Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2011

LE FN NOUVEAU EST ARRIVE!!!!!

On va encore m'accuser d'empêcher les gens de rêver, mais ce qui suit est trop drôle pour le garder uniquement pour moi. Oyez, bonnes gens, l'avenir du pays est en de bonnes mains! Le candidat du FN dans un canton de Strasbourg s'est converti à l'islam! Allez, faites de beaux rêves.... Marine vous sauvera, elle l'a dit....

image002.jpg

 

 Source: Dernières Nouvelles d'Alsace

 

16/03/2011

UN PARCOURS ... INTERESSANT

yy.jpgPaul-Eric Blanrue annonce sur le site Mecanopolis: "Je suis musulman depuis 2009". Je m'empresse de préciser que c'est là son droit le plus strict. Cette conversion colore néanmoins d'une certaine façon les activités et déclarations de cet écrivain, dont je vais retracer brièvement le parcours, assez emblématique de notre époque épique et erratique.

Né en 1967, on le rencontre une première fois en Lorraine où il s'occupe d'un bulletin royaliste à partir de 1989. Quatre ans plus tard, en 1993 - il a 26 ans - il crée le Cercle zététique. Ce nom assez ésotérique cache les recherches, basées sur le doute, relatives aux phénomènes paranormaux et autres mystères de l'histoire. Le Cercle sera dissous en 2005.

On va surtout entendre parler de lui à partir de 2007, année de parution de son livre Le Monde contre Soi - Anthologie des propos contre les Juifs, le judaïsme et le sionisme. Livre préfacé par Yann Moix. Cet ouvrage, qui joue subtilement sur les deux tableaux, n'est pas mal vu du tout par la "communauté" officielle. La preuve: Blanrue est invité en novembre 2007 au Salon des écrivains du B'nai B'rith pour le présenter.

9782919937127.gifEn novembre 2009, c'est au pot des Amis de Rivarol qu'il est invité, cette fois, pour présenter Sarkozy, Israël et les Juifs. Là, il la joue plutôt écrivain maudit dont le livre serait refusé par les éditeurs politiquement corrects qui craindraient ce brûlot. Cependant, il faut admettre que quelques mois plus tard, cet ouvrage "mis à l'index en France" était vendu sur le site de la Fnac.

En août 2010, il lance une pétition contre la loi Gayssot. C'est très bien, mais là encore je me pose des questions: voilà un homme qui déclare appartenir au parti communiste français depuis 2006 (encore une fois c'est son droit le plus absolu - il a même donné le n° de sa carte). Sait-il que le sieur Gayssot était un député communiste? Il ne voit pas là une légère contradiction?

Donc, maintenant, le voilà musulman. Interrogé par Mecanopolis, il nous met l'eau à la bouche: "Je sais que tu prépares un gros coup pour la fin de l'année, un truc énorme. Tu peux m'en dire plus?

Oui: je compte écrire le livre le plus anticonformiste qui se puisse écrire aujourd'hui. Je travaille tous les jours sur la bête et, comme le recommandait Céline, je mets ma peau sur la table!"

Bigre, le livre le plus anticonformiste qui se puisse écrire aujourd'hui! J'en frémis déjà. J'espère en tout état de cause qu'il le sera un peu plus que son anthologie sur l'antisémitisme qui annonçait prudemment sur sa 4e de couverture: "Ce projet se propose en somme d'être un manuel d'éducation civique non-conformiste, destiné à ouvrir les yeux de ceux qui veulent savoir d'où ils viennent et où ils vont. Car "on ne peut combattre que ce que l'on connaît".

http://www.mecanopolis.org/?p=22322

 

15/03/2011

PETIT SUCCES POUR LES ARCHAÏQUES

 

b829db3f-63c4-4dde-9b07-dfc16d6f4a89.jpg

Arielle Schwab, présidente de l'UEJF

 

 

Ouiche, ce ne sont plus les grand-messes du temps jadis. Il y a trois jours, vous pouviez contempler sur ce blog la belle affiche « Pas une voix juive pour le FN » concoctée par l’Union des Etudiants Juifs de France, par ailleurs membre du CRIF. Pour faire nombre, les indignés s’étaient organisés en « collectif », vieux réflexe gauchiste, et annonçaient un meeting pour le 14 mars à la mairie du 3e.

 

Alors voilà, environ 200 personnes étaient présentes à cette sauterie et c’est pourquoi je dis que c’est un petit succès. Rien à voir avec les salles d’autrefois. Une certaine lassitude semble percer. Nous sommes là, raison pour laquelle j’évoque les archaïques, chez les juifs de gauche. La gauche qui a le plus profité du FN pendant des décennies en jouant les mères la pudeur à l’égard de la droite alors qu’elle-même filait le parfait amour avec les communistes, et qui est à présent totalement empêtrée dans le discours qu’elle a imposé au pays.

 

Cette réunion d’anciens combattants se tenait dans une mairie amie : celle du 3e, occupée par un maire socialiste, Pierre Aidenbaum, qui a tenu à serrer les boulons dès le départ : "Ce n'est pas une nouvelle vague bleu marine qui déferle, mais une vague brune" et "le Front national n'a pas changé".

 

Et je peux vous garantir sur facture que c’est un connaisseur qui s’exprimait, car Pierre Aidenbaum a été président de la LICRA de 1993 à 1999. La LICRA, qui était officiellement et vertueusement apolitique, alors que son président était déjà à l’époque conseiller de Paris et conseiller régional d’Ile-de-France. Socialiste, cela va sans dire. Alors, la vague brune, vous pensez si le discours est bien rôdé … et toujours utile. Quoique la belle unanimité de ces années-là dans la communauté ait fait place à de douloureux questionnements, en raison de l’évolution de la situation. Que la LICRA a largement provoquée, mais ça, elle l’a oublié depuis. C’est du passé, tout ça, n’en parlons plus. Tapons juste sur le FN, comme d’habitude.

 

13/03/2011

GIANFRANCO FINI : HISTOIRE D’UNE DEDIABOLISATION

oo.jpgNé en 1952, il commence sa carrière politique au Front de la Jeunesse du Mouvement Social Italien. Il grimpe ensuite les échelons au sein du MSI. pour finir par succéder en 1987 à Giorgio Almirante comme secrétaire national. Il a trente cinq ans.

Il ne craint pas alors de défendre le fascisme et évoque la mémoire de Mussolini en ces termes: « Personne ne peut nous demander d'abjurer notre matrice fasciste » (1990),  « Mussolini a été le plus grand homme d'État du XXe siècle. Et s'il vivait aujourd'hui, il garantirait la liberté des Italiens », « …Celui qui a été vaincu par les armes mais non pas par l'histoire est destiné à goûter à la douce saveur de la revanche… Après presque un demi-siècle, le fascisme est idéalement vivant.» (1992). « Mussolini a été le plus grand homme d'État du siècle… Il y a des phases dans lesquelles la liberté n'est pas parmi les valeurs prééminentes.» (1994).

Mais voilà, en 1993, il s’est présenté aux municipales de Rome et commence à voir les choses d'un autre œil. Sentant bien que le qualificatif de « fasciste » attaché au MSI est un boulet qui fera couler à pic ses ambitions, il décide de recentrer son mouvement. Dans un premier temps, il récuse les termes de fasciste ou de néo-fasciste pour celui de postfasciste. C’est un premier pas, mais bien insuffisant.

Il entre au gouvernement en 1994 dans la coalition de Silvio Berlusconi et se heurte à l’hostilité de collègues étrangers qui refusent carrément de traiter avec lui en raison de la diabolisation qui s’attache à son parti. Cette fois, il faut aller beaucoup plus loin et relooker de pied en cap le mouvement pour le rendre compatible au système.

Ce sera chose faite en janvier 1995. Exit le MSI et bienvenue à l’Alliance nationale, qu’il préside, naturellement. Ce qu’il souhaite désormais, c’est abandonner toute référence au fascisme particulièrement honni par un système dont il a entrevu les séductions et devenir un parti de droite modérée. De faire enfin partie des vrais élus ! Dès cette “rénovation” de 1995, il va très loin dans le reniement: «È giusto chiedere alla destra italiana di affermare senza reticenza che l'antifascismo fu un momento storicamente essenziale per il ritorno dei valori democratici che il fascismo aveva conculcato». (Il est juste de demander à la droite italienne d’affirmer sans réticence que l’antifascisme fut un moment essentiel de l’histoire, qui a rétabli les valeurs démocratiques que le fascisme avait niées).

A partir de ce moment-là, ayant fait repentance en bonne et due forme, il est agréé. Il se rend en 2003 en Israël pour s’y faire confirmer avec éclat son certificat de bonne conduite. Il ne manquera pas d’y cracher sur ses anciennes amours, déclarant que le fascisme « fut le mal absolu » du XXe siècle et que le règne de Mussolini fut « un chapitre honteux de l'Histoire de notre peuple »

Voici ce qu’il écrira à Yad Vashem le 24 novembre 2003: « Di fronte all'orrore della Shoah, simbolo perenne dell'abisso d'infamia in cui può precipitare l'uomo che disprezza Dio, sale fortissimo il bisogno di tramandare la memoria e far sì che mai più in futuro sia riservato, anche ad un solo essere umano, ciò che il nazismo riservò all'intero popolo ebraico. » (Devant l’horreur de la shoah, symbole éternel de l’abîme d’infamie où l’homme qui méprise Dieu peut se précipiter, s’élève la nécessité d’en perpétuer à jamais la mémoire et de faire en sorte que jamais plus aucun être humain ne connaisse le sort que les nazis réservèrent au peuple juif dans son entier).*

Il sera bien récompensé : de 2001 à 2006, il est vice-président du conseil des ministres, en 2004, ministre des affaires étrangères (maintenant, il est propre sur lui), depuis 2008, il préside la chambre des députés.

En 2009, il saborde l’Alliance nationale qui fusionne avec le parti de Berlusconi, Le Peuple de la Liberté. Depuis, il y a de l’eau dans le gaz entre les deux compères car Fini espère bien profiter des déconvenues du Cavaliere pour devenir calife à la place du calife.

Ses « convictions » :

L’ex facho est devenu pro-européen (enfin, pro-Bruxelles) et très atlantiste. Il ne rate pas une occasion de défendre le capitalisme. Sur l'immigration, Fini est en faveur d'un assouplissement des conditions d'obtention de la nationalité italienne et du droit de vote aux élections locales pour les immigrés. Il est pour l’insémination artificielle, la dépénalisation de la consommation de cannabis, le mariage homosexuel. La totale, quoi. Ce qui est logique car le système veut tout, et encore plus. Impossible de n'y mettre que le doigt, tout y passe forcément. La preuve par Fini, qui est un cas d'école. 

 

*"Tout le monde sait ce qui s'est passé dans les camps et dans quelles conditions. Ce qui s'y est passé est le summum de la barbarie. Et, croyez-moi, cette barbarie, je l'ai bien en mémoire." (Marine Le Pen)

Ces liquidateurs seraient mieux inspirés, et plus crédibles, s’ils joignaient à leur détestation nouvelle celle des horreurs du communisme. Et celle des horreurs commises par les vainqueurs du dernier conflit mondial. Et celles qui se commettent en ce moment même. En clair, s’ils se refusaient à la repentance à sens unique imposée par le système. Voilà pourquoi il faut les dénoncer et les combattre sans relâche.

09:26 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (8)

10/03/2011

FAUDRA EN RAJOUTER UNE BONNE LOUCHE

Elle est encore loin du compte. C’est vrai, ça. Elle croyait que c’était arrivé. Mais non, ce qu’elle a dit, c’est juste un bon début. Il faudra en faire plus, bien plus, encore bien des génuflexions et des protestations, et des repentances pour le passé, le présent et l’avenir, avant de pouvoir espérer faire partie du cercle magique des élus. De ceux qui sont admis aux fromages de la république.

 

Donc, Marine Le Pen a finalement vu son émission de dimanche prochain sur Radio J annulée. J’ai lu que cette décision avait été prise « sous la pression de la rue juive ». Elle a bon dos, la rue juive. En réalité, ce sont les officines habituelles, CRIF en tête, Union des patrons juifs de France, Union des étudiants juifs de France, etc. qui ont hurlé à la mort et imposé l’annulation.

 

Ils ont dû trouver que tout ça allait d’un coup trop vite et risquait de brouiller par trop le message. Certes, on peut et on doit faire bouger les lignes, l’intérêt bien compris de tous le commande, mais il convient de faire les choses subtilement. Finalement, ce premier pas raté est une bonne chose. On amorce le poisson et on attend la suite des événements.

 

Si elle est intelligente (enfin, si elle possède la sorte d’intelligence requise par le système, ce qui ne fait aucun doute), elle aura compris qu’il lui faut persévérer dans cette voie de bon sens : ce qu’elle a dit sur la shoah, c’était un bon début. Mais un début seulement.

 

En attendant l’escalade, qui ne saurait manquer, n’oublions pas que si les journaux, magazines, radios, télés « républicains » lui sont ouverts en grand, c’est bien parce que ça ne dérange pas trop la communauté officielle. On le saurait depuis belle lurette, sinon.

08/03/2011

MARINE LE PEN ADOUBEE PAR LA COMMUNAUTE JUIVE

Ca n’aura pas traîné. Le système avait déjà ouvert une voie royale à la fille de Le Pen qui avait pris soin de donner les gages nécessaires en se démarquant à plusieurs reprises des propos de papa. Et en laissant tomber assez lamentablement Gollnisch lors de ses ennuis à Lyon. Moyennant quoi, les colonnes des journaux et magazines, les radios, télés, etc, s’étaient ouvertes toutes grandes et avaient largement contribué à sa pub, et partant, à sa victoire. Puisque pour gagner, il paraît que c’est la forme qui compte, et plus le fond.

Se rendra-t-elle bientôt à Yad Vashem ?. Je vous rassure, c’est en bonne voie. En très bonne voie, même : elle est invitée dimanche prochain 13 mars à la radio communautaire Radio J. Comme le dit justement Le Monde : « Cette invitation est pour Marine Le Pen une très grosse étape dans la stratégie dite de “dédiabolisation”. Cela signifie en clair que pour Radio J, le FN de Marine Le Pen n’est plus perçu comme antisémite. ».

« Le FN de Marine Le Pen n’est plus perçu comme antisémite ». Cette phrase mérite qu’on s’y arrête et qu’on s’interroge une fois de plus sur le sens de ce mot, « antisémite », actuellement parmi les plus usités de la langue française.

Est « antisémite » celui qui s’interroge sur le sionisme, critique l’arrogance d’Israël, et se demande, - à la manière des juifs qui ne considèrent un événement que sous l’angle « Est-ce que c’est bon pour les juifs ? » - donc, se demande: « Est-ce que c’est bon pour les Français » ? Autrement dit, le soutien inconditionnel à Israël et ses corollaires obligés, notamment la repentance effrénée, coûteuse, et à tout jamais inextinguible face à la shoah, est-ce une bonne chose pour notre pays ?

Il s’agit là de questions éminemment politiques et à ce titre, elles doivent être évoquées durant la campagne. Plus qu’évoquées même, puisqu’elles finissent par occuper une place centrale dans la politique extérieure et intérieure du pays. Les candidats doivent se positionner clairement là-dessus.

De la même façon que le FN n’était pas à l’origine de la « diabolisation », il ne l’est pas davantage de la « dédiabolisation ». Ce n’est en rien une « stratégie » de sa part. Car ces mots d’ordre ne sont tributaires que des intérêts de ceux qui manipulent ce parti comme ils l’ont toujours fait depuis trente ans. Ce n’est pas nouveau.

Avant, l’intérêt de la gauche – et de la « communauté », laquelle était alors massivement à gauche – consistait à diaboliser à mort le FN pour arriver au pouvoir en neutralisant ses voix. Puisqu’il était interdit à la droite – pour les raisons hautement morales que l’on connaît – de s’entendre d’aucune façon avec le FN.

Aujourd’hui, les choses ont changé. Gauche, droite, c’est devenu du pareil au même. Les deux faces du même système de fric et d’oppression. On « dédiabolise » donc parce que le FN nouvelle version peut rendre encore bien des services : baptisé « voix de l’alternance », il va offrir une sacrée bonne soupape de sécurité en permettant aux gogos mécontents de déverser leur hargne en s’imaginant nuire aux intérêts en place. Le FN light est donc autorisé à parader dans les médias pour y déblatérer tout son soûl contre l’islam et les musulmans. Avant, c’était strictement interdit, mais maintenant c’est permis. Et même recommandé.

En fait de « voix de l’alternance », Marine Le Pen est juste La Voix de son Maître. Elle est autorisée à causer tant qu’elle veut et à montrer sa bobine partout à la télé à une seule condition, mais impérative, celle-là : surtout pas de questionnements gênants ni de remise en cause des vaches sacrées du système.

Elle a son périmètre, elle doit y rester. Les musulmans, tant qu’elle veut. Mais c’est tout, hein ! Il ne faut pas déborder, ni chercher du côté des pourquoi et des comment d'une situation qui a été délibérément voulue. C’est à ce prix qu’on lui permettra de grimper dans les sondages. Car si elle grimpe, n'oublions pas que c'est essentiellement par la grâce du système, qui l'invite dans ses médias matin, midi et soir.

Et qui considère qu'il sera toujours temps, une fois que la soupape de sécurité aura rempli son office, de recadrer les choses.

(J'ajoute à l'intention des naïfs qui imaginent déjà la fille de Le Pen à l'Elysée, hypothèse parfaitement surréaliste, qu'elle en serait la première bien embêtée: le FN light l'est dans tous les sens du terme. Il n'est guère plus aujourd'hui qu'une coquille quasi vide, il n'y a plus de cadres de valeur, plus beaucoup d'élus, très peu de relais. Le Pen père a parfaitement cassé l'outil. Après lui, le déluge ... il le disait, d'ailleurs. Le système connaît parfaitement cette situation et sait bien qu'il n'y a pas grand risque. Si un appareil puissant se profilait derrière, là, ce serait différent. Il y regarderait à deux fois avant de jouer à se faire peur.)

 

excellent dessin issu du site

http://www.lorgane.com/index.php

 

marine_dessin.jpg

12:13 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : m

04/03/2011

NOS DONNEES PERSONNELLES A TEL AVIV … MERCI L’UNION EUROPEENNE

Nous savons que l’Union européenne n’a pas grand-chose à refuser à Israël. Il y a bien quelques froncements de sourcils de temps en temps pour faire croire aux gogos que Bruxelles n’accepte tout de même pas d’avaler toutes les couleuvres sans protester, mais en coulisses, ça baigne. A quoi serviraient tous les lobbys, sinon ? Ainsi, il y a quelques semaines, l’Union européenne a-t-elle autorisé le transfert des données personnelles (état-civil, comptes bancaires, déplacements, santé, etc) des ressortissants européens à l’Etat d’Israël. Au motif que cet Etat présenterait toutes les garanties voulues quant à la protection desdites données !

 

Pourquoi cet empressement ? Et à quelles fins ? Il y a bien eu quelques oppositions, notamment de l’Irlande, mais vite balayées. Et puis, en ce moment, la pauvre Irlande n’est pas vraiment en situation d’imposer ses quatre volontés. Tandis qu’Israël …

 

Cette décision pour le moins inopportune – si l’on songe à l’usage qu’a fait récemment Israël de passeports européens lors de l’affaire de Dubaï – date du 31 janvier 2011. Elle est passée assez discrètement, mais internet en a parlé abondamment. Je ne vais donc pas reprendre ici toutes les infos faciles à trouver par ailleurs.

 

Je me suis simplement demandé s’il y avait réciprocité. Et ce qu’il en était du transfert à d’autres pays. Pour le premier point, c’est niet, évidemment. Quelle incongruité de seulement y songer!

Pour le second point, voici :

 

« Transferts internationaux de données personnelles :

 

Les lois des 27 pays membres de l’Union européenne garantissent la protection de la sphère privée à l’égard des traitements de données à caractère personnel.

Toutefois, lorsque de telles données sont transmises à l’étranger, il faut s’assurer que les citoyens ne subissent pas de désavantages parce que leurs droits sont moins bien protégés.

C’est pour cette raison que la communication hors de l’Union européenne d’informations à caractère personnel concernant des tiers par un responsable de fichier établi dans un Etat membre n’est libre que si le pays du destinataire (où celui-ci spécifiquement) a été reconnu comme assurant une protection adéquate (équivalente à celle dont bénéficie le citoyen européen dans son pays d’où les données sont envoyées).

Les autres pays européens non membres de l’Union reconnus qui se sont dotés d’une législation assurant une protection suffisante des données personnelles sont l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse, l'Andorre ainsi que les îles de Guernesey, Jersey, Man et Féroé. Au-delà de l’Europe, les flux de données personnelles sont libres vers le Canada et l’Argentine.

Aux Etats-Unis, seules les entreprises qui ont volontairement adhéré aux accords Safe Harbor peuvent librement recevoir des données personnelles d’Europe. »

http://webcache.googleusercontent.com/search?hl=fr&q=...

 

Journal officiel de l’Union européenne DÉCISION DE LA COMMISSION du 31 janvier 2011 : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2011:027:0039:0042:FR:PDF

 

Rien à voir, mais article instructif : « Les manipulations américaines dans les banlieues françaises ».

 http://www.partiantisioniste.com/communications/les-manipulations-americaines-dans-les-banlieues-francaises-0633.html

03/03/2011

"Lancement de «Shoah» de Claude Lanzmann en persan"

Pas la peine de faire la révolution pour ça. Grâce aux occidentaux qui ne reculent décidément devant aucun sacrifice pour faire pénétrer la lumière sur les terres de l’obscurantisme, les Iraniens vont avoir l’avantage d’accéder à l’une des œuvres cinématographiques maîtresses de ces dernières décennies. Attention, on ne se fout pas d’eux : 9 h 30 de diffusion ! Ca devrait les occuper un petit moment.

 

Le film, sorti en 1985 – quarante ans après les faits – avait obtenu le soutien financier de l’Etat d’Israël qui l’avait qualifié de « projet d’intérêt national ». A l’époque, André Glucksmann avait tenu des propos assez révélateurs au sujet de ce pavé : « La force de ce film est de montrer non ce qui s’est passé – il s’en garde bien – mais la possibilité de ce qui s’est passé ». « Il s’en garde bien » … Curieux. Quoi qu’il en soit :

 

shoahpersangg.jpg

 

"Irina Bokova, Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture,

Frédéric Mitterrand, Ministre de la culture et de la communication de la République française

Anne-Marie Revcolevschi, Présidente du Projet Aladin

 

ont le plaisir de vous inviter au lancement en persan de « Shoah » de Claude Lanzmann, qui sera diffusé en simultané, pour la première fois, au Moyen-Orient via les chaînes satellites,

 

lundi 7 mars 2011, de 16h30 ã 19 heures

Maison de l'UNESCO Salle IV

7 Place de Fontenoy 75007 Paris

 

Poursuivant sa mission de dialogue et de rapprochement interculturel entre le monde juif et le monde musulman, par le biais de la diffusion des connaissances, le Projet Aladin a entrepris la traduction et le sous-titrage en persan, en arabe et en turc du film de Claude Lanzmann « Shoah » dans son intégralité. Sa diffusion, programmée sur plusieurs chaînes de télévision arabophones, turcophones et persanophones devrait permettre à un large public de faire connaissance avec l'histoire de l'Holocauste dans sa propre langue. Plusieurs avant-premières sont également prévues dans différentes capitales du Proche et du Moyen-Orient. »

 

Programme :

 

16h30 - Allocutions

Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO

Frédéric Mitterrand, Ministre de la culture et de la communication de la République française

Anne-Marie Revcolevschi, Présidente du Projet Aladin

Claude Lanzmann, Réalisateur

En simultané avec les chaines satellites iraniennes, version originale en français sous-titrée en persan.

 

17h00 - Projection d'un extrait du film

 

17h30 - Table ronde animée par Philippe Dessaint avec Claude Lanzmann

Chahla Chafiq, Ecrivaine et sociologue iranienne

François Zimeray, Ambassadeur de France pour les Droits de l'Homme

Ladan Boroumand, Directrice, Fondation pour les Droits de l 'Homme en Iran

Alexandre Adler, Historien et journaliste

Nasser Etemadi, Journaliste et écrivain iranien

Anne-Marie Revcolevschi

 

Renseignements :

info@projetaladin.org

01 43 07 25 76"

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

 

 

Grâce au projet Aladin, le monde musulman a déjà eu la possibilité de lire le journal d’Anne Frank en arabe, persan et turc.

Qui finance ces entreprises hautement culturelles ? Devinez … Mais nous, pardi ! Du moins en grande partie : mettent officiellement la main au portefeuille la mairie de Nice (Estrosi, le grand copain d’Israël), la mairie de Paris (Delanoë, le grand copain d’Israël aussi), le ministère des affaires étrangères, le ministère de la défense. Et bien d’autres : la fondation pour la mémoire de la shoah, le mémorial de la shoah, tous établissements sur fonds publics. Et même, cerise sur le gâteau, mais vous ne serez pas étonnés : la Fondation Chirac ! Il ne pouvait décemment pas manquer au tableau, celui-là !