Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2012

TRANS-EUROPE EXPRESS…

En rangeant mes petits papiers, je tombe sur une coupure de presse parue dans les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA) le 21 août 1992. Bientôt 20 ans. Il s’agissait de la critique (terme particulièrement impropre, mais enfin, je n’en trouve pas d’autre) d’un opuscule que venait tout juste de pondre Jean-Louis Bianco, alors ministre mitterrandien des Transports. M. le Ministre s’était risqué, sans doute pour se distraire cet été là, et aussi plus vraisemblablement pour des raisons plus électorales, à un genre particulièrement casse-gueule : la politique-fiction. Un genre que j’affectionne, surtout avec le recul.

 

Vos yeux émerveillés vont (re)découvrir ci-dessous, sous la plume admirative d’un plumitif des DNA, l’Europe des mille et une merveilles que nous promettait ce bon Jean-Louis en 1992. Une Europe bien socialiste où tous les petits copains se partageaient de formidables fromages dans l’allégresse et la prospérité générales. Il s’agissait alors de faire passer la pilule du traité de Maastricht (février 1992) et d’agiter sous le nez des Français déjà passablement réticents des oripeaux étincelants, aux couleurs de l’arc en ciel.

 

20 ans après, ce qu’est devenue l’Europe des technocrates bruxellois dominée par une pensée unique étouffante – gauche/droite réunies et confondues dans le même mépris des peuples - fait plus penser à un corbillard qu’à un train de luxe. Mais se trouve-t-il un seul journaliste pour aller demander quelques comptes à l’ancien délirant alors ministre et aujourd’hui toujours député ? Et éventuellement lui rappeler que le « rare optimisme », lorsque l’on est un responsable politique, ça porte en principe un autre nom.

 

 

imagesCAGA21VB.jpg

 

 "Trans-Europe express ..."

 

« Un voyage en première classe pour le « oui » à Maastricht, avec Jean-Louis Bianco, le ministre de l’Equipement et des Transports dans le rôle de la motrice. Le roman de politique-fiction le plus chaud de l’été aurait pu s’intituler : Maastricht, dix ans après …

 

180 pages : « Trans-Europe express » se lit comme un polar. D’abord le décor : l’Europe, en l’an 2002. Soit vingt pays au total. La Communauté européenne vient d’accueillir la Bohême, la Slovénie et la Hongrie, après l’Autriche, la Norvège, la Suisse, la Finlande et la Suède. Après le « référendum d’infirmation de  1996 » le Danemark a enfin ratifié le traité d’union …

 

Au Parlement de Strasbourg, les décisions sont prises à la majorité relative : « 10 voix pour les grands pays, 2 pour les petits … ».

Ensuite les personnages. En Afrique du Sud, Nelson Mandela a été élu président. C’est un socialiste, Bjorn Engholm, qui est maintenant chancelier d’Allemagne … Felipe Gonzales, dans le fauteuil de Jacques Delors est désormais président de l’Europe, Bernard Kouchner, prix Nobel de la paix, est toujours entre deux avions cargos. On consulte toujours François Mitterrand, retiré à Latché … Mais au fait, qu’est devenu Jean-Louis Bianco ? L’auteur, par modestie, reste muet.

 

Rare optimisme

 

L’Europe de Maastricht, qui effrayait tant en 1992, marche en 2002. Et plutôt bien. En cinq récits, enlevés comme les meilleurs thrillers, plausibles comme le réveil des vieilles nations de l’Europe centrale, Jean-Louis Bianco nous a peaufiné un cours de géopolitique d’un rare optimisme.

Exemples :

Dans l’ex-Yougoslavie, le Kosovo a été pacifié grâce à l’intervention de l’Eurocorps, le corps d’armée européen, dont les bases avaient été jetées au printemps dernier lors du sommet franco-allemand de La Rochelle. Une revanche épistolaire sur les affaires croates et bosniaques de 1992 …

 

« La guerre des monnaies n’a pas eu lieu », un accord ECU-dollar-yen a pu être signé à temps. Les billets de la banque européenne sont à l’effigie de Charlemagne, Léonard de Vinci et Newton …

Arrêt à Strasbourg. « Malgré l’heure de pointe, la circulation était fluide. Le centre-ville était devenu piéton depuis la décision de Catherine Trautmann. Les commerçants avaient commencé par protester et puis finalement les vélos avaient fait leur apparition ».

 

Le Parlement « des vingt » vient de créer « Europol » pour gagner la bataille de la drogue contre la Mafia. Le héros de l’épisode « traverse le Kristkindelmark. On est à la veille de Noël. Il achète les DNA qui titrent sur toute la largeur de la une : l’Europe stoppe la Mafia ».

 

« J’ai voulu parler de l’avenir, parce que c’est le pays où je compte passer le restant de mes jours » confesse Jean-Louis Bianco dans la préface. Reste au ministre le devoir de dépasser la fiction du conteur. »

 

                                

 

                                  xxx

 

Ah, mais c’est que la fiction, c’est quand même plus commode que l’action. Il n’y a qu’un énarque distingué pour pondre une phrase pareille sans en mesurer la connerie : « Les commerçants avaient commencé par protester et puis finalement les vélos avaient fait leur apparition ».

 

Vachement pratiques, les vélos, en plein hiver, quand on a deux ou trois gosses à déposer à l’école et à rechercher, avant d’aller soi-même au boulot. Il est vrai que ces impayables donneurs de leçons, avec leurs chauffeurs, ne connaissent pas ces menus problèmes.

 

Qui est Jean-Louis Bianco ? Entre autres un chantre forcené de l’immigration massive dont vous retrouverez le pedigree dans les archives du blog (21/4/11).

 

Commentaires

Ce que l'on constate notamment, à lecture de ce sirop révulsif, c'est que les DNA (Désolantes Niaiseries d'Alsace) avaient déjà la langue râpée à force de lécher des fondements de gauche... Aujourd'hui, elle en est aux fondements d'extrême gauche, mais que lui reste-t-il de langue pour faire son office ?..........

Écrit par : Martial | 22/02/2012

Bonsoir Anne,

Mister BIANCO ne serait-il pas plutôt entré en transes-europ-expresses ????

Écrit par : elsassland | 23/02/2012

Les commentaires sont fermés.