Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2012

Poutine dans le système … vous parlez d’un scoop !!!

 

38149c4c-4abd-4fc7-bf06-dcd097fe141f.jpg

 

 

Vladimir Poutine se trouve actuellement en visite officielle en Israël accompagné d’une suite de 300 personnes. Visite hautement stratégique qui démontre essentiellement la volonté des Russes de ne plus laisser le terrain du Moyen-Orient et ses nombreuses possibilités aux seuls Américains.

 

Alors, oui, Poutine a fait hier la déclaration suivante à Netanya, lors de l’inauguration d’un mémorial dédié à la victoire de l’Armée Rouge sur l’Allemagne nazie :

 

« Il est inadmissible de refaire l'histoire, les générations futures devant connaître la vérité sur les héros de la Seconde Guerre mondiale

 

Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que les doctrines nazies criminelles, quel que soit leur déguisement, restent dans le passé, pour que les conclusions du Procès de Nuremberg soient toujours inébranlables. Il est de notre devoir de garder et de défendre la vérité sur la guerre, de nous opposer à toute tentative d'innocenter les acolytes du nazisme".

 

Et d’autres choses encore, bien douces à entendre du côté de Tel-Aviv.

 

Je lis sous la plume de certains qu’il s’agit-là d’une déclaration « atterrante ». Sans doute des personnes qui s’imaginaient, parce que les dirigeants russes semblaient s’opposer aux américano-sionistes sur certains dossiers comme l’Iran ou la Syrie, qu’ils s’opposaient au système tout court.

 

Je pense, moi, qu’il n’en est rien. La Russie de Poutine joue effectivement sa petite musique conforme à ses intérêts mais s’agissant du système global, ses dirigeants en sont partie prenante. Et totalement solidaires lorsqu’il s’agit de défendre la colonne vertébrale qui maintient l’ensemble. Il serait donc illusoire d’en attendre plus qu’ils ne peuvent donner.

 

Vous imaginez Poutine déclarer tout uniment qu’il faut dynamiter les conclusions de Nuremberg ? Il aurait bonne mine. Je suppose qu’il connaît bien son histoire récente, Poutine, et qu’il sait pertinemment le rôle qu’ont joué les Soviétiques, bien d’accord avec les Américains, dans le déroulement de ce procès fort étonnant. Le procureur chargé de juger les crimes nazis était soviétique alors que dans le même temps, les victimes de Staline se comptaient par dizaines de millions. Et Katyn ? C’est bien le tribunal de Nuremberg qui attribua sans sourciller le massacre aux Allemands, alors que l’on savait déjà à l’époque que c’était Staline qui avait fait le coup.

 

Ah non, Poutine n’a aucun intérêt à ouvrir cette boîte de Pandore empoisonnée… Il a au contraire tout intérêt, comme les autres, à bien la cadenasser.

 

Le jour où cette boîte explosera – et ça finira fatalement par arriver, même si nous ne sommes plus là pour le voir – ce jour-là le système sautera. Et pas avant. Car il s’agit du pilier central qui soutient tout l’édifice. Que ce pilier vienne à manquer et tout s’écroulera.

 

Mais il faut être naïf pour croire que Poutine pourrait se charger de ce boulot.

 

 

Si vous voulez en savoir un peu plus sur le procès de Nuremberg, je vous recommande la lecture d’un petit opuscule « La face cachée de Nuremberg » écrit par Mark Weber. Sûrement facile à trouver sur internet.

Commentaires

Pourtant les choses se sont débloquées sous Poutine bien plus que sous son prédécesseur. OK, on peut juger discutable sa poklitique de concorde nationale qui tente un peu contradictoirement de metrre sur un pied d'égalité hommage à la Russie Chrétienne et impériale avec celui rendu à la nation Soviétique. Certes, on peut penser que les statues de Lénine (une se trouve par exemple en face du monastère de la Trinité à Serguiev Possad) et les noms bolcheviks des rues ne disparaissent pas assez vite. Mais ils disparaissent petit à petit et le patrimoine spirituel, culturel et historique Chrétien et impérial est aujourd'hui largement honoré. Les crimes du bolchévisme sont eux aussi largement dénoncés et exposés et par les médias locaux et par nombre d'historiens (Alexandre Bokhanov ou Moultatuli par exemple) qui disposent en Russie d'une liberté de recherche et d'expression certainement plus grande que celle des "chercheurs" français sur le génocide Vendéen et la Terreur révolutionnaire par exemple;

Si tabou il reste, c'est effectivement sur la Grande Guerre Patriotique et sur ses acteurs (Joukov...) dont on arrive pas encore à remetre en cause le bien fondé et la légitimité. Tout comme sur les Russes qui combattirent le bolchévisme sous uniforme allemand (Vlassovtsy, Smyslovsky...) qui restent encore des traitres et point barre en Russie, sans questionnement sur leurs motivations pourtant légitimes et leurs souffrances.

EN bref, le boulot se fait, même si cela peut paraitre lambin et même si Poutine ne peut pas tout dire. Il en a dit déjà pas mal. Le reste suivra.

Écrit par : Tchetnik | 26/06/2012

Le procureur Roman Roudenko était effectivement l?un des plus acharnés à défendre le mensonge du "Katyn Allemand", et était lui-même un directeur de goulag...

De plus, il ne faut pas limiter l'Union Soviétique de l'époque et le bolchévisme uniquement à la Russie, en oubliant que les autres nationalités ont aussi largement pris part au bolchévisme (en particulier une certaine communauté dont il est largement, et pertinamment, fait état sur ce site) et que les Russes ont été largement autant victimes que les autres.
C'est le langage que tiennent les USA et les lobbies de Banksters qui les dirigent depuis 1945, à savoir, depuis que la créature a échappé au créateur. On n'a pas entendu beaucoup de voix anticommunistes aux USA dans les années 1920-1930.

Écrit par : Tchetnik | 26/06/2012

En France, il y a eu une alliance entre les activistes juifs, les gaullistes et la "résistance". Les Allemands ont été présentés par les Juifs comme des croque-mitaines, et les résistants officiels et médaillés ont accepté cette déformation de l'histoire parce que ça leur donnait le beau rôle. Alors qu'en fait, les résistants français et les Juifs ne s'opposaient pas aux Allemands pour les mêmes raisons. On aurait aimé que les "résistants" utilisent leur aura pour s'opposer au remplacement de population qui a commencé dans les années 1970. Mais ils se sont fait bouffer par leurs alliés juifs. La résistance au grand remplacement a au contraire été assimilée aux chambres à gaz.

En Russie aussi, il y a eu une alliance entre les Juifs qui vilipendent les Allemands pour leurs propres raisons, et les nationalistes russes qui voudraient magnifier leur propre héroïsme face au mal absolu. La déformation de l'histoire est sans doute pire en Russie qu'en France, car là-bas, je trouve encore plus révoltant d'oublier que les communistes russes et juifs du régime stalinien ont été responsables de la mort de millions de gens. Je trouve complètement minable de la part des nationalistes russes de collaborer ainsi avec les activistes juifs. Même si le gouvernement de Poutine reconnaît en partie les erreurs de l'URSS, toutes les conclusions n'ont pas été tirées.

Il y a tout un pan du récit national juif de la 2ème guerre mondiale qui prétend que les Allemands se sont comportés de façon monstrueuse en Russie parce qu'ils considéraient les Slaves comme des sous-hommes. Ces accusations conviendraient pourtant mieux à Kaganovitch et ses amis. Aux yeux des propagandistes, ce n'est pas que le sort des Slaves soit important en soi, c'est juste histoire de montrer que les Nazis étaient vraiment très méchants. Ainsi, de même qu'on annonce 6 millions de morts chez les Juifs, on se demande s'il n'y aurait pas eu 6 millions de Russes martyrisés par les Nazis. (Et on serait parfois tenté d'y ajouter 6 millions de handicapés euthanasiés).

Mais en même temps, Le Pen a été condamné pour avoir dit que l'occupation n'avait pas été particulièrement terrible en France. Donc, pour être sémitiquement correct, il convient de dire que l'occupation a été particulièrement dure en France, particulièrement dure en Europe de l'Est, et particulièrement dure partout. En fait, ça a été partout plus dur qu'ailleurs.

** alors que l’on savait déjà à l’époque que c’était Staline qui avait fait le coup **

Mais il est interdit d'en tirer des conclusions sur la validité de leurs autres affirmations de l'époque.

Écrit par : Nominoé | 26/06/2012

Bonjour Anne,

Comme toujours, vos analyses sont pertinentes et argumentées. Que dire dire de de plus ? Vous avez tout dit sur le "sujet" Poutine !

Effectivement, le poids de la période stalinienne et de l'histoire qui s'y est écrite, pèse toujours considérablement sur la population de la Russie actuelle et ses dirigeants.

Il est en effet hors de question de remettre en cause le dogme sacré de la "Grande Guerre Patriotique", même dans ses excès et débordements les plus atroces...

Ainsi, on peut toujours attendre des excuses (et pourquoi pas de la repentance, tant à la mode !) pour les innombrables crimes abominables commis vis-à vis des populations civiles allemandes (mais aussi hongroises ou polonaises ou baltes !) par la soldatesque soviétique en 1944/45 : meurtres, viols, actes de barbarie divers, famine organisée...

Et personne n'a condammé les appels au meurtre et au viol de tout allemand se trouvant à portée de main (les femmes et les enfants étant, de surcroît, désignés comme cibles privilégiées) du dénommé Ilya Ehrenburg (par ailleurs membre d'une communauté bien connue de nos services !)

Non seulement, comme vous dites : " il faut être naïf pour croire que Poutine pourrait se charger de ce boulot", mais en plus, il a déclaré à plusieurs reprises, qu'il était partie prenante du Mythe intangible de la "Grande guerre patriotique" (sic).

Rien à espérer de ce côté là !

Écrit par : elsassland | 27/06/2012

Il existe un film très bien fait et qui montre en lui-même qu'une certaine réflexion historique est possible. Il s'agit de "Pope" de Vladimir Khotinenko, qui montre toute la difficulté et l'ambiguité de cette guerre/

http://www.notrecinema.com/communaute/v1_detail_film.php3?lefilm=36395

Il est clair que cette guerre a été du pain béni pour les communistes pour se retrouver une audience au sein de ce pays.

Écrit par : Tchetnik | 27/06/2012

Bien sur qu'il est dans le système. L'un et l'autre ont partie liée sur tout ce qui concerne les mensonges entourant l'évènement qui occupe la planète entière depuis plus de 60 ans et qui coûte la peau des fesses à l'europe entière. Mythe de la grande guerre patriotique bien entendu mais encore et surtout mythe de la shoah bien plus énorme qui ne pourra disparaitre que lorsque la russie se mettra à table sur la véritable situation dans les camps de concentration que l'armée rouge a libérés en 1944/1945.

Écrit par : jewdocha | 27/06/2012

...et aussi sur le comportement des troupes Soviétiques dans les territoires dits "libérés".

Écrit par : Tchetnik | 27/06/2012

Bonjour,
il me semble bien d'ailleurs aussi que Poutine s'est un peu fait tirer l'oreille pour reconnaître la responsabilité soviétique dans le massacre de Katyn ...
sans lui enlever les mérites qu'on peut lui attribuer, il serait un peu abusif de voir en lui un nouvel archange de je ne sais trop quoi, détenteur de toute vérité, et seul apte à venir nous sauver...
merci pour cette analyse roborative.

Écrit par : le chemin sous les buis | 28/06/2012

pauvre vieille femme....

Écrit par : CRIF | 28/06/2012

Ils sont vraiment rares les dirigeants qui auraient un quelconque intérèt à faire sauter le verrou de la seconde guerre mondiale, qui n'est d'ailleurs toujours pas finie et qui ne fut que la continuation de la première. Le but étant d'imposer le libéralisme, il fallait d'abord détruire le nationalisme ou qu'il soit et quel qu'il soit. Celui ci n'étant pas encore mort, la guerre continue, parfois evec violence contre les pays récalcitrants, mais plus généralement elle est psychologique. C'est le triomphe du mensonge qui discrédite dans l'esprit des gens tout sentiment de fierté national, les hommes ne devant plus être que des consommateurs, même pas obligatoirement producteurs grace au progrès et la technique, ce qui fait que les trois quart de l'humanité sont inutiles dans ce système ou seul compte le profit.

Écrit par : NYH | 28/06/2012

Bonsoir Anne,

Il pète complètement les plombs notre Criffeux de service, avec son "pauvre vieille femme" . Je vous connais de visu et je peux témoigner que vous êtes très loin de pouvoir concourir dans la catégorie des "Miss Holocaust survivor" !

Je fais évidemment allusion à l'âge requis pour ce concours et non aux autres conditions !

Sachant que bien qu'elle soit votre aînée, elle est encore bien sémillante, la gagnante du concours " Miss Holocaust
survivor !!"

Alors... il y a de l"avenir !!!!

Écrit par : elsassland | 01/07/2012

comme vous dites... mais vous savez que je raffole de ces spirituelles injures et que je ne résiste jamais au plaisir de les publier.
du reste, notre aimable correspondant a perdu une bonne occasion de la boucler car il a écrit juste avant l'épisode "miss shoah". il aurait mieux fait de garder son épithète pour cette occasion-là, c'était plus approprié.

Écrit par : anne kling | 01/07/2012

@ Anne Kling
N'ayant jamais eu confiance en Poutine, je ne suis pas surprise du tout.
Ceci étant, quelle signification donner à la guerre froide, alors qu'il apparaît que les dirigeants américains , pas le peuple américain, n'avaient nullement l'intention, bien au contraire, de terrasser la terreur communiste.

Écrit par : anonyme | 01/07/2012

@ Anne Kling
Quelle signification donnez-vous à la guerre froide dans un contexte de ce qui apparaît de plus en plus comme de la connivence.

Écrit par : anonyme | 02/07/2012

Quand on voit la manière dont les merdias occidentaux (que nous avons toutes raisons de détester) traitent Poutine PARCE QU'ILS LE CONSIDÈRENT COMME NATIONALISTE, il est évidemment tentant d'en faire un allié de la cause nationalise française. Mais ce n'est pas parce que Poutine est - ostensiblement ou non - l'ennemi de notre ennemi USRAÉLIEN qu'il est notre ami. Ce qu'il faut bien se mettre dans la tête, c'est que quand à la faveur des provocations usraéliennes, la Russie ex-mais-toujours-soviétique s'alliera à la Chine et aux hordes islamiques contre l'Occident arrogant et haï, Poutine cessera définitivement d'apparaître comme notre ami. Et nous saurons alors que des amis, nous n'en avons aucun. Cela, c'est ce que tout catholique romain sait depuis toujours. Et de toutes manières, UN PEUPLE N'A PAS D'AMIS.

Écrit par : Martial | 02/07/2012

Chère Anne,

Comme vous le dites vous-même, Poutine n'a pas à se charger du boulot de dynamiter Nuremberg ou autres tâches de ce genre. Il a déjà assez à faire à l'intérieur et on lui crache suffisamment dessus ici sans qu'il aille encore se faire inutilement par ce prétexte la cible d'une nouvelle campagne internationale encore plus acharnée.

Pour moi, il me suffit de constater:
- que Poutine emm....de visiblement le système ploutocratique judéo-occidental.
- qu'il essaie de restaurer certaines valeurs morales (aides à la famille, soutien aux naissance, qui commence à donner des résultats, pas de facilités données à la promotion de l'homofolie et à la culture de mort)
- soutien à la religion, à la famille, à la Patrie, assurer l'avenir du peuple russe...

Alors, qu'il ne songe pas à renier la Grande Guerre Patriotique...franchement, qui le souhaite en Russie?

Et pour nous autres Français, il n'est que de voir la façon dont il est traîné dans la boue par nos merdias pour comprendre qu'il est un des grains de sable du système, et qu'il faut en profiter, au lieu d'exiger de lui qu'il se lance dans une croisade pour le révisionnisme. Un peu de réalisme ne nous ferait pas de mal.

Écrit par : Fred | 17/08/2012

Les commentaires sont fermés.