Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2012

Le CRIF se lasse de "l'antisémitisme obsessionnel" de Jean-Marie Le Pen

Et nous, on se lasse de cette formidable houtspah qui consiste à prendre les goyim pour de parfaits abrutis ayant complètement oublié certains faits qui remontent à 1986. Explication de texte après la lecture du communiqué ci-après émanant du CRIF :

 

xxx

 

« Dans une interview accordée à Minute à l'occasion du 40e anniversaire de son parti, le président d'honneur du Front national a évoqué, à nouveau, un "pacte" imposé par une organisation juive, cette fois-ci le B’nai Brith, qui « interdirait à la droite française tout accord avec le parti d'extrême droite ». Mensonger et absurde, pour les représentants de la communauté juive.

 

Pour Richard Prasquier, président du CRIF, ces déclarations sont le fait de "la sénilité ou d'un antisémitisme obsessionnel, probablement les deux. Cette vision conspirationniste du monde, c'est une caractéristique des antisémites, malheureusement c'est bien le cas de Monsieur Le Pen". Il demande même à Marine Le Pen de lui retirer le titre de président d'honneur du Front National. "Elle devrait lui demander de se mettre au garage, et de ne plus faire de déclarations aussi provocantes." Le B'nai B'rith, l'une des plus anciennes organisations représentant la communauté juive, a réagi via son président en France, Serge Dahan : "Tout ceci relève du mensonge et de l'absurdité. En aucun cas, le B'nai B'rith n'a la capacité ni la volonté d'imposer quoi que ce soit.". »

 

Source : http://www.crif.org/fr/revuedepresse/le-crif-se-lasse-de-lantis%C3%A9mitisme-obsessionnel-de-jean-marie-le-pen/32760

 

xxx

 

Et maintenant, l’explication de texte : Le Pen n’est nullement sénile, on peut lui reprocher bien des choses, mais pas ça. Rappelons au CRIF qui a la mémoire courte pour certaines choses, mais très longue pour d’autres, les faits suivants :

 

En 1986, grâce au tripatouillage de scrutin de Mitterrand, 35 députés FN entrent à l’Assemblée nationale. La LICRA, le CRIF et Cie ne couinent pas car c’est pour le bon motif : emmerder la droite classique au maximum et continuer à assurer la gauche contre les bourrasques électorales. Chirac, qui espère se faire élire président en 1988, et s’imagine donc avoir un besoin vital du vote qui n’existe pas, ne risque pas de sortir des rails. Bien trop dangereux. Il promettra donc tout ce qu’ « on » voudra lui faire promettre.

 

Et ce qu’il a promis en l’occurrence nous est complaisamment révélé par le journal Le Monde, en date du 26 mars 1986 : sous le titre Inquiétude dans la communauté juive, on peut lire :

 

« Enfin, les associations B’nai B’rith « lancent un appel à la vigilance, attirent l’attention des partis de la nouvelle majorité contre toute tentation de vouloir reprendre les slogans extrémistes sur l’insécurité et les idées xénophobes à l’encontre des immigrés » et « rappellent aux représentants de ces partis leurs engagements pris, au cours des forums du B’nai B’rith, devant la communauté, déclarations reprises après proclamation des résultats du vote, de ne s’allier en aucun cas au Front national ».

 

C’est pourtant clair, non ? Alors, que le CRIF et le B’nai B’rith ne viennent pas la ramener aujourd’hui. Et qu’ils aient au moins l’honnêteté d’assumer ce qu’ils firent promettre en 1986 aux représentants de la « nouvelle majorité ».

 

Devant ce diktat, que firent Chirac et la cohorte des « responsables » politiques terrorisés à l’idée de la fatwa qui les frapperait, via les médias, en cas d’insubordination?  Ils s’aplatirent et rampèrent, comme d’habitude.

 

Pour « la communauté », l’essentiel était sauf : la droite restait divisée et la gauche triomphait. La gauche et les idées de gauche car avec Chirac, on restait dans le même trip.

 

On voit le résultat, aujourd’hui. Et s’ils dérouillent, qu’ils ne viennent pas se plaindre, en prime.

 

Commentaires

Nous sommes dans le factuel et non pas dans l'antisémitisme. Les faits sont et restent les faits. Et les faits sont tétus.

A lire ou relire cet article de " l’infréquentable" et "sulfureux" Sergio et d' Alain Pascal sur le grand gourou des djeunes de 68 et son schéma général de mise en boite de cerveaux à endoctriner en fonction de leur idéal ou de leurs compétences :

Le journal de la France courtoise.
Dernières nouvelles du Marigot / Serge de Beketch
-- La France malade du virus marcusien --

Extrait : Parmi les techniques de la désinformation-manipulation, une des plus élaborées consiste, lorsque l’on ne peut plus protéger un secret, à anticiper sa divulgation de façon à priver l’adversaire des fruits de sa révélation, à le réduire à l’anecdote ou à lui enlever toute crédibilité.

--D’abord le silence.
--Contre toutes les règles, le Premier ministre d’alors, Jacques Chirac, laissa obstinément sans réponse la question écrite d’un député du Front national.
--Juppé :" élucubrations d’un journaliste ".
--Pierre-André Taguieff : "délire intégral"
--La commission des droits de l’homme décréta « imaginaire » le serment en question.
En 1993, Tribune juive dénonça « la fable de l’engagement donné au B’naï Brith de ne pas s’allier au Front national ».

Le résultat de ce matraquage est qu’aujourd’hui, contre toute évidence, contre les preuves diffusées à plus de cent mille exemplaires dans cinq éditions de "Ce que l’on vous cache", brochure où Jean Madiran explique « comment a été imposé l’interdit de ne s’allier en aucun cas au Front national » ; malgré le dossier publié par Emmanuel Ratier dans "Mystères et secrets du B’naï Brith" ; malgré la production des coupures du Monde et du Bulletin de l’Agence télégraphique juive faisant état de ce serment, les électeurs français les mieux informés ignorent ou refusent de croire que les partis de la droite commerciale sont asservis par une secte maçonnique.

Source: http://www.france-courtoise.info/97/137/page.php?id=06mar

Écrit par : Jean AYMAR | 05/10/2012

Nous pouvons nous lasser de l'antigoyisme obsessionnel d'une certaine communauté également, communauté dont le racisme semble être une qualité intrinsèque et immuable.

A la rigueur, "ils" pourraient se contenter de contre-argumenter et de débattre, mais non, ils doivent sortir l,argument juridique et la menace.

Ils s'étonnent ensuite que nous n,apprécions pas leur mentalité.

Écrit par : Tchetnik | 06/10/2012

il faut connaitre ce diktat pour comprendre les choses, aujourd hui encore Coppe, Fillon repetent d une facon monomaniaque qu il n y aura JAMIS d accord avec lf fn, rien a donc change, le culot de mr PRASQUIER est sans egal, merci pour cet mise au point

Écrit par : dissident | 07/10/2012

Vous me plaisez Anne, vous me plaisez.

Écrit par : Thierry | 13/10/2012

Ils se sentent donc sur la sellette....
Ce qui tendrait à prouver qu'ils ne sont plus en odeur de sainteté et qu'ils le savent.

Écrit par : anonyme | 19/10/2012

Certains des politiciens qui ont fait ces promesses au B'nai B'rith, (et à travers le B'nai B'rith, à la communauté des activistes juifs) sont maintenant à la retraite. C'est par exemple le cas de Chirac. Ça serait bien qu'ils nous parlent de ces promesses et de ce qu'ils espéraient en échange. Est-ce qu'ils continuent à penser que c'était une bonne idée de vendre leur pays ?

Il faudrait aussi expliquer pourquoi les politiciens de base, qui n'ont rien promis à personne, et qui ne sont pas spécialement favorables au grand remplacement, ne sont pas capables de se débarrasser de leurs dirigeants corrompus.

Écrit par : Nominoé | 21/10/2012

@ Nominoe
Ils placent leurs hommes ou dévoués à TOUS les échelons.
En fait , créer une toile est assez facile.
Ce qui est plus curieux , c'est l'absence de révolte de ceux qui comprennent , forcément.
Mais tout a une fin.

Écrit par : anonyme | 22/10/2012

" Nous pouvons nous lasser de l'antigoyisme obsessionnel d'une certaine communauté "

Écrit par : dissident | 07/10/2012

-----
Nous ne sommes pas les Goys, c'est une expression insultante.

Selon la tradition antique, les peuples occidentaux non juifs sont les gentils, ou les Nations.

Donc on ne doit pas parler d'antigoyisme, mais d'anti-gentils, d'anti-gentillesse, bref de méchanceté.

Ou alors, d'anti-nations, d'anti-nationalisme.

Et là ça tombe pile poil.

On voit par là toute la grandeur de la langue française.

Écrit par : le défenseur de Claude L-S | 19/11/2012

Ca ne bouge pas beaucoup sur le site, en ce moment.

Écrit par : Tchetnik | 21/11/2012

Les commentaires sont fermés.