Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2010

LIBERTE DE REUNION …

Nous savons tous que la France est le beau pays des droits et des libertés : celle de penser ce que l’on veut, de se réunir comme on le souhaite, etc, etc. Pas comme la Corée ou l’Iran, il paraît. N’empêche que, très bizarrement, dans cette démocratie modèle qui fait la leçon aux autres, certains ont le droit de faire de la pub pour leurs réunions et d’autres sont obligés de se camoufler comme de dangereux criminels. Alors qu’ils n’ont pourtant commis à ce jour que des livres ou de la musique. Les hasards du calendrier les réunissent dans la même lettre du CRIF qui nous informe de l’un et de l’autre en ces termes:

 

1) Les maudits, carrément rangés sous la rubrique « néonazis ». Heureusement que le Courrier picard était là pour faire son boulot de mouchard :

 

« Mystérieuse réunion extrémiste en Picardie

 

Une conférence de l’écrivain nationaliste Hervé Ryssen, et un concert de trois groupes étiquetés "music white power", tel est le programme proposé par un flyer mystérieux, qui circule actuellement sur Internet. Repérée par le Courrier picard, cette annonce précise que l’évènement extrémiste se tiendra "en région picarde", dans un lieu encore tenu secret.

 

Relayé par des sites d’extrême-droite, le fameux flyer oriente vers une carte, qui pointe vers le hameau de Framicourt, dans la Somme. Contacté par le Courrier picard, ce lieu-dit appartenant à la commune de Fontaine-sous-Montdidier ne se prépare en aucun cas à recevoir l’évènement. A moins que le lieu n’ait été indiqué au hasard par les organisateurs, pour brouiller les pistes.

 

Contactés par Europe1.fr, à l’adresse email indiqué sur le flyer, ceux-ci n’ont pas répondu aux questions. On sait juste que les participants paieront leur entrée 15 euros, et seront avertis du lieu de rassemblement à la dernière minute...»

 

 

2) … et les vertueux, y compris les écrivains qui savent de quel côté leur tartine est beurrée :

 

« Conférence Connec’Sion avec Gilles-William Goldnadel et Yann Moix

 

Au moment où le Gang des Barbares est rejugé sans son chef Fofana, où la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) prend son essor, Connec’Sion, association des professionnels Hi-Tech juifs de France, à le plaisir de vous inviter à une conférence de Gilles-William Goldnadel et Yann Moix sur le thème : La délégitimation de l'Etat d'Israël : une balle dans le pied des démocraties. L'un et l'autre démontrent constamment leur engagement dans la lutte contre la désinformation et contre le boycott d'Israël qu'un Tribunal vient encore de déclarer illégal. »

 

Jeudi 25 novembre 2010 à 19h45

Mairie du 16ème

(Salle des Mariages) 71 Avenue Henri Martin, 75016 Paris

Réservation impérative (nombre de places limité) : president@connec-sion.com

 

 

Sources :

http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=22358&artyd=1

http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=22371&artyd=5

 

16:32 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

09/11/2010

GENTILS CANADA ET ISRAEL, MECHANT ONU

Le 12 octobre dernier, le Canada se faisait recaler au Conseil de sécurité de l’ONU, au profit du Portugal. Les raisons de cet échec sont variées, comme on pourra le lire plus bas sous la plume de journalistes canadiens. Israël constituerait effectivement l’une de ces causes, mais peut-être pas tout à fait pour la raison vertueuse énoncée ci-après. Car hier, le premier ministre canadien a versé une très grosse louche de pommade sur les plaies béantes de l’Etat hébreu, si inexplicablement malmené : 

4c2c5235-5a78-4c6f-b5c9-2fe49ce05c49.jpg

« Le Premier ministre canadien Stephen Harper explique son échec à l'ONU par son appui à Israël

 

OTTAWA (AFP)---Le Premier ministre canadien Stephen Harper a dénoncé lundi l'antisémitisme qui "gagne du terrain dans les universités", et a affirmé "avoir payé le prix" de son soutien à Israël, dans une allusion à l'échec de son pays à l'élection au Conseil de sécurité de l'ONU.
 

Intervenant à Ottawa lors d'une conférence sur la lutte contre l'antisémitisme, M. Harper a estimé que ce dernier avait évolué: "S'il est en substance aussi brutal que jamais, ses méthodes sont aujourd'hui plus sophistiquées".
   

"En exploitant les idéologies antisémites, antiaméricaines et antioccidentales, il vise le peuple juif en désignant sa patrie, Israël, comme la source de l'injustice et des conflits mondiaux, et utilise pour ce faire et de manière perverse, le langage des droits de la personne", a dit M. Harper.  

 

"Comme tout autre pays, Israël peut, bien sûr, faire l'objet de critiques justes. Et comme tout pays libre, Israël peut lui-même se soumettre aux critiques que suscite un débat démocratique sain et nécessaire", a poursuivi le Premier ministre conservateur.  

Mais, "il est de notre devoir à nous tous de nous élever contre la diabolisation, les "deux poids deux mesures" et l'atteinte à sa légitimité dont il fait l'objet".    

M.Harper a dit le savoir "pour en avoir payé le prix".  

 

"Que ce soit à l'Organisation des Nations Unies, ou au sein de toute autre instance internationale, il est facile de suivre ces discours anti-israéliens, sous prétexte d'impartialité et en se targuant d'être un "courtier honnête".

Après tout, cela rapporte beaucoup plus de votes d'être anti-israélien que de prendre position", a-t-il relevé.  

 

"Mais, tant que je serai Premier ministre, que ce soit à l'ONU ou dans la Francophonie ou n'importe où ailleurs, le Canada prendra cette position, quel qu'en soit le coût", a conclu M. Harper.  

 

De l'avis général, le soutien inflexible du gouvernement d'Ottawa à Israël a coûté au Canada de nombreuses voix lors du vote du 12 octobre dernier, où il s'est fait battre par le Portugal dans la course à un siège de membre non-permanent du Conseil de sécurité. »

 

Le discours qu'a prononcé hier Harper en ouvrant cette conférence sur l'antisémitisme vaut le détour: http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

 

Voici ce qu’écrivait Radio Canada le 13 octobre 2010 à propos de cet échec :

« Le Canada ne siégera pas au Conseil de sécurité des Nations unies. Mardi, Ottawa a retiré sa candidature pour l'obtention d'un siège temporaire au Conseil de sécurité après avoir perdu les deux premiers tours de scrutin contre l'Allemagne et le Portugal. (…)

Il s'agit de sièges non permanents qui sont attribués tous les deux ans par un vote des pays membres de l'ONU.

L'Allemagne a remporté le premier siège de justesse en récoltant 128 votes contre 122 pour le Portugal et 114 pour le Canada, lors du premier tour pendant lequel chaque pays avait droit à deux choix.

Au second tour de vote, le Canada a obtenu 78 voix contre 113 pour le Portugal. (…)

C'est la première fois que le Canada subit un tel revers aux Nations unies lors des élections pour l'occupation des sièges non permanents au Conseil de sécurité de l'ONU.

En tout, cinq sièges non permanents devaient être pourvus mardi au Conseil de sécurité des Nations unies.

Les deux sièges que se disputaient l'Allemagne, le Canada et le Portugal étaient auparavant détenus par l'Autriche et la Turquie.

Les trois autres sièges non permanents à remplacer ont été attribués sans opposition. Ainsi, l'Inde a pris la place du Japon au Conseil pour la région de l'Asie, la Colombie a pris celle du Mexique pour l'Amérique latine et l'Afrique du Sud occupera le poste que détenait jusqu'ici l'Ouganda pour l'Afrique.

Des conditions moins enviables pour le Canada

Au cours d'un point de presse qui a suivi le vote, le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, a attribué la défaite du Canada à des déclarations du chef de l'opposition Michael Ignatieff, et a évoqué la possibilité que la politique étrangère du Canada ait été en cause.

Depuis 1948, le Canada a toujours décroché un siège non permanent au Conseil de sécurité à chacune de ses candidatures.

La dernière fois que le Canada a siégé du côté des non-permanents remonte à 1998 pour une période de deux ans. Le ministre fédéral des Affaires étrangères de l'époque, Lloyd Axworthy, parcourait alors le globe pour faire valoir sa politique de sécurité humaine. M. Axworthy avait de plus participé à un traité d'interdiction de mines antipersonnel et à un traité créant la Cour pénale internationale.

La position controversée adoptée par le Canada à Copenhague sur la lutte contre les changements climatiques en 2009 n'est pas étrangère non plus à la réserve que certains pays de l'ONU ont pu entretenir lors du vote.

Des États membres de l'ONU n'ont pas aimé non plus l'appui sans concession du Canada à Israël en 2006 lors de son attaque du Liban, ni sa politique d'alignement avec les États-Unis. »

Sources : http://fr.ejpress.org/article/38816

 http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:gpGomVUQ03kJ:www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/10/12/007-canada-onu-siege.shtml+canada+conseil+s%C3%A9curit%C3%A9+onu&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

 

 

08/11/2010

DIFFICILE DE NOUS PRENDRE PLUS DELICATEMENT POUR DES CONS !

22.jpgLorsqu’Alain Jakubowicz, présentement président de la LICRA après avoir appartenu aux instances dirigeantes du CRIF, s’épanche dans les médias-Pravda, voilà ce que ça donne :

 

 « Alain Jakubowicz : hélas, le racisme anti-blanc existe!

 « Le combat antiraciste doit s’adapter à l’évolution profonde qu’a connue notre société, qui est allée à rebours de notre rêve de la voir expurgée des discriminations, explique Alain Jakubowicz. Ce rêve nous a conduit à la cécité, on n’a pas voulu voir la montée du racisme intercommunautaire, entre arabes et noirs, entre arabes et asiatiques. Et je n’aurais jamais imaginé, il y a encore quelques années, que l’on puisse faire un jour le constat d’un racisme anti-blanc. C’est terrible. Certains estiment qu’il ne faut pas en parler sous prétexte que cela fait le jeu du Front national qui exploite, c’est vrai, cela de manière honteuse, mais en même temps il faut dire les choses car on a culpabilisé à outrance trop de nos concitoyens ».

Stupéfiant d’hypocrisie et de toupet, non ? Et il continue de plus belle, acceptant apparemment – puisque les juifs sont à présent dans le collimateur, car ce sont eux, évidemment, les victimes du « racisme anti-blanc » – ce qu’il refusait avec horreur lorsqu’il s’agissait seulement des autres… « blancs »:

 
« Cette réalité a conduit depuis plusieurs mois la LICRA à réfléchir à une nouvelle approche de la question. « Comment bien connaître ces réalités inquiétantes ? poursuit Alain Jakubowicz . Toute l’histoire de la Licra nous conduit à être opposés aux statistiques ethniques, mais il faut faire des choix entre les maux et les mots, c’est pourquoi je crois possible de passer par des sondages pour faire la part entre le sentiment communautaire, privé et culturel, qui a toujours été acceptable en France et le vrai communautarisme, que l’on ne doit pas accepter, qui commence quand la loi du groupe supplante la loi de la République. Je ne sous-estime pas le danger de ce genre de sondages, mais ils peuvent permettent de mesurer selon les milieux l’importance réelle des opinions inquiétantes ».
 

Source :  http://www.marianne2.fr/Alain-Jakubowicz-helas-le-racisme...

 

07/11/2010

LES OR(DURE)S DE LA REPUBLIQUE

Vous trouverez ci-après un texte vigoureux et pertinent de notre ami Jean-Luc Léopoldi (qui fut violemment pris à partie par l’amer Michel – voir blog du 19 septembre 2010), texte qu’il adresse à un certain nombre de médias du système.

 

Une pétition initiée par Paul-Eric Blanrue pour l’abrogation de la loi Gayssot circule en ce moment sur le net. Je sais bien qu’il y a du pour et du contre s’agissant des pétitions. Il n’en demeure pas moins qu’elles restent un moyen de parler et de faire parler d’un sujet. Et peut-être aussi de faire prendre conscience de certaines réalités à des gens qui n’avaient pas encore percuté.

 

 

"JOURNALISTES= MENTEURS, FALSIFICATEURS, DISSIMULATEURS, DESINFORMATEURS, ... NEGATIONNISTES !

 

 

Depuis le mois dernier, toute la clique des journaleux de la télé, de la radio et autres nous bassine avec les élections bidon et le martyre des "dissidents" emprisonnés en Birmanie, et ironise sur notre flirt économico-cynique avec la chine qui, paraît-il, ne respecte pas les mythiques "droits de l'homme"... Comme si nous les respections! On montre quelques poignées de braillards venus agiter des pancartes et des petits drapeaux tibétains sous le nez du Président chinetoque.

 

Mais il ne viendrait pas à l'idée de tous ces faux jetons de balayer devant notre porte. Pourtant, ici, en 2010, sous leur république, il y a des prisonniers politiques. Les Tartuffes de toutes les chaînes égrènent inlassablement les jours de détention d'Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier (lesquels certes méritent notre compassion mais exercent un métier réputé à risques, surtout quand on suit une armée supplétive d'une agression américaine contre un pays qui ne menace pas notre patrie), mais se gardent bien de dire que Vincent Reynouard, un intellectuel, père de 8 enfants (qui, lui, n'avait pas choisi un métier dangereux), a entamé sa 17ème semaine à la prison de valenciennes  pour avoir... écrit 16 pages !... qui déplaisaient au véritable gouvernement de la France: le CRIJF. Oui, vous avez bien lu: pour délit d'opinion ! A Valenciennes, chez les Chtis, en France !

 

Cette même république des "droits de l'homme" qui fusillait des écrivains pour délit d'opinion en 1945 (nous ne t'oublions pas, Robert), continue aujourd'hui à bafouer ses propres principes en les embastillant car, entre temps, elle a aboli la peine de mort pour protéger les vrais criminels, qu'elle adore, surtout quand ils sont étrangers. La plupart de nos compatriotes ignorent encore qu'une loi de 1990, la loi Gayssot, décrète la vérité historique et interdit le débat et le doute scientifique, sous peine d'amende et d'incarcération. Autrement dit, la Gueuse 5ème du nom et ses répugnants laquais de la presse se comportent exactement comme le régime Nord-coréen ou l'Italie du temps de Galilée, avec une bonne dose d'hypocrisie en plus.

 

Vincent est condamné à 1 an ferme. Faites-le savoir à tous les moutons autour de vous."

 

Pour en savoir plus, ou même pour agir en signant la pétition, allez sur le blog:

http://abrogeonslaloigayssot.blogspot.com/

 

05/11/2010

IL VIENT DE SORTIR:

couv.jpg

 

Préface de Jean-Yves Le Gallou

Huit cents invités au dîner annuel du Conseil Représentatif des Institutions juives de France. Toute la classe politique présente en rangs serrés afin d’entendre les remontrances, récriminations et requêtes de cette officine représentant, de son propre aveu, quelque 100 000 personnes. 1/6e à peine de l’ensemble de la « communauté » et 0,2% de la population totale du pays. Dîner de gala relayé par autant de dîners régionaux et de contacts réguliers tout au long de l’année au plus haut niveau de l’Etat.

 

Comment une telle influence, un tel pouvoir même, sont-ils possibles dans une démocratie laïque ne reconnaissant officiellement que des citoyens tous pareillement égaux? Pourquoi la classe politique française fait-elle preuve d’une telle complaisance à l’égard du CRIF et de ses dirigeants? Qui se qualifient eux-mêmes de « porte-parole politiques de la communauté juive de France » mais songent d’abord à défendre les intérêts d’un pays étranger, Israël.

 

Fantasmes ou mensonges, que cette puissance? Une plongée dans l’histoire de cette  institution devenue « interlocuteur essentiel de l’Etat » et l’examen attentif des actions et réactions du CRIF tout au long de l’année 2009 et de la première partie de 2010, permettront au lecteur d’en juger.

 

294 pages. 18 €. Pour commander, voir sous "Commander les livres"

 

03/11/2010

ET TOC !!!!

Ca n’aura pas traîné. Le 24 octobre, nous parlions du synode qui s'est déroulé au Vatican et des propos qui furent alors tenus sur le sionisme et l’élection du peuple chéri de Dieu. Propos qui scandalisèrent du côté de Jérusalem. Voici la réponse du berger à la bergère, en date du 2 novembre, mais l’affaire est plus ancienne :

« Washington - La Banque du Vatican accusée d’avoir blanchi des avoirs volés aux Juifs (durant la Shoah ) »

« Washington - Après la saisie le mois dernier de 32 millions de $ à la Banque du Vatican, un groupe de survivants de la Shoah originaires de l’ancienne Yougoslavie a exigé de la Commission Européenne de vérifier la plainte selon laquelle la Banque du Vatican a blanchi des valeurs volées par les alliés des Nazis.

Jonathan Levy, un avocat dont le cabinet est situé à Washington, qui représente les survivants et leurs héritiers a rédigé une lettre au haut-commissaire de l’Union Européenne pour les affaires économiques et monétaires, Olli Rehn. Selon Bloomberg : « Nous requérons de la Commission qu’elle ouvre une enquête concernant les allégations de blanchiment d’argent des avoirs de victimes de la Shoah par des organismes financiers associés avec, ou qui sont des agences bancaires de la Cité-Etat du Vatican ».

La Banque du Vatican, connue officiellement sous le nom d’Institut des Travaux pour la Religion (ITR/IOR), a récemment remporté une bataille qui dure depuis une décennie, aux Etats-Unis, dans laquelle des survivants de la Shoah et leurs héritiers originaires de l’ancienne Yougoslavie et d’Ukraine accusaient l’IOR d’avoir blanchi des avoirs volés aux Juifs, aux Gitans et aux Serbes tués ou capturés par le Régime Croate soutenu par les Nazis en temps de guerre [Oustachis d’Ante Pavelic].

Le groupe avait réclamé 2 milliards de $ en restitution, mais la plainte a d’abord été classée sans suite, au motif que la Banque du Vatican bénéficie de l’immunité, protégée par « l’Acte garantissant l’immunité aux services étrangers aux Etats-Unis », qui a le pouvoir d’éviter à des gouvernements étrangers d’être confrontés à des poursuites aux Etats-Unis.

Lévy s’est donc tourné vers la Commission Européenne en arguant qu’elle pourrait avoir la capacité et l’autorité d’investiguer dans les comptes de l’IOR, puisque le Vatican a promis de se conformer aux lois européennes contre le blanchiment d’argent, la contrefaçon et la fraude, en retour de son emploi de l’Euro comme monnaie d’échange à l’intérieur de la Cité-Etat du Vatican.

Les procureurs de Rome cherchent également à démontrer que l’IOR se trouve sous le coup de la Loi européenne, selon Bloomberg.

La Banque du Vatican est un Institut qui relève de la gestion privée, située à l’intérieur de l’enceinte de la Cité du Vatican, dirigé par un PDG banquier professionnel qui rend directement des comptes à une Commission épiscopale (formée de Cardinaux) et en dernière analyse, au Pape.

Jonathan Lévy est également le représentant légal d’environ 3000 orphelins survivants de l’Institution Duplessis, qui est largement reconnu comme le cas les plus vaste dans toute l’histoire du Canada, d’Institution ayant pratiqué l’abus sexuel d’enfants, la torture, le meurtre, les expérimentations sur l’humain et l’exploitation. Le groupe n’a reçu que des compensations mineures de la part du Gouvernement canadien, et il cherche aussi, actuellement, à obtenir des dédommagements directs de la part des organisations catholiques romaines impliquées. » 

 

A la suite de cet intéressant article, on peut trouver en lien un choix d’autres « révélations » tout aussi croustillantes sur les turpitudes vaticanes. Alors que le peuple juif, lui, est innocent de tout comme l’agneau qui vient de naître. C’est d’ailleurs pour cela que les méchants le poursuivent sans relâche. Dur, dur, d’être aimé de Dieu!

Odessa et le “couloir du Vatican” – Opération “Couvent” – Des criminels de guerre nazis protégés et cachés par le clergé de l’Église catholique

Comment le Vatican et le pape furent mêlés au plus grand scandale financier de l’après-guerre – Mgr Marcinkus “banquier de Dieu”

Le Vatican finança la guerre de Mussolini contre l’Éthiopie – L’Église catholique est-elle coupable d’un génocide?

Enquête policière au Vatican – Fraude de 950$ millions

La “donation” de Mussolini — Accords du Latran — Église catholique — Bernardino Nogara — Pie XII — Jean-Paul II — Scandale financier au Vatican

Franco, instrument de guerre du Vatican — Église catholique — Espagne — Deuxième Guerre mondiale — Guerre civile espagnole — Religion de la violence

Source : http://www.juif.org/blogs/29078,la-banque-du-vatican-accu...

02/11/2010

CA VIENT DE SORTIR : L’ANTISEMITISME INVOLONTAIRE

9788845266225g.jpg

C’est l’accusation originale lancée contre Umberto Eco et son nouveau livre Il Cimitero di Praga (Le Cimetière de Prague). Dont l’objectif pourtant était de démonter « le mécanisme pervers des «Protocoles des Sages de Sion», faux notoire comme chacun sait. Eco l’avait déclaré clairement : «J'ai voulu me confronter longuement et ouvertement avec les clichés antisémites, pour les démonter».

Seulement, voilà: il y a dans le bouquin des documents faux et vraisemblables, des vrais qui ressemblent à des faux, des personnages doubles ou triples, des situations dont on ne sait plus si elles sont réelles ou non. Et au final, ce méli-mélo ne serait pas dépourvu d’ambiguïté. Ce qui est très fâcheux. Un rabbin italien a été appelé à la rescousse et il déclare gravement : «Dans le livre d'Eco, les trois sujets qui sont accusés de complot sont les Juifs, les Maçons et les Jésuites. Les Jésuites sont les premières victimes de Simonini : mais de la narration on comprend que ce sont des gens au fond peu recommandables. Même chose, sur un ton mineur, pour les Maçons : au 19ème siècle, ils participèrent à des jeux de pouvoir. Et s‘il y a des morceaux de vérité quand on parle de Jésuites et de Maçons, le problème se pose pour les Juifs: seraient-ils les seuls à être des victimes innocentes, ou bien y a-t-il quelque chose de vrai dans leur complot? Voilà où le jeu lancé par Eco devient dangereux.»

Drôlement dangereux en effet. Allez savoir ce que certains lecteurs pourraient en conclure …

En tout cas, si c’est une opération de pub de la part d’Eco, elle a plutôt bien réussi. Je parie que vous avez envie d’aller faire un tour du côté du cimetière de Prague …

Source : http://www.juif.org/go-news-140217.php

« Préserver la majorité juive du pays »

Je vous propose le petit exercice suivant : dans le texte qui va suivre, vous remplacez partout le mot « juif » par le mot « chrétien ». Et vous obtenez notre propre situation. Ou plutôt, ce qui aurait pu être notre situation si les « antiracistes » n’y avaient mis le holà. Des antiracistes généralement juifs, ce qui est très facile à vérifier. Conclusion : pour quelle raison ce qui nous était strictement interdit serait-il permis à Israël ? 

 

« Eli Yishaï fera tout son possible pour préserver le caractère juif de l'Etat d'Israël. Le ministre de l'Intérieur a affirmé dimanche vouloir maintenir la majorité juive du pays. Lors d'une conférence sur la politique d'immigration, organisée dans la capitale, il a annoncé les nouvelles mesures envisagées par le gouvernement. Face à la menace représentée par les centaines de milliers d'Africains qui cherchent à entrer dans le pays, Israël fera progresser la législation en vigueur.

 

"Israël est le seul pays démocratique de la région, et son économie est en croissance. Des centaines de milliers de personnes issues du Tiers-Monde essaient de rejoindre le pays. Mais pour rester un Etat juif, Israël doit légiférer. Je vais tout faire pour maintenir une majorité juive dans l'Etat d'Israël", a-t-il déclaré.

 

L'opposition, quant à elle, tente de faire avancer une proposition qui lui est propre. Pour Tzipi Livni, seul un projet de loi pourra rééquilibrer les valeurs d'Israël et de réaffirmer ses caractères juif et démocratique. La dirigeante du parti Kadima avait proposé un texte de loi, sous la direction de l'ancien ministre de l'Intérieur, Méïr Chitrit. Et d'encourager la coalition à l'adopter.

 

"Nationalisme n'est pas un mot obscène. Israël est un Etat juif et cette vérité évidente doit être prise en compte lors de la mise en place d'une politique d'immigration", a déclaré Livni ».

 

Source : http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1288001883450&a...