Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2010

C’EST BIEN CONNU, LE MALHEUR DES UNS ….

Fillon n’a rien trouvé de plus intelligent pour venir en aide aux Haïtiens que de leur envoyer … Arno Klarsfeld. Vous trouverez tous les détails ci-dessous. Mais ce qui est assez instructif, ce sont les commentaires à l’article du Figaro, que vous trouverez aussi à la suite.

Alors les ploucs, on commence tout doucement à se réveiller ??? Et à piger ??? (Soit dit en passant, tout le monde a pu se rendre compte que la situation des Haïtiens s'était drôlement améliorée après la "mission" dudit Klarsfeld en 2008. Elle aura en tout cas servi à améliorer la sienne, c'est déjà ça. A combien d'ailleurs la mission? On peut savoir?)

 

images.jpg« Haïti: une mission pour Arno Klarsfeld

 

François Fillon a confié aujourd'hui à Arno Klarsfeld, avocat de profession, qui est un de ses conseillers à Matignon depuis 2007, "une mission d'information et de proposition relative à l'aide française pour reconstruire" Haïti, après le puissant séisme survenu dans ce pays mardi.

Il s'agira notamment, précise la lettre de mission signée du Premier ministre, "d'identifier les problèmes prioritaires à résoudre et d'élaborer un état des lieux de la situation après une telle tragédie".

Arno Klarsfeld, qui s'était déjà vu confier une mission en Haïti en 2008 par M. Fillon et s'est rendu deux fois dans ce pays, devra travailler en coordination étroite avec l'ambassade de France à Port-au-Prince, est-il indiqué.

Il devra "recenser les secteurs à privilégier pour l'aide française, faire en sorte que cette aide puisse avoir un impact rapide et direct sur les conditions de vie de la population, examiner les moyens d'assurer une bonne coordination de notre aide à la reconstruction avec celle des autres bailleurs de fonds, en particulier l'Union européenne".

La lettre souligne aussi qu'à l'issue de la mission (dont la durée n'est pas précisée), un rapport contenant des recommandations devra être remis au Premier ministre. »

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/01/14/01011-20100114FILWWW00729-haiti-une-mission-pour-arno-klarsfeld.php

 

En     "enfin une bonne décision !! Il serait souhaitable que les observations de Me AK soient mises en page par BHL !!
U       une préface de Jack LANG serait la bienvenue.
I         il est possible que Mr Delanoe envoie des vélibs.
Fr       françaises, français.... intéressez-vous aux footeux et arretez de rouspetter.

 

Je pense qu'on devrait envoyer la dame du Poitou, elle pourra demander pardon pour le malheur qui frappe ces pauvres gens et mettra la faute sur le gouvernement.Ne pas oublier les cameras!!!!

 

et que fait JACK LANG.........  pas de mission pour lui ?? Au fait où est KOUCHNER ???

 

c est du benevolat bien sur

une suggestion: on pourrait consacrer ce que va couter la mission a une aide directe a Haiti

Merci Carla  J'espère que ce cher Arno va remercier Carla Bruni-Sarkosy.
N'oublions pas que Arno K. fut un de ses ex petits amis...Finalement, ça aide...Bien joué, Arno!

 

République irréprochable.  Monsieur Karlsfel n'a rien à faire en Haïti. Il n'a aucune compétence et sa profession d'avocat ne lui servira à rien pour chercher les disparus.
Enfin le contribuable voudrait savoir, s'il part, combien ça va lui coûter car Mr Karlsfeld ne fait rien sans rétribution et il est très cher. Ah, on en a marre de copains et des coquins.

emploi fictif  ça continue!!!!!!!

 

arretez les gugus jaloux aigris envieux  toujours les memes de critiquer du calme frange de mes compratriotes peigne cu disons 35 % MERCI SOYEZ POSITIVES ET HEUREUX

 

c'est honteux !!  En quoi ce Arno klarsfeld est compétent ????*
Ah oui il a survolé ce pays en avion comme il a traversé le 12ème sur ses patins à roulettes...!!!! lamentable !

 

aux critiqueurs  si vous avez lu l'article Klarsfeld a déja été en mission à Haiti!

 

c'est pire qu'au temps de la gauche ...... ....C'est à désespérer !!!! Soit je vais quitter ce putain de pays ou soit je vais me pendre !!! Allez,je me sert un canon de rouge , vaut mieux ...en attendant !!!!

 

  Je suis partant  Je suppose que AK va être payé entre 50.000 et 100.000 euros pour sa noble mission, tous frais payés.
Je peux faire la même chose pour la modique somme de 35.000 euros, charges comprises.

 

pas besoin d'un avocat  pour voir ce dont les haitiens ont besoin d'urgence c'est visible comme le nez au milieu de la figure!!!!Et l'autre agité qui parle deja d'une conférence!!!!!C'est indécent

 

DeboutLaFrance! Les copains de sarko à la gamelle :-)

Son pote arno va se faire un bon petit pactole en allant jouer les beaux messieurs sur place, puis laisser pondre par un stagiaire un petit recueil de pompages sur internet.

Combien dans la poche du "collègue avocat arno" payés par le régime ? La fin d'année a été dure, il faut aider les amis :-)

Nettoyage de toute cette chienlit à toutes les prochaines élections!

ETATS DE SERVICE INSUFFISANTS il s est mis les pieds au chaud.son etat d avocat n est pas forcement signe de haute competence.mis a part des coups mediatiques et etre le fils de serge qu a t il fait?

 

ce qu'il a fait? mais c'est un expert en patins à roulettes ...  

 

Je crois rêver ... après la décision de François Fillon !  Une lettre de mission pour "identifier les problèmes prioritaires à résoudre et d'élaborer un état des lieux de la situation après une telle tragédie", "recenser les secteurs à privilégier pour l'aide française, faire en sorte que cette aide puisse avoir un impact rapide et direct sur les conditions de vie de la population, examiner les moyens d'assurer une bonne coordination ..."
Tout le monde sait ce qui vient de se dérouler dans un des pays les plus pauvres et François Fillon envoie un de ses conseillers (sic !) pour examiner et faire une proposition après son retour dans un délai non déterminé (re-sic !).
Heureusement, pour les haïtiens et haïtiennes que les autres pays (USA, Chine, Canada, ...) sont déjà à pied d'oeuvre.
Gouverner c'est prévoir, sauf pour ...

 

 

c     chargé de mission en Haiti? Pourquoi ne pas demander à notre ambassade de faire ce travail

 

Arno klarsfeld ???  Mais quelle compétence à ce monsieur en termes de volontariat et d'aide internationales
J'aurai préféré Renaud Muselier de Marseille ou même Karim Boudjemaa élu municipal UMP à Rennes et chirurgien de renommé internationale

 

Qui c'est ce Karim?A part à Rennes, et encore, personne n'en a jamais entendu parlé. Tu le sors d'où ? Il n'est pas plus compétent que la fille de ma concierge, infirmière diplomée, dont je ne donne pas le nom. Toi, tu cites Renaud Muselier parceque tu ne sais pas comment sortir le nom de ton copain Boudjemaa. On avait tous compris ! Gros malin !

 

Les amis de mes amis  Sont aussi mes amis, quelle légitimité pour ce monsieur pour une telle mission, je me pose la question, vous aussi j'espére ?

 

 

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/01/14/01011-20100114FILWWW00729-haiti-une-mission-pour-arno-klarsfeld.php?mode=commentaires&next=21&PHPSESSID=2785636483

14/01/2010

ARRESTATION DU GOUROU ISRAELIEN GOËL RATZON

 

Je vous offre une nouvelle parue dans les journaux israéliens, dont je devine qu'elle ne fera pas la "une"sur le site du Crif. Il est amusant de constater que les sites anglophones annoncent sans barguigner le chiffre de 32 femmes ayant donné en tout à ce mirobolant séducteur la bagatelle de ... 89 enfants! On ne prête qu'aux riches, c'est bien connu.

 

Le site francophone du Jerusalem Post, d'où est tiré l'article suivant, fait modestement état, quant à lui, de "seulement" 17 femmes et 40 enfants.

 

Voici donc l'histoire édifiante de cet étonnant Ali Papa et de ses ... nombreux enfants:

 

images.jpg« Goël Ratzon, "gourou spirituel" d'une secte du sud de Tel-Aviv, impliqué dans une relation amoureuse avec 17 femmes et père de 40 enfants, a été arrêté mardi matin pour esclavage et viol.

 

Le "gourou" de 59 ans a été arrêté lors de descentes de la police à deux adresses du quartier Hatikva de Tel-Aviv, suite à 7 mois d'enquête par infiltration. Ses 17 partenaires ont été interpellées et interrogées et, plus tard confiées avec leurs enfants à un service d'assistance temporaire. L'enquête a été ouverte par l'unité de police de Tel-Aviv en juillet 2009, après que les services sociaux ont reçu des informations sur d'éventuels "délits sexuels dans la famille". Une opération sans précédent a alors été lancée, impliquant plusieurs dizaines d'inspecteurs, 150 employés des services sociaux, et des procureurs de la région du centre, qui ont conclu qu'il existait suffisamment de preuves pour poursuivre Ratzon.

 

Etait-il trop tard ?

 

Goël Ratzon est soupçonné depuis longtemps par les autorités. Les services sociaux sont d'ailleurs accusés de ne pas avoir agi plus tôt pour dissoudre le groupe. Ils ont pourtant affirmé que rien ne pouvait être fait avant le vote d'une nouvelle loi contre l'esclavage en 2006. Un amendement à la loi anti-esclavage, qui interdit à quiconque de "maintenir une personne dans des conditions d'esclavage, dont l'esclavage sexuel", a alors permis aux autorités d'agir. L'infraction entraîne une peine de 16 années de prison maximum. Dans le cas de Ratzon, les autorités entendent un "esclavage psychologique", c'est-à-dire un contrôle total par le "gourou" sur des femmes et des enfants qui vivaient avec lui. Son règlement : interdiction de rire, de fermer des portes, et amendes si ces lois n'étaient pas respectées.

 

Les services sociaux sont aujourd'hui très préoccupés de la façon dont les femmes ont réagi à l'arrestation et de la manière brutale dont leur routine a été perturbée. Une source a décrit les femmes comme "étant dans un état de deuil". Si les autorités sont satisfaites de la première étape de l'opération, elles reconnaissent néanmoins que le processus de réadaptation des femmes et des enfants sera une entreprise longue et ardue. »

 

Sources : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1263147890952&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull

 

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3834429,00.html

 

17:49 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

ASSASSINATS

Le texte suivant vient de paraître sur le site juif.org.

 

« Le Mossad n'a pas pour habitude de claironner le résultat de ses missions. Mais il semble bien que le mode opératoire de l'assassinat du professeur Massoud Mohammadi, savant éminent, professeur de physique nucléaire à l'Université de Téhéran, soit de facture israélienne. Il n'y a pas de confirmation que le Mossad soit directement impliqué. Jusqu'à présent ses agents ont eu beaucoup de mal à s'infiltrer à l'intérieur du pays. Ces lacunes ont d'ailleurs été relevées par les chefs des renseignements eux-mêmes qui répugnent à mêler la communauté juive à ses opérations afin éviter une nouvelle affaire Lavon en Egypte ou Pollard aux Etats-Unis. Mais il est fort probable que les israéliens aient cependant inspiré la main des exécutants qui ont agit en sous-traitants et trouvent un intérêt dans cette coopération avec Israël.

L'Administration Bush s'était appuyée sur «des documents techniques», à l'origine douteuse, comme preuves de la volonté du régime iranien de se doter de l'arme nucléaire. Les services secrets allemands ont identifié la source de ces documents comme étant le MEK Mujahideen el Khalq (MEK), les moudjahidines du peuple, bras armé du Conseil National de la Résistance en Iran. Ces deux organisations, inscrites sur la liste des organisations terroristes du Département d'Etat américain, collaborent paradoxalement avec le Pentagone et la CIA (Agence centrale de renseignement). Le MEK tente depuis deux ans de se faire radier de la liste des organisations terroristes pour bénéficier d'une aide américaine et d'une liberté de circulation aux Etats-Unis. Il a donc recherché les bonnes grâces des dirigeants américains par une action d'éclat dont l'occasion lui a été donnée par le Mossad qui semble être le vrai instigateur de la fourniture «des documents techniques».

Les services secrets américains, comme l'a confirmé Gareth Porter, historien américain spécialiste des problèmes de sécurité, ont découvert et prouvé que ces documents avaient été fournis par un iranien, travaillant sur le programme nucléaire, qui les aurait remis à des agents secrets occidentaux lors d'un voyage en Turquie ou à Chypre, à quelques encablures d'Israël. Le MEK, à la recherche d'un diplôme pro-occidental, aurait donc accepté dans le cadre de l'échange de bons procédés d'aider le Mossad à s'implanter et à agir en Iran grâce à ses réseaux et à ses nombreuses cellules dormantes. Il était déjà à l'origine de nombreux attentats terroristes dont certains n'avaient pas été relayés par les médias et il avait fourni à France 3 une vidéo relatant ce qui semble être un accident nucléaire près d'une centrale. Israël s'est ainsi résigné à collaborer avec une opposition redoutable sous l'argument qu'elle est la seule organisation à prôner la destruction totale du régime des mollahs par les armes. Toutes les autres oppositions intérieures se bornent à réclamer un partage des pouvoirs et plus de démocratie sans remettre en cause les fondements islamiques du régime.

Israël, très inquiet de l'état d'avancement du programme nucléaire de l'Iran, n'a pas encore reçu le feu vert des Etats-Unis pour lancer une opération militaire afin de détruire ou de réduire les capacités nucléaires iraniennes. Il a donc confié au Mossad la mission d'en retarder l'évolution par des actions violentes dissuasives. La technique de l'engin piégé, fixé à une motocyclette, commandé à distance est suffisamment élaborée pour nécessiter une intervention de haut niveau d'expertise qui n'est pas à la portée de tout vulgaire terroriste. Le professeur Massoud Mohammadi n'est pas le premier savant atomiste à disparaitre dans des circonstances mystérieuses puisqu'un autre expert, Sharam Amiri, a disparu après un voyage à la Mecque. Il semblerait qu'il ait déserté et qu'il vit actuellement quelque part en Occident. D'autres insinuent qu'il a été mis hors d'état de nuire par les israéliens.

Cette volonté de s'en prendre aux acteurs du programme nucléaire n'est pas nouvelle. Le Mossad a toujours prévenu les savants scientifiques impliqués dans ces travaux spéciaux au moyen de lettres personnelles précisant ses intentions. Il passe ensuite à l'action lorsque l'avertissement n'a pas été suivi d'effet. Le Département d'Etat américain a confirmé l'assassinat de plus de 350 savants atomistes et professeurs d'université irakiens qui étaient mêles dans le projet Osirak réalisé conjointement avec les experts français. Dans cette affaire, à l'instar du MEK, le Mossad s'était servi de sous-traitants kurdes qu'il avait formés dans le but de renverser de l'intérieur le gouvernement irakien. Il n'avait pas hésité non plus à agir en Europe puisque la police belge disposait en effet de preuves impliquant directement le Mossad dans l'assassinat de l'ingénieur canadien Gérard Bull qui travaillait avec les irakiens dans le projet Babylone de super canon. Ce canon braqué sur Tel-Aviv depuis les monts Jabal Makhal devait être capable d'envoyer des projectiles de 10 tonnes à plus de 1.000 kms.

Paris fut aussi le lieu de cette guerre des services secrets et certains médias n'ont pas hésité à impliquer la chef de l'opposition actuelle Tsipi Livni, une ancienne du Mossad, pour son rôle direct dans cette mission. Le savant atomiste irakien Yahya el-Meshad avait été égorgé dans la nuit du 14 juin 1980 à l'hôtel Méridien, à Paris, victime d'une prostituée française payée par le Mossad. Très rapidement identifiée par la DST, elle ne se présenta jamais au Quai des Orfèvres pour interrogatoire car les israéliens l'avaient empêché définitivement de parler.

Ces procédures d'élimination entrent dans le cadre d'une procédure spéciale «démocratique» dont la décision n'est pas du ressort du Mossad, pur exécutant sans initiative. Les dirigeants politiques israéliens sont les seuls à orchestrer le programme de leurs services secrets pour éviter tout débordement et toute action contraire à la stratégie du gouvernement. Une commission secrète, dirigée par le premier ministre et composée des patrons des services secrets, de militaires, et de fonctionnaires du ministère de la justice faisant fonction d'avocats pour la cible, ordonne ou non l'exécution. Ce fut le cas pour le meilleur scientifique iranien, Ardeshir Hassanpour, qui aurait été éliminé en 2007 dans le cadre de la campagne menée contre Téhéran pour empêcher les mollahs d'avoir les moyens de détruire Israël. Il travaillait dans l'usine de conversion d'uranium à Ispahan.

L'assassinat du professeur Massoud Mohammadi va raviver la guerre des services secrets. L'Iran sera-t-il en état de s'opposer à l'élimination de ses meilleurs experts nucléaires' Les israéliens ont pris le parti depuis plusieurs années d'agir contre ceux qui développent l'armement nucléaire de l'Iran destiné à les rayer de la carte selon les propres propos d'Ahmadinejad. Il est difficile de savoir de combien ses actions ont retardé le programme nucléaire de la République Islamique et si elles sont de nature à empêcher un bombardement par l'aviation israélienne des installations iraniennes.

Jacques Benillouche »

Source : http://www.juif.org/defense-israel/118637,nucleaire-la-guerre-secrete-entre-israel-et-l-iran.php

10:28 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

13/01/2010

QUAND CE SONT EUX QUI LE DISENT ….

images.jpgDaniel Bensaïd, malade du sida depuis de longues années et décédé il y a quelques jours, a eu droit à la « nécro » suivante sur le site d’extrême-gauche juive, Hapoel. L’occasion de rappeler l’une ou l’autre vérité, toujours intéressante, quoique généralement occultée.

« Hier matin, Daniel Bensaïd nous a quittés, « des suites d’une longue maladie » comme disent les médias.

Le saviez-vous ?

Daniel Bensaïd, c’était le fameux « Bensa » de Mai 68, qui a été jusqu’au bout la figure intellectuelle de la LCR puis du NPA de Besancenot.

Né en 1946 à Toulouse, il était monté à Paris pour ses études à la fac de Nanterre, qui sera l’un des bastions étudiants du mouvement de mai – juin 1968.

Là, il était devenu l’un des cadres dirigeants de la Jeunesse Communiste Révolutionnaire, aux côtés notamment des frères Krivine (juifs ukrainiens) et d’Henri Weber (juif du Tadjikistan).

La JCR était une organisation trotskyste créée en avril 1966 après l’expulsion des trotskystes de l’Union des Étudiants Communistes. Mais en réalité, la JCR était issue de 40 ans de trotskysme français, quoi qu’en dise son historiographie officielle…

Le 12 juin 1968, le ministre de l’intérieur Marcellin dissout de nombreuses organisations révolutionnaires, dont l’UJCML maoïste et la JCR trotskyste. En avril 1969 sera donc fondée la Ligue Communiste, issue de la fusion avec le parti trotskyste dont la JCR dépendait officieusement.

À la création de la LC, son bureau politique était composé de 12 cadres dirigeants, parmi lesquelles… 11 personnes juives !

Il existe d’ailleurs une blague à propos de cela, classique dans l’extrême-gauche des années 1970 : « Pourquoi on ne parle pas yiddish au bureau politique de la Ligue ? Parce que Bensaïd est séfarade ! »

La Ligue Communiste mettait en avant une identité anti-impérialiste, guévariste, révolutionnaire, soutenant même quelques guérillas des pays opprimés. Daniel Bensaïd a ainsi eu un rôle dans l’organisation internationale des trotskystes, voyageant au Brésil, en Argentine, dans l’État espagnol, etc.

Le 21 juin 1973, l’organisation fasciste Ordre Nouveau tient un meeting à la Mutualité, intitulé « Halte à l’immigration sauvage »… Meeting qui sera très violemment attaqué par les révolutionnaires !

Contre la police qui protège les fascistes, c’est la panoplie « classique » qui est de sortie : casque, manche de pioche, cocktails molotov. Bilan : plus de 150 flics au tapis !

De cette attaque antifasciste sous la direction de Michel Recanati (encore un !!!), le service d’ordre de la Ligue a tiré une réputation mythique.

Une réputation mythique… précisément car elle s’est construite sur un mythe !

Car dans la foulée du 21 juin 1973, la Ligue sera dissoute par l’État (après le saccage de son siège par la police et l’arrestation d’Alain Krivine), puis reconstituée en 1974 sous le nom de Ligue Communiste Révolutionnaire… mais avec une ligne complètement différente !

En effet, la LCR bazarde alors toute référence guévariste, anti-impérialiste, pro-guérilla, et adopte la ligne classiquement trotskyste de noyauter les syndicats étudiants, le « mouvement social » et la social-démocratie.

Bref, la LCR compte parasiter le PS et le P"C"F, pour monter une aile d’extrême-gauche du mitterrandisme.

D’ailleurs, toute l’aura de la LCR puis du NPA vient justement de l’époque 1966 – 1973, où la Ligue présentait une identité « motivée », qui donnait l’impression de vouloir réellement bouleverser l’ordre établi. Mais de fait, ce brusque virage à droite n’a été que la fin d’une supercherie politique.

Cependant, la liquidation totale des positions révolutionnaires de la Ligue a été vécue comme une véritable trahison par beaucoup de militants historiques, qui tombent dans la dépression, la drogue, ou pire…

Ainsi, suite au meeting d’Ordre Nouveau, Michel Recanati a dû s’exiler à l’étranger dans la clandestinité, puis a purgé plusieurs mois de prison en France… avant d’être marginalisé au sein de la nouvelle LCR pour « dérive militariste » !

Né en 1948, Michel Recanati se jette sous un train le 23 mai 1978. Le film « Mourir à trente ans » de Romain Goupil lui est dédié.

Pourquoi est-ce que nous racontons tout cela ?

Tout d’abord parce que l’héritage politique d’Hapoel puise dans ces années de bouillonnement révolutionnaire. Hapoel veut une vraie extrême-gauche réaliste et populaire dans laquelle les masses juives puissent se reconnaître – comme en partie à l’époque.

Mais aussi et surtout parce que le parcours de Daniel Bensaïd se confond justement avec l’histoire de la JCR et de la Ligue Communiste, puis de la LCR pour aboutir à ce qui est aujourd’hui le NPA de Besancenot.

La vérité, c’est que le NPA est né de la LCR, qui au fond est elle-même née… du suicide de Recanati.

Chez les trotskystes de l’après 68, il y avait essentiellement deux séfarades : Michel Recanati et Daniel Bensaïd (Benny Lévy étant quant à lui maoïste).

Le premier est « mort à trente ans », par refus de trahir.

Le deuxième est mort hier à 63 ans, après avoir accompagné la transformation de la Ligue en l’organisation totalement petite-bourgeoise qu’est le NPA de Besancenot.

Aujourd’hui, toute la social-démocratie rend hommage à « Bensa », en mettant en avant l’idée comme quoi Daniel Bensaïd n’aurait jamais retourné sa veste.

Cela est faux : Bensaïd n’a certes jamais abandonné la Ligue, mais c’est la Ligue qui a trahi la révolution. »

Source: http://209.85.229.132/search?q=cache:XAwfkZ4O1_oJ:www.hapoel.fr/+irmela+mensah-schramm&cd=6&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

 

12:37 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

A QUOI SERT L’ARGENT PUBLIC

 

Un correspondant m’envoie l’article suivant paru dans Le Progrès de Lyon. Il serait très intéressant – un de mes distingués lecteurs devrait s’y coller – de faire le tour des collectivités françaises accordant généreusement de l’argent public à ce type de voyage de première nécessité afin d’établir nos petites statistiques, qui ne manqueraient certainement pas d’intérêt.

 

« TROIS QUESTIONS A Danielle Chuzeville

le 13.01.2010


« À Auschwitz, pour que les élèves puissent témoigner »

 

Pourquoi le Département emmène-t-il 150 collégiens à Auschwitz ce mercredi ?

Nous le faisons depuis une dizaine d'années dans le cadre du devoir de mémoire. Il faut trouver des gens qui puissent témoigner quand les rescapés ne seront plus là.

 

Comment sont choisis les collèges participants ?

Les collèges déposent un dossier dans lequel ils expliquent leurs motivations - chaque élève fait une lettre - et la façon dont le voyage sera restitué. C'est un jury composé de représentants du Département et de rescapés des camps qui fait le choix, avec avis déterminant des survivants. Nous avons eu une trentaine de candidatures de collèges cette année, pour quinze retenus. Depuis le début de l'opération, presque tous les collèges du Rhône sont allés au moins une fois à Auschwitz.

 

En ces périodes de rigueur budgétaire, l'opération peut-elle être remise en cause ?

Il n'y a pas de raisons. Le voyage revient à 100 000 euros au Département. Tant que les survivants sont partants, je pense que l'on continuera. Car c'est le lien entre eux et les collégiens de 3e que l'on essaye de privilégier. Les rescapés se rendent dans les établissements, et accompagnent la visite. Ce sont des moments poignants pour les élèves ».

 

Poignants pour les élèves? Je n'en suis pas vraiment persuadée. Très douloureux par contre pour le contribuable, ça, c'est sûr. Mais, comme d'habitude, on ne lui a pas demandé son avis.

 

Source: http://www.leprogres.fr/fr/region/le-rhone/rhone/article/2569697,184/Danielle-Chuzeville.html

 

11/01/2010

CHERCHEZ L’ERREUR ….

Voici deux infos, datant l’une d’hier, l’autre d’aujourd’hui. Je n’ai pas le temps de traduire, mais dans la première, un général vétéran israélien, spécialiste des questions nucléaires, lance un sacré pavé dans la mare des fous furieux qui rêvent d’en découdre avec l’Iran : l’Iran ne constitue pas une menace nucléaire. On s’en doutait, mais l’intérêt vient du personnage qui l’affirme. Et qui ne craint  apparemment pas de rejoindre le juge Goldstone dans l'enfer des juifs "antisionistes/antisémites".

 

La seconde info, très brève, est toute récente. Vous verrez qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil israélien "officiel".

Après ça ces hystériques continueront à affirmer, la bouche en cœur, qu’ils ne veulent pas la guerre. Mais la Paix, rien que la Paix. Celle des cimetières, peut-être ?

 

“Israeli general denies Iran is nuclear threat

 

A general who was once in charge of Israel’s nuclear weapons has claimed that Iran is a “very, very, very long way from building a nuclear capability”.

Brigadier-General Uzi Eilam, 75, a war hero and pillar of the defence establishment, believes it will probably take Iran seven years to make nuclear weapons.

The views expressed by the former director-general of Israel’s Atomic Energy Commission contradict the assessment of Israel’s defence establishment and put him at odds with political leaders.

Major-General Amos Yadlin, head of military intelligence, recently told the defence committee of the Knesset that Iran will probably be able to build a single nuclear device this year.

Binyamin Netanyahu, the prime minister, has repeatedly said that Israel will not tolerate a nuclear-armed Iran. Israeli forces have been in training to attack Iranian nuclear installations and some analysts believe airstrikes could be launched this year if international sanctions fail to deter Tehran from pursuing its programme.

Eilam, who is thought to be updated by former colleagues on developments in Iran, calls his country’s official view hysterical. “The intelligence community are spreading frightening voices about Iran,” he said.

He suggested that the “defence establishment is sending out false alarms in order to grab a bigger budget” while some politicians have used Iran to divert attention away from problems at home.

“Those who say that Iran will obtain a bomb within a year’s time, on what basis did they say so?” he asked. “Where is the evidence?”

He has just published Eilam’s Arc, a memoir in which he reveals that he opposed the Israeli attack on Iraq’s nuclear reactor at Osirak in 1981.

According to well-placed defence sources, Israel is speeding up preparations for a possible attack on Iran’s nuclear sites. Last week its defence forces released footage that showed training to refuel F-15 jet fighters in mid-air. “This was a warning not to Iran but to the Americans that we’re serious,” said an Israeli defence source.

But Eilam argues “such an attack [against Iran] would be counter-productive”.

“One strike is not practical. In order to delay the Iranian programme for three to four years, one needs an armada of aircraft, which only a super-power can provide.
Only America can do it.”

 

Source :http://www.hizb.org.uk/hizb/news-watch/muslim-countries/israeli-general-denies-iran-is-nuclear-threat.html

 

 

« Netanyahou veut des sanctions immédiates contre l’Iran

 

 

A l’ouverture de la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire Likoud, le Premier ministre Binyamin Netanyahou a précisé que lors de sa visite en Allemagne la semaine prochaine, il a l’intention de demander au gouvernement allemand de faire pression sur la communauté internationale pour qu’elle impose des sanctions immédiates à Téhéran. »

 

Source :  http://www.guysen.com/news_Netanyahou-veut-des-sanctions-immediates-contre-l-Iran_259379.html

 

PAIX A SON AME, ET POUR LE RESTE …

Excellent billet paru sur Synthèse nationale, que je me fais un plaisir de diffuser :

 

images.jpgLa République bananière perd l’un des siens...

Le Billet de Patrick Parment

La mort de M. Séguin est d'abord fort triste pour lui et sa famille ensuite. Je ne suis pas sûr que cette tristesse soit partagée par tout le monde. Mais, et c'est la tradition, on prête en général au défunt des qualités qu'il était loin d'avoir. Dans ce concert des louanges qui s'en est suivi,  s'il en est un  qui, à défaut de le détester cordialement, le craignait plus que tout autre, c'est bien Jacques Chirac. Son numéro de faux-cul sur l'air de "mon grand ami" était grandiose. Paix à l'âme de Séguin donc.

Il n'en reste pas moins que Séguin a fait partie de ce petit personnel politique dont le bilan est au final fort médiocre. Homme intelligent, certes, il n'en était pas moins un énarque caricatural qui se croyait nettement au-dessus des autres tant il s'imaginait avoir un destin (le parallèle avec Juppé est frappant).

Résultat des courses, sa carrière fut loin d'être à la hauteur de l'idée qu'il se faisait de lui-même. Vrai caractériel poussant des colères d'enfant gâté, Philippe Séguin n'aura  finalement décroché qu'un maigre poste de ministre des Affaires sociales, la présidence de l'Assemblée nationale pour finir dans la peau d'un président de la Cour des comptes. Poste auquel peut aspirer tout énarque sachant godiller dans le marigot républicain. Il fera allégeance à Chirac - son meilleur ennemi - dans les années 90, allant jusqu'à lui filer un coup de main en 1995 espérant ainsi décrocher un poste de Premier ministre. Que nenni, Chirac en avait trop la trouille. Ce dernier ne lui laissera que des miettes, et des pièges à la con surtout comme sa candidature à la mairie de Paris.

Philippe Séguin était ingérable car imprévisible et tous les leaders de la droite ripoublicaine s'en méfiaient comme de la peste. Ce qui n'empêchait pas pour autant Séguin de souscrire au politiquement correct pur et dur et de hurler avec la meute quand un patriote se rapprochait de trop près du Front national. Comme on décelait parfois dans ses discours un soupçon d'accent barrésien sur fond de gaullisme éventé, il passait aux yeux de ses petits camarades pour un intellectuel. Mais, c'était pour mieux retomber ensuite dans la torpeur rassurante du système.

Au fond, Séguin appartenait à cette famille d'individus qu'on appelle les faux durs, forte avec les faibles et faible avec les forts. Son apparente grande gueule, dans cet univers de pleutres et de ploucs que constitue l'essentiel de la classe politique française, n'était jamais que le reflet d'un désordre des sens. Ce qu'en terme populaire on transcrit par caractériel. Est-ce la raison pour laquelle Séguin s'est toujours entouré de souffre-douleur que ses colères devaient faire bander. Mystère !

Au final, son apport réel à l'enrichissement de la nation est nul, quand, en revanche, la nation (enfin le contribuable) lui a beaucoup donné à la seule vue d'un diplôme surfait. Son gaullisme social était en carton-pâte vu qu'il n'a débouché sur rien. A l'image d'un Juppé ou d'un Chirac, tous ces fonctionnaires nous précipitent dans les entrailles d'une République bananière où la démocratie a soudain la gueule dégénérée du ploutocrate.

13:52 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

09/01/2010

OUF ! ON A EU CHAUD !!

Voilà que le Crif apprend l’existence d’un « projet de loi prévoyant la mise en place d’un pôle génocide et crimes contre l’humanité au TGI de Paris ». Horreur et funérailles ! Son sang n’a fait qu’un tour. Vous noterez au passage à quel point il s’est immédiatement senti visé dans ses amours les plus chères … Bizarre, non ?

 

Bref, le Crif se précipite au ministère de la justice (avec un petit « j », je préfère). Il y est reçu dans le quart d’heure pour apprendre, fort heureusement, « que ce projet n’avait aucun lien avec le Proche-Orient ». Ah, on respire !!!

 

« Les services du garde des sceaux ont rassuré le CRIF (…). Il s’agira, a-t-on précisé place Vendôme, de rationaliser les procédures d’enquête concernant des responsables… du Rwanda. »

 

Du Rwanda. On se disait aussi …

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=18156&artyd=2

 

Je n’ai pas vraiment le temps d’épiloguer, mais je vous transmets l’article suivant, assez intéressant dans sa conclusion. Il a paru sur le site Philosémitisme.

« Hans Corell, Suédois post-nationaliste et internationaliste, est très déçu par Israël !

Hans Corell, digne représentant des élites européennes internationalistes et post-nationalistes, avait, comme le prétendent beaucoup d'Européens, un énorme capital de sympathie pour Israël en raison de la Shoah. Aujourd'hui, ce capital est épuisé et non seulement n'éprouve-t-il plus aucune sympathie mais estime qu'Israël ne doit pas être traité différemment que le Soudan. Hans Corell a éludé la question que Dan Izenberg du Jerusalem Post lui a posée de savoir s'il croyait, comme l'en accuse le rapport Goldstone, que l'armée israélienne avait visé délibérément la population civile de Gaza pendant l'offensive militaire d'il y a un an. Le relativisme moral et culturel ambiant en Europe fait qu'il est de plus en plus courant de mettre sur le même pied d'égalité Israël et le groupe terroriste du Hamas.

On est tenté de se demander si Jean-Claude Milner n'avait pas raison quand il écrivait en 2003 que "Le premier devoir des Juifs, ce n'est pas, comme l'imaginait Herzl, de délivrer l'Europe des Juifs. Le premier devoir des Juifs, c'est de se délivrer de l'Europe". (
Les penchants criminels de l'Europe démocratique, Verdier (p. 230)). »

 

Source : http://philosemitismeblog.blogspot.com/

 

Donc, Milner considère que Le premier devoir des Juifs, c'est de se délivrer de l'Europe ? En voilà une idée qu’elle est bonne ! Et si facilement réalisable.