Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2012

LES PROGRESSISTES (suite)

 

banniere_mels_urss.jpg

J’ai eu la curiosité d’aller hier sur le site des « progressistes », à savoir le « pôle de renaissance communiste en France », ou encore « initiative communiste », et j’y ai découvert une info qui m’a étonnée.

 

Sur le site, les « progressistes » s’étouffaient d’indignation à propos d’une initiative du Parlement européen visant à instaurer une journée de commémoration des crimes communistes. C’est vrai, ça. Des crimes ? Quels crimes ? Et ils proposaient une pétition pour combattre une idée aussi révoltante qu’incongrue.

 

Bon, ce n’est pas un scoop que je vous révèle là, toute cette affaire remonte à 2008. Le curieux, c’est que je n’en avais jamais entendu parler. J’ai pourtant entendu parler de bien d’autres journées de commémoration, de celles qu’il est impossible de rater car elles sont annoncées à coup de shofar matin, midi et soir. Mais de celle-là, jamais.

 

Comme vous êtes peut-être dans le même cas que moi, cela méritait d’aller y voir de plus près.

En effet, le 23 septembre 2008, le Parlement européen, dans un élan de courage tout à fait inédit, adoptait une Déclaration proclamant le 23 août,  journée européenne de commémoration des victimes du stalinisme et du nazisme, « afin de conserver la mémoire des victimes des exterminations et déportations de masse, tout en enracinant plus solidement la démocratie et en renforçant la paix et la stabilité sur notre continent ».

Victimes du stalinisme et du nazisme, naturellement. Oui, parce qu’évidemment, le Parlement européen n’est pas allé jusqu’au bout de sa démarche. Pour contrebalancer une audace aussi flagrante, il fallait obligatoirement y associer les infâmes de service.

Et puis aussi, évoquer uniquement les victimes du stalinisme permettait d’évacuer discrètement sous le tapis tous les crimes qui avaient précédé l’arrivée au pouvoir du petit père des peuples. Crimes qui n’étaient pas le fait de Staline, mais de certains révolutionnaires que nous connaissons bien.

Parapluie supplémentaire : pour se garder de toute polémique, les eurodéputés avaient pris grand soin de rappeler le caractère unique de l'Holocauste. Car il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes.

Mais enfin, ne chipotons pas, un certain début d’idée y était quand même.

 

Pourquoi le 23 août ? Parce que c’était la date anniversaire du pacte Molotov-Ribbentrop, conclu le 23 août 1939 entre l'Union soviétique et l'Allemagne.

 

Manque de bol, le 23 août est également la date retenue par l’UNESCO pour commémorer le souvenir de la traite négrière et de son abolition. Fatal télescopage de repentances et commémorations.

 

J’ignore si c’est en raison de ce carambolage de date, ou pour toute  autre mystérieuse raison, toujours est-il que je n’ai jamais entendu parler en France de cérémonies de commémoration dédiées aux victimes du communisme. Disparue, passée à la trappe, la décision européenne.

 

Les communistes français de tout poil et obédience ont hurlé comme un seul homme à la falsification de l’histoire et à la chasse aux sorcières. Ils avaient raison de gueuler, plus c’est gros mieux ça passe. Et dans ce domaine, ils en connaissent un rayon. Même Mélenchon, eurodéputé grassement rétribué comme ses petits copains, y était allé de son couplet scandalisé.

 

Le texte de la pétition est un petit bijou dans son genre, mêlant réécriture de l’histoire, amalgames, outrances et omissions en tous genres. Petits extraits choisis :

 

« L’hypocrisie de l’association [communistes/nazis] est une insulte aux communistes qui ont toujours été les résistants les plus déterminés au fascisme, avant, pendant et après l’occupation.

 

L’anticommunisme fut le cheval de Troie de l’hitlérisme, les falsificateurs, par des campagnes médiatiques déchaînées et répétées voudraient reporter les crimes d’extermination massive commis par les nazis sur le compte de ceux qui les combattaient. Nous sommes en présence d’une scandaleuse falsification historique.

 

Les auteurs du texte voté, le 23 septembre 2008, par le parlement européen, se moquent bien de l’histoire, ils veulent seulement amplifier leur campagne anticommuniste en utilisant le prétexte du Pacte de non-agression germano-soviétique, du 23 août 1939. Ils pratiquent ainsi un odieux amalgame entre le 3ème Reich et l’URSS.

 

Les eurodéputés français qui ont signé et voté le texte immonde du parlement européen et ceux qui pourraient le soumettre au parlement français rejoignent la légion anticommuniste de Daladier, Raynaud, Sérol qui porta le félon Pétain au pouvoir lors du coup d’Etat, du 10 juillet 1940, à Vichy.

 

À la vérité ces eurodéputés voudraient que le parlement français obtempère à leur scandaleuse démarche, mais rien  ne l’y oblige en l’état.

Députés et Sénateurs du Parlement français, nous vous interpellons solennellement. Vous êtes élus pour représenter la souveraineté du peuple. Si elle venait en débat, rejetez cette proposition infâme d’ « une journée du 23 août », insultante pour la France.

 

Travailleurs, démocrates, républicains et patriotes, signez et faites signer notre appel au parlement. Constituez partout des coordinations locale et/ou départementale de la flamme de la Résistance pour défendre la mémoire de nos héros et des martyrs. »

 

 

J’ai assez l’impression que ces grands démocrates ont su se faire entendre à haut niveau. Pour ceux qui l’ignoreraient encore, l’influence et l’idéologie communistes restent hélas massives en France.

 

Idéologie et influence financées de surcroît par le contribuable : vous serez étonnés d’apprendre que le parti communiste est le 3e parti le plus riche du pays après le PS et l’UMP. Son dernier financement public s’est monté à la bagatelle de 32 004 975 €.

 

Oui, plus de 32 millions versés par le contribuable pour entretenir cette idéologie perverse.* Aujourd’hui. En France. Avant de nous occuper de porter la guerre à l’étranger, nous ferions bien mieux de nettoyer nos propres écuries d’Augias.

 

 

 

* Sans parler de tous les petits copains qui touchent aussi (voir http://www.observatoiredessubventions.com/)

 

Source : http://www.initiative-communiste.fr/wordpress/?p=2441  

 

Commentaires

"Falsification historique !!!.... Dans la bouche des thuriféraires obstinés de tous ceux qui ont élevé la chose au niveau des beaux-arts - notamment par le bidouillage systématique des PHOTOGRAPHIES -, ces glapissements outragés auraient plutôt de quoi susciter le fou rire... Mais aussi la rage, en songeant aux dizaines de millions de victimes de cette abomination absolue qu'aura été le communisme, PARTOUT, TOUJOURS ET SOUS TOUTES SES FORMES, Y COMPRIS LA FORME HEXAGONALE.

Les Mélenchon et autres marxistoïdes sont décidément des charognes puantes.

Écrit par : Martial | 28/02/2012

Les crimes du bolchevisme sont largement antérieurs au pacte germano-soviétique.

La date du 20 décembre 1917 (création de la Tcheka) serait plus pertinente.

Lire des bouquins intéressants:

"Barbelés Rouges" d?Ivan Solunievitch, l'un des rares à avoir réussi une évasion de l'USLON et qui fonda Bustro Pais en Argentine ensuite, livre paru dans les années 30 en Allemagne (traduction française inconnue);

"Au pays du NEP et de la Tchéka" de Boris CEDERHOLM, Finlandais qui fut Capitaine de second rang de la marine Impériale Russe et qui, alors commercial pour une société sud-américaine, se retrouva aux Solovki en 1925 pour plus de deux ans. Témoignage publié en français dès 1928.

Comme quoi, personne ne peut dire qu'on ne savait pas.

Écrit par : Tchetnik | 28/02/2012

C'est tout de même curieux que "stalinisme" soit retenu au lieu de communisme qui me semble plus approprié, à croire qu'un groupe de pression doit en vouloir beaucoup à Staline, alors que les goulags était déjà existant avant Staline. A mon avis, c'est les procès de Moscou que le groupe de pression n'a toujours pas digéré, vu le nombre de non-goys passé à la peine capitale, cela me paraît le plus évident. Et puis entre les troskytes et les staliniens, aux différents partis communistes et internationalistes, çà n'a jamais été le grand amour, question lequel des 2 qui a le plus de non-goys, je pense que la réponse de ma pensée le confirmera.

Écrit par : Olivier V | 29/02/2012

" à croire qu'un groupe de pression doit en vouloir beaucoup à Staline,"
A mon avis , c'est surtout pour épargner le communisme !

Quant au groupe de pression qui en voudrait à Staline , c'est loin d' être certain ,car il a surtout massacré des" non élus " ...

Écrit par : anonyme | 29/02/2012

Souvenez-vous fin février lorsque Claude Guéant avait exprimé la conviction que "toutes les civilisations ne se valent pas", un député PS s'était alors lancé dans un réquisitoire "rappelant les heures plus sombres de notre histoire" sur le racisme, la xénophobie, l'antisémitisme, la Shoah, etc mais en oubliant bien évidement le bienfaiteur de l'humanité qu'est le communisme (qui n'est pas mort) et ses 100 millions de victimes.

Écrit par : Yves | 05/03/2012

Les commentaires sont fermés.