Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2010

« Subventions approuvées pour les survivants de la Shoah »

Ce vote n’est pas intervenu en Allemagne mais en Israël. Il prouve au passage que jusqu’à présent les rescapés de la shoah étaient fort mal remboursés pour leurs dépenses de santé. Etonnant de la part d’un pays qui leur doit pourtant tellement, et qui ne rate pas une occasion de le rappeler en toutes circonstances afin d’entretenir la culpabilisation du monde extérieur.

Au risque de me répéter : « un tiers des rescapés vivent en-dessous du seuil de pauvreté », on se demande dans ce cas à quoi ou à qui ont bien pu servir les sommes faramineuses versées par un certain nombre de pays « pour les rescapés de la shoah ». On n’a pas vraiment l’impression qu’ils en ont vu la couleur.

 

« Le ministère des Affaires sociales a annoncé, dimanche, qu'en vertu d'un accord entre le Trésor et le ministère de la Santé, quelque 80 000 survivants de la Shoah recevront des subventions pour couvrir jusqu'à 90 % des services de santé primaires et des fournitures médicales. "C'est le devoir de l'Etat d'Israël envers les survivants" a déclaré Isaac Herzog, ministre des Affaires sociales. "C'est la forme de solidarité la plus élémentaire."

 

Le nouvel accord, qui va plus loin que les remises courantes offertes sur le matériel de santé par les quatre caisses d'assurance maladie, représente un geste en prévision du jour de commémoration de la Shoah, la semaine prochaine, précise Herzog.

 

En vertu de l'accord, le ministère recevra environ 50 millions de shekels par an pour financer les soins dentaires, les lunettes, les appareils auditifs et le suivi psychologique des rescapés. Le niveau de subvention dépendra de l'âge du bénéficiaire.

 

Un tiers des rescapés vivent en-dessous du seuil de pauvreté

 

Selon une étude menée en 2009, sous la direction du Comité juif américain de distribution Meyers-Institut Brookdale, nombre de survivants de la Shoah souffrent de maladies cardio-vasculaires et de troubles émotionnels chroniques liés à leur expérience. Et une grande partie des médicaments nécessaires ne sont pas correctement couverts par l'assurance maladie.

 

L'année dernière, les chiffres officiels estimaient à 270 000 le nombre de survivants de la Shoah habitant en Israël. Les organisations à but non lucratif qui travaillent avec les survivants considèrent qu'un tiers d'entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté, luttant pour survivre avec les pensions de l'Etat et la petite assistance supplémentaire à laquelle ils ont droit. Certains sont même parfois obligés de choisir entre acheter de la nourriture ou des médicaments.

 

Malgré les efforts mis en œuvre par le ministère des Affaires sociales et celui chargé des personnes âgées, un rapport gouvernemental publié l'année dernière révèle que moins de la moitié des survivants réclame les avantages auxquels ils ont droit selon la loi. »

 

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1268045717679&pagename=JFrench%2FJPArticle%2FShowFull

PETIT TOUR DANS UNE DEMOCRATIE MODELE

Article du Temps de Genève. Edifiant.

« La police religieuse sévit dans les bus

Des «escadrons de la modestie» séparent les sexes et contrôlent la tenue ou le comportement des passagers. Des députés dénoncent un procédé illégal qui prend de l’ampleur.

A la sortie Est de Tel-Aviv, l’arrêt de la ligne d’autobus No 322 à destination d’Ashdod ressemble à une station comme toutes les autres. Sauf que les publicités commerciales ont été lacérées à coups de couteau et que des affichettes imprimées en caractères gras promettent la damnation éternelle à ceux qui ne respecteraient pas les préceptes de la «halakha» (la tradition religieuse juive).

 

«Nous sommes ici devant une ligne d’autobus «estampillée kasher». Elle est majoritairement fréquentée par des religieux, lâche rageusement la présidente du Conseil municipal de Tel-Aviv Yaël Dayan. Cela signifie que la ségrégation des sexes y est pratiquée, avec l’accord des autorités. Les femmes entrent par l’arrière du véhicule et les hommes par l’avant. Ils ne se frôlent pas, ne s’assoient pas l’un à côté de l’autre. Dans certains véhicules, une épaisse couverture tendue au milieu du bus sépare les deux sexes. C’est le retour du Moyen Age.»

 

Soutenue par le Meretz (son parti) et par quelques députés d’autres formations, Yaël Dayan a pris la tête d’une campagne contre «les autobus de l’apartheid». Outre des tours de veille organisés par des laïcs devant les abribus litigieux, des affichettes dénoncent «l’obscurantisme de rabbins fanatiques», tandis que des interpellations seront déposées à la Knesset.

Une quarantaine de lignes dans tout l’Etat hébreu

La ligne 322 est opérée par Connex, une filiale du groupe français Veolia spécialisée dans la desserte de réseaux routiers urbains et interurbains. Mais on en compte une quarantaine d’autres sur l’ensemble de l’Etat hébreu et la plupart sont gérées par Egged, la grande compagnie nationale d’autobus.

 

C’est à Jérusalem et dans la ville ultra-orthodoxe de Bnei-Brak (banlieue de Tel-Aviv) que les autobus «kasher» sont les plus nombreux. Mais l’on en trouve presque partout ailleurs en Israël. A l’intérieur des véhicules, des membres des «escadrons de la modestie» (une milice ultra-orthodoxe) «protègent la pureté» du transport.

 

Recrutés dans les «yeshivot» (écoles talmudiques), ces sbires veillent à ce que les chauffeurs soient mariés et portent la calotte traditionnelle. Parfois, ils autorisent des laïcs à monter à bord, mais ils les tiennent à l’œil.

 

Quant aux femmes, celles dont les vêtements sont jugés «impudiques» et l’attitude «immodeste» sont refoulées. Voire battues. Pour l’heure, une dizaine de dossiers ont d’ailleurs été ouverts par la justice, mais deux condamnations seulement ont été prononcées.

 

Selon le droit israélien, les autobus «kasher» sont totalement illégaux. Mais le ministre des Transports Israël Katz (Likoud) refuse d’intervenir. Il temporise en attendant les conclusions d’une commission d’étude.

 

Pourtant, la ségrégation se répand également sous d’autres formes. Après les trottoirs séparés pour les hommes et pour les femmes apparus en 2008, des supermarchés disposant de portes et de caisses réservées à chaque sexe ont ainsi été inaugurés à la fin de 2009. Un glacier disposant de tables pour hommes et de tables pour femmes a également ouvert ses portes en mars dernier.

«Les fondamentalistes juifs grignotent nos libertés»

 

«Les fondamentalistes juifs – qui représentent environ 20% de la population – grignotent progressivement nos libertés, fulmine la députée travailliste Shelli Yehimovitz. Il ne se passe pas une semaine sans qu’ils n’obtiennent la fermeture de rues à la circulation durant le shabbat, voire l’interdiction d’émissions de télévision sous le prétexte qu’elles promeuvent l’impureté. Si nous ne réagissons pas maintenant, nous ne vivrons bientôt plus à Tel-Aviv mais à Téhéran. Et ce jour-là, il sera trop tard pour faire marche arrière».

 

 

Source : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/d7074bbc-40f2-11df-9212-43b8b8430160|1

11:17 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

05/04/2010

SYSTEME DE SECURITE MADE IN ISRAEL

11.jpgJe trouve plutôt étonnant l'article ci-dessous et s'il avait paru le 1er avril au lieu d'aujourd'hui, je n'aurais pas été autrement surprise. Passons sur l'enflure du titre, on a l'habitude, tout ce que font Israël et les Israéliens est par définition du domaine de l'exceptionnel. Qu'est-ce qu'on ferait sans eux, on se le demande. On se reposerait, peut-être?

 

Bref, ce que je trouve étonnant, c'est la nouvelle procédure dite "de sécurité", totalement basée si j'ai bien compris, sur la bobine du client et sur les renseignements qu'il aura lui-même fournis. Curieux. Bon, on ne parle pas de bobine, mais d'"analyse comportementale et verbale", c'est plus professionnel mais ça revient strictement au même. Gare à ceux qui ont au naturel une gueule de repris de justice, ça va être leur fête. Et pendant ce temps-là, si le terroriste est un gentil blondinet bien propre sur lui, il passera sans problème? Vraiment curieux comme système.

 

Votre vie est entre les mains d’experts israéliens

 

"Que vous soyez catholique, juif, musulman ou adorateur de Nutella, pro-israélien, pro-palestinien ou totalement indifférent, c’est un peu à Israël que vous devez votre sécurité, lorsque vous prenez l’avion – et croyez moi – c’est plutôt une bonne nouvelle !

 

Les États Unis viennent de décider de renoncer au contrôle des passagers selon leur pays d’origine (16 pays musulmans + Cuba faisaient partie de la liste de pays à très haut danger terroriste).

 

Au lieu de cela, ils ont adopté un système de filtrage inspiré des procédures en place en Israël : la vérification en temps réel basée sur l’analyse comportementale et verbale, au moment du contrôle de sécurité. Autrement dit, tout voyageur dont la description pourrait laisser supposer qu’il puisse être potentiellement un terroriste, et ceux dont les réponses au questionnaire de sécurité laisse planer un doute, seront soumis à une fouille et à un contrôle approfondis.

 

La nouvelle règle s’appliquera à tous les détenteurs de passeports, sans distinction de leur pays d’origine, y compris aux voyageurs américains.

 

Ce sont donc des experts israéliens qui ont été consultés, et votre vie dépend maintenant de leur savoir-faire (et de leur système de sécurité, adapté pour faire face à la menace spécifique que subit ce petit pays).

 

Progressivement, les mêmes procédures sont mises en place dans la plupart des aéroports, et il n’est pas rare que les “Very Frequent Flyers”, ces voyageurs qui se déplacent beaucoup dans le cadre de leurs activités professionnelles, choisissent El Al plutôt qu’une autre compagnie aérienne, quand El Al dessert leur ville de destination.

 

Les défenseurs des droits de l’homme vont être choqués qu’on contrôle les voyageurs selon leur faciès – sauf quand ils prendront eux même l’avion. »

 

 

Source : http://www.juif.org/go-blogs-23176.php

 

17:44 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

04/04/2010

UNE SOMBRE AFFAIRE

Trouvé sur le site HaPoel HaAntifashisti, "blog fait par des antifascistes appartenant à la minorité nationale juive en France":

 

« UN PROLETAIRE MORT A BOBIGNY :  SA MEMOIRE DEJA BAFOUEE PAR LES ANTISEMITES »

 

« Mardi soir, un homme est mort à Bobigny.

 

Saïd B. était un prolétaire de 36 ans, qui avait dû laisser sa famille à Dijon pour venir chercher du travail en région parisienne.

 

Saïd B. avait donc trouvé un boulot de vigile à Bobigny (93), au magasin Batkor tout près du canal de l’Ourcq. C’est là qu’il a trouvé la mort, loin de sa famille.

 

Car mardi dernier à 19h30, juste à la fermeture de Batkor, un couple était arrivé, auquel Saïd B. avait refusé l’entrée.

 

De ce qui s’est passé à ce moment là, nous ne savons strictement rien. Certains évoquent des insultes racistes, d’autres rejettent cette version des faits.

 

Toujours est-il que 4 amis du couple ont débarqué, et qu’une embrouille violente s’est sans doute ensuivie, à coups de cric de voiture.

 

Réfugié dans son magasin, le vigile serait ressorti pour sauver son chien, menacé de mort par les agresseurs. Là il aurait été poursuivi le long du canal de l’Ourcq, qui passe à seulement quelques dizaines de mètres derrière le magasin Batkor.

 

À partir de là plus rien n’est vraiment certain, bien qu’on arrive à se faire une idée des dernières minutes de Saïd.

 

La seule chose absolument certaine, c’est que le corps de Saïd B. a été retrouvé mercredi après-midi dans le canal, sous les yeux éplorés de sa famille. On ne peut qu’imaginer ses dernières pensées pour ses proches si loin de lui…

 

Quant au chien « outil de travail », il est heureusement sain et sauf.

 

Cependant, rien n’indique pour l’instant que les agresseurs de Saïd B. l’aient poussé à l’eau (on a retrouvé son blouson sec sur la berge), mais rien n’indique non plus qu’ils soient innocents, et quoi qu’il en soit ils ne lui ont pas porté assistance.

 

Ses 4 agresseurs, des hommes âgés de 19 à 25 ans, sont actuellement en détention provisoire.

 

Que voit-on ? Que faut-il comprendre dans cette tragédie ?

 

Que c’est la crise, et que le sentiment général est à la crispation. C’est limite si n’importe quel regard de travers peut dégénérer, et prendre des proportions dramatiques.

 

Aujourd’hui n’importe quelle étincelle peut mettre le feu : tantôt dans un sens positif, collectif, libérateur ; tantôt dans le sens de la brutalité au sein du peuple, dans le sens de l’individualisme, du sexisme, du racisme assassin.

 

C’est sur ce côté sombre et négatif que comptent bien surfer les antisémites.

 

Car il faut savoir que dès jeudi soir, la radio RTL avait annoncé que les agresseurs de Saïd B. se seraient en garde-à-vue déclarés d’origine juive.

 

N’importe quelle personne juive en région parisienne voit immédiatement avec angoisse le potentiel explosif de cette « information »…

 

Une « information » qui a été lâchée à ce moment là de façon totalement irresponsable, rien que pour s’assurer le « scoop » médiatique…

 

Et effectivement, quand on observe par exemple l’attitude de la CAPJPO-Europalestine, on voit la tendance à l’antisémitisme pogromiste, qui ronge son frein et n’attend qu’une rumeur raciste pour passer à l’acte.

 

Car d’ailleurs, quel rapport entre la Palestine et le quasi meurtre de Bobigny ? Aucun, naturellement, à part pour les antisémites qui veulent fantasmer tout en rejetant la révolution arabe.

 

Et pourtant Europalestine vient expliquer que les agresseurs de Saïd auraient soi-disant mis en avant leurs supposées origines juives pour se couvrir, vient parler d’ « omerta », d’ « accointances juives », de « signal mafieux efficace », et vient lécher les bottes des cléricaux musulmans petits-bourgeois.

 

Bref, toute une rhétorique qui, avec la référence à la « mafia », est clairement d’extrême-droite. Ni plus ni moins.

 

Et quand on voit la vidéo du rassemblement silencieux organisé par les religieux à Bobigny, l’attitude franchement coloniale-paternaliste d’Europalestine fait tout de suite penser à l’extrême-droite antisémite en Algérie « française », qui rêvait de mobiliser les « indigènes » contre la minorité juive…

 

Voilà la réalité en France aujourd’hui : au sein du peuple on s’entretue, et les racistes comptent les points en bafouant la dignité de celles et ceux qui sont partiEs.

 

Honneur et justice pour Saïd B., un prolétaire mort pour rien !
Combattre l’embrigadement dans le racisme pogromiste !
Vive l’unité antiraciste du peuple contre nos vrais ennemis ! »

 

Source :

http://209.85.229.132/search?q=cache:XAwfkZ4O1_oJ:www.hapoel.fr/+irmela+mensah-schramm&cd=6&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

 

 

Triste histoire où un fait en tout cas est avéré : Saïd Barara est mort noyé. L’enquête dira – du moins espérons-le – si effectivement il s’agit d’un crime raciste. Et perpétré par qui. Auquel cas nous pouvons attendre de la justice française un traitement équivalent à celui qui fut diligenté en d’autres circonstances. Ce qui est sûr aussi, c'est que le grand rabbin de France, Gilles Bernheim, a adressé vendredi ses condoléances à la famille de la victime.

Afin de comparer et compléter les informations, voici ci-dessous l’un des textes d’Europalestine sur l’affaire :

 

 

« Saïd Barara, CONTRE L’OMERTA »

 

« L’Union des Associations Musulmanes de Seine-Saint-Denis appelle la population à se rassembler vendredi 2 avril à 16 heures, devant la préfecture du département à Bobigny, pour exiger la vérité sur la mort de Saïd Barara, agressé par une demi-douzaine de voyous et retrouvé mort noyé dans les eaux du canal de l’Ourcq, à Bobigny.

Bobigny : rassemblement vendredi à 16 heures devant la préfecture, pour dénoncer l’omerta

On lira ci-dessous le communiqué de l’UAM-93.

Nous faisons nôtre le constat de l’UAM-93, à savoir que cette affaire a été jusqu’à présent traitée à minima par le système politico-médiatique (voir notre article d’hier sur le même site europalestine.com , http://www.europalestine.com/spip.php ?article4903)

Cette omerta, ajouterons-nous, n’est pas uniquement due au fait que la victime est un modeste travailleur d’origine maghrébine, mais aussi, voire surtout, parce que ses agresseurs (ou leurs avocats) ont eu l’intelligence de médiatiser des origines juives, réelles ou inventées.

La mention de la « confession juive » des six agresseurs est ainsi apparue de manière à la fois précoce et furtive, dans la couverture de l’affaire.

En l’occurrence, un journaliste de RTL, citant « des sources policières » non identifiées, a indiqué que dès le début de leur garde à vue, les 6 se seraient déclarés « de confession juive », insultés par celui qui n’avait plus que quelques minutes à vivre.

En l’absence d’informations officiellement assumées, on ne peut savoir si les agresseurs ont, ou n’ont pas, des accointances juives. Mais nous affirmons que le fait d’avoir mis en avant cette notion a constitué un signal mafieux efficace, adressé tant au gouvernement qu’aux principaux médias, pour qu’ils mettent la pédale douce sur le meurtre.

De fait, tandis qu’un syndicaliste d’UNSA-Police, Stéphane Pelliccia, pouvait, mercredi encore, indiquer devant une caméra de télévision, que Saïd a « vraisemblablement été jeté à l’eau » par les membres de la bande, les médias ont ensuite rapidement organisé la décélération de leur couverture, parlant de l’événement comme d’une « altercation », et considérant qu’un point final à l’information était apporté par la « révélation » que la cause de la mort de Saïd était une noyade (ce que tout le monde savait depuis le premier instant). Force est donc de reconnaître que jusqu’à présent, la loi du silence a eu l’avantage.

C’est bien pourquoi le combat pour la vérité ne fait que commencer, et que nous devons être nombreux au rassemblement de l’UAM-93, en exigeant que soient rendus publics, tout de suite, l’identité des agresseurs, la nature des charges qui leur ont été communiquées à l’issue de leurs gardes à vue respectives, et leurs éventuels antécédents judiciaires.

Voici maintenant le communiqué de l’UAM-93 « Le vigile d’un magasin de Bobigny, a été retrouvé mort dans le canal le mercredi 31 mars, au lendemain d’une altercation avec un client qui souhaitait entrer à l’heure de la fermeture du magasin. Le client se trouvant être de confession juive a appelé cinq personnes aussi de confession juive qui ont sauvagement agressé le vigile d’origine maghrébine. L’Union des Associations Musulmanes de la Seine-Saint-Denis (UAM-93) présente ses condoléances à la femme et à la famille du défunt.

L’UAM-93 s’interroge sur le peu d’intérêt des nos médias pour cette affaire et ne comprend pas la logique des deux poids deux mesures dans le traitement médiatique des faits divers selon l’origine ou la confession de la victime.

L’UAM-93 est choquée qu’on puisse évoquer l’antisémitisme pour justifier ce crime odieux. Ceci discrédite le combat contre l’antisémitisme et constitue un deuxième assassinat de ce vigile en salissant sa mémoire. Tous les témoignages recueillis auprès de sa femme, son frère, son oncle prouvent qu’il s’agit d’un parfait citoyen, travailleur, respectueux des lois et du vivre ensemble.

L’UAM-93 s’interroge que les caméras de surveillance, en grand nombre autour du magasin, n’ont rien pu enregistrer.

L’UAM-93 appelle les autorités à faire toute la lumière sur les circonstances de ce crime odieux et crapuleux.

L’UAM-93 rappelle qu’elle tient au respect du vivre ensemble et rejette tout amalgame et toute tentative de stigmatisation de n’importe quelle communauté.

Enfin, l’UAM-93 appelle à participer à un rassemblement le vendredi 2 avril à16h00 devant la préfecture de Bobigny avec la famille, les amis et les collègues du défunt.

Bobigny, le jeudi 1er avril 2010 Le Président de l’UAM-93 H. FARSADOU »

POST SCRIPTUM : Un rassemblement aura également lieu LUNDI 5 AVRIL a 14h PLACE DE LA REPUBLIQUE A PARIS (métro république) CAPJPO-EuroPalestine »

Source : http://bellaciao.org/fr/spip.php?article100621

16:20 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

03/04/2010

ASSEZ DE CES ZINZINS RUINEUX !

Le Forum Humanitaire Mondial, vous connaissez ? De toute façon, inutile de faire sa connaissance à présent, il se casse la figure. En coûtant au passage une coquette somme au contribuable suisse.

 

Oyez plutôt les mésaventures d’un de ces multiples machins pseudo internationaux qui servent surtout à recycler les ex-responsables de tout et de rien auxquels le système trouve toujours un point de chute confortable au détriment de l’argent public. Et pendant ce temps-là, on continue de crever tranquillement de faim en pas mal d’endroits du globe …. Mais ça, ce n’est pas un « humanitaire » médiatique.

(article paru dans Le Temps de Genève)

 

keyimg20070917_8225420_0.jpg« Kofi Annan: «Nous croyions en notre mission»

"Surendetté, le Forum humanitaire mondial lancé en 2007 a été officiellement enterré mercredi. Rencontre avec son président du conseil d’administration et ancien secrétaire général des Nations unies

Lancé en grande pompe par la Confédération en septembre 2007, le Forum humanitaire mondial (FHM) a annoncé mercredi qu’il cessait ses activités (LT du 1.04.2010). Endettée à hauteur de 1,5 million de francs, la fondation n’a pas réussi à renflouer ses caisses. On l’a dite mal définie, mal gérée et trop dispendieuse. Berne a accepté de prendre à sa charge la moitié des créances et le million nécessaire au paiement des salaires et cotisations sociales durant le préavis de licenciement des douze salariés. Le banquier Ivan Pictet, trésorier du FHM, apporte les 750000 francs restants. Le point avec Kofi Annan, président du conseil d’administration du Forum.

 

Le Temps: Comment vous sentez-vous au lendemain de la fermeture du Forum humanitaire?

 

Kofi Annan: Déçu. Je suis déçu que l’on ait dû cesser des activités et des projets merveilleux, portés par des jeunes gens extrêmement motivés. Il était primordial d’amener la question climatique dans l’agenda politique international, nous l’avons fait. Le changement climatique a un impact aujour­d’hui sur les populations, ce n’est pas un problème d’avenir, c’est tout à fait actuel. Notre campagne Tck Tck Tck pour la justice climatique a d’ailleurs mobilisé 15 millions de personnes. Nous croyions en notre mission, mais des problèmes financiers et un manque de soutien ont malheureusement stoppé notre course.

 

– Les soucis budgétaires ont-ils été la principale cause de la faillite?

 

– Des questions de management se sont également posées, certaines erreurs auraient pu être évitées. Nous, membres du Conseil d’administration, aurions pu corriger la situation si nous avions été avertis plus tôt de l’ampleur des problèmes. En juin 2009, nous avons demandé à la direction de réaligner les activités et les dépenses, nous souhaitions aussi une plus grande transparence, mais il était déjà trop tard. Walter Fust, le directeur, n’a pas obtenu de la Confédération la garantie d’emprunt nécessaire, et la situation a continué à s’aggraver.

 

– Avez-vous vraiment tout fait pour sauver le FHM et trouver des fonds? Les pays partenaires, par exemple, n’ont pas été contactés ces dernières semaines pour une aide subsidiaire.

 

– C’est une partie du problème. Nous avons approché nombre de donateurs potentiels, publics et privés. Mais, à partir du moment où le fondateur du Forum, à savoir le gouvernement suisse, décide d’éponger la dette à condition que l’organisation ferme ses portes, il est difficile d’aller demander de l’argent à d’autres pays. Les Etats préfèrent évidemment payer pour des programmes que pour des dettes.

 

– Vous semblez amer…

 

– Non, je ne suis pas amer, je suis déçu. Les discussions avec le Conseil fédéral ont duré des semaines sans avancer. C’est Ivan Pictet qui a débloqué la situation en offrant de prendre à sa charge une partie des créances. Berne a alors suivi. Monsieur Pictet a été soucieux de l’image de la Suisse, de celle de la Genève internationale et de la réputation des membres du conseil de fondation, nous l’en remercions.

 

– Walter Fust pointe essentiellement la crise comme responsable de la faillite. Un facteur aggravant?

 

– Oui, nous sommes mal tombés. Le Forum a été lancé en 2007, et la crise est survenue peu après. Plusieurs pays et sociétés privées, dès lors, ont fait des promesses de soutien qu’ils n’ont pas tenues.

 

– D’autres reprochent au Forum une absence de définition claire.

 

– Le mandat était bien défini, notre objectif étant de mettre en relation des gens qui ne se parlent pas habituellement – gouvernements, entreprises, ONG, chercheurs, militaires – et d’amener ces acteurs à œuvrer ensemble dans le domaine humanitaire. Nous avons axé nos programmes sur les populations face au changement climatique, la justice climatique, les réfugiés de l’environnement et la protection des communautés vulnérables.

 

– Que vont devenir les projets du Forum?

 

– Le World Economic Forum a évoqué mercredi sa volonté de reprendre les grands thèmes du Forum humanitaire mondial dans son programme. Nous sommes en discussion avec des organisations existantes concernant la poursuite de notre projet «Weather info for all» [ndlr: l’utilisation d’antennes téléphoniques en Afrique comme stations météo afin d’informer les populations les plus vulnérables des intempéries à venir]. Tout le monde a travaillé dur; le personnel est déçu, le conseil également. En réalité, nous sommes déçus de la base au sommet, mais c’est la vie. »

 

 

 

Source : http://www.letemps.ch/Page/Uuid/46880d04-3e97-11df-a7d5-4183619f187d|0

01/04/2010

OUI A TOUT

C’est tellement plus simple, à tous points de vue.

  

77.jpg« Le sénateur-maire de Strasbourg Roland Ries a reçu une délégation du CRIF, vendredi 26 mars, conduite par Pierre Levy, délégué du CRIF-Alsace. Elle comprenait Haïm Musicant, le directeur général du CRIF en mission dans la ville européenne ainsi que Madame Sylvie Kaufman chargée de communication, Pierre-Louis Bickart, membre du CRIF Alsace. 

 

Roland Ries a condamné à nouveau fermement la profanation du cimetière juif de Cronenbourg le 9 mars dernier. Il a apporté son appui à l’aménagement de l’esplanade de l’ancienne synagogue brûlée et rasée par les nazis en septembre 1940 et soutenu la création d'une allée des justes sur ce lieu. Le maire a également apporté son appui à des projets de «apprendre pour  vivre ensemble » présentés par la délégation régionale et les instances nationales du CRIF. »

 

 

Les projets pour « apprendre à vivre ensemble » : la nouvelle tarte à la crème des officines dites antiracistes, qui resurgit à intervalles réguliers en ce moment. Ou comment dilapider l’argent public dans des actions de poudre aux yeux, dont tout le monde se fiche éperdument. Sauf naturellement ceux qui passent  à la caisse. Dans son discours au dîner annuel de mars 2009, le président du CRIF évoquait l’opération en ces termes :

 

« C'est l'Etat qui doit donner les impulsions, qui pourront alors -mais alors seulement- être relayées efficacement  par des initiatives citoyennes locales visant à promouvoir ce qu'on appelle le "vivre ensemble". Le CRIF rencontrera les organisations syndicales ou associatives de notre pays. Nous rencontrerons les organisations politiques de tout l'axe républicain y compris ceux qui ne nous sont pas favorables. Nous allons clarifier nos positions et  convaincre nos interlocuteurs que le combat contre l'antisémitisme est un combat d'aujourd'hui et que la haine des Juifs est un marqueur de la tribalisation de notre société. »

 

Ce qui est fascinant au CRIF (comme à la LICRA, d’ailleurs), c’est que ces gens ne parlent jamais pour ne rien dire. Ce qui est verbalisé sera réalisé. On n’y fait pas suffisamment attention car nous avons justement l’habitude inverse, celle de politiques qui ne cessent de parler pour ne rien dire.

 

Laissez-moi vous dire que ces projets de « vivre ensemble », pour fumeux et ruineux qu’ils soient, vont faire le tour de la France et on pourra les suivre à la trace. Aujourd’hui à Strasbourg, demain ailleurs. Ils sont passés par ici, ils repasseront par là …. Vous connaissez la chanson.

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

31/03/2010

UN ARTICLE DIFFAMATOIRE

Le 23 mars, je m’interrogeais à propos du site toutsaufsarkozy.com. Je ne vais pas rappeler toute l’histoire qui est facile à retrouver. Aujourd’hui, voilà que je suis violemment prise à partie sur le même site, dans un article qui s’intitule L’alliance de la carpe Zemmour et du lapin Soral. Il s’agirait d’une « opinion de Meurice ». J’ignore qui est Meurice mais, moi, lorsque j’ai des choses désagréables à dire, j’affiche mon nom en entier.*

 

« Meurice » n’a pas l’air de se rendre compte qu’il peut être dangereux de traiter les gens d’ « antisémite déclarée » et de « révisionniste notoire ». Cela s’appelle de la diffamation et j’ai l’habitude de me défendre quand on m’attaque. Voici les propos qui me concernent :

 

« Les deux disent en fait exactement la même chose et n’ont pas attendu l’avocat général Bilger (aux bretelles un peu plus remontées depuis hier) pour en rajouter : dans sa préface de l’antisémite déclarée Anne Kling, Soral reprend par exemple mot à mot les termes de cette dernière. Force est de constater que c’est du Zemmour tout craché : "osons le dire, ces jeunes violents, dans une forte proportion, sont des français issus de l’immigration maghrébine et africaine, culturellement mal assimilés et socialement mal intégrés. C’est une réalité, pas un fantasme" nous dit la représentante d’extrême droite alsacienne.

 

(…)

 

Des propos de Soral empruntés à Anne Kling, donc, une révisionniste notoire, qui s’amuse à ses heures perdues à compter les déportés, surtout les enfants : "J’ai compté sur Excel les gosses JUIFS ET NON JUIFS" annonce-t-elle sur son blog, à partir de sources incomplètes (désolé c’est elle qui effectue ce décompte, comme quoi l’usage d’Excel peut aussi cacher de belles ignominies). On sait à quoi peut ressembler cette démarche : c’est bien celle d’un Rassinier, et de ses faux tableaux, ses faux calculs et de ses vraies approximations. Heureusement qu’il y a une Eve Line BLUM-CHERCHEVSKY pour venir lui rabattre le caquet révisionniste. Anne Kling, qui reçoit en soutien à son texte celui de Pierre Sidos, le fils de François Sidos, le responsable de la Milice fusillé en 1946 et fondateur de l’Œuvre Française. Pierre Sidos, emprisonné également pendant la guerre d’Algérie pour soutien à l’OAS : on ne quitte pas d’une semelle de godillot le milieu de l’extrême droite ! Et on retombe toujours sur les mêmes ! »

 

« Meurice » fait ici allusion à plusieurs articles parus sur mon blog les 14, 25 et 27 février 2008, à la suite de l’annonce fracassante faite par Sarkozy au dîner du CRIF : J'ai demandé au gouvernement, et plus particulièrement au ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos, de faire en sorte que, chaque année, à partir de la rentrée scolaire 2008, tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d'un des 11.000 enfants français victimes de la ShoahLes enfants de CM2 devront connaître le nom et l'existence d'un enfant mort dans la Shoah. Rien n'est plus intime que le nom et le prénom d'une personne. Rien n'est plus émouvant pour un enfant que l'histoire d'un enfant de son âge, qui avait les mêmes jeux, les mêmes joies et les mêmes espérances que lui ».

 

A la suite de quoi un correspondant s’était livré à quelques recherches, notamment à partir de la base de données de Yad Vashem. En préambule à ses recherches, mon correspondant indiquait d’ailleurs: « Le comptage des morts n’est certes pas une activité très attrayante mais l’exploitation des morts est abjecte. » J’ai publié ses quelques éléments de recherche pour ce qu’ils étaient : des éléments de recherches, intéressants mais qui auraient demandé une étude très fouillée et approfondie. Qui reste à faire.

 

Affirmer aujourd’hui que « je m’amuse » à mes moments perdus à compter les enfants déportés est aussi ignoble que grotesque. Comme dirait si bien « Meurice »: « C’est sidérant, c’est révoltant, et c’est infect. » Mais bien dans l’esprit, si je puis dire, d’un site qui semble de plus en plus préférer l’insulte la plus grossière à la réflexion.

 

 

 

* Un correspondant m'informe que cet article figure également sur http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-alliance-de-la-carpe-zemmour-et-72306

Là, le dénommé "Meurice" est devenu "Morice", mais toujours aussi courageusement anonyme. Encore un enragé du porte-plume qui ne sait que baver en se planquant ... 

30/03/2010

FAUT-IL VRAIMENT S'EN ETONNER?

Il y a comme ça des rencontres d’informations qui devraient faire réfléchir. Ce matin, je trouve ces deux infos sur Guysen exactement l’une en-dessous de l’autre. Les voici dans l’ordre :

 

« Lundi 29 mars 2010 à 17 :32

D’anciens déportés demandent des indemnisations à la Deutsche Bahn

D’anciens déportés de la Seconde Guerre mondiale ont demandé des indemnisations à la compagnie de chemin de fer allemande Deutsche Bahn, qu’ils considèrent comme l’héritière de la Reichsbahn de l’époque des nazis, dans une déclaration reçue ce lundi. »

 

« Lundi 29 mars 2010 à 17 :29

Un Israélien sur deux estime que la réputation internationale du pays est très mauvaise

Selon un sondage, suite à la crise des relations israélo-américaines, presque un Israélien sur deux (48%) estime que la réputation internationale du pays est mauvaise. Le sondage note également une inquiétude grandissante sur l'avenir des relations entre les deux pays. »

 

 

Je me demande si les responsables communautaires et autres élites qui téléguident les demandes incessantes dans le genre de celle mentionnée plus haut se rendent compte de l’effet désastreux qu’elles finissent par engendrer, effet qui se répercute en bout de chaîne sur l’Etat d’Israël car il y a forcément amalgame dans l’esprit des gens. Amalgame qui ne peut être que renforcé par le soutien frénétique de la majorité de l’intelligentsia juive de la diaspora à l’Etat hébreu.

Bon, je sais bien qu’Israël y met du sien de toute façon et que bien des raisons politiques et militaires expliquent en priorité cette exécrable réputation aujourd’hui avérée.

Un fait d’autant plus regrettable que pendant un temps assez long, Israël fut soutenu et admiré par les peuples occidentaux.

 

Tout s’est irrémédiablement dégradé en raison principalement d’un conflit qui s’éternise et des mauvais traitements infligés aux Palestiniens. Mais aussi en raison de ces récriminations incessantes, de ces requêtes la plupart du temps parfaitement abusives, de cette culpabilité des Européens maladivement entretenue. Qui créent de toutes pièces ce climat d’ « antisémitisme » qui est en fait de l’exaspération de moins en moins camouflée.

Les élites juives seraient bien inspirées d’intégrer ces paramètres dans leurs savantes cogitations, au lieu d’accuser toujours et éternellement les autres.

 

 

Source : http://www.guysen.com/news_D-anciens-deportes-demandent-des-indemnisations-a-la-Deutsche-Bahn_269343.html

http://www.guysen.com/news_Un-Israelien-sur-deux-estime-que-la-reputation-internationale-du-pays-est-tres-m_269342.html