Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2009

LES PRIORITES

« L'Allemagne verse 60 millions d'euros pour l'entretien d'Auschwitz

L'Allemagne prend une décision historique pour préserver l'ancien camp d'extermination nazi d'Auschwitz-II-Birkenau, situé dans le sud de la Pologne. Au terme d'un accord passé entre le gouvernement fédéral et les Länder, mercredi 16 décembre, le pays a accepté de verser 60 millions d'euros à la Fondation spécialement créée en janvier pour assurer la pérennité du lieu, où près de 1,1 million de personnes ont péri entre 1940 et 1945.

Ces 60 millions d'euros représentent la moitié de la somme que doit récolter la Fondation. Près de 40 pays avaient été sollicités en ce sens, en janvier 2009, par le premier ministre polonais, Donald Tusk.

"Il s'agit d'assurer, une bonne fois pour toutes, l'existence d'Auschwitz comme lieu de mémoire, explique le directeur du musée, Piotr Cywinski. Des investissements sûrs doivent être décidés avec les 120 millions, qui rapporteraient par an environ 5 millions de dividendes, soit de quoi effectuer tous les travaux d'entretien. Cela ne concerne pas les programmes scientifiques et éducatifs que nous conduisons par ailleurs."

M. Cywinski se félicite de la décision allemande, fruit de longues négociations intérieures. "C'est un excellent début, dit-il, d'autant que le contexte n'était pas favorable cette année, avec la crise, les élections européennes et législatives en Allemagne."

1,3 million de visiteurs

Etendu sur 200 hectares, le site d'Auschwitz-II-Birkenau comprend 155 bâtiments en état et 300 en ruines, dont le bois pourrit et le ciment se fissure. Les fours crématoires se trouvent notamment à l'Etat de ruines. Le musée a accueilli près de 1,3 million de visiteurs en 2008, un chiffre en forte hausse.

Jusqu'à présent, le financement du musée revenait presque exclusivement à la charge de l'Etat polonais. Les aides étrangères ne représentaient que 5 % du budget en 2008. Les initiateurs de la Fondation espèrent que l'Allemagne va pousser, par sa décision spectaculaire, les autres grands pays à l'imiter. Pour l'heure, on ignore quelle somme sont prêts à débourser la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. »

 

Source : LE MONDE | 18.12.09

17/12/2009

TOUT EST BON POUR « EMPECHER L’OUBLI »

Ah, l’oubli, ce serait vraiment la pire des choses, hein, Claude Sarraute ? Plus rien à vendre, tout à coup…. … On comprend que TOUT, absolument TOUT, soit mis en œuvre pour empêcher pareille catastrophe.

Un correspondant m’envoie cette info qui montre jusqu’où va se nicher cette pathologie. Car à ce stade, on se demande vraiment quel autre nom on pourrait lui donner :

« Les Fédérations allemande et israélienne ont signé mercredi un accord de coopération dans les domaines de la formation des entraîneurs, des arbitres et des jeunes footballeurs pour les deux prochaines années. Parmi les projets concrets déjà prévus : la direction de rencontre de 3e Division allemande par des arbitres israéliens ou encore la participation de l'équipe nationale allemande junior à un tournoi en Israël l'année prochaine. «Plus nous nous éloignons dans le temps du pire crime de l'Histoire, l'Holocauste, plus nous devrons être actifs pour empêcher l'oubli et offrir des repères à nos jeunes joueurs», a indiqué le président de la Fédération allemande, Theo Zwanziger. »

Je ne vois pas vraiment le rapport avec le foot, mais du moment qu’eux tous le voient, c’est le principal. Et pour ce qui est "d'être actifs", on ne peut vraiment rien leur reprocher, ni aux uns, ni aux autres.

 

http://www.lequipe.fr/Football/breves2009/20091216_191350_accord-de-cooperation-signe.html

16/12/2009

DU MOMENT QUE C’EST ELLE QUI LE DIT ….

images.jpgCa a fait le tour du Web, mais je reviens quand même dessus parce que c’est assez hallucinant. Elle avait bu, ou quoi ? Pour d'autres, on ne se priverait pas d'accuser la sénilité, comme on l'a vu en certaines circonstances.

 

Bref, interviewée par un copain, Fogiel, sur Europe 1 il y a quelques jours, la journaliste Claude Sarraute s’est lâchée dans les grandes dimensions :

 

« Un de vos confrères est venu vous défier sur le thème « tu n’oseras jamais taquiner sur la shoah » et vous avez écrit :

 

Regardez-nous les juifs, ce qu’on a réussi à faire avec notre shoah 

 

Ah, j’ai dit ça à une Arménienne

 

On l’a vendue partout. On est couverts d’argent. On est vraiment plus fort que vous

 

Oui, j’ai dit ça à une Arménienne (…)

 

Ces cons-là, ils ont vraiment eu la même chose et tout ce qu’ils trouvent à faire, c’est de s’asseoir par terre dans la rue ».

 

Intéressant. On peut en retenir que les Arméniens sont des cons – ils apprécieront sûrement. Qu’ils ont eu « la même chose ». Ah tiens, je croyais que c’était tellement indicible que c’en était hors de l’histoire.

Et enfin que les juifs ont très bien vendu la chose. On s’en doutait un peu, mais c’est bien qu’une juive le dise. Merci, Claude.

http://www.dailymotion.com/video/xbfv2r_claude-sarraute-a-europe-1-le-91209_fun

LA CLASSE POLITIQUE SE FOUT DE LA GUEULE DU MONDE

Bon, ce n’est pas un scoop, ce que je vous raconte là, et vous le savez aussi bien que moi. La démocratie a fait place depuis belle lurette à une oligarchie cramponnée à ses privilèges et à ses passe-droits. A l’intérieur de ce système, « droite » et « gauche » confondues et pour cause, on se soumet à ceux qui tirent les ficelles ou on se démet. Comme le fromage est bon, on se soumet.

La dernière péripétie concernant Dati en administre une preuve absolue. Rien pour nous étonner, du reste. Mais il y a parfois des gouttes d’eau qui font déborder la vase.

A ce propos, je lisais sur le forum du Figaro le commentaire suivant :

« J'en avais tellement marre de ces politiciens pourris, cumulards, arrogants, que j'ai fichu le camp au Québec il y a 21 ans. Et je ne m'en porte que mieux. Voilà un pays où il fait bon vivre, où le Maire de votre ville l'est à plein temps. Il y a même trois catégorie différentes de partis politiques: fédéral, provincial et municipal. Cela donne des politiciens qui exercent un seul mandat, à temps plein. Les maires sont joignables, les députés sont soit à l'assemblée nationale soit dans leur bureau de circonscription. Notre problème en France, c'est que les politiciens se sont constitués en caste. Ils sont totalement coupés des réalités. Plusieurs ministères du Gouvernement du Québec ont leurs bureaux au centre-ville de Montréal, au complexe de bureaux et commercial nommé Complexe Desjardins. Il m'arrive régulièrement d'y croiser des ministres prenant une pause café comme Monsieur tout-le-monde. C'est peut-être une des raisons pour laquelle le Québec et le Canada sont très souvent dans le peloton de tête pour l'IDH. Quand on se consacre à une seule mission, on a plus de chances de bien la remplir. A tous nos politiciens cumulards qui se croient irremplaçables, je leur servirais en guise de réponse la phrase attribuée au Général: le cimetière est plein de gens irremplaçables ».

L’IDH est un indice international de développement humain. Sans estimer pour autant que le Québec est le meilleur des mondes, ce commentaire met le doigt sur LE problème n°1 de ce pays. Qui n’est pas l’antisémitisme, n’en déplaise à certains. Mais une classe politique qui ne représente plus rien d’autre que ses propres intérêts. Et qui empêche soigneusement l’émergence de toute opinion divergente.

Les Français ont fini par le percevoir, plus ou moins clairement. C’est la raison de l’abstention grandissante à tous les scrutins. A quoi bon aller voter, puisque rien ne changera de toute façon ? Mais ils se sentent totalement désarmés. Que faire ?

Il est exclu de penser qu’une réforme profonde de ce système pourri viendra d’une classe politique médiocre, qui ne songe qu’à accumuler mandats, pouvoir et indemnités. Elle a au contraire tout intérêt à ce que ça dure et tant pis si le pays en crève.

Il n’y a que de la base que l’exigence d’une profonde refondation du pouvoir politique peut venir. Et j’en reviens à mon dada : cette possibilité de référendum « populaire » prévue par le traité de Lisbonne. Dans des conditions certes si draconiennes qu’elles sont presque impossible à réunir, nos « élites » y ont veillé.  Mais presque seulement.

Il n’y aurait pas 1 million d’électeurs dans ce pays prêts à signer pour que ça change enfin pour de bon ? Pour demander qu’il y ait UN mandat par tête de pipe. Et UN SEUL, effectivement rempli. Moi, je croirais qu’ils sont bien plus nombreux que ça. Et ça vaut le coup d’essayer.

Tiens, pour vous rafraîchir les idées, allez faire un tour sur le blog dans la catégorie Ce que ce que coûte le personnel politique. Vous verrez que Dati coûte fort cher. Pour ce qu'elle rapporte ...

15/12/2009

L’ANTISEMITISME EST LE POISON DE NOTRE REPUBLIQUE

Parfaitement. Ce n’est pas le déficit public absolument abyssal que nous allons généreusement léguer aux suivants, l’éducation dite nationale qui s’en va en charpie, la pauvreté qui augmente, le communautarisme qui explose. Non, non, tout ça, ce n’est rien. Tout va très bien, madame la Marquise. Il y a UNE chose qui est intolérable aujourd’hui en France, et c’est l’ANTISEMITISME. Qu’on se le dise.

 

22.jpgD’ailleurs, la sommité qui a prononcé cette phrase historique sait parfaitement de quoi elle cause car il s’agit de Brice Hortefeux, ministre de l’Intérieur. Qui recevait dimanche le Prix de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme décerné par l’Union des patrons et professionnels juifs de France (UPJF). Et qui ne pouvait décemment pas les décevoir.

 

« Le ministre de l'Intérieur a annoncé dimanche 13 décembre au soir une forte hausse des actes antisémites au cours des neuf premiers mois de l'année 2009. "704 faits ont été recensés : 123 actions et 581 menaces, qu'il s'agisse d'agressions verbales, de dégradations de bâtiments ou d'inscriptions", a souligné Brice Hortefeux qui s'exprimait devant l'Union des patrons et des professionnels juifs de France.


Cela représente plus du double des manifestations d'antisémitisme recensées lors des neuf premiers mois de 2008 : "350, dont 99 actions et 251 menaces", selon les chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur.

L'augmentation d'une année sur l'autre des manifestations d'antisémitisme (+101,14%), est principalement due à celle des menaces (+131,47%), les actes antisémites ont augmenté de 24,24%.

L'augmentation constatée en 2009 est «en partie clairement liée à la situation internationale», notamment l'exacerbation du conflit israélo-palestinien en janvier, selon le ministre.

Condamnant les dégradations découvertes dimanche à la mosquée de Castres, le ministre a rappelé qu'un "programme de subventions pour la sécurisation des lieux de cultes et des structures culturelles de la communauté juive portant sur 5 ans" avait par ailleurs été mis en place depuis 2004. Quinze millions d'euros ont ainsi été investis pour sécuriser, par alarme et videosurveillance 349 bâtiments, dont 107 écoles et crèches, 81 associations et centres communautaires et 161 synagogues.

Qualifiant de "poison pour notre République" l'antisémitisme, le ministre a annoncé la nomination prochaine d'un préfet, au sein de son ministère, chargé de coordonner la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. "Je crois utile qu'un haut fonctionnaire puisse, au sein du ministère de l'Intérieur, s'assurer de la coordination de nos actions" en la matière, a ajouté le ministre. Ce préfet aura "une autorité suffisante sur les acteurs de la sécurité pour, en lien avec le préfet de police et les directeurs généraux de la police et de la gendarmerie, préparer les décisions qui s'imposent chaque fois que nécessaire, pour prévenir et réprimer ces actes inadmissibles", a-t-il expliqué, précisant qu'il serait nommé "dans les prochains jours".


Brice Hortefeux a reçu des mains du Président de l'UPJF, Richard Portugais, le Prix de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Deux autres prix ont été remis ce même jour. Le premier à Mme Dominique Lunel pour les relations qu'elle a permis d'établir entre le gouvernement de Nicolas Sarkozy et  la communauté juive de France et plus particulièrement avec l'UPJF. L'autre prix a été remis à Eric Raoult, secrétaire national de l'UMP à l'Outre-mer, pour son action dans la lutte contre l'antisémitisme.

 

Source : http://www.guysen.com/topnews_Antisemitisme-Hausse-des-actes-antisemites-en-France_99.html  

 

13/12/2009

INOXYDABLES, ON VOUS DIT

images.jpg« Grâce à votre appui sans faille aux postes clés de l’administration des affaires mondiales, grâce aux énormes moyens dont nous disposons, l’heure de notre triomphe va bientôt sonner car nous sommes sur le point de mettre la main sur l’arme de la vengeance suprême.  (…)

Armés de la colère divine, nous soumettrons les gouvernements, dirigerons l’économie et balayerons sans pitié tous ceux qui auront l’audace de s’opposer à nos lois. Très bientôt, chers camarades de combat, nous redeviendrons …. LES MAITRES DU MONDE !!! »

Surtout, ne partez pas sur une fausse piste ! Je vous vois venir ! Ces fortes paroles sont extraites de la dernière resucée des Aventures de Blake et Mortimer et devinez qui les proclame devant une assemblée choisie?

Un affreux NAZI, natürlich. Qui d’autre ? C’est qu’ils sont toujours là, tapis dans l’ombre, prêts à étendre partout leurs tentacules visqueuses, ayant bâti des fortunes colossales sur le dos du pauvre monde. Le MAL incarné, seul et unique. Inoxydables, quoi.

Cette histoire particulièrement originale s’appelle La malédiction des trente deniers et dans son genre, vous ne devriez pas être déçu du voyage. Moi je le suis, car je l’ai acheté hier et je regrette mes sous. Le méchant, mais vraiment très très méchant, s’appelle Rainer von Stahl, nazi de la première heure de son état. Ancien standartenfürher dans la panzerdivision Totenkopf, pour tout vous dire. C’est du lourd, hein ? Et même du lourdingue.

L’autre méchant, celui des trente deniers perçus pour trahir le Christ, c’est Judas l’Iscariote. Pas aussi méchant que le nazi tout de même, faut pas exagérer. On nous explique d’ailleurs que Judas aurait peut-être été « zélote ». Des gens qui « à l’époque du Christ, étaient l’équivalent des résistants armés pendant l’occupation nazie en Europe. Des patriotes juifs luttant contre l’envahisseur par le sabotage et la guérilla » Tout ce qu’il y a de bien, donc. Judas espérait que Jésus prendrait « la tête d’une insurrection générale qui rendrait la terre d’Israël à son peuple ». Mais il a été très déçu et vous connaissez la suite …

La suite de cette passionnante aventure, qui verra, j’en ai comme le pressentiment, la déconfiture complète de l’IGNOBLE, justement, on ne la connaîtra que dans le tome 2 (que je me ferai prêter).

En attendant, ce qui est sûr dès à présent, c’est qu’on est à quelques années-lumière, à tous points de vue, des grands Jacobs. On est dans l’exploitation commerciale d’un bon filon.  Et  strictement dans le droit fil de la pensée ambiante.

12/12/2009

MONSIEUR LE PRESIDENT, JE VOUS FAIS UNE LETTRE …

200px-Francois_Leotard.jpgDécidément, tout est bon pour servir LA CAUSE. LA CAUSE SACREE : sus à l’Iran, le nouveau monstre planétaire, qui menace toute l’humanité ! Alors on racle même les fonds de tiroir et on ressort de la naphtaline tous les ex-grands hommes qui firent tant d’honneur à la République.

 

Avant que de sombres affaires - et même quelques peines de prison, avec sursis – ne les contraignent à ravaler quelques-unes de leurs folles ambitions. On les retrouve en général aujourd’hui dans des fonctions plus conformes à leurs capacités réelles. Ainsi en est-il du président de l’Association pour le rayonnement du Château de Vincennes, j’ai nommé le flamboyant François Léotard. Vous vous souvenez de lui, j’espère ? Si droit dans ses bottes lorsqu’il s’agissait de pourfendre l’autre monstre, le Front national – un peu démonétisé aujourd’hui, celui-là -  mais légèrement moins lors de certaines affaires malencontreuses qui le conduisirent à prendre un peu de recul. Depuis, il fait dans la critique acerbe aux présidents qui n’ont pas l’heur de lui plaire. Sarkozy a eu son tour, là il sort le grand jeu pour Ahmadinejad, qui en a sûrement été extrêmement affecté.

 

« Lettre ouverte au président Ahmadinejad

 

Monsieur le Président,

 

Franchement, en commençant cette lettre, je n'avais pas envie de vous appeler de cette manière. Ce titre implique en effet un minimum de respect. Je le fais néanmoins parce que c'est vous qui vous exprimez au nom des Iraniens. Sur les photos, je vous vois devant des foules, des visages, des mains levées. Sans doute peut-on y deviner une forme d'enthousiasme, en tout cas d'adhésion.

 

Nous avons, en Europe, connu ces foules. C'était un mauvais moment pour nous. Une période tragique dont nous continuons à porter la honte et l'angoisse. L'un des peuples les plus cultivés du monde, un peuple qui avait élevé à un haut degré la philosophie, la musique, la poésie, la science, un peuple qui avait étonné ses voisins par son rayonnement, avait sombré dans la haine, la folie raciale, l'ignominie. Des dizaines de millions d'individus ont subi, dans leur chair, leur culture, leur dignité, cette étrange barbarie qui se voulait un ordre nouveau. Ce furent d'abord les propres ressortissants de cet État, des Allemands, puis peu à peu les autres, tous les autres... On appela cette folie une guerre mondiale.

 

Mais ce fut surtout une guerre contre ce qu'il y avait d'humain en nous. Les livres furent brûlés, les enfants déportés et assassinés, les intelligences brisées. Tout ce qui faisait l'honneur de l'homme fut piétiné. Et puis...

 

Et puis, j'en viens à vous : une partie de l'espèce humaine, le peuple juif, fut destiné à l'enfer. Ce n'était ni les plus nombreux ni les plus riches, ni même les plus influents. C'étaient des hommes et des femmes qui avaient porté très longtemps et très loin leur foi, leurs questions sur le monde, sur Dieu, sur la nécessité de vivre ou de souffrir, sur le bonheur d'aimer. Généralement ils fréquentaient les livres. Ils réfléchissaient beaucoup. Ils ne comprenaient pas bien pourquoi on ne les aimait pas, pourquoi on les appelait des « sous-hommes », des Untermensch, pourquoi on les considérait comme des insectes... Ils furent pourchassés dans toute l'Europe, pendus, fusillés, brûlés...

 

Vous savez parfaitement tout cela. Mais je l'évoque devant vous pour trois raisons au moins :

 

—                la première, c'est que nous (je dis « nous », c'est une façon de parler) n'accepterons pas que ça recommence. Je ne suis pas juif mais les Juifs sont, comme les Perses, mes frères en humanité.

—                 

—                La seconde, c'est qu'ils ont le droit, comme vous, comme moi, d'avoir une patrie. Que ce soit la France ou Israël ne change rien à l'affaire.

—                 

—                La troisième raison ne vous plaira pas. Mais tant pis : ce qu'ils apportent au monde (et probablement c'est cela que vous voulez « rayer de la carte »), c'est une conception de l'homme et de son destin, qui a enrichi plusieurs siècles de civilisation, et qui fait honneur au peuple juif comme à l'État d'Israël.

—                 

Monsieur le Président, vous avez le droit d'être nationaliste. Vous avez le droit d'être fier de l'histoire du peuple perse. Vous avez le droit d'être croyant et de prier le Dieu « clément et miséricordieux », comme il est dit au début de chaque sourate du Coran. Vous pensez avoir le droit de voiler les femmes, de torturer les opposants, d'emprisonner les journalistes qui vous contredisent, de condamner à mort des enfants mineurs, de persécuter vos minorités. Mais vous n'avez pas le droit de porter sur Israël le regard trouble, imbécile et haineux qui accompagne vos discours. Car il me semble que vous haïssez dans cet État la libre parole, la diversité des partis, le rôle de l'opposition, l'indépendance de la justice, la recherche universitaire et sans doute aussi... le courage. C'est-à-dire tout ce que nous sommes en droit d'admirer.

 

Les hommes qui ont organisé la réunion de Wannsee où fut décidé l'anéantissement des Juifs d'Europe sont tous morts aujourd'hui. Naturellement, comme chacun d'entre nous, vous suivrez ce destin.

 

Je souhaite seulement que pour vous-même, pour le peuple perse, pour les jeunes enfants d'Iran ou d'Israël qui vous survivront, il ne vienne à personne l'envie d'aller cracher sur votre tombe.

 

François Léotard (article publié dans Tribune Juive, décembre 2009 - écrit le 11 juillet 2006)

 

Dieu, que c’est beau ! Tout, absolument tout, y est. Comme les choses deviennent simples, avec les grands hommes : les méchants très méchants d’un côté, les gentils tout gentils de l’autre. Pour l’éternité. Jamais de doute, jamais de questionnement, jamais de nuance. C’est d’un reposant ! François, reviens-nous vite, tu nous manques trop !!!

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=17814&artyd=114

11/12/2009

LE PETIT CHAPERON ROUGE EXPLIQUE LA SHOAH AUX ENFANTS

affiche finale chaperon uf site internet.jpg

 

 

Non, non, vous ne rêvez pas . A ce stade, je dois dire que la réalité est en train de dépasser l’affliction la plus totale. Si vous avez des enfants, n’hésitez pas une seconde : emmenez-les vite se régaler pour Noël des contes de fée légèrement revisités que leur concocte la PUTE, à savoir la Pensée Unique Totalitaire Envahissante. Bon, cela risque d’être un peu tard pour le Petit Chaperon Rouge, mais ne vous inquiétez pas : ils auront droit bientôt au Petit Poucet dévoré tout cru par le vilain nazi ou à Riquet à la Houppe déporté à Auschwitz.

 

J’ai tout compris. L’histoire qu’on n’enseignera plus aux terminales scientifiques – pourquoi faire ? ça ne peut que leur brouiller l’esprit inutilement – ce sont les gamins du primaire (ô combien) qui vont y avoir droit à forte dose. Une histoire légèrement reformatée, s’entend, car il ne faut pas qu’ils prennent de mauvais plis dès le départ, ces futurs citoyens. C’est-y pas astucieux, ça ?

 

Oyez donc, bonnes gens, ce que nous apprend le CRIF :

 

« La compagnie Etincelles présente jusqu’au 11 décembre 2009 à l’espace Renaudie d’Aubervilliers le Petit Chaperon Uf de Jean Claude Grumberg. Sortez de Paris, et promenez vous dans les bois où vous croiserez un petit chaperon rouge qui rencontre un loup, normal…Mais Wolf, est un loup déguisé en caporal. Il apprend au petit chaperon rouge la triste vérité : Elle est Uf et, comme pour tous les Ufs petits et grands, tout ou presque lui est interdit.

 

Isabelle Charaudeau installe ses comédiennes fabuleusement masquées dans un décor intelligemment épuré  et des costumes soignés. Ils nous racontent  une allégorie des statuts des Juifs d’octobre 1940 et juin 1941 à travers le personnage du loup , déguisé en caporal-Kapo ( Rafaele Arditti) dont les exactions renvoient à l’histoire de la collaboration en France et à l’application des mesures d’exclusion envers les juifs: port de l’étoile : « capuchon jaune caca d’oie», classement de la population ( « Uf et non-Uf »), restrictions alimentaires , clichés dévalorisants stigmatisant les Juifs : Le loup se pince le nez comme si ça sentait mauvais  « Ufs sales, très toujours» …

 

Par un travail scrupuleux avec les enfants à partir de 7 ans, la troupe a circulé dans les classes pour accompagner les instituteurs dans une première approche de l’enseignement du génocide des Juifs, le Petit Chaperon Uf est une oeuvre pédagogique et drôle pensée pour le tout public qui mêle conte et réalité de façon pertinente.

 

Jeudi 10 décembre 2009 à 14h, vendredi 11 décembre à 14h et 19h, à l’Espace Renaudie, 30 rue Lopez et Jules Martin 93300 Aubervilliers (Métro : Fort d’Aubervilliers) 01 48 11 08 02»

 

Je ne peux m’empêcher de voir dans tous ces efforts frénétiques pour faire parler encore et toujours de la shoah – je lisais l’autre jour qu’une des dernières trouvailles, en Hollande, a été une émission de télé où l’on a réussi à faire comparaître 15 anciens condisciples d’Anne Frank, pour parler d’elle, comme ça, tout à coup, 65 ans après les faits – une fébrilité et presque une panique qui en disent long sur un certain sentiment de voir les choses et les situations échapper à ce qui était prévu. D’où un pathétique besoin de resserrer tous les boulons possibles et imaginables. Sans plus aucune mesure ni pudeur.

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=17802&artyd=99