Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2010

BRAVO LES SUISSES !

Le World Economic Forum, ou Forum de Davos, vient de rendre public son rapport 2010/2011 sur la compétitivité mondiale et il n’est pas inintéressant de se pencher sur les résultats. Allez savoir pourquoi, on n’en a pas énormément entendu parler dans notre pays. Evidemment, s’il avait été premier de la classe …. on aurait entendu jusqu’au fond du cosmos les cocoricos. Seulement voilà, le premier de la classe, c’est … la Suisse ! Horreur et funérailles ! Ces xénophobes, islamophobes, minaréphobes !! Il n’y a pas de justice en ce bas monde.

 

Eh oui, c’est bien la Suisse qui ouvre le bal. Il faut dire que jusqu’à ces dernières années, les USA trônaient au sommet du classement et personne n’aurait seulement songé à les en déloger. Mais l’année dernière, coup de théâtre, voilà qu’ils passent au 2e rang, derrière la Suisse, déjà. Cette année, c’est pire encore: les States, décidément en petite forme, se retrouvent au 4e rang, derrière, outre la Suisse, la Suède et Singapour. Cette rétrogradation est plus éclairante que bien des discours.

 

Bon, continuons notre tour d’horizon. Je vous sens trépigner, mais il faudra vous armer de patience. Viennent ensuite l’Allemagne, le Japon, la Finlande, les Pays-Bas, le Danemark et le Canada. Voilà pour les 10 premiers.

 

Nous avons ensuite Hong Kong, le Royaume-Uni, Taïwan, la Norvège et enfin …. la France. Ouf, elle arrive quand même au 15e rang. Israël est 24e.

 

139 pays sont concernés par ce classement. La Tunisie fait un bond sensible depuis l’an passé et occupe une bonne 32e place, qui la situe loin devant tous les autres pays d’Afrique et du Maghreb, puisque le second derrière elle pour cette zone est l’Afrique du Sud, 54e. Elle est même loin devant certains pays de l’Union Européenne, comme l’Espagne (42e), le Portugal (46e), l’Italie (48e), sans parler de la Grèce qui se traîne au 83e rang.

 

Le classement est fondé sur 12 paramètres principaux: institutions, infrastructure, environnement macroéconomique, santé et éducation de base, éducation supérieure et formation, efficacité du marché des biens, efficacité du marché du travail, développement du marché financier, développement technologique, taille du marché, sophistication des activités commerciales et innovation.

 

Bien évidemment, certains grincheux, au premier rang desquels des Français, ce qui ne vous étonnera pas, relativisent ce hit-parade. Certes, certes. Il n’en demeure pas moins un indicateur intéressant. A mettre en parallèle avec l’indice de développement humain des Nations Unies  (http://fr.wikipedia.org/wiki/Classement_IDH_des_pays ).

 

Les Suisses ont droit à toute notre admiration. Bravo les Suisses ! Surtout, un bon conseil : n’intégrez jamais l’Union Européenne !!! Ce n’est nullement obligatoire pour bien s’en sortir. Au contraire.

 

Source : http://www.weforum.org/en/initiatives/gcp/Global%20Compet...

14/09/2010

COMMENT CA MARCHE

Il est facile de retrouver sur internet la liste de tous les attentats islamistes commis ces trente dernières années dans le monde. Ils remplissent un nombre respectable de pages. Parmi les plus dévastateurs, citons les 224 victimes des ambassades américaines de Nairobi et Dar es Salam en août 1998, les 200 morts de Bali en octobre 2002, les 200 morts également à Madrid en mars 2004, les 50 victimes des attentats de Londres en juillet 2005, etc, etc. La liste pourrait continuer encore longtemps. Sans même parler de ceux de Paris dans les années 1980, notamment les 8 morts de l’aéroport d’Orly le 15 juillet 1983. Puis ceux de 1985/86.

 

Ces attentats font la « une » pendant quelques jours et passent vite ensuite par les pertes et profits de notre époque troublée. Et la vie continue …

 

Mais au CRIF, on n’oublie jamais rien. Et on se souvient toujours de tout. Et on en parle. Et on le fait savoir. Car sinon, à quoi servirait le CRIF ? Il est la caisse de résonance de tous les événements fâcheux qui sont illico versés au pot commun marqué « antisémitisme », ce qui les frappe aussitôt d’une singularité aussi incontournable que nécessaire.

 

En vertu de ce principe vital pour le maintien de cette singularité, qui est source d’influence, le CRIF annonce la tenue d’un colloque international pour les … 30 ans de l’attentat de la rue Copernic à Paris, perpétré le 3 octobre 1980. Il est intéressant de noter qu’une simple cérémonie avait marqué le 10e anniversaire, et rien du tout le 20e. Mais tout à coup, allez savoir pourquoi, il devient très important de marquer le 30e anniversaire. Rappelons aussi que l’ « extrême-droite » avait été clairement accusée à l’époque. C’était la belle époque où ça marchait à tous les coups.

 

En réalité, ce « colloque international » va se tenir sur une seule après-midi et il se terminera par une commémoration à 18h38, heure de l’attentat, qui sera marquée par une minute de silence. A laquelle participera le premier ministre, François Fillon.

 

« 3 octobre 2010 : Colloque international et commémoration de l’attentat de la rue Copernic «30 ans. L’attentat de Copernic. Se souvenir. Comprendre. Juger»

 

Le 3 octobre 2010 marquera le 30ème anniversaire de l'attentat de la synagogue de la rue Copernic à Paris, qui avait fait quatre morts et quarante-six blessés. A cette occasion, un colloque international est organisé à Paris sous l’égide du CRIF, pour rappeler la mémoire des victimes, comprendre les réseaux terroristes et la coopération internationale en matière judiciaire qui permet d’établir les responsabilités.

 

Depuis 1980, grâce à un travail long, minutieux et fructueux, l’enquête a progressé sur les faits. Les investigations ont identifié plus particulièrement  un homme d'origine libanaise, résidant au Canada, qui serait responsable de l’attentat. Son nom : Hassan Diab. En 2008, la France a remis au Canada une demande d'extradition du suspect. Le 8 novembre 2010, la demande d’extradition faite par la France devrait enfin être examinée à Ottawa.

 

De nombreux intervenants, dont le Juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière, le chercheur Jean-Yves Camus et l’ancien ministre du Canada Irwin Cotler reviendront, le 3 octobre 2010, sur 30 ans d’investigation pour comprendre l’attentat de Copernic: quelle était l’organisation terroriste derrière l’attentat? Quel travail de coopération internationale entre les polices et les justices dans la lutte contre le terrorisme? Comment fonctionne une procédure d’extradition d’un suspect? »

 

« Pétition :

http://www.ipetitions.com/petition/copernicsuspect/  

Pour que justice soit rendue aux victimes de l’attentat de la rue Copernic, pour que les terroristes ne trouvent jamais un refuge paisible au sein des démocraties, signons la pétition.

 

Sur Facebook :

http://www.facebook.com/#!/group.php?gid=96086450633  »

 

La pétition citée plus haut est davantage explicite. Elle nous dit clairement le pourquoi de cette commémoration :

 

« C’est le moment, pour les jeunes générations, juives ou non juives, d’avoir connaissance des faits, de les comprendre et de prendre conscience des drames humains qu’engendrent l’antisémitisme et le terrorisme.

 

En 2010, les jeunes doivent entendre par des témoignages, la violence de l’attentat de la rue Copernic. A travers elle, c’est la figure du nouvel antisémitisme exporté du Moyen Orient qui commençait à s’abattre et bien malheureusement continuera à s’abattre sur les juifs de France.

 

En 2010, les jeunes doivent savoir que les terroristes, qui tuèrent le 3 octobre 1980, Jean-Michel Barbé, Philippe Bouissou, Hilario Lopes-Fernandes et Aliza Shagrir, ne trouveront jamais un refuge paisible au sein des démocraties.

 

Pour que justice soit rendue aux victimes de l’attentat de la rue Copernic,  pour que leçon soit apprise par les jeunes générations, ...»

 

Etc, etc.

 

Au chapitre bien fourni des attentats non encore élucidés, un autre semble moins intéresser le CRIF (qui l’évoquera cependant brièvement pendant son colloque). Sans doute parce qu’il ne fournit pas matière à ressasser l’antisémitisme sévissant en France. Et pourtant, il s’agissait clairement d’un attentat anti juif qui visait la mutuelle juive AMIA à Buenos Aires et qui a fait 85 morts et 300 blessés en 1994.

 

« Selon l'enquête, quelque 300 kg d'explosifs dissimulés dans une voiture ont été utilisés. Les auteurs de cet attentat, le plus meurtrier qu'ait connu l'Argentine, n'ont jamais été retrouvés et aucune condamnation n'a jamais été prononcée.

La communauté juive argentine, la plus importante d'Amérique latine avec quelque 300'000 personnes, réclame chaque 18 juillet, à l'occasion de l'anniversaire de l'attentat de l'AMIA, que justice soit faite. »

 

 

 Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

10/09/2010

WOUAFF, WOUAFF….

C’est toujours au détour d’une phrase apparemment anodine que l’on apprend plein de choses. Tenez, par exemple, il paraît qu’il est très antisémite d’associer les juifs et l’argent. Alors, je dénonce Boursorama, qui raconte en toute innocence :

 

 

« Bilan de la journée boursière à Wall Street


Wall Street : gain limité dans un marché démobilisé.


(CercleFinance.com) - Wall Street termine cette journée de jeudi sur des scores étriqués et dans des volumes qui l'étaient plus encore, en l'absence des opérateurs qui fêtaient le nouvel an juif ce 9 septembre. »

Source : http://www.boursorama.com/international/detail_actu_inter...

 

Voilà en tout cas quelque chose que les juifs ont hélas gardé pour eux …. Ils ont préféré nous abandonner « le respect, le caractère sacré de la vie, etc, etc ». Comme je les comprends ! (Vous, vous ne comprenez pas, mais lisez l’article suivant, vous comprendrez aussi).

15:37 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

09/09/2010

CA TOMBE BIEN, ON DEBORDE DE FRIC

Alors, hein, 3 millions d’euros de plus ou de moins, qu’est-ce que ça fait pour des gens aussi riches que nous? Oui, 3 millions car la Banque Mondiale en allonge 2 autres. Ce qui nous donne les 5 indiqués dans le titre. Je n’ai rien contre les Palestiniens, mais franchement, ce n’est pas vraiment notre problème. A chacun ses priorités. Des  problèmes, justement, on en a bien d’autres dans ce pays. Et on ne manque pas non plus de déshérités bien de chez nous à aider en premier lieu. Au lieu d’aller verser l’argent du contribuable dans un puits sans fond. Et sans contrôle.

« La France appuie le secteur des ONG palestiniennes avec 5 millions d’euros

Une convention de financement d’un montant de 5 millions d’euros pour un programme d’appui aux ONG palestiniennes a été signée mardi 7 septembre au siège du NGO Development Center par Ghassan Kasabreh, directeur du NDC, Frédéric Desagneaux, Consul Général de France à Jérusalem et Hervé Conan, directeur de l’Agence française de développement à Jérusalem.

Ce programme vise à appuyer l’action des ONG palestiniennes selon plusieurs objectifs complémentaires : (i) renforcement de leur structuration et de leurs capacités ; (ii) articulation de leurs interventions avec l’action des autorités publiques ; (iii) mise en place d’un mécanisme de financement pérenne assurant l’harmonisation de l’aide des bailleurs.

Ce programme, qui est aussi financé par la Banque Mondiale (à hauteur de 2 millions de dollars) et qui s’appuie sur des procédures harmonisées, représente un effort important de coordination. Un Memorandum of Understanding a été signé en juillet dernier entre NDC, la Banque Mondiale et l’Agence française de développement définissant une vision commune pour le soutien aux ONG en Palestine. Il est attendu que d’autres bailleurs rejoignent la démarche engagée.

Le programme se déroulera sur 3 ans et demi. La majorité du financement sera allouée au financement de projets portés par des ONG locales sélectionnées suite à des appels à proposition et selon des critères précis. Ceux-ci devront cibler en priorité les zones les plus difficiles d’accès où les besoins sont les moins couverts (40% à Gaza, 20% à Jérusalem-Est et 40% dans les zones marginalisées en Cisjordanie).

Dans le contexte très spécifique des Territoires Palestiniens, les ONG jouent un rôle fondamental en tant que pourvoyeuses de services essentiels aux populations, notamment dans les secteurs de l’agriculture, de la petite enfance, de la jeunesse, de l’animation communautaire et de la santé, en particulier dans les zones les plus marginalisées. Depuis 2002, l’Agence française de développement a alloué un total de 11 millions d’euros pour soutenir le secteur des ONG en Palestine. »

Source : http://www.consulfrance-jerusalem.org/france_jerusalem/sp...

 

Pour finir sur une note un peu plus gaie, je vous conseille:

http://www.lorgane.com/MARTINE-AUBRY-ACCUEILLE-UNE-FAMILLE-DE-ROMS_a980.html

08/09/2010

Le ministre « tient à rappeler que cette suspension n’est pas une sanction »

Nous n’en avions jamais douté. Dans l’affaire de l’enseignante suspendue pour avoir quelque peu abusé de la shoah, vous ne serez pas étonnés d’apprendre que le porte-parole du gouvernement, par ailleurs ministre de l’Education nationale, Luc Chatel, avant même que le fond de l’affaire ne soit jugé, s’est empressé de désavouer les inspecteurs de l’IGEN ainsi que le recteur de l’académie de Nancy-Metz. En voilà un qui ne risque pas d’avoir de l’avancement prochainement …

 

"Luc Chatel: ‘Maladresse inacceptable’ de passages du rapport sur l'enseignante suspendue à Nancy

 

PARIS (AFP)---Le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, "a trouvé particulièrement inappropriés certains passages" du pré-rapport de l'Inspection générale de l'Education nationale (Igen) sur l'enseignante de Nancy suspendue "qui relèvent d'une maladresse inacceptable".   

 

Catherine Pederzoli, 58 ans, de confession juive, a été suspendue quatre mois par le recteur de l'académie de Nancy-Metz après un rapport lui reprochant notamment de privilégier le terme "Shoah" à celui plus neutre de "génocide" et d'avoir consacré trop de temps à l'organisation de visites à d'anciens camps de concentration.   

 

Le tribunal administratif de Nancy a rejeté jeudi après-midi "pour défaut d'urgence" le référé déposé par le professeur.   

Dans un communiqué publié jeudi soir par son ministère, M. Chatel souligne que la décision de suspension a été prise par le recteur de l'académie de Nancy-Metz sur la base d'un pré-rapport de l'Igen "à la suite de dysfonctionnements graves au sein de l'établissement".    

 

"En aucun cas", assure le ministre de l'Education également porte-parole du gouvernement, "cette décision n'a été prise sur le fondement de l'appartenance religieuse ou des convictions de l'enseignante".    

Le ministre "tient à rappeler que cette suspension, qui n'est pas une sanction, ne préjuge pas des suites qui seront données aux conclusions du rapport final de l'Igen" et a demandé que celui-ci lui soit remis "dans les dix jours et qu'il traite aussi de la situation de l'établissement".   

 

Pour autant, M. Chatel "a trouvé particulièrement inappropriés certains passages du pré-rapport de l'Igen, qui relèvent d'une maladresse inacceptable et qui ont pu prêter à des interprétations erronées".   

Il s'en est entretenu, ajoute le communiqué, avec le doyen de l'Igen et lui a demandé "d'être particulièrement vigilant à l'avenir, conformément à la tradition d'objectivité, de laïcité et de respect qui est celle de l'inspection générale de l'Éducation nationale".
   

Enfin, le ministre rappelle que "l'histoire de la Shoah est enseignée à tous les niveaux et à tous les élèves, à l'école, au collège et au lycée. Les déplacements sur les lieux de la Shoah, tels ceux organisés par le lycée Loritz, font partie du projet pédagogique de nombreux établissements sur l'ensemble du territoire et sont soutenus par le ministère de l'Éducation nationale et l'ensemble des acteurs de la communauté éducative".
 

On a appris par ailleurs que la requête en référé de l'enseignante a été rejetée par le tribunal administratif de Nancy, pour "défaut d'urgence", a-t-on appris jeudi de son avocate.   

"Comme elle reçoit toujours son traitement durant sa suspension, le tribunal a estimé qu'il n'y avait pas d'urgence, mais le fond n'a pas été abordé par les juges : il le sera ultérieurement", a indiqué à l'AFP Me Christine Tadic, l'avocate de l'enseignante."
  

07/09/2010

VRAIS ET FAUX RESISTANTS

r_v09n61_i.jpgLe numéro actuel de la revue Résistance présente en couverture un dossier sur Les Nationaux-Sionistes, qualifiés d’ « Idiots utiles du lobby immigrationniste » (avec hélas une belle fôte d’orthographe sur ce dernier mot, et en pleine couverture).

 

Ce numéro n’est pas inintéressant car oui, une frange non négligeable de l’ « extrême-droite » est actuellement sensible aux sirènes sionistes, caressant sans doute ainsi le fantasme de parvenir à sortir de son ghetto. Nous avons déjà parlé récemment de cette dérive, notamment à propos d’un article de Pierre Vial (archives du blog en date du 6 juillet 2010).

 

Ceci dit, afin que l’on sache où on met les pieds, il n’est pas inintéressant non plus de préciser que le directeur de la revue Résistance – Le mensuel des Résistants au Nouvel Ordre Mondial, ainsi se définit-il - s’appelle Christian Bouchet, qui parle de lui en ces termes: « Si je suis amené à me définir je fais référence au nationalisme révolutionnaire, au courant rouge-brun, au national-bolchévisme. »

 

Ce qui est son droit le plus absolu. Ce national-bolchevik, après un parcours complexe, a finalement rejoint le Front National et est actuellement considéré comme un proche de Marine Le Pen. Il n’est pas inutile de le savoir avant d’entreprendre la lecture du dossier.

 

Dossier dans lequel il a cependant omis – sans doute un simple oubli – de rappeler que fifille a cru bon d’adhérer au groupe d’étude France-Israël du Parlement Européen et a déclaré souhaiter ardemment se rendre en Israël. Elle a également multiplié les ouvertures gracieuses en direction de la « communauté », suscitant ainsi l’intérêt des « idiots utiles » identitaires qui affirmaient alors:

“Depuis quelques semaines, on voit comme une évolution du discours de Marine Le Pen sur l’islam, l’immigration clandestine. On se sent beaucoup plus proche d’elle que d’un Bruno Gollnisch“, affirme Fabrice Robert,  président du Bloc identitaire. “Je pense qu’elle est en train de faire évoluer sa ligne. On analyse avec intérêt ce qu’elle propose, on ne veut pas insulter l’avenir. Il est possible que dans quelques mois, quelques années, on puisse travailler ensemble”. Un regroupement de tous les idiots utiles au système serait-il en vue ?

 

Je suis citée à deux reprises dans ce dossier, avec des inexactitudes que je vais relever ici, car j’aime la précision et l’exactitude.

 

J’ai effectivement fait paraître sur mon blog, le 7 juillet 2007, le texte reproduit dans le dossier. Ce qui est faux et pourrait induire en erreur, c’est la conclusion : « Dès lors la prose d’Anne Kling s’est éclipsée un temps, la consigne de Robert levée, les cicatrices se sont refermées de part et d’autre et tout semble être rentré dans l’ordre, si l’on peut dire ».

 

Cette formulation alambiquée laisse entendre que j’aurais des sympathies à l’égard des identitaires, ce qui est justement le contraire de la vérité. J’en ai eu, au début, c’est vrai, mais mes yeux se sont dessillés depuis belle lurette et depuis plusieurs années en tout cas. Je condamne totalement leur dérive « sioniste » et partage entièrement l’avis de Pierre Vial sur la question.

 

Second point, un peu plus loin on parle de « Gilles-William Goldnadel, avocat d’extrême-droite sioniste, conseil d’Anne Kling et président de l’association France-Israël. »

« Conseil d’Anne Kling » ! Du grand n’importe quoi. Pour la xième fois, je vais répéter en quelles circonstances Goldnadel m’a effectivement défendue. C’était en 2001, j’étais renvoyée en correctionnelle par la LICRA en raison d’un tract distribué sous les auspices d’une association appelée « Droit à la sécurité », tract qui établissait un rapport entre délinquance des « jeunes » et immigration. Le président de cette association était justement Goldnadel, il avait vu le texte au préalable, la moindre des choses était qu’il me défende ensuite puisque ce tract et son association étaient à l’origine de la procédure. C’était, je le rappelle, en 2001, nous étions dans un contexte d’élections municipales et il y avait bien des choses que je n’avais pas encore comprises à ce moment-là. Et dont j’ai pris conscience par la suite. Voilà pour « le conseil d’Anne Kling ».

 

Le dossier pointe également les « résultats très médiocres » enregistrés aux municipales de 2008 par « toutes les listes plus ou moins dissidentes du FN ». Bon, c’est vrai, à Strasbourg nous avons fait 2,17%. Et le FN, 2,84%. Pas vraiment de quoi pavoiser.

 

 

05/09/2010

« Soixante-cinq ans après, Madeleine revient dans la famille »

« Déportée avec sa sœur Janine, Madeleine Blum est décédée du typhus à Therezienstadt, le 15 mai 1945. Un an après avoir fait apposer une plaque à Rodez, où elles avaient été arrêtées, Janine a retrouvé, fortuitement, la tombe de Mado en République tchèque.

 

À Rodez, le 23 avril 2009, Janine Blum pensait avoir « bouclé la boucle ». Du moins estimait-elle avoir commencé le travail de deuil de sa sœur Madeleine, décédée le 15 mai 1945 du typhus à Therezienstadt, aujourd’hui Terezin, en République tchèque. Les deux sœurs, collégiennes, avaient été arrêtées dans l’Aveyron où elles étaient réfugiées avec leur famille belfortaine. Dénoncées comme juives, elles avaient commencé, le 23 avril 1944, un long chemin vers l’enfer, d’abord Auschwitz, puis Ragun, et enfin Therezienstadt que les Allemands avaient érigé comme « camp modèle », parce que la Croix Rouge venait y visiter les prisonniers… C’est pourtant là que Mado a rendu son dernier souffle, à l’âge de 16 ans, victime du typhus, et Janine croyait bien ne plus jamais pouvoir trouver de traces de sa chère sœur disparue. « Rodez était le dernier endroit où elle avait été localisée », explique Didier Blum, un des fils de Janine. Et Madeleine n’était plus qu’une étoile filante, un nom sur un registre, une dernière photo et un acte de naissance.

 

Le nom, le prénom et la date du décès 

 

C’était sans compter sur la magie d’Internet : « Au cours d’un échange avec des amis allemands qui font de la généalogie, mon frère a pris contact avec les Archives de Therezienstadt », raconte Didier Blum. Il a fallu presque deux temps et trois mouvements pour qu’il reçoive la photographie d’une tombe prise au cimetière national de Terezin, qui compte un grand carré de victimes juives du nazisme, « un énorme cimetière très bien entretenu où sur chaque tombe, bien alignée, pousse un petit arbre ». Sur la stèle, les nom, prénom et date de décès de Mado. Sans incertitudes, malgré deux « a » dans Madeleine et deux jours de décalage pour la date de décès. La date a été modifiée, pas le prénom.

 

Le 15 mai 2010, soixante-cinq ans tout justes après le départ de Mado, Janine a entrepris ce long voyage, avec son époux Georges, pour retrouver Mado. « Enfin, elle a son nom quelque part, une trace de son passage. Combien de gens ne savent pas où sont allés leurs parents ? » remarque Didier, encore ému. Pour Janine, ce voyage fut chargé de symboles : « J’étais déjà allée sur place il y a une dizaine d’années, mais je ne l’avais pas trouvée. Pourtant, j’avais parcouru tout le cimetière, raconte-t-elle doucement. J’ai aussi retrouvé la maison où nous avons logé quand nous avons été déportées mais Terezin est redevenu une ville aujourd’hui, je n’ai pas pu y entrer ». Seul regret : « Que mes parents n’aient jamais connu l’existence de cette tombe » mais une plaque, sur leur sépulture, rappelle la mémoire de Mado. Qui ne sera pas rapatriée à Belfort : « Elle est très bien là-bas, au milieu de ceux qui ont souffert ».

 

Le 23 avril 2009, « on pensait que la plaque de Rodez était le dernier geste qu’on pouvait faire pour elle ». Dans le judaïsme, le symbole est très fort : « Quand quelqu’un décède, explique Didier, o n attend un an avant de poser la pierre tombale ». En un an, Janine a bouclé la boucle : Mado a laissé sa trace sur terre, pour l’éternité ».

 

« Article publié vendredi 3 septembre 2010, dans le journal L’Alsace. »

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

 

 

« Commencer le travail de deuil de sa sœur Madeleine » …. 64 ans après le décès ? N’est-ce pas légèrement tardif ? Ce n’est pas vraiment à nous d’en juger, mais nous avons au moins le droit de nous en étonner puisque la chose est rendue publique au lieu de se cantonner à la sphère privée, d’où elle n’aurait pas dû sortir.

Comme nous avons le droit de nous étonner de la plaque officiellement apposée à Rodez en 2009, soit également 64 ans après les faits. Pourquoi cette plaque? Pourquoi si tard ? Ne serait-ce pas afin de rappeler une fois de plus aux Français à quel point ils sont coupables, aujourd’hui et pour l’éternité ? Et combien inexpiable est leur dette à l’égard d’une communauté à ce point meurtrie ?

 

Je m’en voudrais de sombrer dans la « trivialisation* » qui nous menace furieusement, paraît-il, mais enfin ne faudrait-il pas rappeler de temps à autre au CRIF qu’outre les victimes juives, que nous ne pouvons que déplorer, il y eut près de 43 millions de civils morts dans les combats, déportations, exodes, massacres et bombardements divers durant la seconde guerre mondiale ? Dont ceux d’Hiroshima et de Nagasaki. Et dont un nombre appréciable de Français. Imaginons que tous les parents encore vivants et descendants de ces victimes, et associations diverses les représentant, réclament sans cesse depuis lors un traitement particulier eu égard aux horreurs subies … la vie serait proprement infernale.

 

 

* Définition de la « trivialisation » telle que donnée par le CRIF : « révisionnisme rampant visant à minimiser les assassinats au cours de la Shoah, donnant la main à un confusionnisme idéologique qui vise à égaliser des situations qui n’ont rien à voir les unes avec les autres. »

 

Le révisionnisme rampant qui donne la main au confusionnisme idéologique : j’ai des frissons en voyant s’avancer ce couple infernal. Au risque d’ajouter à ma confusion idéologique, je serais tentée d’adjoindre au couple maudit un petit élément supplémentaire de réflexion qui a toute sa place à ses côtés, mais dont il n’est curieusement jamais question : la lourde responsabilité des éléments juifs dans la révolution bolchevique partout en Europe – y compris en Allemagne - et son cortège d’horreurs, créant une situation qui pèsera lourdement dans le conflit mondial.

10:07 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3)

26/08/2010

ET LA FRANCE DANS TOUT CA ?

Les couteaux commencent à s’aiguiser pour la prochaine présidentielle et la désinformation bat déjà son plein. Se retrouver avec DSK à la place de Sarkozy, vous parlez d’un changement ! Le seul qui oserait se démarquer du philosionisme militant apparemment obligatoire pour qui veut grimper au sommet de l’Etat (pour y faire quoi, une fois arrivé là ? question totalement secondaire) ce serait Villepin. C’est pourquoi la presse-Pravda du système lui tombe sur le paletot avec un bel ensemble. Et ce n’est qu’un début.

Vous lirez ci-après un article paru dans Le Point, présenté par le site JSSNews, que nous connaissons bien pour son approche particulièrement sérieuse et mesurée dès qu’il s’agit d’Israël.

Notez bien que je me contrefiche de Villepin. Il est dans le système et moi pas. Seulement, il présente une certaine originalité, rafraîchissante pourrait-on dire. Et je suis curieuse de voir comment il exécutera le grand écart obligatoire entre les musulmans à satisfaire et les électeurs « de droite » qu’il faudra séduire dans le même temps.

Vous apprécierez la qualité des cautions qui ont été appelées à la rescousse dans l’article du Point : Frank Melloul, Francis Szpiner, Elie Barnavi, Richard Prasquier, Alain Finkielkraut. Tous ces gens-là seraient horrifiés de voir Villepin accéder au sommet de l’Etat et ils feront tout pour le déboulonner. De quoi le rendre tout de suite un peu plus sympathique.

En tout cas une chose m’a frappée : juifs ou musulmans, tous n'ont l’air de ne juger des choses et des gens qu’en fonction de leur conflit perso. L’intérêt général du pays? Totalement évacué. Hors sujet.

Autre chose : on ne se gêne pas ci-après pour parler de « racaille ». En oubliant totalement que cette « racaille » n’est pas vraiment venue toute seule. Certains (mais qui donc ?) lui ont ouvert toutes grandes les portes. Qui font mine de l’oublier aujourd’hui.

« Dominique de Villepin, nommé ambassadeur de la racaille »

« Anna Cabana, journaliste au Point, vient de publier un article criant de vérité sur celui que JSSNews à déjà dénoncé pour des faits similaires. Dans l’article mis en ligne ce jour, la journaliste explique comment Dominique de Villepin se fait ambassadeur de la Palestine en France pour devenir Calife à la place du Président. Dans son enquête, Anna Cabana ne manque pas de rappeler que ceux qui applaudissent Guignol, sont aussi ceux qui baissent la tête quand ce dernier, dans un exercice d’équilibriste, tente de rappeler la mémoire de Dreyfus. Elle souligne également que ce sont ces même personnes qui qualifient “Sarkozy aux juifs et à l’argent”. Clichés ? Pas pour Dominique de Villepin visiblement qui à décidé que son cheval de bataille en politique extérieur serait le soutien inconditionnel à la cause de l’anti-sionisme.

L’article du Point : Comment Villepin enflamme les cités

“Que ne faut-il dire ou laisser dire pour se faire applaudir au Val-Fourré ? “ Quand le villepiniste Hervé Mariton a posé cette question importune, lors de la petite réunion conduite par Dominique de Villepin en présence des quelques parlementaires proches de lui, ça a jeté un froid. Nul n’a répondu au député de la Drôme. Blanc. Malaise.” La posture de Dominique est une des raisons de ma prise de distance avec lui “, expose Mariton, qui a boudé le lancement de République solidaire, le 19 juin. L’élu a toutefois relevé que Villepin avait pris soin, dans son discours, d’évoquer Dreyfus.” Le problème, pour ce type de référence comme pour sa tribune dans Le Monde [NDLR : daté du 5 juin],c’est que, désormais, on se demande s’il ne fait pas ça uniquement afin de rééquilibrer les choses… ”

Les choses ? Les mots, plutôt. Ceux qu’il a prononcés, à la suite de l’arraisonnement de la flottille en route vers Gaza, le 31 mai, sur le plateau de ” Mots croisés ” (France 2), quand, après avoir vertement condamné” la politique de force menée par Israël sans rapport avec la défense de sa sécurité “, il a fini par invoquer la mémoire de ” notre ami Mahmoud Darwich “, cet antisioniste de renom, et par déclamer un vers du poète : ” “Sur la corde à linge, il y a les mouchoirs du sang trop versé. ” Ce sang-là, a grondé Villepin,il continue de goutter dans les coeurs de tous les Palestiniens. Ecoutons Mahmoud Darwich ! “ Une exhortation grandiloquente qui a de facto promu l’ancien Premier ministre ambassadeur émotionnel de la Palestine.

Les mots, ce sont aussi ceux qu’il n’a pas prononcés, le lendemain, à Mantes-la-Jolie, quand le recteur de la grande mosquée, Ali Berka, non content de l’avoir congratulé -” Hier, mes amis et moi étions heureux de vous entendre. Vous avez si bien cité Darwich ! “-, a déclaré que ” jamais un gouvernement n’a été aussi pro- israélien que celui de Nicolas Sarkozy “. Silence radieux de Villepin. Quelques heures plus tard, au micro de Lahbib Eddaouidi, sur la radio LFM, il ne s’évertuera pas davantage à apaiser les esprits.” C’est Israël qui agresse, qui assassine des populations civiles”, accuse l’intervieweur. L’ancien Premier ministre ne dit pas non. Il ne dit pas stop. Le grand diplomate qu’il n’a jamais cessé d’être aurait pu glisser quelques mots pacificateurs : ” Je comprends votre émoi, mais vous y allez un peu fort. ” Non, il martèle : ” Israël bafoue les droits de la population palestinienne et le droit international. C’est inqualifiable, totalement injustifiable. “ Lahbib Eddaouidi n’en attendait pas tant. La première fois qu’il a eu l’heur de parler à Villepin, c’était le 31 mars, à l’occasion d’une rencontre avec des élus et des acteurs associatifs des quartiers, au Café de la place, dans le 18e arrondissement de Paris. Ce jour-là, le jeune homme était méfiant : ” Quand Sarkozy s’en est pris à la banlieue, vous, monsieur le Premier ministre, vous avez demandé à Azouz Begag de fermer sa gueule ! “ Aujourd’hui, le ton a changé.” Le type est intéressant “, reconnaît-il.” Pour moi, c’est le meilleur, le plus proche de chez nous “, loue en écho Abdellah Boudiaf, vice-président de l’association Alif à Elancourt (Yvelines).

Il est grisé, Villepin, par les youyous qui scandent ses virées dans les quartiers, par la ferveur de cette jeunesse en mal de leadership politique. C’est Ahmed qui, après avoir enlevé sa casquette pour lui serrer la main, proclame : ” Sarkozy aime les juifs, on a besoin de quelqu’un qui aime les musulmans, heureusement que Villepin est là ! “ ; c’est Malika, brunette aux yeux de Bambi, qui l’apostrophe : ” A l’Onu, vous avez dit niet ! Et maintenant à Israël ! Enfin un politicien qui condamne clairement l’Etat sioniste ! Bravo ! “ C’est le recteur Ali Berka, encore lui, qui s’enflamme : ” Quand un homme portera les valeurs qui nous paraissent manquer aujourd’hui, les musulmans sortiront de leur tanière. Pas seulement ceux qui sont ici, mais partout, tout autour, les organisations… “ Air entendu.” On se retrouvera ! “ promet-il à celui qui entend briguer la magistrature suprême. En plus du thé à la menthe offert par son hôte, Villepin boit du petit-lait : ” Merci de votre sagesse. “” Sagesse “. Etait-ce le mot idoine ?

” Politique du pire “.” Entre 2005 et 2007, Sarkozy était communautariste et Villepin non, affirme Mariton. Aujourd’hui, il devrait faire un peu attention. “ Ils sont quelques-uns, parmi ses proches, à l’avoir mis en garde.” Il faut contrôler ses effets “, lui a recommandé un ex-collaborateur dans une note circonstanciée. Frank Melloul, son ancien conseiller en communication, fidèle entre les fidèles, s’est démarqué, le 23 juin, sur les ondes de RCJ, la Radio de la communauté juive : ” Je ne peux que regretter la tonalité des propos tenus par Dominique de Villepin sur Gaza. J’aurais souhaité de sa part un peu plus de retenue, et je le lui ai dit. Je les regrette d’autant plus qu’il a été l’un de ceux, ces dernières années, qui ont le plus contribué au rapprochement franco-israélien. Quand on défend la cohésion nationale, on doit faire attention à ce genre de choses. “ Il n’est pas anodin que Melloul, l’un des meilleurs agents d’influence de Villepin auprès des journalistes, ait accepté l’offre du camp ennemi : une mission sur le développement de la France dans le monde que lui a confiée Xavier Bertrand, le secrétaire général de l’UMP.” Villepin joue la politique du pire sur le conflit au Moyen-Orient “, déplore de son côté l’avocat chiraquien Francis Szpiner. Même Elie Barnavi, l’ancien ambassadeur d’Israël en France, qui a noué avec Villepin des relations ” amicales “, s’étonne : ” Il fait un très mauvais calcul politique : ce n’est pas dans les banlieues que l’on bâtit une carrière d’homme d’Etat. “ Ce qu’un éminent conseiller de Sarkozy formule autrement : ” Villepin a des zones aveugles : vous ne pouvez pas être un candidat de la droite en couchant trop avec la racaille. “ Et Aziz Senni, entrepreneur au Val Fourré engagé au Nouveau Centre, de renchérir : ” Ça se saurait, s’ils votaient ! Pourquoi l’effet Dieudonné n’a rien donné dans les urnes ? Pourquoi Besancenot n’a pas réussi à capter ces voix-là alors qu’il avait un discours beaucoup plus juste encore que Villepin sur Israël ? “ Encore faudrait-il en convaincre Brigitte Girardin, la secrétaire générale de République solidaire.” Tu peux être élu par les banlieues ! “ répète-t-elle désormais à son grand homme.

” Dans les cités, on se mobilise pour lui car c’est le seul qui ne nous a pas stigmatisés “, certifie Azzedine Ouis, conseiller municipal à Corbeil-Essonnes et désormais chargé du réseau associatif de République solidaire.” J’ai regardé l’organigramme de son mouvement sur Internet et je n’ai pas vu de gens qui me ressemblent ! “ regrette pourtant Mohamed Chanaï, président d’une association dans le 9-5. A entendre cet homme qui fut candidat aux dernières municipales à Argenteuil sous les couleurs du Parti des musulmans de France, l’état-major de Villepin ne serait composé” que de Gaulois ! “ Il n’empêche, Chanaï est convaincu que le rival de Sarkozy ” va avoir beaucoup d’électeurs en banlieue, c’est acquis. Il a une vraie popularité auprès de ces jeunes qui ont oublié qu’en 2005 il a décrété un couvre-feu chez eux ! ”

Capuche.” Ils ” ont fait le déplacement le 19 juin, en tout cas. Et en masse. Vers 15 h 30, tandis que, sur la scène, l’ancienne secrétaire générale de Ni putes ni soumises, Bouchera Azzouz, animait le prélude au discours de Villepin, des dizaines et bientôt plusieurs centaines de jeunes gens à casquette et capuche accompagnés d’une poignée de femmes voilées ont jailli des rames de métro pour entrer en sautillant dans la halle Freyssinet avec, dans les mains, des banderoles faites maison – taillées dans des draps et taguées à la bombe.” Respect pour De Villepin ! ” (sic), pouvait-on y lire. Cette traînée d’exubérance s’est vite répandue dans la grande salle du 13e arrondissement de Paris, jusqu’à encercler les ” Gaulois ” à chemise Vichy qui, depuis 14 heures, avaient pris place sur les chaises. Une coexistence rare dans une réunion politique. Nordine, 20 ans, n’a jamais voté, mais là,” c’est différent “.” De Villepin est un Monsieur avec un grand M. Il représente bien le Français qui oeuvre pour la paix, pas comme Sarko, qui a choisi son camp : Israël et l’argent ! “ Il n’a pas applaudi quand l’ancien Premier ministre a rappelé” l’injustice faite à un petit capitaine de l’armée française parce qu’il était juif “, mais il a bondi de joie quand le même a pourfendu ” ce gouvernement qui instrumentalise la peur de l’islam. Je me suis déjà élevé contre cet engrenage de la peur qui a conduit à la guerre en Irak. C’est la même logique de la peur qui règne aujourd’hui au Proche-Orient “. Et de hurler son soutien, quelques minutes plus tard, tandis que Villepin tonnait : ” N’oublions pas, parmi les enfants de notre pays, les fils et petit-fils d’immigrés. On voudrait qu’ils renoncent à une partie d’eux-mêmes, comme expulsés de leur propre vie.

Les enfants de banlieues sont la cible de Villepin, son public.” S’il n’avait pas fait ce choix tactique, il n’aurait pas rempli la halle Freyssinet, estime l’un de ses amis. Mais ces gamins, il ne faut pas qu’il les excite ! “ Difficile pour Villepin de résister à la tentation de camper, sur ce terrain-là aussi, l’anti-Sarkozy… A fortiori depuis que le président de la République ne peut plus, sans heurts, mettre un pied en banlieue.” Villepin aiguise toutes ses différences avec Sarkozy, relève joliment Barnavi. S’inscrivant dans la filiation gaullienne, il est moins spontanément favorable à Israël que le chef de l’Etat, qui est à la fois philosémite et philosioniste. “ Quoique n’ayant pas oublié” le rôle de Villepin, quand il était à Matignon, dans l’amélioration des relations franco-israéliennes “, le président du CRIF, Richard Prasquier, est ulcéré, désormais : ” Villepin appartient à cette tradition française où le romantisme du discours s’accompagne d’une très classique fascination pour l’Orient et ses grandes étendues désertiques, mais aussi d’une bonne dose de cynisme : il y a plus à gagner avec les musulmans qu’avec les juifs. “ Une ” conduite politique en état d’ivresse “- l’expression est d’Alain Madelin — qui alarme un autre Alain, philosophe, celui-là : Finkielkraut (voir interview).

Contacté par Le Point, le principal intéressé n’a, lui, pas souhaité commenter. A l’Elysée, les vigies du sarkozysme guettent l’” immanquable dérapage de ce Lawrence d’Arabie sans turban. Il n’est pas assez rompu à la politique pour savoir éviter d’être instrumentalisé “. Au printemps, peu avant le grand meeting inaugural, ses proches avaient pris des contacts en vue d’organiser à Argenteuil une réunion avec Tariq Ramadan autour de ce thème : ” Etre musulman en République “. Le théologien décrié avait donné son accord, ne restait plus qu’à fixer la date. Villepin a renoncé. Le début d’une prise de conscience ? »

Source : http://jssnews.com/2010/08/23/dominique-de-villepin-nomme...