Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2010

LA GUERRE DES TRANCHEES CONTINUE

33.jpgLe 29 janvier, sous le titre En Normandix, on résiste envers et contre tout, je parlais du fameux portrait de Pétain qu’une municipalité normande refusait de décrocher malgré les vociférations et injonctions de la LICRA. Nous en étions restés au chapitre 3, voici le chapitre 4. Où l’on voit le pouvoir aux ordres montrer les dents. Attendons la suite …

 

« Portrait de Pétain en mairie: le préfet va saisir la justice

Malgré les pressions de la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) et une demande très ferme du préfet, la municipalité de Gonneville-sur-Mer, dans le Calvados, a annoncé dans un communiqué, le 28 janvier, son intention de ne pas retirer de l'exposition de portraits des chefs d'Etat, celui de Philippe Pétain.

Mais les élus ont précisé que "la commune, afin de stopper la polémique, retirera ce portrait jusqu'à ce qu'une décision définitive soit prononcée."

Ce qui devrait être fait, puisque ce mardi, Christian Leyrit, préfet de Basse-Normandie annonce qu'il devrait saisir très prochainement le tribunal administratif de Caen.

Sur les 14 conseillers municipaux, deux se sont prononcés publiquement pour le retrait du portrait du Maréchal Pétain, précise Le Figaro.fr »

Source : http://fr.news.yahoo.com/63/20100204/tfr-portrait-de-ptain-en-mairie-le-prfet-019dcf9.html

10:46 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

03/02/2010

ALERTE ROUGE !!!!

Encore une dérive raciste sur Internet ! Voyez ce que mes yeux incrédules viennent de lire sur Yahoo :

 

« Un imam peu orthodoxe

LE MONDE il y a 25 min

 

« Un visage d'enfant sur un long corps poussé en graine : en costume-cravate ou en gandoura, Hassen Chalghoumi, 36 ans, garde une allure juvénile. Mais, depuis peu, ces traits sont tirés, reconnaissent ses proches. Au coeur d'une polémique judiciaro-religieuse depuis qu'il s'est déclaré favorable à une loi contre le voile intégral, dans Le Parisien du 22 janvier, le jeune responsable de la mosquée de Drancy (Seine-Saint-Denis) est-il en train de payer son empressement à vouloir incarner 'l'imam républicain', titre du livre qu'il s'apprête à publier ? Lire la suite l'article …»

Un imam peu orthodoxe … Est-ce à dire que ce "visage d'enfant sur un long corps poussé en graine" aurait une tronche pas catholique ???? Je n’ose y croire.

Au secours !!!! Entre les peu orthodoxes et les pas catholiques, il va devenir de plus en plus difficile de causer au défunt pays de Voltaire et d’Hugo…En tout cas, j'ose espérer que les orthodoxes ne vont pas se laisser faire, y a pas de raison!

16:47 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

ON N’EST PAS INVITES, MAIS ON SERA DE TOUT CŒUR AVEC EUX…

Il y a des méchants (et des jaloux) pour prétendre que le CRIF, c’est communautarisme et compagnie*. Faux et archifaux. Ils sont les premiers à l’affirmer : au CRIF, on ADORE positivement la France. Surtout ce qu’elle est devenue. En voici la preuve irréfutable :      

 

22.jpg« Le sens d’un dîner du CRIF

 

Les Juifs de France ont de la France une idée noble, haute et généreuse. La France, ils l’aiment tant qu’elle imprègne leur vie, qu’elle est l’aimée, et bénie dans leur prière. Et l’émotion nous étreint lorsque nous pensons à ce que les Juifs de France ont donné à ce pays : des artistes, des scientifiques de renommée internationale, des intellectuels de premier plan, de valeureux soldats et des travailleurs inlassables.

 

Mais, ce qui caractérise les Juifs de France -avant tout- peut se définir ainsi : les Juifs portent l’étendard des valeurs républicaines, haut au cœur, d’une France dont l’identité est plurielle, d’une France qui doit être accueillante et fraternelle.  

 

Comme nos compatriotes, nous sommes fermement attachés aux valeurs de liberté, de fraternité, d’égalité, du vivre ensemble et d’attachement à la Patrie.

 

Vive la République !

Vive la France ! »

 

Source :http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=18679&returnto=accueil/main&artyd=70

 

« Le président de la République Nicolas Sarkozy a téléphoné, ce mercredi 3 février 2010, au président Richard Prasquier, pour lui confirmer sa présence à la réception qui précédera le dîner du CRIF et pour adresser un message d’amitié au CRIF et à la communauté juive de France.

 

Le 25ème dîner du CRIF aura lieu ce mercredi 3 février au soir à Paris, en présence de huit cents personnes. Le président de la République participera au cocktail et, comme le veut la tradition, lors du dîner, un dialogue républicain s’instaurera entre le président du CRIF et le Premier ministre François Fillon. »

 

« Les images du dîner du CRIF 2010 seront retransmises sur la chaîne Public Sénat, le même jour, à partir de 22 heures, avec l’intégralité des discours de Richard Prasquier et de François Fillon. »

 

Source : http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=18680&returnto=accueil/main&artyd=2

 

Vous l’avez compris, le dîner du CRIF c’est quasiment un événement planétaire. Huit cents personnes ... Soit dit en passant, je me demande qui va payer la note, qui sera salée. J’ai comme un pressentiment … Quant au "dialogue républicain", il consistera surtout comme chaque année à distribuer à la classe politique humblement massée autour des tables, bons et mauvais points, vetos et diktats.

 

*Qui se souvient que Sarkozy, pendant la campagne des présidentielles, en 2007, a prononcé cette phrase impérissable : « J’ai refusé un CRIF musulman, car cela aurait été du communautarisme ». Incroyable, mais vrai. Mais logique, néanmoins. C’est qu’il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes. Ni le communautarisme des uns, qui est le BIEN avec celui des autres, qui est le MAL. Ce n’est pourtant pas compliqué à comprendre.

LE « SAUVEUR » VILLEPIN

olala_villepin.jpg

Par-ci, par-là, on voit Villepin présenté comme le joker qui fera tomber Sarkozy. La détestation de ce dernier est si forte qu’elle constitue en fait le principal atout du premier. Tous les reptiles de ce marigot se valent bien, mais afin de rafraîchir quelques mémoires défaillantes, je relaie le portrait suivant paru sous la plume de Jean-Gilles Malliarakis :

« M. de Villepin, dont on semble avoir oublié le rôle passé, nous est présenté ces jours-ci paré de toutes les vertus, y compris celle de l'innocence. De ce personnage en effet, on entend parfois dire qu'il ne manque pas de panache. Dans la langue coutumière à ce peuple français qu'il a rarement côtoyé, ce mot désigne un mélange de bière et de limonade. Je trouve ce breuvage hybride un peu trop écœurant, et je me garderai donc d'en faire un compliment.

Depuis 2007, lâché par le clan chiraquien, on l'entend se plaindre de tout le mal qu'il pense du nouveau cours. Dès septembre 2007 il ose lancer : "pour avoir 3 % de croissance, il faut un changement de politique économique majeur". Représentant précisément l'équipe immobiliste sortante, son magnifique mot d'ordre se retourne donc contre lui.

En 1953, le jour de l'enterrement de Staline le fils du dictateur avait ainsi organisé en plein Moscou une conférence de presse. Le thème général lui eût aujourd'hui empêché de recevoir l'investiture socialiste en Languedoc-Roussillon. On mit alors ses propos sur le compte d'une alcoolémie supérieure aux standards locaux, pourtant eux-mêmes ordinairement généreux. Puis on enterra ses imprécations dans un oubli discret.

Tout cela appartient en fait à un registre assez banal, qu'aucun "panache" ne semble caractériser.

À vrai dire, posant en recours de la droite, Villepin n'a jamais concouru à aucune élection. Il n'a exercé ses talents au rang de ministre qu'entre 2002 et 2007. Ce dernier mandat de son véritable maître restera dans l'histoire comme une période de stagnation assez lamentable.

Au soir de la première mi-temps de sa partie judiciaire, on l'avait vu triompher comme si le peuple souverain l'avait désigné comme grand mamamouchi. Au passage, on l'entendit alors évoquer ses propres "combats" politiques passés, tel un adolescent étreignant des maîtresses imaginaires. Son recours à la virtualité ne connaît pas de limites. La décence ne lui impose aucun frein. L'outrecuidance lui tient lieu de talent.

Le seul "combat" victorieux dont il peut se prévaloir fut mené en coulisse, comme directeur de cabinet à l'hôtel Matignon. Ses conseils amenèrent à la dissolution de 1997. Hélas pour le pays, le succès d'influence de M. de Villepin fut alors remporté contre le bon sens. Un peu de réflexion eût empêché ses employeurs de l'écouter. Mais Alain Juppé Premier ministre et de Jacques Chirac, chef de l'État, commirent alors cet acte insensé connu sous le nom de "balle dans le pied". La victoire obtenue par le glorieux conseiller aulique devait nous plonger pour 5 ans dans le gouvernement Jospin.

Cette cohabitation funeste conduisit elle-même au résultat de 2002. De celui-ci d'ailleurs, on ne semble toujours pas avoir tiré les leçons au sein de la classe politique : droite et gauche officielles, additionnées et rassemblées représentent, à elles deux, moins de 40 % de l'électorat votant.

Cette période l'avait vu secrétaire général de l'Élysée, fonction nécessaire et discrète quoique salissante. Après quoi, Alain Juppé le vrai successeur désigné de Chirac, devait purger une peine de purgatoire et d'exil. Il ne régna donc que par procuration.

Cependant le Villepin croit avoir exercé, de 2005 à 2007, un rôle majeur. Mais quel succès remporta-t-il alors ? Son CPE triomphaliste demeura bien entendu sans lendemain.

En 2005 il institua une pratique jusqu'ici inconnue des démocraties parlementaires. Le premier depuis Adolphe Thiers, il restaura le désaveu ministériel public. Depuis lors, il est vrai, la cacophonie semble entrée dans les mœurs de notre république bananière.

À l'époque cependant le chef du gouvernement innovait. Il osait s'opposer à son ministre de l'Intérieur en l'accusant de fermeté dans la révolte des banlieues.

Le fond de l'affaire révèle le personnage, et l'essence du chiraquisme : la tiers-mondisation intérieure et extérieure de cette France qu'il prétend avoir voulu servir depuis l'âge de 10 ans.

Mais sur la forme, il construisit sans le vouloir la réputation, laquelle demeura excellente jusqu'en 2008, de cet homme dont il se veut aujourd'hui l'alternative. Le président actuel peut donc lui dire merci.

Par raccroc, en effet on put croire à la rupture, à la mesure d'une impression virtuelle, éprouvée lors de l'épisode verbal dit du karcher.

J'allais oublier le grand diplomate. Son titre de gloire fut d'avoir empêché par un discours fort éloquent, l'expédition américaine d'Irak. Il convainquit sûrement la Turquie de ne pas y participer. Oui ce disciple de Talleyrand sut changer sinon la face du monde, du moins la qualité des relations franco-américaines. Et le grand démocrate Saddam Hussein lui doit la vie. À moins que je me trompe.

Devant un homme aussi déterminé, on se félicite que le parquet de Paris, au lendemain d'un jugement de première instance surprenant, lui donne l'occasion de démontrer une innocence qui, fort heureusement, n'est plus à prouver. La lecture honnête des comptes-rendus du Monde nous convainc en effet de deux choses.

D'une part le tribunal n'a renoncé à lui infliger une condamnation qu'en raison de la présence parmi les parties civiles d'un homme pour lequel, s'il eût connu l'Histoire de ce pays, le roi de France ne devrait pas venger les injures du duc d'Orléans. En appel, cette faute de goût se trouvera ravalée.

D'autre part certes le dirigeant d'EADS incriminé a montré sa folie. Mais on hésite encore à raccorder celle-ci sur un mobile précis.

En revanche les preuves matérielles et les témoignages abondent, du planton du ministère de l'Intérieur aux carnets du général Rondeau qui soulignent l'intérêt que le ministre prenait aux rumeurs, aux intrigues de l'ombre.

Pourquoi recevait-il Gergorin ? Pour lui servir son infusion quotidienne d'ellébore peut-être ?

Aujourd'hui le même Gergorin condamné à de la prison ferme saura sans doute reposer les questions dont chacun aimerait connaître la réponse. »

                                                                                         

Source : http://www.insolent.fr/2010/02/linstrument-villepin-decevra-la-gauche.html

 

08:26 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

02/02/2010

MEA CULPA, MEA MAXIMA CULPA

krakowpieronekgg.jpg

 

 

“Tadeusz Pieronek a présenté ses excuses pour sa «phrase malencontreuse» sur la Shoah

 

L’évêque polonais à la retraite Tadeusz Pieronek a présenté, dans un communiqué publié par l’agence catholique d’information polonaise KAI, lundi 1er février, ses excuses pour des propos selon lesquels « la Shoah est une invention juive ».

 

« Bien évidemment, cette phrase malencontreuse, effet d’un raccourci que j’ai effectué, n’exprime pas mes opinions », a déclaré l’évêque, dont les propos sur la Shoah avaient été rapportés la semaine dernière par un site catholique traditionaliste italien Pontifex.roma.it. « J’ai pensé au mot seul, à l’expression, au terme donné au génocide des Juifs par le prix Nobel américain connu, l’écrivain juif Elie Wiesel », a dit Mgr Pieronek. « C’est l’Allemagne nazie qui est à l’origine de l’extermination des Juifs et qui a exécuté ce génocide inouï », a-t-il encore déclaré. »

 

Source : http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=18634&returnto=accueil/main&artyd=5

 

14:45 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

QUAND BERLUSCONI VA SE REFAIRE UNE VIRGINITE … EN ISRAËL

 

images.jpg« Berlusconi prône l’adhésion d’Israël à l’UE

TEL AVIV, 2 février - RIA Novosti

Le premier ministre italien Silvio Berlusconi, en visite en Israël,  a offert à l'Etat hébreu son soutien dans l'arène internationale et a souhaité voir Israël intégrer l'UE, a annoncé mardi le service de presse du gouvernement israélien.

M.Berlusconi, qui a fait d'Israël un des alliés les plus proches de l'Italie, participe actuellement à Jérusalem, en compagnie de ses ministres clés, à une réunion gouvernementale des deux pays.

"L'Italie n'entretient ce format de coopération qu'avec cinq Etats parmi les plus importants d'Europe, dont Israël que nous qualifions de pays européen…
Tant que je suis dans la politique internationale, mon rêve le plus cher sera toujours de voir Israël adhérer à l'Union européenne", a déclaré M.Berlusconi cité par l'agence de presse du gouvernement israélien.

Jusqu'à présent, Israël n'a pas demandé à adhérer à l'UE.

Mardi, le quotidien Haaretz a cité une autre déclaration du premier ministre italien dans laquelle il affirme qu'il "soutiendra Tel Aviv dans l'arène internationale, quelle que soit sa demande".

Selon la radio Kol Israël, une des demandes de soutien déjà adressées consistait à porter le Corps des gardiens de la révolution islamique (Iran) sur la liste européenne des organisations terroristes. M.Berlusconi n'a pas donné de réponse définitive, mais a promis d'y réfléchir.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a qualifié d'"historique" la visite de son homologue italien, qui, selon lui, est "un des plus grands amis d'Israël, un leader audacieux, un grand défenseur de la liberté et un partisan de la paix". M.Netanyahu a annoncé qu'un ensemble de documents portant sur la coopération dans le domaine de l'économie, de l'énergie, de l'environnement et de la santé sera signé au cours de la visite du président du Conseil  italien."

 

 

Source: http://fr.rian.ru/world/20100202/185977607.html

 

Après la Turquie, Israël. A qui le tour ensuite? A la Micronésie? 

13:26 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

310 000 € D’ARGENT PUBLIC BIEN EMPLOYES

 

22.jpgParis s’engage pour la restauration du camp d’Auschwitz-Birkenau

 

« S’étalant sur 191 hectares, le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau tombe peu à peu en ruine. 1,1 millions de personnes dont 1 millions de Juifs, furent exterminées dans ce qui demeure comme le plus terrible symbole de la barbarie nazie.

 

A l’heure du 65ème anniversaire de l’ouverture de ce camp, le cri d’alarme lancé par le premier ministre polonais, Donald Tusk, doit être entendu, lui qui depuis un an, appelle la communauté internationale à mobiliser 120 millions d’euros afin d’assurer la préservation et l’entretien de ce site « comme un rappel à la mémoire et une preuve du crime accompli ». L’ampleur des travaux est effectivement considérable, intégrant à la fois les 22 baraques en bois de Birkenau, des bâtiments en briques, les miradors ainsi que les vestiges des funestes chambres à gaz et fours crématoires. Seule l’Allemagne s’est à ce jour engagée à hauteur de 60 millions d’euros. Face à cet enjeu, il est pourtant essentiel de servir la vérité en préservant la trace de l’indicible comme témoignage à destination des jeunes générations.

 

C’est pourquoi, au nom de notre capitale, je proposerai aux élus du Conseil de Paris – et ce dès notre séance de février – que notre collectivité contribue à ce chantier majeur, à hauteur de 310 000 euros, soit l’équivalent symbolique du coût de restauration d’un de ces 22 bâtiments, où des centaines de milliers d’êtres humains furent parqués dans des conditions parfaitement atroces, confrontés quotidiennement au froid, aux épidémies, à la faim et à la brutalité bestiale de leurs bourreaux. Je souhaite qu’à son tour, la France joue pleinement son rôle, à la mesure de ce que l’Histoire peut légitimement attendre de notre pays. »

 

(Communiqué de la mairie de Paris, lundi 1er février 2010)

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=18612&artyd=5

 

 

Chiche que demain, au grand raout officiel du CRIF, qui verra toute la classe politique se bousculer pour en être, on annoncera rien que de bonnes nouvelles ….

10:41 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (2)

01/02/2010

DENONCONS CITOYENNEMENT !

Par Zulmé et Toné

Petit bijou qu’un correspondant m’envoie. Le MRAP sera d’accord avec moi : c’est très citoyen de dénoncer les dénonciateurs, pas vrai ?

« — Dis, Toné, le MRAP, c’est bien un mouvement de cafteurs qui dénoncent des honnêtes gens ?
— Oui Zulmé.
— Un peu des vichystes ? des dénonciateurs ? des gens qui écrivent à la Kommandantur ?
— On peut le voir comme ça, je crois, oui. Mais ils ne sont pas anonymes, contrairement aux méchants fascistes caca-pas-beaux.
— Ah si, regarde le webmaster du MRAP, par exemple. Gaël, il est anonyme. Son patronyme n’est écrit nulle part.
— C’est vrai.

— C’est toi qui as ressorti ce vieux disque d’archives de 2005, Zulmé ?
— Oui. Je me disais qu’on pouvait peut-être donner, en ayant vérifié dans nos archives
l’adresse du site de Gaël et son blog
— Tu crois que ça vaut le coup ?
— De prévenir les gens qui croiseraient ce vilain petit mrapiste pour qu’ils s’en méfient ? ça me semble très citoyen. Oui, on va même
donner son cv qu’il ne fournit qu’en tex : ce n’est pas pratique pour les recruteurs qui n’ont pas une distribution Latex d’installée.
— Non, je veux dire, c’est un sous-fifre sans grande envergure ni importance.
— Certes. Mais je crois qu’il trempe dans les rapports sur internet du MRAP, avec sa maman Renée, qui écrit aussi  le site du MRAP et qui en est encore ou en a été vice-présidente assez bouffonnement chargée des « relations internationales ».
— Oui, « Renée »
qui apparaît aussi sur Oumma.com par exemple. La ministre des affaires étrangères du roi Mouloud, et aussi un peu sa mairesse du Palais. Ils vont dire qu’on les dénonce et qu’on les oute. On va encore se faire traiter de mrapophobes et d’islamo-incompatibles.
— Peut-être. Mais nous n’avons rien fait de mal.
— Rafraîchis-moi la mémoire et à nos lecteurs aussi.
— Mais bien sûr : à l’époque le précédent webmaster du MRAP mettait à jour SPIP de manière très anarchique, et c’est une vulnérabilité connue des vieilles versions de SPIP que si l’on n’y prend pas garde ça laisse des versions compressées de la base de données dans des répertoires pas protégés. Quand Gaël a repris les choses, et depuis il est passé à Plone, on n’a eu qu’à tirer les fils à partir de son pseudo, de ce qu’on avait déjà et à faire quelques recoupements pour être sûres de ne pas nous tromper. Nous n’avons rien fait de répréhensible.
— C’est vrai je m’en souviens. On n’avait pas une photo aussi, pieusement conservée ?
— Si, mais elle date un peu.
— Elle était publique ?
— Oui, sur un forum de jeux en ligne, c’était son avatar. D’ailleurs on la trouve toujours
sur ce type de forums.
— Donne-la donc aussi alors.
— Voilà.

moigwz.jpg

— Bon, et ces vieilles versions de la base de données du site du MRAP qu’ils avaient laissées dans des répertoires auxquels tout le monde avait accès en fouillant très peu, les avons-nous encore ?
— Pas sur ce disque là.
— On peut les retrouver.
— Probablement. Il n’y avait pas les mots de passe en clair. En revanche il y avait tout le reste, adresses et noms des militants les plus actifs, téléphones, etc.
— Je me souviens, on n’avait pas tout exploité parce qu’après le MRAP s’était discrédité avec cette manifestation qu’il avait co-organisée et où des petits sauvageons avaient crié « mort aux juifs ».
— Oui, on n’avait pas tiré tous les fils. En particulier du côté des syndicats enseignants et de parents d’élèves – enfin au moins un – qui semblaient avoir des militants en commun avec le MRAP.
— On pourrait retrouver tu dis ?
— Je crois, ça doit être sur les étagères, dans les vieux trucs, avec les photos de Bidou.
— Mets donc une copie de tout ça à l’abri sur notre compte Amazon S3 dès demain, veux-tu ?
— Dacodac.

— Et si quelqu’un tape sur le nez de Gaël ?
— Nous désapprouverions avec la plus grande véhémence. Mais nous ne faisons que donner des éléments accessibles à n’importe qui ayant un peu de temps et de curiosité pour le MRAP : aucun de ces documents n’est volé ou obtenu en violant la moindre loi, et nous n’appelons à exercer aucune sorte de violence. Nous informons ; comme le MRAP quand il dénonce dans ses rapports faits avec notre argent. »

Source : http://ilikeyourstyle.net/2010/02/01/denoncons-citoyennement/

13:31 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3)