Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2012

DEUX POIDS DEUX MESURES. RIEN DE NOUVEAU SOUS LE SOLEIL…

Les deux infos datent du même jour : vendredi 6 juillet 2012

 

1)    « Jacob Cohen a été agressé une nouvelle fois par la LDJ hier jeudi à Paris. La fois précédente, le 12 mars dernier, plusieurs de ses agresseurs avaient été formellement identifiés, mais ils n’ont pas été inquiétés...

 

 

Lettre ouverte de Jacob Cohen à Manuel Valls,  ministre de l’Intérieur

Paris, le 5 juillet 2012

Monsieur,

Ce qui se passe en ce moment en France vous déshonore. Je vous dénie le titre de Républicain.

Le 12 mars 2012, j’ai été agressé, en tant qu’écrivain juif antisioniste, par la Ligue de défense juive, qui a filmé et posté l’agression. Vos services n’ont pas levé le petit doigt pour les arrêter.

Se sentant dans une totale impunité, et bénéficiant des protections dues aux judéo-sionistes, la LDJ a récidivé aujourd’hui. Plainte a été déposée au commissariat du 4e. Mais je ne me fais aucune illusion sur la suite. Vous avez de tout temps, comme toutes les autorités de la République, et en premier lieu le Président, affirmé votre soutien indéfectible au CRIF et à son bras armé, la LDJ, aux méthodes fascistes.

Cette soumission aveugle est révoltante. Je vous laisse imaginer si j’avais été un écrivain sioniste membre du CRIF agressé par des islamistes. Le tollé que cela aurait provoqué.

Vous n’avez ni le sens de la justice ni la volonté de mener une politique équilibrée. L’Histoire vous jugera. "

Jacob COHEN » 

 

2)  « Le président du CRIF, Richard Prasquier, a été reçu, jeudi 5 juillet 2012, par le président de la République, François Hollande.

 

 

prasquier2012.jpg

 

Le président de la République avait demandé à Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, de participer à cet entretien pendant lequel la récente agression d’un jeune juif dans un train a été longuement analysée.

Richard Prasquier a exprimé au président de la République l’émotion et le malaise dans la communauté juive provenant de la recrudescence et de la banalisation des actes antisémites depuis l’attentat sur l’école Ozar Hatora à Toulouse.

« J’ai longtemps parlé avec le jeune Lior, ce garçon de 17ans qui a été roue de coups par deux agresseurs dans le train de Toulouse à Lyon », dit le président du CRIF. « J’ai eu l’occasion d’en parler hier (jeudi 5 juillet 2012), lors de ma rencontre avec le président de la République, à laquelle a participé le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. Le caractère antisémite de cette agression a été mis en question - mais nullement éliminé par le parquet - en raison des déclarations des deux agresseurs qui, comme cela est très habituellement le cas, ont nié son existence. Cependant, de par mes entretiens avec la victime, je puis dire en toute certitude qu’il y a eu un élément antisémite dans cette agression, qui, ne l’oublions pas, a failli entrainer des séquelles graves. Est-ce que cet élément antisémite a été déterminant ou associé ? Ce sera à l’enquête de le déterminer et nous faisons évidemment confiance dans la justice de notre pays », ajoute le président du CRIF."

 

http://du116w.dub116.mail.live.com/default.aspx?wa=wsignin1.0#!/mail/InboxLight.aspx?n=35523584!n=1859913257&fid=2&pdir=NextPage&paid=9998ce60-c826-11e1-aade-002264c18e36&pad=2012-07-07T11%3A26%3A36.807Z&pidx=2&mid=523ee269-c762-11e1-b0f9-00215ad7bb3e&fv=1

 

Les commentaires sont fermés.