Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2012

IL Y A IDEES … ET IDEES

Il suffit de ne pas confondre, voilà tout. Un correspondant a adressé la lettre ci-dessous au ministère de l’Intérieur, tenu par un dénommé Claude Guéant :

 

imagesCADH6LHG.jpg

 

« Monsieur le Ministre,

            Vous êtes soit un ignorant soit un menteur, l'un ou l'autre vous disqualifiant pour les fonctions de ministre d'Etat.

            Dans le journal télévisé de France 2, à 20H, le 21/03/2012, à Mme Anne-Charlotte Hinet qui vous questionnait sur l'arrestation tardive de Mohamed Merah, vous avez osé répondre: "Madame, en France, vous n'arrêtez pas quelqu'un simplement parce qu'il professe des idées."

            Dans ce cas, je vous prie de m'expliquer l'existence de la Loi Gayssot (1990) qui institue un délit d'opinion, contrevenant ainsi à l'article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Loi qui a permis l'incarcération de Vincent Reynouard (innocent de toute atteinte aux personnes ou aux biens) pour 1 an.

            D'autre part, je vous rappelle qu'en France, sous le même régime républicain, le 6 février 1945, l'écrivain Robert Brasillach a été fusillé uniquement pour ses écrits et paroles.

            Nous sommes en droit d'attendre un démenti et des excuses publiques sur la même chaîne. »

(lettre signée, bien entendu)

 

13:08 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Mais non voyons, le ministre a raison, les lois liberticides ne sont faites que pour une certaines catégories de gens, ceux qui nient l'évidence, l'histoire triturée par les politiques, ceux là sont dangereux, à neutraliser. Quant à ceux qui sont armés dans les banlieues, ben oui ils ont des armes d'ailleurs ils (les politiques) le savent très bien mais ce n'est pas grave, ils laissent faire. Sur le tueur de Toulouse les médias ne se posent même pas la question de savoir s'il ni avait pas une logistique derrière ? Était il vraiment seul ? Et puis enfin le comble, il faisait l'objet d'une surveillance par un ou des services de police, et ça c'est embarrassant pour le pouvoir !!!!! comme le dit Juppé on peut se poser la question.

Écrit par : Yves | 23/03/2012

Les commentaires sont fermés.