Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2012

ISRAËL, PALESTINIENS ET DROITS DE L’HOMME

Pendant que tout le monde se lamente à qui mieux mieux sur l’étonnante (pour qui ?) affaire de Toulouse, et pleurniche à la seule évocation de ces éternels innocents victimes de la méchanceté planétaire, il se passe d’autres choses de par le monde. Où l’on retrouve Israël, inévitablement, puisqu’il n’y a pas moyen de ne pas tomber dessus d’une manière ou d’une autre.

Moi, quand je veux avoir des nouvelles correctes, je vais sur le site de l’agence russe Ria Novosti. C’est là que j’ai trouvé l’info qui suit.

J’ai également trouvé, sur la même info, le son de cloche des sionistes. Edifiant. Vous trouverez cette seconde version sous la première. Vous y verrez noir sur blanc comment, systématiquement, ces gens culpabilisent une cible. Qui peut être soit les médias, soit les de souche, soit les politiques, etc, etc. En fait, c’est toujours de la faute des autres, les ennuis qui arrivent. Eux qui sont pourtant si gentils, si sympas avec tout le monde, toujours prêts à tendre l’autre joue. Comme ci-dessous :

 

rian.gif

 

« Colonisation: Israël refuse de coopérer avec le Conseil des droits de l'homme

 

Israël n'autorisera aucune commission à mener une enquête sur son territoire pour établir si les colonies juives en Cisjordanie lèsent les droits des Palestiniens, a annoncé vendredi le service de presse du vice-ministre israélien des Affaires étrangères Danny Ayalon.

 

"Une telle commission est incompétente sur le plan moral et juridique, et nous ne lui permettrons pas d'agir chez nous", a déclaré M. Ayalon.

 

Il a souligné que la décision du Conseil des droits de l'homme (CDH) de l'Onu de créer une commission d'enquête sur les colonies juives en Cisjordanie montrait que "les Palestiniens n'étaient pas disposés à rechercher un compromis historique et la paix, mais un conflit et la confrontation".

 

Selon lui, la mise en place de cette commission "poursuit la pression politique et diplomatique initiée ces derniers mois par les Palestiniens".

 

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a pour sa part qualifié de "honteuse" la décision du Conseil des droits de l'homme.

 

Le CDH a adopté jeudi une résolution réglementant la création d'une commission spéciale chargée d'établir si les colonies implantées par Israël en Cisjordanie portent atteinte aux droits des Palestiniens. Trente-six pays membres du Conseil ont voté pour la résolution et dix se sont abstenus. Seuls les Etats-Unis se sont opposés à cette initiative, soulignant qu'ils étaient "sérieusement préoccupés par l'engagement du Conseil contre Israël". »

 

 

Source : http://fr.rian.ru/world/20120323/194021925.html

 

 

Sur « Jerusalemplustv » (sous-titrée "la lutte contre la désinformation")

 

« Alors que la stigmatisation systématique d'Israël dans les médias et par les politiques a abouti à la fusillade de Toulouse (4 victimes juives), le Conseil des droits de l'homme de l'Onu est venu apporter de l'eau au moulin de l'antisionisme en ordonnant une enquête sur ''l'influence des implantations de Judée-Samarie sur les Palestiniens''. Une enquête à laquelle Israël refuse catégoriquement de participer, niant la ''légitimité'' de cette institution.

 

'Tout comme Goldstone a regretté les conclusions de son rapport, ce sera la même chose cette fois aussi'', a indiqué un haut responsable israélien à Jérusalem. La commission dirigée par le juge Goldstone, avait aussi été mandatée par le même Conseil des droits de l'homme de l'Onu pour enquêter sur l'opération Plomb durci à Gaza, et avait accusé Israël de crimes de guerre. Le juge Goldstone avait par la suite ''regretté'' d'avoir tiré ces conclusions erronées.

 

Mais le mal était fait. Le Conseil de Genève a condamné la construction annoncée par Israël de nouveaux logements pour les habitants juifs en Judée-Samarie et à Jérusalem orientale, y voyant une entrave au processus de paix et une menace pour la solution à deux Etats et la création d'un Etat palestinien indépendant. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a dénoncé une initiative "hypocrite", ajoutant que le Conseil des droits de l'homme avait une "majorité automatique contre Israël". »

 

 

Source : http://www.jerusalemplus.tv/index.php?option=com_content&task=view&id=12620&Itemid=131&Itemid=62

22/03/2012

LA PAUVRE BARONNE ASHTON N’A ENCORE RIEN COMPRIS …

Dans notre série des « alternatifsimagesCAAFVZ7T.jpg », Gilad Atzmon occupe une place de choix. Quoique né en Israël, il est vomi par les juifs « professionnels » et autres ultra-sionistes et ce ne sont certes pas ses propos répétés sur le judaïsme « idéologie qui mène le monde à la catastrophe », qui risquent beaucoup d’améliorer son image de marque.

 

 

Vous trouverez sans peine tout ce que vous voudrez savoir sur lui. Aujourd’hui, je me contente de reproduire ci-après sa dernière réaction. Qui vous fera comprendre sans difficulté pourquoi M. Atzmon est persona non grata au CRIF et autres officines non moins professionnelles.

 


« La Baronne Ashton et la sensibilité juive

par Gilad Atzmon
on gilad.co.uk, 21 mars 2012
http://www.gilad.co.uk/writings/baroness-ashton-and-jewish-sensitivities.html
traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier
 
 

La Haute représentante de l’Union européenne chargée des Affaires étrangères et de la Sécurité a été critique hier pour avoir comparé l’assassinat de trois enfants et d’un rabbin lors d’un attentat perpétré par un tireur isolé, en France, à la situation régnant dans la bande de Gaza.
 
Lors de la conférence intitulée « Les réfugiés palestiniens dans un Moyen-Orient en pleine évolution », à Bruxelles, Mme Ashton a qualifié les assassinats de Toulouse de « terrible tragédie », mais elle a ajouté : « Lorsque nous constatons ce qui se passe actuellement à Gaza et dans différentes parties du monde, nous ne pouvons que nous souvenir de ces jeunes gens et des enfants qui perdent la vie ».
 
Apparemment, certains dirigeants juifs et certains dirigeants israéliens en vue étaient totalement en désaccord avec cette affirmation. Pour eux, la souffrance juive dépasse toute autre souffrance, et en particulier celle des Palestiniens. Le  Jewish Chronicle <http://www.thejc.com/news/world-news/65383/eus-baroness-ashton-under-fire-toulouse-murder-comments>  a cité les propos outragés de plusieurs des contempteurs de Mme Ashton.
 
« Même lus dans leur contexte, les mots utilisés par Ashton sont inadmissibles », a ainsi déclaré Oliver Worth (un Britannique), président de l’Union Mondiale des Etudiants Juifs. Il a ajouté que les propos de Mme Ashton étaient « véritablement outranciers et dégoûtants » et il en a appelé à sa démission au motif qu’elle aurait « perdu toute crédibilité ». Pourtant, M. Worth se dispense de nous expliquer pour quelle raison au juste il serait « outrancier et dégoûtant » de mettre la souffrance juive et la souffrance des Palestiniens sur un pied d’égalité.
 
« Les commentaires de la Baronne Ashton sont à la fois grossiers et entièrement inappropriés », a dit le président du Board of Deputies (l’équivalent du CRIF en Grande-Bretagne, ndt), qui se garde bien lui aussi de nous en apporter le début d’une démonstration.
 
« Il n’y a strictement aucune équivalence entre la situation à Gaza et l’assassinat brutal et de sang-froid du rabbin Jonathan Sandler et de ces trois enfants », a dit quant à lui Stefan Kerner, chargé de relations publiques de la Fédération sioniste britannique. Je me demande bien pourquoi il n’y a pas d’ « équivalence », est-ce parce que les juifs (à la différence de Gaza, ndt) ne se sont pas encore retirés de Toulouse ? Ou bien alors, peut-être M. Kerner attend-il, de fait, que les Français se retirent de Toulouse et laissent cette ville à la disposition du rabbin Sandler et de quelques juifs ? Décidément, j’avoue renoncer à suivre la logique sioniste…
 
Et le rabbin d’ajouter : « Pour quelqu’un qui occupe la position de la Baronne Ashton, le simple fait de considérer que ces propos étaient appropriés est détestable. Elle devrait immédiatement retirer sa déclaration et présenter ses plates excuses pour l’offense qu’elle a causée ». Je me demande bien pourquoi le fait que quelqu’un mette sur un même pied la souffrance des juifs avec celle de goyim serait « inapproprié et détestable ». Ce rabbin croit-il réellement que la souffrance juive serait en quoi que soit supérieure à celle des non juifs ?
 
Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a déclaré qu’il considérait les remarques de Mme Ashton « inappropriées ». Il a ajouté qu’il espérait qu’elle « les réexaminerait et qu’elle les retirerait ». Je me demande quel genre de rétractation pourrait agréer au Gouvernement israélien ? Celui-ci attend-il de la Baronne Ashton qu’elle reconnaisse le fait que la souffrance juive est la forme ultime de la peine humaine ?
 
La criminelle de guerre et néanmoins dirigeante de l’opposition israélienne Tzipi Livni y est allée elle aussi de son commentaire. Elle a qualifié les observations de Mme Ashton de « répréhensibles et insupportables » et d’« erroné » tout lien « entre l’assassinat d’enfants à Toulouse, les massacres perpétrés par Assad en Syrie et la situation à Gaza ». Mme Livni a peut-être raison, pour une fois. En effet, le crime perpétré à Gaza par l’Etat juif au nom du peuple juif est unique dans l’histoire de la brutalité. Le fait que 94 % de la population juive d’Israël a soutenu les tactiques génocidaires des Forces Israéliennes de Défense lors de l’opération Plomb Durci (hiver 2008-2009, ndt) est lui aussi tout à fait unique. Les crimes de guerre d’Israël, d’une cruauté inouïe, outrepassent en effet toute comparaison.
 
Mais Mme Livni est allée plus loin, tentant d’étayer son affirmation : « Un crime haineux ou un dirigeant assassinant son propre peuple, cela n’a rien à voir avec un pays combattant le terrorisme, même si des civils sont touchés ». D’après Mme Livni, la Baronne Ashton n’a pas fait « le distinguo moral approprié ». Pour commencer, nous ne savons toujours pas ce qui a conduit à l’événement tragique survenu à Toulouse. Toutefois, le fait qu’Israël qualifie les Palestiniens de « terroristes » n’est qu’une excuse de plus pour fournir à l’Etat juif une excuse morale pour massacrer la population autochtone de la Palestine et pour violer tous les droits humains, sans exception aucune.
 
J’imagine que nous sommes tous en train de devenir allergiques à la logique politique juive. Mais cela n’est peut-être qu’un énième symptôme de la sionisation de la réalité dans laquelle nous vivons. Et voici que nous serions sommés d’obtempérer ? »

 

   xxxxx

 

Sur le site du CRIF, justement, je lis à l'instant le son de cloche des judéomaniaques sur le même sujet: une tribune "libre" signée François Miclo et intitulée Catherine Ashton, la femme qui rit dans les cimetières. Carrément. Vous avez le lien, vous pourrez comparer et vous faire votre propre opinion. C'est ça qui est chouette avec internet! On comprend que ça les emmerde.

http://www.crif.org/fr/tribune/catherine-ashton-la-femme-... 

Encore une petite chose: pour vous marrer, allez lire les commentaires, toujours sur le même sujet (pauvre baronne!), émanant de gens qui maîtrisent nettement mieux l'insulte la plus basse que l'orthographe et la grammaire:

 

http://jssnews.com/2012/03/22/carnage-de-toulouse-le-hama...

IL Y A IDEES … ET IDEES

Il suffit de ne pas confondre, voilà tout. Un correspondant a adressé la lettre ci-dessous au ministère de l’Intérieur, tenu par un dénommé Claude Guéant :

 

imagesCADH6LHG.jpg

 

« Monsieur le Ministre,

            Vous êtes soit un ignorant soit un menteur, l'un ou l'autre vous disqualifiant pour les fonctions de ministre d'Etat.

            Dans le journal télévisé de France 2, à 20H, le 21/03/2012, à Mme Anne-Charlotte Hinet qui vous questionnait sur l'arrestation tardive de Mohamed Merah, vous avez osé répondre: "Madame, en France, vous n'arrêtez pas quelqu'un simplement parce qu'il professe des idées."

            Dans ce cas, je vous prie de m'expliquer l'existence de la Loi Gayssot (1990) qui institue un délit d'opinion, contrevenant ainsi à l'article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Loi qui a permis l'incarcération de Vincent Reynouard (innocent de toute atteinte aux personnes ou aux biens) pour 1 an.

            D'autre part, je vous rappelle qu'en France, sous le même régime républicain, le 6 février 1945, l'écrivain Robert Brasillach a été fusillé uniquement pour ses écrits et paroles.

            Nous sommes en droit d'attendre un démenti et des excuses publiques sur la même chaîne. »

(lettre signée, bien entendu)

 

13:08 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

QUAND LE CRIF RECULE …

Mais oui, mais oui, ça arrive… Finalement, les poursuites judiciaires, c’est embêtant pour tout le monde, même pour un commissaire politique du CRIF. J’ai reçu l’info suivante, que je me fais un plaisir et un devoir de relayer :

« Marc Knobel, du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de
France), menacé de poursuites par le Pr Faurisson qu'il avait accusé d'avoir reçu 120.000 euros des mains du président iranien, s'aplatit ! Mais, au moment même où, cherchant à réparer, il affirme qu'il "ne tient pas" à "dire une chose qui n'est pas exacte", il omet un détail que nous verrons plus loin.

http://www.crif.org/fr/tribune/précision-concernant-un-article-sur-robert-faurisson/30410

« Précision concernant un article sur Robert Faurisson
Par Marc Knobel - 21 mars 2012


MARCKNOBEL2.jpgLe 15 février 2012, j’ai publié sur le site Internet du CRIF un article intitulé : "Faurisson et Ahmadinejad : le couple infernal (1)". J'ai rapporté dans cet article que, le 2 février 2012, Robert Faurisson venait de recevoir des mains de Mahmoud Ahmadinejad, le premier prix dit du "courage, de la résistance et de la combativité", en marge du 30e Festival International du Film de Téhéran. Il est d’ailleurs photographié avec le Président iranien.

Le 22 février, je suis revenu sur ce sujet, publiant un nouvel article intitulé cette fois: "Extrême-droite et Iran : le grand amour (2)". Dans cet article, j’ai ajouté que Faurisson avait reçu un chèque de 120.000 euros d’Ahmadinejad, lors de ce festival. Or, l’information qui m’avait été communiquée peu avant la rédaction de cet article était fausse.

Si Robert Faurisson a bien reçu ce premier prix, il n’a pas reçu d'argent, avant, durant ou après ce festival, selon de nouvelles informations qui m’ont été transmises longtemps après la rédaction de cet article. Je tiens donc à rétablir les faits. Il n’est pas nécessaire -fut-ce même pour combattre le négationnisme et Robert Faurisson- de dire une chose qui n’est pas exacte et je ne tiens pas à le faire.

Cependant, si Faurisson n’a donc pas reçu d’argent (dont acte), il est bien retourné en Iran et il a reçu une fois encore cette consécration que le régime des Mollahs et [sic] le seul régime au monde à lui accorder.

Notes :
1) http://www.crif.org/fr/tribune/faurisson-et-ahmadinejad-l...
2) http://www.crif.org/fr/tribune/extr%C3%AAme-droite-et-ira...

Le mensonge par omission, le voici: M. Marc Knobel passe complètement sous silence le fait que le 15 mars il avait récidivé (n/message intitulé "Le livre de Valérie Igounet sur le Pr Faurisson") et déclaré: "Comment s’étonner, dans ces conditions, qu’au début du mois de février 2012, Ahmadinejad ait remis, à Téhéran et en personne, un chèque de 120000 euros à Faurisson?"

 

21/03/2012

LES ECOLES OZAR HATORAH

 

L’affaire de Toulouse a braqué les projecteurs sur les écoles Ozar Hatorah, qui sont des écoles confessionnelles privées sous contrat avec l’Etat.

 

« Ozar Hatorah trouve son origine dans l’initiative d’Isaac SHALOM, homme d’affaires américain d’origine syrienne, désireux d’améliorer la situation des communautés juives orientales.

Implantée en France à partir de 1961, Ozar Hatorah a accompagné l’exil des communautés sépharades d’Afrique du Nord.

Implantée à Paris à partir de la fin des années 1980, elle est aussi présente en province, avec un établissement à Toulouse, et en banlieue, avec des implantations à Créteil, Sarcelles et Antony.

 

Son projet est clairement la transmission de la culture et de la religion juive, conformément à sa dénomination « le Trésor de la Loi ».

 

Elle accueille aujourd’hui 3 800 élèves, dont environ un quart à Paris ».

 

Tous ces renseignements émanent d’un rapport officiel de la Ville de Paris, en date d’octobre 2007 (lien ci-dessous) qui nous révèle au passage le montant – coquet – des subventions publiques attribuées annuellement par la seule ville de Paris à ces écoles chargées de répandre la bonne nouvelle juive.

 

Le réseau d’écoles, qui relève clairement de la pratique orthodoxe du judaïsme, fait partie du CRIF depuis 2006. Sous le titre « Ozar Hatorah : histoire d’une réussite », le CRIF nous apprenait ce qui suit le 9 juin 2009 :

 

« Richard Prasquier, le président du CRIF, a pris part lundi 8 juin, au palais des congrès de Montreuil, à la soirée commémorant le 40e anniversaire (en France) et le soixantième anniversaire (dans le monde) du réseau d'écoles Ozar Hatorah, membre du CRIF.

 

Les premières écoles du réseau avaient été développées en Iran et au Maroc. Aujourd’hui, Ozar Hatorah, dirigé de main de maitre par Jean-Paul Amoyelle est devenu un acteur très important de l'éducation juive en France, remplissant ses objectifs d'associer la qualité de l'enseignement séculaire à la solidité de l'éducation religieuse sans tenir à l'écart les familles économiquement défavorisées.

 

Les excellents résultats de Ozar Hatorah, ont été salués par les orateurs parmi lesquels le grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, le grand rabbin de Paris, David Messas, l'ancien grand Rabbin de France Joseph Haim Sitruk (par vidéo), le président du Consistoire central, Joël Mergui, le président du FSJU Pierre Besnainou et le directeur de l'Agence juive en France David Roche. La directrice générale de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, Anne –Marie Revcolevschi s’était également associée à la soirée. »

Les victimes de Toulouse seront enterrées non en France mais en Israël. En Israël, où résident l’épouse et la fille du rabbin tué. L’épouse, Eva Sandler, a réagi en ces termes : « Yonathan z'l donnait tout pour l'étude de la Torah (…) Mon mari est venu pour aider les enfants en difficultés à réussir et à bien connaître la Torah. Il se donnait à fond pour cette noble mission''. Elle a ajouté : ''La seule aide que je vous demande, c'est de rester attaché à la Torah. Si cette assemblée sainte fait les Mitsvot (commandements juifs), je suis persuadée que les âmes de mes enfants seront acceptées au Gan Eden (paradis)''.

 

 

R.O.C – Audit de l’association Ozar Hatorah – octobre 2007

https://docs.google.com/viewer?a=v&q=cache:Gjt72YxcVEUJ:www.paris.fr/viewmultimediadocument?multimediadocument-id%3D50280%26rappig%3D1+%C3%A9coles+ozar+hatorah+sous+contrat&hl=fr&gl=fr&pid=bl&srcid=ADGEESikA0Nfp8yqyNumo0lKKn2tiUHp4pJz8gmDoJ_Yrin8-p3EY8eKtCi6UxhUEVGiVLoklcWZDHOMAw0K_RnDcws53A3_0291yUBoIfBn8mVv8su-pZeVhxBmAU11BtDqDSvuQxSw&sig=AHIEtbRC9KB34AUROg9SAJGYJqY23aVDVQ

20/03/2012

TREVE D’HYPOCRISIE

Tous les jours, il se passe des horreurs sur la planète et certaines si habituelles qu’on ne s’y arrête même plus : les gosses qui crèvent de faim, ou qui triment, ou qui sont traités comme des choses sans valeur, qu’on peut écrabouiller comme on veut, c’est d’un banal à pleurer. Le grand Peter Ustinov disait, à l’époque où il défendait la cause des enfants à l’Unesco et à l’Unicef : « On pourrait lutter contre toutes les maladies qui frappent les enfants en leur consacrant le prix de quelques-uns de ces avions qu’on est allé enfouir dans les sables de la guerre du Golfe. Et c’est une constatation obscène ».

 

Cette constatation obscène, elle est plus que jamais d’actualité.

 

Ca n’enlève rien à la cruauté de ce qui s’est passé hier à Toulouse. Mais enfin, il était fatal que le communautarisme qui s’est bel et bien installé dans le pays, avec le climat détestable qui l’accompagne et que tout un chacun peut constater, finisse par monter à la tête de certains individus et par exploser d’une façon ou d’une autre. Ca s’est passé ailleurs et ça se reproduira.

 

Certains, qui crient comme de juste à l’ « antisémitisme » feraient bien de se souvenir : qui a fait la courte échelle aux populations musulmanes à présent installées dans le pays ? Qui se vantait d’avoir imposé les législations destinées à empêcher toute contestation ? Qui hurlait à la mort et au « racisme » quand l’ « extrême-droite » pointait les dangers de cette immigration massive ?

 

Des dangers qui étaient prévisibles à l’œil nu. Eh bien voilà, le scénario catastrophe commence à se dérouler : en vedette, deux communautés qui se détestent, quoi qu’en disent leurs représentants. Les risques sont grands pour l’avenir. Que feront les Français ? Il y a gros à parier qu’ils ne bougeront pas le petit doigt. Ils en ont marre, les Français, de tous ces micmacs. Ils voudraient qu’on leur foute la paix et qu’on cesse – au moins un jour par an – de leur parler d’antisémitisme, de racisme, d’islamisme, de shoah.

 

Il est lamentable en tout cas que ce soient des gosses qui trinquent pour la stupidité et l’idéologie des adultes.

 

Un correspondant a adressé à un certain nombre d’officines communautaires et médias sa réaction, que vous trouverez ci-après. Je pense qu’elle reflète ce que beaucoup de Français pensent tout bas. C’est signé un goy de souche complètement saturé :

 

« ET SI...


Et si le mystérieux assassin en scooter avait pris pour 3ème cible une école catholique...?


Le crime aurait-il été immédiatement et aveuglément qualifié de "raciste et antichrétien" ? Notamment par le gros-condidat Hollande. Aurait-on parlé du deuil de toute une "communauté"? Le chef de l'Etat se serait-il déplacé, flanqué de l'Archevêque de Paris et du nonce Apostolique, pour une grande séance de lamentation vidéo-collective? Nous aurait-on infligé des J.T. intégralement consacrés à "l'indicible", dans lesquels le mot "catholique" serait revenu plusieurs fois par minute?

 

Aurait-on imposé une minute de silence à tout le pays? Les dix faux jetons qui ont obtenu leurs 500 signatures auraient-ils ostensiblement "suspendu" leur campagne? Il est permis d'en douter... En a-t-on fait autant, en 2005, pour Jean-Claude Irvoas, un Français massacré sous les yeux de sa famille par des membres d'autres tribus d'occupation? »

 

16/03/2012

CA VOUS ETONNE ?

« News: ISRAELVALLEY - MARINE LE PEN PEUT CHANTER : SA PÊCHE MIRACULEUSE A JERUSALEM A SORTI DE L'ANONYMAT UN ILLUSTRE INCONNU.

 

Sylvain Semhoun, le numéro 500 de Marine Le Pen.

 

Par Daniel Assayah (Tel-Aviv)

Publié le 16 mars 2012

imagesCA509Q4R.jpgSylvain Semhoun est devenu grâce a un geste spectaculaire le “bon juif de Le Pen”. L’homme a changé de camp. Lors des dernières élections il avait soutenu avec acharnement et dévotion le candidat UMP. Il avait même été à l’origine de la création d’un timbre à l’effigie de Sarkozy !

Dans IsraelValley notre titrage était le jour de la victoire de l’actuel Président-candidat : “Record du Monde pour Nicolas Sarkozy en Israël qui a remporté sa plus belle victoire avec un record absolu de votes en sa faveur (90,7 %)”. Les temps ont changé.

Juif et franco-israélien Semhoun habite Jérusalem. Je l’ai rencontré chez l’Ambassadeur de France en Israël lors d’une réunion semi-publique. Il est d’un naturel souriant et affable. Son geste inexplicable est suicidaire surtout dans un pays où les habitants ont une mémoire infaillible. Il piétine ainsi, sans se soucier du lendemain, les efforts des juifs de France pour combattre le FN. Le grand Rabbin de France doit être atterré. Le Président du CRIF est certainement sous le choc.

Semhoun est bien élu de l’Assemblée des français de l’étranger pour la circonscription d’Israël. C’est bien lui qui est venu apporter à Marine Le Pen la signature numéro 500. Il est celui aussi qui par son geste maltraite l’image des juifs Français d’Israël.

Grâce à lui Marine Le Pen aura obtenu son passeport pour figurer dans la short list des présidentiables. Ecoeurant. Dans un article paru dans JSS il argumente (voir ci-dessous). Cet homme est en fait la caricature de certains Français d’Israël qui viscéralement portent en eux la haine des musulmans de France et ont décidé de voter pour l’innommable.

ISRAELVALLEY PLUS

Sylvain Semhoun dans Aroutz 7 : "Je suis délégué de l’Assemblée des Français de l’étranger depuis de nombreuses années. En cette qualité, je suis habilité à signer comme les maires pour les candidats aux présidentielles. Sarkozy que j’ai soutenu, pour qui je me suis démené afin que 90% des suffrages en Israël aillent pour lui en 2007. Là mon action était souhaitable et personne ne voyait à y redire, que je suis Juif et résidant en Israël, mais quand je signe pour une candidate sans pour autant la soutenir, afin de permettre à ce que 8 millions de Français puissent avoir le droit élémentaire d’élire qui ils le désirent, là le délégué Franco-Israélien que je suis, habitant à Jérusalem, ça ne va plus?

Sarkozy a tenu des propos intolérables envers Netanyahou en le traitant de menteur. Il a même voulu lui dicter de ne pas prendre Lieberman comme ministre. En Israël, on donne la possibilité à la population arabe d’élire qui elle veut et même des députés qui s’évertuent à miner la légitimité d’Israël et à se liguer avec ses ennemis, parce qu’Israël est une vraie démocratie. Voilà la leçon de démocratie qui vient d’Israël et dont je me suis fait le vecteur, que des millions d’électeurs français puissent élire leur candidat !" ».

 

Source: http://www.israelvalley.com/news/2012/03/16/35171/israelvalley-marine-le-pen-peut-chanter-sa-peche-miraculeuse-a-jerusalem-a-sorti-de-l-anonymat-un-illustre-inconnu-sylvai

14/03/2012

TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR …

… SUR LE B’NAI B’RITH SANS OSER LE DEMANDER ... 

 

Oui, oui, oui, vous saurez tout le dimanche 25 mars car le CRIF (dont le B’B’ fait partie) nous annonce carrément une REVOLUTION : une journée portes ouvertes dans le saint des saints. Hélas, trois fois hélas, cette révolution sera à caractère strictement privé : ne seront admis que les membres de la communauté juive. Eh oui, pas de chance. Toujours pas le moindre goy à l’horizon. Il n’y aurait pas là comme l'ombre d'une discrimination, quand même ?

 

Vous me rétorquerez avec sagacité : comment peut-on faire la révolution en ouvrant largement ses portes, mais aux seuls élus ? Comment faire pour les distinguer sans se tromper? Il y aurait bien éventuellement un moyen, mais pas très praticable, vous en conviendrez. Et puis, très incomplet. Non, il y a plus simple : ce seront des journées portes ouvertes où il faudra s’inscrire d’abord. Une petite enquête sera faite et les indésirables, hop, virés.

 

Donc, résumons-nous : vous continuerez à ignorer ce qui se trame derrière les portes bien closes du B’nai B’rith. Et croyez-moi : ça ne fera aucune différence pour vous. Etant donné que le résultat de leurs cogitations s’étale sur tous les sites ultra-sionistes et peut se résumer en ceci : il faut détruire l’Iran et déclencher une guerre, même mondiale s’il le faut, pour préserver la paix. Lumineux, pas vrai ? C’est qu’ils sont très futés, au B’nai B’rith. Et surtout, ils ont de la suite dans les idées.

 

« Dimanche, 25 Mars, 2012

13 h 00 - 19 h 00

11-15 rue Courat 75020 Paris

Paris

Organisateur:

B'nai Brith

Cet évènement est ouvert au public sur inscription.

 

 

BB.jpg

Le dimanche 25 mars 2012 sera une journée extraordinaire pour le B’nai B’rith France. En effet, pour la première fois en France, le bnai brith ouvrira ses portes pour accueillir les membres de la communauté juive. Traditionnellement, le B’nai B’rith recrute ses membres par cooptation. Il faut donc être parrainé par un membre du B’nai B’rith pour pouvoir rejoindre une loge. Est-ce pour cette raison que le public perçoit le B’nai B’rith comme une association sectaire, élitiste et pleine de mystère ? Pourtant le B’nai B’rith est la plus importante organisation juive mondiale, créée par un groupe d’immigrants allemand à New York en 1843.

Le B’nai B’rith est maintenant présent dans 59 pays avec 500 000 membres dans le monde. Il est représenté en tant qu’ONG auprès de l’ONU, de l’UNESCO, du MERCOSUR, et du CONSEIL DE L’EUROPE. En France, le B’nai B’rith comporte 65 loges réparties sur tout le territoire. Elles font partie du mouvement international des B’nai B’rith par l’intermédiaire du B’nai B’rith France et du B’nai B’rith Europe. Plus de 2000 personnes font partie du B’nai B’rith en France. C’est donc une des plus importantes organisations juives françaises en nombre de membres, faisant partie du CRIF. Le B’nai B’rith rassemble des juifs,  femmes et hommes de toutes catégories sociales, de toutes tendances politiques ou religieuses, ou laïques.

Le B’nai B’rith agit sur plusieurs axes :

L’action culturelle : Le B’nai B’rith organise de nombreuses manifestations : conférences, salon littéraire, colloques, débats, expositions.

Israël : Le B’nai B’rith met en valeur, et rétabli l’image d’Israël, par le biais de la culture, la technologie, les voyages de découverte.

Politique : En étroite relation avec le CRIF et d’autres organisations, le B’nai B’rith lutte contre l’antisémitisme et les racismes.

Solidarité : Aide aux populations en détresse, secours aux familles en difficulté, en France et en Israël.

Depuis plusieurs années, la direction centrale du B’nai B’rith France a décliné une politique d’ouverture et de communication par différents moyens :

Refonte totale du site internet www.bbfrance.org , ouverture d’un compte Facebook et tweeter, communication radio avec émission mensuelle et spots publicitaires, création de la section des B’nai B’rith partenaires permettant de soutenir le mouvement sans faire partie d’une loge.

Avec toutes les activités publiques organisées par les loges ou les régions, le B’nai B’rith devient plus visible dans la communauté et prend ainsi la place qui est la sienne.

D’autres opérations de communications sont prévues dans un proche avenir, comme une ouverture sur les autres organisations juives, et la présence du B’nai B’rith à toutes les manifestations communautaires.

Le B’nai B’rith souhaiterait rassembler les juifs de France qui ne font partie d’aucune communauté ni d’aucune association, et qui se trouvent ainsi isolés, au risque de perdre leur identité.

C’est pourquoi le B’nai B’rith souhaite en faire encore davantage en matière de communication et rencontrer  directement le public communautaire, pour démystifier son image.

Pour celà est organisée la première journée portes ouvertes du B’nai B’rith France le dimanche 25 mars 2012 à partir de 14 heures à l’espace BSA au 11-15 rue Courat 75020 Paris.

Le public pourra découvrir les travaux des loges et des commissions, concernant l’identité et la culture juive, la défense des droits de l’homme, le soutien à Israël. Il aura ainsi la faculté de dialoguer avec les représentants du bnai brith France, des loges, des commissions et des B’nai B’rith Partenaires. Les visiteurs découvriront les valeurs, les idéaux et les actions du B’nai B’rith envers la communauté et Israël, et pourquoi «bienfaisance, amour fraternel, harmonie » est sa devise. Au cours de l’après midi Frédéric Encel  donnera une conférence sur la situation au moyen orient, où chacun pourra poser des questions. C’est une grande journée qui s’annonce pour le B’nai B’rith. Le public, curieux d’en savoir plus sur cette grande organisation, sera très nombreux à ce rendez-vous exceptionnel ».

Source : http://www.crif.org/fr/node/30301