’avocat des Fabius.

Si tout le monde il est responsable et coupable, évidemment, ça change tout. Ah oui, au fait, vous vous demandez sans doute à quoi a finalement été condamné ce charmant jeune homme : il a été condamné pour abus de confiance à 15.000 € d'amende, dont 10.000 € avec sursis.

Les juges, pleins de prévenance, ont en outre estimé qu’il n’était pas nécessaire d’inscrire cette très modique condamnation dans son casier judiciaire. Qui reste donc d’une blancheur de neige. Pour l’instant.

Finalement, il ne s’en est pas trop mal tiré, le beau Thomas : il engourdit 90 000 €. Il est obligé d’en rembourser 5 000 €. Concluez vous-même : un joli bénéf de 85 000 €.

Il a déjà pas mal roulé sa bosse, ce rejeton de l’ex premier ministre et de la productrice de télévision Françoise Castro (psychosociologue de formation : vous savez, ceux qui apprennent aux autres comment élever leurs enfants…). Il a participé en 2004 à la création de la société People and Baby, qui propose des crèches clés en main aux entreprises et zones industrielles. Il a aussi été directeur d’hôtel, chroniqueur à TF1 dans Langues de VIP, et PDG d’une société de production de longs-métrages.

Aux dernières nouvelles, la main sur le cœur, il a déclaré aux juges qu’il était «dans l’immobilier» à présent. Prudence, donc … 

01/06/2011

C’ETAIT POUR LE BON MOTIF, CE QUI CHANGE TOUT

9651E16FFE7F581A05F9FE6C988.jpg

Les frères Ofer et leur papa - mars 2011 Tel Aviv

 

Vous avez entendu parler de l’affaire Ofer Brothers : les frères Ofer – la famille la plus riche d’Israël – sont accusés d’avoir fait des affaires avec l’Iran sans se soucier de l’embargo officiellement décrété. C’est que les affaires sont les affaires et que money is money. Plus sérieux que la politique. Et ce n’est pas une flottille de barques de pêche qui est en cause, mais une dizaine de pétroliers. Ce sont les Etats-Unis qui ont levé le lièvre.

 

Bref, je ne vais pas entrer dans les détails que vous trouverez abondamment. La nouveauté, c’est qu’aujourd’hui, il semblerait qu’un petit malin ait trouvé la bonne idée pour offrir une porte de sortie honorable à cette fâcheuse affaire qui éclabousse Israël. Le site Guysen nous apprend en effet ce qui suit :

 

« Ofergate : les navires des frères Ofer, ancrés en Iran, auraient transporté des agents du Mossad

 

Selon des sources israéliennes ayant requis l'anonymat, le message reçu hier par Carmel Shama Hacohen, président de la Commission des Affaires économiques de la Knesset qui devait enquêter sur l'Ofergate, et qui a pris la décision d'ajourner la séance à la lecture du billet, provenait du chef du Mossad. Il pourrait ainsi s'agir, selon cette source, de ne pas divulguer au public le fait que les navires des frères Ofer ancrés en Iran, auraient permis d'infiltrer des agents dans certains pays du Golfe ou même en Iran et d'exfiltrer d'autres agents, en particulier ceux qui auraient éliminé le cadre du Hamas Al Mabhouh à Dubaï au début 2010. »

 

 

Donc, voilà, il y a beaucoup de conditionnels dans cette sombre histoire, mais enfin, on comprend que si les navires Ofer se trouvaient là, c’était pour rendre service au Mossad. Et pas du tout, comme de mauvais esprits auraient pu l’imaginer, pour faire du fric.

 

Petite prime : tout en bout de phrase, on a la confirmation que l’assassinat de Dubaï en 2010 était bien l’oeuvre du Mossad. Ce qu’Israël avait farouchement nié à l’époque.