Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2012

UNE TRADITION FAMILIALE

Marine Le Pen a donc déclaré hier sans surprise qu’elle voterait blanc au second tour, comptant bien entraîner à sa suite le plus possible de ses électeurs. Autant de voix que n’aura pas Sarkozy et la « droite ». Et donc, logiquement, autant pour Hollande et la gauche. Je ne mets pas de guillemets à gauche car elle au moins, a le (seul) mérite d’être vraie. Tandis que la « droite » …

 

Toujours est-il que cette position s’inscrit parfaitement dans la ligne traditionnelle du FN qui s’est toujours efforcé de favoriser la gauche. Il faut reconnaître qu’il avait à cela un certain nombre de raisons. Cette hostilité maladive de Le Pen envers la « droite » et son chef de file Chirac, avait été contestée par Bruno Mégret vers la fin des années 1990 et ce fut justement l’une des causes du clash.

 

Pour mémoire, avant d’aborder les présidentielles plus récentes, je rappellerai que dès 1965, l’extrême-droite appelait à voter Mitterrand au second tour. Tixier-Vignancour était alors candidat, Jean-Marie Le Pen était son directeur de campagne et comme Mitterrand, ils étaient farouchement antigaullistes.

 

Voyons à présent les élections qui virent JMLP participer, sauf en 1981 :

 

1974 : le FN a tout juste deux ans d’existence, ce n’est qu’un groupuscule. Voulant pourtant exister sur la scène politique, Le Pen se présente pour la première fois à cette présidentielle anticipée. Il ne fallait que 100 signatures à l’époque, qui lui seront facilitées par Jacques Dominati. L’objectif, en aidant à sa participation, était de récupérer le vote pied-noir pour Giscard, au détriment du gaulliste Chaban-Delmas.

Au 1er tour, Le Pen, illustre inconnu, obtiendra … 0,75% des voix. Il appellera à voter Giscard au second tour. Ce sera bien la seule fois.

 

1981 : cette fois, la barre est passée à 500 signatures (merci Giscard) que Le Pen n’obtient pas. Son mouvement, qui n’a pas encore opéré sa percée de 1983 (merci Mitterrand), est quasi inconnu. Au second tour sont présents Mitterrand et Chirac. Le Pen appelle à voter blanc ou à s’abstenir.

 

1988 : cette fois, le FN est en pleine ascension, grâce à la gauche qui s’en sert plein tube pour rester au pouvoir en divisant la droite (le miraculeux étant que ça marche toujours aussi bien). Le Pen a même un groupe de 35 députés à l’Assemblée. Et cette fois, il a eu sans problème ses signatures.

Tout grisé, il est persuadé d’arriver au second tour et de pouvoir battre Mitterrand. Dès mai 1987, il annonçait publiquement espérer un score d’au moins 20%. Il tombe donc de haut au soir du 24 avril 1988 : 14,38% des voix, il n’est que 4e derrière Mitterrand, Chirac et Barre.

C’est ce Chirac exécré qui est 2e. Au second tour, JMLP refusera de choisir « entre le pire et le mal ». Mitterrand sera réélu.

 

1995 : nouvelle déception. Le Pen arrive une nouvelle fois 4e avec 15% des voix, derrière Chirac, Jospin et Balladur. Au second tour, il déclare que « Chirac, c’est Jospin en pire », consigne à peine déguisée pour le vote « révolutionnaire ». Attitude qui creusera l’incompréhension au sein du FN, Mégret, le n°2 se tenant sur une ligne opposée. Chirac est néanmoins élu.

 

2002 : l’histoire est connue. En raison de la multiplication des candidats de gauche, Jospin est exclu du second tour, avec 16,18%. Le Pen fait 16,86% et Chirac 19,88%. Bruno Mégret faisant, quant à lui 2,34%,  l’extrême-droite totalisait cette année-là 19,20% des voix. Ce qui relativise fortement la « poussée historique » de la semaine dernière. Mais le système a ses raisons que la logique mathématique ignore …

Pour une fois, Le Pen n’aura pas de consigne à donner pour le second tour, où il termine à 17,79%. En clair, il n’aura récupéré qu’une grosse moitié des électeurs de Mégret. Et pas l’ensemble de l’ « extrême-droite ».

 

2007 : le fringant Sarkozy et ses promesses mirobolantes étant passées par là, Le Pen (à près de 80 balais) termine, on le sait, à 10,44%, encore en 4e position derrière Sarkozy, Royal et Bayrou. Au second tour, il appelle à voter blanc ou à s’abstenir.

 

Au FN, comme souvent ailleurs du reste, tout change et tout est toujours pareil.

Commentaires

En 1988 lepen à appellé à ne pas voter mitterrand. "Une rencontre révélée par Jean-Marie Le Pen au journaliste Eric Zemmour en 2002, d’abord niée par Jacques Chirac, avant d’être confirmée en 2007 par l’entremetteur, Charles Pasqua : « Je lui ai demandé s’il souhaitait rencontrer Le Pen, il m’a dit oui, j’ai donc arrangé cette rencontre (…) Jacques Chirac était venu demander à Le Pen son soutien pour le deuxième tour, Le Pen a donné un soutien très relatif. » (…)"

Lors de son discours du 1er mai, Jean-Marie Le Pen avait alors appelé à ne pas donner une voix pour François Mitterrand. On connait la suite.

Écrit par : fripouille | 02/05/2012

Dire que la "gauche" a le mérite d'être "vraie", franchement...

La "gauche" qui a réalisé l'ouverture des marchés financiers plaçant toute l'économie occidentale sous la coupe des ploutocrates de Wall Street et de la City, la "gauche"qui prône l'ouverture des frontières pour écraser les salaires réels et provoquer sciemment la ruine de la Sécu, la "gauche" qui met en concurrence le travailleur moyen avec le dernier crevard sorti de sa brousse ou de sa savane...

Écrit par : Fred | 03/05/2012

tout change et tout est toujours pareil.

il paraît que Carl lang appelle à voter Sakozy
tout ça pour ça

Écrit par : 7depique | 03/05/2012

à 7de pique: tout à fait d'accord avec vous


à Fred: ce terme de "vraie" signifiait simplement que la gauche annonce la couleur de ce qu'elle fera alors que la "droite" fait tout aussi pire mais de façon masquée. ce qui est une circonstance aggravante à mes yeux.

Écrit par : anne kling | 03/05/2012

Mais franchement, est-ce que vous ne trouvez pas qu'il avait raison Le Pen de se méfier de Chirac, et sa fille de se méfier de Sarko?

Ca ne me fait pas plaisir d'assister à la victoire de Hollande. Mais y a-t-il une différence réelle avec Sarkozy? Je n'en suis pas sur.

J'ai cru à une petite chance de mobilisation de la droite pour sauver in extremis le soldat Sarkozy. Depuis le débat d'hier soir je n'y crois plus. J'espérais que Sarkozy nous ferait la surprise du chef: une ou deux bottes secrète pour terrasser Hollande. Rien, nada, flop, le bide. Hollande est falot, mais il n'a pas été désarçonné. A mon avis il va gagner cette élection.

Alors, si ça permet à la grande fille blonde forte en gueule comme son papa - personnellement je ne la déteste pas et je lui trouve même du talent - de faire un tabac et d'envoyer bouler tous ces faux-culs de "droite" je m'en réjouirai plutôt.

Écrit par : Helveticus | 03/05/2012

Anne, allons jusqu'au bout, pour qui appeler vous à voter ?

Écrit par : LOU | 04/05/2012

en voilà une drôle d'idée: "appelez-vous à voter". je ne me permettrais jamais "d'appeler" à ce genre de chose. ,j'aime trop la liberté, pour moi et pour les autres.

que chacun fasse ce que bon lui semble. en fait, ce que vous voulez savoir, c'est ce que, moi, je ferai. eh bien, je resterai chez moi, naturellement. comme je l'avais déjà fait en 2007, d'ailleurs.
j'observe simplement qu'il faut une bonne dose de masochisme pour, chez nous, appeler à voter pour sarkozy, alors que l'ump ne rate pas une occasion de nous cracher à la gueule.

Écrit par : anne kling | 04/05/2012

Chère Mme Kling, il n'empêche que Carl Lang candidat à la présidence pour la NDP, dont vous êtes proche, a bien appelé à voter Sarkozy(7depique le rappellait). Il est vrai que Robert Spieler, de la même NDP, et dont vous êtes proche aussi, a rappelé que Sarkozy et Hollande c'était blanc bonnet bonnet blanc.

Je voudrais vous poser la question de votre position par rapport à la belle blonde Marine Le Pen. Je n'ai pas lu votre livre "Tout ça pour ça" mais je comprends très bien la déception des nationalistes purs et durs devant la tentative de normalisation de MLP. Malgré tout on peut se demander si ce n'est pas une erreur de refuser toute participation au FN.

Je m'explique: il est certes déplorable que MLP ne poursuive pas sur une ligne sans concession. Mais d'autre part, vous avez regretté vous-même, dans différents textes, que les votes FN aient été stérilisés depuis 30 ans en raison de l'interdit pesant sur ce parti et empêchant toute alliance même locale avec les autres formations de droite. De ce point de vue n'était-il pas légitime de la part de MLP de tenter un accomodement, au moins superficiel, avec certaines forces de verrouillage du système, permettant à son électorat de ne plus être totalement stérilisé?

D'autre part, abstraction faite des rancoeurs personnelles, probablement irréconciliables, entre des gens comme Carl Lang et la famille Le Pen, ne serait-il pas adroit, de la part de militants purs et durs, de rester au sein du FN étant donné que:

a) il n'y aura pas d'espace électoral pour des mouvements nationalistes hors du FN; c'est une réalité de fait dont il faut prendre acte; la famille Le Pen, avec tous ses défauts, a réussi à imposer sa marque sur le "créneau" national

b) le FN a devant lui une belle dynamique politique et des perspectives d'implantation très intéressantes

c) le FN va avoir besoin de militants formés, de candidats et de cadres. Les gens de la NDP et de l'UDN ont cette formation et ce vivier de candidats, le FN ou le rassemblement que MLP ambitionne de former, serait obligé d'y avoir recours si la NDP-UDN ne lui fermait pas la porte.

Je m'imagine donc qu'en participant sans barguigner à l'aventure "mariniste", les vrais nationalistes purs et durs, en s'appuyant peut-être sur Bruno Gollnisch qui reste incontournable au FN (du moins je crois) pourraient exercer une influence décisive, et faire oeuvre utile, alors qu'en dehors du FN ils risquent de s'étioler.

Donc voyez-vous, je me demande si les gens de votre sensibilité n'ont pas tort de se tenir en marge du FN. Il y a peut-être moyen de bénéficier de la "vague bleu Marine", qui est bien réelle. Je trouve que certains ont tort de s'ingénier à ne pas reconnaître à MLP son incontestable charisme et ses incontestables qualités de locomotive.

S'il vous plaît ne m'en veuillez pas. Je me pose simplement la question, et en plus je ne suis pas français. Dans mon pays, la Suisse, on a l'impression que Marine Le Pen a l'ambition de faire une UDC à la française. L'UDC est un parti qui n'a pas, contrairement au FN, de passé ultra. C'est une dissidence du parti... radical, tout simplement. L'UDC pourrait se comparer à l'ex CNIP français, sauf que l'UDC a eu une évolution conservatrice patriotique et eurosceptique alors que le CNIP n'a plus aucun profil. Force est de constater que l'UDC a des succès importants en Suisse, ce qui lui permet d'avoir une influence réelle sans être "stérilisée", bien qu'on sente une sourde coalition de "front républicain" contre ce parti. Mais l'UDC est devenue incontournable.

J'ai lu des propos très élogieux de Robert Spieler au sujet de l'UDC qu'il considère comme un "modèle".

Je me demande si les nationaux et nationalistes français purs et durs ne devraient pas faire une nouvelle analyse de situation en mettant leurs affects un peu de côté et s'ils ne devraient pas donner une chance à Marine Le Pen de faire son UDC à la française.

Enfin, au sujet de la dédiabolisation, je pense que malgré tous les efforts de la fille, votre chère LICRA se chargera de continuer à la diaboliser comme le père. Elle finira par s'apercevoir que c'est peine perdue et le naturel reviendra au galop. Il me semble d'ailleurs qu'il est déjà bien revenu, le naturel de la fille Le Pen.

Écrit par : Helveticus | 04/05/2012

Mon expression "appeler à voter" n'avait pas de sens, je voulais dire, "pour qui voterez-vous ? ou "que ferez-vous ?",moi aussi, je resterai à demeure ! Le lobby est très content, il a toutes les clefs en main, qu'on le veuille on non.

Écrit par : Lou | 04/05/2012

Excellent, Lou !! La meilleure preuve que MLP est en dehors du système, c'est bien que le dit système n'en veut absolument pas (Voir la haine affichée des El Kabach, Clarke, lapix et Ferrari)

Écrit par : simon | 04/05/2012

cher ami suisse,

libre à vous de succomber aux charmes de mlp. vous comprendrez néanmoins que moi j'y sois totalement hermétique.
ceci dit, vous ne semblez pas connaître la nature exacte du fn. lisez donc mon bouquin, vous en saurez un peu plus long.
pour faire court, sachez que le fn ne songe nullement à rassembler le camp dit national, c'est exactement le contraire. le clan le pen vise exclusivement à garder le magot dans la famille et pour ce faire, considère vital de rester entre soi. l'idée est de ne surtout pas faire entrer de gens qui à terme pourraient vouloir leur disputer la tête du mouvement.
les le pen n'ont besoin que d'affidés et de clients, pas de têtes pensantes. d'ailleurs, à force de virer tout le monde, ils n'en ont plus, c'est vrai, mais s'en fichent. les électeurs ne le savent pas, c'est tout ce qui compte.

"le FN a devant lui une belle dynamique politique et des perspectives d'implantation très intéressantes". c'est faux, le fn est électoralement aujourd'hui à peu près au même stade qu'il y a 15 ans et nettement moins bien implanté qu'alors. ne croyez pas ce que racontent les médias qui ont intérêt à agiter l'épouvantail à intervalles réguliers et à faire monter la mayonnaise. la "vague bleu marine" est plus dans leur tête que dans les urnes.
vous allez voir ce qui en restera aux législatives: exactement comme d'habitude, c'est-à-dire rien.

voilà, c'est brutal mais vrai. le fn est un obstacle aux idées nationales. il occupe, avec la complicité du système, un terrain dont il ne fait rien pour le pays. et surtout, toujours avec la complicité active du système, il empêche l'émergence d'une vraie opposition.

Écrit par : anne kling | 04/05/2012

Pour aller dans le sens du message de Madame Kling, il est vrai que l'implantation du FN aujourd'hui est zéro.

Quant aux cadres de valeurs, ils ont tous été virés ou sont partis écœurés et bien sur le Front Marioniste a bien fait attention de ne surtout pas les remplacer.
Si le FN devait demain accéder au pouvoir, ils seraient bien dans la mouise car personne chez eux est à la hauteur.

Écrit par : Mur du Sion | 04/05/2012

Supposons que vous ayez raison, après tout Anne a dû étudier ses papiers sur le sujet ! En ce cas, qui voyez-vous monter ? Autour de qui voulez-vous que la droite nationale se rassemble et se constitue ? Les medias juifs bouclant tout, comment voulez-vous qu'une opposition réelle puisse monter ? C'est bien beau votre défaitisme : mais, bon sang, Donnez nous un espoir ! J'ai quand même des doutes sur un Carl Lang, qui ne veut pas de mlp, et appelle à voter sarko, on cauchemarde !

Écrit par : Lou | 06/05/2012

Les commentaires sont fermés.