Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2010

AH, DEVOIR DE MEMOIRE, QUAND TU NOUS TIENS ! (SUITE)

Nous avions parlé avant-hier de la dénonciation, par le maire socialiste de Ballan-Miré, de la convention de jumelage avec la ville polonaise d'Oswiecim, plus connue sous le nom d’Auschwitz.

Un correspondant m’apporte les précisions suivantes sur les jumelages, qui sont intéressantes :

 

« Cet olibrius aurait dû d'abord relire ( ou lire !) les statuts de l'Organisation Mondiale des Villes Jumelées que voici : "La Fédération Mondiale des Villes Jumelées, devenue FMCU, animée par un idéal de Paix et de Coopération, groupe des Villes du monde entier, qui observent pour leur jumelage les cinq principes ci-après :

 

I – CULTURE Considérer le jumelage des villes comme un instrument de culture humaine, sans aucune préoccupation partisane. Le jumelage culturel est le bien qui unit, dans un esprit d’égalité et de réciprocité, les populations entières de deux ou plusieurs villes de pays différents en vue de favoriser le contact des personnes, l’échange des idées, des techniques, des produits. Conçu comme un instrument de culture populaire et de formation civique internationale, il a un caractère éminemment social et éducatif et ne saurait être détourné de son objet à des fins ou personnelles ou partisanes ou politiques.

 

II - NON-INGERENCE Ne pas s'immiscer dans les affaires intérieures des autres villes. Etabli sous l'égide des municipalités avec l’accord des populations, le jumelage doit être préservé de toute ingérence contraire aux libertés communales. De même, il ne peut servir de prétexte à intervention dans les affaires propres aux villes qu'il associe.

 

III - NON-DISCRIMINATION N'exclure aucune ville ni, dans chaque ville aucune bonne volonté. Ainsi défini, le jumelage culturel ne peut s’accompagner d'aucune exclusive, ni à l'extérieur, ni à l’intérieur de la cité. Dans les relations, entre cités, il doit faciliter la compréhension des peuples indépendamment des institutions qui les régissent. La distance géographique, la diversité des traditions et des idéologies, loin d'être des obstacles, ne font que rendre le jumelage plus souhaitable. Dans la cité, le jumelage, doit être un moyen de rassembler les bonnes volontés de toute tendance, de toute origine, de toute formation, il doit intéresser toutes les formes de l’activité : vie familiale, professionnelle, économique, touristique, artistique, sportive et intellectuelle.

 

IV – BILINGUISME Acquérir en plus de sa langue maternelle, l'usage d’une langue vivante de communication mondiale afin de pouvoir parler à son semblable. En raison de l’obstacle que constitue la diversité des langues dans l’établissement des contacts personnels à l’échelon le plus modeste, l’une des tâches essentielles du jumelage est de hâter, dans tous les milieux, l’édification d’un « MONDE BILINGUE » fondé sur ce principe : le droit de tout homme à sa langue maternelle s’accompagne de l’obligation pour tout homme d’acquérir l’usage d’une langue vivante de communication mondiale.

 

V – SOLIDARITE Prendre part aux frais et aux responsabilités de l’organisation mondiale de coopération des Communes : les Cités Unies. L’approbation solennelle des principes de la Charte implique que la ville participera, par son adhésion à la Fédération Mondiale des villes Jumelées – Citées Unies, aux responsabilités matérielles et morales de l’Organisation".

 

Les points I, II et III sont particulièrement éclairants ! Il ne doit y avoir aucune préoccupation partisane et l'objet uniquement d'échanges culturels ne doit pas être détourné à d'autres fins... Quant au titre II consacré au respect du principe de non-ingérence dans les affaires internes des villes il n'a pas besoin d'autre explication !!!!! Et le titre III consacré à la non discrimination qui interdit formellement toute exclusion d'une cité, renvoie définitivement ce triste sire de Ballan-Miré à ses rancoeurs sournoises et à son indignation théâtrale et ridicule...

 

Notre Baumel pourra toujours envisager d'ouvrir un magasin de souvenirs holocaustiques et de produits du Val de Loire (voire plusieurs boutiques, si affinité !) dans le nouveau centre commercial qui va prochainement ouvrir ses portes à proximité des installations d'Oscwiecim. C'est-y pas une bonne idée ? »

15/11/2010

« Même la soupe populaire est devenue raciste… »

 « Olga Trostiansky, adjointe (PS) au maire de Paris chargée de la lutte contre l’exclusion, ignorait l’existence de la soupe identitaire de l’association Solidarité des Français, avant que le Parisien l’informe de la situation. Vendredi 12 novembre 2010, elle a adressé au préfet de police, Michel Gaudin, un courrier pour lui demander de l’interdire « au plus vite ».

 

« Cette distribution à base de porc exclut volontairement les personnes de confession juive ou musulmane, ce n’est pas admissible », confie l’élue, rappelant le principe de « l’inconditionnalité de l’accueil des sans-abri ». Même si, sur le site Internet de Solidarité des Français  on lit « les Vincent, les Paul, les Jacques survivent dans l’indifférence générale, exclus de fait des structures d’accueil débordées par les familles nombreuses des immigrés de la misère », l’association montrée du doigt rejette toute arrière-pensée raciste. Et justifie le choix de son menu. « Le porc, ce n’est pas cher, ça coûte 2 € le kilo, c’est nourrissant… Et puis, il n’y a aucune obligation de venir manger chez nous »…

 

« Rendez-vous… même heure, même endroit, même esprit. Les nôtres avant les autres…depuis 2003 ! », peut-on encore lire sur le site Internet… »

 

 

Pouah, quelle horreur, la soupe « raciste » ! C’est terrible, les discriminations, on ne le dira jamais assez.

Ce n’est pas dans la « communauté » que des choses pareilles se produiraient. Les discriminations, on les exècre. On ne sait même pas ce que ça veut dire.

 

Tiens, pour donner un exemple, tout un chacun peut demander à intégrer le B’nai B’rith, cette société de philanthropie universelle. Je sais, de mauvaises langues prétendent que ce ne serait réservé qu’aux seuls juifs, mais je n’en crois pas un mot. C’est tout simplement IMPOSSIBLE. Ce serait une discrimination à l’égard des non-juifs, pas vrai ? D’ailleurs, pour vous prouver que ce ne sont rien que des calomnies, je compte fermement demander mon affiliation.

ET JE NE SAURAIS TROP VOUS RECOMMANDER DE FAIRE DE MEME.

Si par extraordinaire on nous refusait, on ira nous aussi se plaindre au préfet de police. Y a pas de raison.

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=22418&artyd=5

 

REFUS D’OPERER POUR CAUSE DE CROIX GAMMEE

"BERLIN, 12 novembre - RIA Novosti

Un médecin de Padeborn (Allemagne nord-ouest) a refusé une opération pour des motifs idéologiques, son patient avait un aigle avec une croix gammée dans les pattes tatoué sur l'épaule, a annoncé vendredi le quotidien Bild.

"Je refuse d'opérer cet homme. Je suis Juif", a déclaré le médecin âgé de 46 ans à l'épouse du patient. 

Le journal écrit que le malade a été obligé de se faire opérer par un autre spécialiste, sans donner plus de précisions."

 

http://fr.rian.ru/society/20101112/187849590.html

 

Tout le monde va trouver ça très bien et très moral. Question saugrenue : imaginons à présent le contraire : le patient à la croix gammée refuse de se faire opérer par un chirurgien juif. Que se passe-t-il ? Ou encore imaginons un médecin aux sympathies "radicales" qui refuserait d'opérer un patient qui aurait une étoile de David tatouée. On voit vite à quelles situations débiles on arrive dès lors que l'on sort de la stricte déontologie médicale qui impose d'opérer le patient devant vous, quel qu'il soit.

 

UN SIONISTE FERVENT A LA TETE DE L’UMP

22.jpgJean-François Copé promu patron de l’UMP, pas de doute, la « révolution » est en marche. Tous aux abris, ça va saigner.

« Sans surprise, "l'offre de service" du chef de file des députés UMP pour exercer la fonction de secrétaire général du parti majoritaire a été acceptée, dimanche 14 novembre, par l'Élysée. "On s'est reparlé dimanche en fin de matinée. J'ai décliné l'Intérieur, car je souhaitais le parti, par souci de cohérence, a précisé Copé au Monde. Le président m'a dit : Pas de problème, j'ai décidé de te faire confiance. On fonce."

Je leur souhaite de tout cœur que ce soit dans le mur. Je ne suis pas une grande spécialiste de la chose politique, mais enfin, personne n’a l’air de trouver étonnant que le chef de l’Etat désigne ainsi arbitrairement le président d’un parti. Même s’il s’agit du parti dont il est issu. Je trouve ce procédé parfaitement choquant. Il me semblerait logique que ce choix revienne aux adhérents, non? Ou du moins qu’il soit élu de façon ouverte et non imposé par le fait du prince.

J’ai retrouvé sur bakchich.com l’article suivant, qui n’a rien à voir avec le sionisme (il y a suffisamment d’exemples qui circulent) mais prouve en tout cas que la nouvelle tête pensante de l’UMP est loin de n’y avoir que des amis:

« Vanneste allume Copé (10 avril 2009)

Reçu par Parlons net, le député UMP Christian Vanneste s’en est pris violemment à Jean-François Copé.

Fermement opposé au projet de loi Hadopi « Création et Internet », le député UMP du nord Christian Vanneste, a réaffirmé sa position sur le plateau de l’émission Parlons Net, le club de la presse Internet dont Bakchich est partenaire.

L’ancien professeur de philosophie n’a pas attendu la troisième question de David Abiker pour tirer sur la majorité, en particulier sur le président du groupe UMP à l’assemblée, Jean-François Copé. « Qu’est ce qu’il s’est passé ? », demande le chroniqueur de France Info cherchant à comprendre l’échec du projet de loi. Réponse du député : « C’est une manoeuvre tordue du président Copé,, qui a voulu la jouer fine, comme on dit, en faisant ça un jeudi pour que ça passe tranquillement ». « Ah oui, il s’est pris les pieds dans le tapis, puisque le jeudi il y a un peu moins de monde », ajoute-t-il avec une certaine délectation. Vanneste note que Copé en est à son « troisième coups de pied aux fesses » et « dirige mal le groupe ». Dernière « fessée » du député vers son président : « Quand vous ne pensez qu’à votre carrière personnelle et que vous cumulez un certain nombre de responsabilité... Il est certain que l’investissement dans le groupe est insuffisant et ne produit pas les effets que nous devrions, nous, membres du groupe, en attendre ».

A savourer de la première à la quatrième minute, la vidéo en lien:

Source : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:73ja...

 

Autre sujet de rigolade, à propos de cette mascarade de remaniement: Vous vous souvenez d’Hervé Morin traitant les Français de cons (blog du 26/10/10). « Sur la radio Beur FM cette semaine, le ministre de la Défense a tenté de justifier la présence française en Afghanistan en expliquant qu'il était difficile de faire comprendre "à des cons" que la défense de la France se jouait à 7000 km de son territoire. »

 

Eh bien, ulcéré d’être vidé du gouvernement, et espérant sans doute que les cons auront la mémoire courte, il compte apparemment… se présenter en 2012. Il veut devenir le président des cons : « Hervé Morin, qui a déjà annoncé son intention de se présenter en 2012, a également exprimé sa volonté de rassembler autour de son parti, le Nouveau centre, toujours officiellement allié de l'UMP. »

14/11/2010

AH, DEVOIR DE MEMOIRE, QUAND TU NOUS TIENS !

J’ai lu que ce grand défenseur de la mémoire universelle sélective à perpétuité était un proche de Strauss-Kahn ….

 

77.jpg« Le maire d'une commune d'Indre-et-Loire dénonce son jumelage avec Oswiecim

 

TOURS (AFP)---Le maire de Ballan-Miré près de Tours a dénoncé la convention de jumelage entre sa commune et la ville polonaise d'Oswiecim (Auschwitz en allemand), dont les autorités cherchent, selon lui, à prendre leurs distances avec le camp d'extermination, apprend-on  auprès de l'intéressé.
   

La Nouvelle République révèle mardi que Laurent Baumel, maire socialiste de cette commune de quelque 8.000 habitants depuis 2008, a choisi de dénoncer le serment de jumelage parce qu'il ne fait aucune référence au devoir de mémoire.   

 

Ce document a été signé par son prédécesseur, Michel Lezeau (UMP), en 2002, a expliqué l'actuel maire joint par l'AFP. Ballan-Miré (Indre-et-Loire) est la seule ville française jumelée avec Oswiecim, selon lui.   

 

"Le serment ne fait à aucun moment référence à l'Holocauste, à la Shoah et au camp. C'est un jumelage classique entre une petite ville de France et une petite ville de Pologne sur des échanges culturels, touristiques...", s'indigne-t-il.   

 

Dès 2008, "j'ai été frappé par l'impression que les autorités locales polonaises voulaient à travers ce jumelage faire oublier le camp" d'extermination nazi, auquel le nom d'Auschwitz reste à jamais associé, raconte-t-il.   

 

Ces autorités, et leur "sulfureux" maire Janusz Marszalek en tête, "sont dans une logique de dissociation de la ville et du camp, de banalisation de la ville elle-même", ajoute-t-il. "Leur truc à eux, c'est de pouvoir dire: +Cessez d'assimiler notre petite ville charmante au camp de la mort, Oswiecim n'est pas Auschwitz+".   

 

"Je ne veux pas de près ni de loin cautionner une stratégie consistant à détacher le nom d'Auschwitz de ce que ça signifie dans l'histoire universelle", explique le maire.

 

L'élément déclencheur a été un article du Point en septembre, montrant que les autorités d'Oswiecim envisageaient la construction controversée d'un centre commercial près du camp, ainsi qu'un projet de mémorial de la Shoah associant juifs, homosexuels, catholiques, etc...    

 

"Le maire de la ville lui-même, dans cet article, cite le jumelage avec Ballan-Miré à l'appui de sa stratégie", note M. Baumel. "Je n'ai pas du tout envie que le nom de ma commune soit associé à cela. Donc j'ai pris la décision de dire qu'on arrête les frais". »

 Source: http://fr.ejpress.org/article/38840

13/11/2010

QUAND LES HOTELS 5 ETOILES REFUSENT LES CLIENTS EN AUTRICHE …

Nos amis, toujours enclins à se référer aux heures les plus sombres de notre histoire, titrent en toute simplicité « Autriche – Politique « interdit aux juifs » dans un hôtel autrichien » l’info ci-dessous, parue le 11 novembre.

« Info » qui me laisse plus que dubitative, les hôteliers, autrichiens ou autres, n’ayant pas vraiment pour habitude de refuser les clients, surtout dans les 5 étoiles, et encore moins s’ils viennent en nombre. Alors, j’aimerais bien avoir le son de cloche dudit hôtelier et savoir pour quelles raisons exactement ces refus sont intervenus. On en a un aperçu en allant sur le lien ci-dessous (le père de cinq enfants honteusement refoulé, toujours à Serfaus) : il s’agit de juifs orthodoxes, qui doivent vraisemblablement avoir des exigences très précises, en particulier pour la nourriture. Et qui font peut-être même des trous dans les draps. Pourquoi des trous dans les draps ? Ca a l’air d’une farce, mais c’est très sérieux, enfin si l’on veut. J’en avais déjà parlé sur le blog car un correspondant suisse m’avait envoyé l’info, parfaitement véridique (à vous de chercher dans les archives, je ne me souviens plus de la date). Ca se passait en Suisse où des hôteliers s’étaient plaints de ce que certains clients juifs très pieux taillaient allègrement dans les draps. Afin éviter d’entrer en contact direct avec leur épouse (car c’était forcément une épouse …).

Donc, on aimerait bien savoir si de la Suisse, ils n’auraient pas migré vers l’Autriche, avant de parler d’antisémitisme. A moins naturellement que ce ne soit antisémite de refuser de voir ses draps taillés en pièces. Dans ce cas, évidemment ...

 

49485_l.jpg

« Léonard Nortern * est rentré dans l'hôtel Wellness-Residenz Schalber à 23h50. Il était en vacance avec sa famille et désirait voir une chambre d'hôtel cinq étoiles à Serfaus dans le Tyrol. Il portrait une chemise blanche, un pantalon et une calotte.

A la réception, se tenait Sebastian Lehmann, employé de nuit. Quand il l'a guidé vers l'ascenseur afin de lui montrer l'une des chambres, le directeur du bar les a rencontrés: "Dehors! Le chef cuisinier a dit qu'ils devaient partir d'ici", a-t-il dit d'un ton résolu. Au même moment, la sonnerie du téléphone a retenti à la réception. Alois Schalber, le directeur de l'hôtel, téléphonait de son portable. Il quittait l'hôtel exactement au même moment que les juifs y rentraient. "Ils sont déjà dehors?", a-t-il crié, "Je ne veux aucun juif ici."

Leonard Nortern, 26 ans, a été obligé de quitter l'hôtel. N'ayant pas d'autre choix, ils sont partis.

Sebastian Lehmann, l'employé de nuit, a été remercié le lendemain de son travail.

Ce n'est pas la première fois que l'on refuse de recevoir des clients juifs à Serfaus. Au début de l'année 2009. un père et ses cinq enfants voulaient réserver des chambres pour des vacances au "Haus Sonnenhof". En réponse, il a reçu une lettre du directeur de l'hôtel: il ne voulait pas recevoir de juifs "après une mauvaise expérience en aout 2008." Après cela, il a décidé de ne pas passer des vacances à Serfaus. Il a dit au quotidien du Tyrol qu'il ne désirait pas passer de vacances dans un endroit si raciste. L'affaire a été publiée dans de nombreux medias du monde entier.

L'adresse électronique de l'hôtel: info@schalber.com

*Le nom a été changé par l'éditeur. »

Source:http://antisemitism.org.il/fra/events/49485/Autriche%E2%8...

LA SNCF S’EST APLATIE DEVANT LE LOBBY JUIF AMERICAIN

Rien de bien étonnant. Le fric avant tout. D’ailleurs, pour faire bonne mesure et satisfaire les lobbys en France aussi, « Le groupe français envisage également d'aménager l'an prochain un lieu de mémoire près de la gare de Bobigny, d'où partaient les convois emmenant les prisonniers du camp de Drancy. ». Ca tombe bien, on manquait justement de lieux de mémoire.

 

Puisque la SNCF aime tant présenter ses excuses, qu’elle le fasse en priorité auprès de ses usagers bêtement français qu’elle fait si souvent lanterner et si elle a de l’argent en trop, au lieu de construire des « lieux de mémoire », qu’elle baisse donc ses tarifs. Ce sera nettement plus utile. 

 

« La SNCF fait acte de contrition pour sauver ses chances de marché aux Etats-Unis

 

0d77e5dd-4558-429e-a98b-3628c9e31eb5.jpg

PARIS (AFP)---Pour préserver ses chances d'obtenir des contrats aux Etats-Unis, la SNCF a exprimé pour la première fois ses regrets pour son rôle dans la déportation des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que l'entreprise publique affirmait jusque-là pour sa défense qu'elle avait agi sous la contrainte.


En déplacement début novembre aux Etats-Unis pour présenter l'offre de la SNCF pour le projet de ligne à grande vitesse Tampa-Orlando, son président Guillaume Pepy a rencontré, à Fort Lauderdale, des élus de l'Etat de Floride et des associations juives.   

La compagnie a publié un communiqué à cette occasion, qui fait le point sur sa position et se termine sur "le souhait de la SNCF d'exprimer sa profonde peine et son regret pour les conséquences de ses actes" réalisés sous la contrainte "de la réquisition".   

M. Pepy fait référence dans ce texte au discours prononcé par le président Jacques Chirac en juillet 1995, lors des commémorations de la Rafle du Vel' d'Hiv': "Ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'Etat français."

"En tant que bras de l'Etat français, la SNCF reprend à son compte ces mots et la peine qu'ils reflètent pour les victimes, les survivants et leurs familles qui ont souffert à cause de notre rôle pendant la guerre", écrit le patron de la SNCF.  

La compagnie a même créé un site internet, qui présente en anglais son rôle pendant la Shoah: http://www.sncfhighspeedrail.com/heritage.  

La SNCF, également candidate à l'exploitation d'une ligne à grande vitesse en Californie, est sommée depuis plusieurs mois de rendre des comptes sur son action pendant la Seconde Guerre mondiale.

En Californie, le démocrate Bob Blumenfield a fait voter une loi qui oblige tous les candidats à un contrat à faire la lumière sur leur éventuel rôle dans le transport de "prisonniers" de 1942 à 1944, texte auquel le gouverneur Arnold Schwarzenegger a finalement mis son veto.  

Un élu de Floride à la Chambre des représentants, le démocrate Ron Klein, a déposé un projet de loi similaire au niveau fédéral.    

M. Pepy avait déclaré en août que la SNCF, qui a transporté quelque 76.000 Juifs déportés pendant la guerre, était prête à ouvrir ses archives aux Américains et qu'il prenait cette affaire "très au sérieux".    

S'il avait déjà fait brièvement allusion au discours du Vel' d'Hiv', il avait surtout mis en avant le fait que les cheminots étaient "sous le joug de l'occupant nazi" et que plus de 2.000 d'entre eux avaient été "exécutés".   

Mais au vu des enjeux financiers de ces contrats (des dizaines de milliards de dollars), pour la SNCF mais surtout pour son fournisseur de trains Alstom, la direction de la compagnie ferroviaire a choisi de se repentir publiquement. 

"C'est un pas évident dans l'avancée de la vérité historique, que le procès de mon père avait permis d'établir, ainsi que le rapport Bachelier" (publié en 1996 sur l'attitude de la SNCF pendant l'occupation allemande, ndlr), a réagi auprès de l'AFP l'ex-député européen Verts Alain Lipietz, qui invite M. Pepy à "redire ses excuses en France".  

 La famille Lipietz, dont quatre membres ont été déportés, a perdu en appel son procès contre l'Etat et la SNCF.   

"J'encourage la SNCF à regarder en face cette page de l'histoire, quitte à briser des mythes", a réagi de son côté François Zimeray, ambassadeur pour les droits de l'Homme, qui regrette toutefois que cette tragédie ait été "instrumentalisée à des fins de protectionnisme". »

Source : http://fr.ejpress.org/article/38848


10/11/2010

VASTE ESCROQUERIE A LA SHOAH (SUITE)

Un correspondant me signale le lien suivant qui donne l’une ou l‘autre précision extrêmement instructive :
http://videos.tf1.fr/infos/2010/vaste-escroquerie-de-faus...


Et il se livre, pour notre édification à tous, au petit calcul suivant (je n’ai pas vérifié, mais je lui fais confiance) :


« Et maintenant, faisons quelques opérations élémentaires de calcul d'après les infos recueillies :

Les données du problème : 

-  4 milliards de dollars détournés

 - 5 500 fraudeurs

- Les 4 milliards de dollars représentent moins de 1% des sommes distribuées (allez, ne soyons pas mesquins et petits joueurs, on arrondit à 1%)

Alors si je compte bien :

4 000 000 000 : 5 500 fraudeurs =  727 000 dollars en moyenne, par tête de pipe.

Si 4 milliards de dollars représentent 1% des sommes distribuées,
on a donc "distribué" AU MINIMUM .... 400 milliards de dollars, ou 400 000 000 000 
de dollars !!! ( Hein ? Ca fait de l'effet, avec tous ces zéros !!!)

Je vous laisse le soin de convertir en Euros...

Pour mémoire (excusez !), l'escroquerie Madoff (cette fois-ci, c'est pas lui !) qui a fait vaciller les banques et la finance mondiale, ce n'est "que" 75 milliards de dollars, et encore, en estimation haute !

Et maintenant, le petit dernier !

Si la somme détournée par ces escrocs représente moins de 1% des sommes détournées et si on part de  l'hypothèse que chacun touche en moyenne la même indemnisation (c'est plausible)....

Ca veut dire que ce sont au minimum 550 000 rescapés qui se sont vus indemnisés, rien qu'aux USA ! (NB : la vidéo précise bien qu'il s'agit de l'indemnisation des rescapés, et non de leur descendance, puisqu'elle relève que certains escrocs n'étaient pas nés avant 1945....)

Eh oui, la gestion des gains du "Loto germanique" est "décentralisée". Ainsi, par exemple les rescapés vivant en Israël sont souvent des habitués de la soupe pop' et c'est l'Etat d'Israël qui a confisqué une grande part du pactole germanique.

Alors ? Etonnant, vous ne trouvez pas ???? »