Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2011

AMALGAMONS, AMALGAMONS, IL EN RESTERA TOUJOURS QUELQUE CHOSE …

L’affaire Dreyfus et l’affaire Frank mises sur le même pied : celui de l’Antisémitisme avec un grand A. Je n’ai pas vraiment le temps d’épiloguer, mais vous arriverez bien à le faire tous seuls…

 

Lisez d’abord la nouvelle qui suit, diffusée par le CRIF. Vous lirez ensuite un éclairage concernant l’affaire Frank paru sur le blog en août 2007 :

 

 

1)   « L’affaire Dreyfus en France, l’affaire Frank aux Etats-Unis : la machine infernale

 
 

 

Etudier et mettre en parallèle l’affaire Dreyfus et l’affaire Frank, « Dreyfus en Amérique » pour certains, nous incite à observer le fonctionnement de nos démocraties contemporaines pour défendre une certaine idée de l’Etat de droit et porter un regard sur le sens des « indignations » et de l’engagement dreyfusard aujourd’hui. L’Université américaine de droit TOURO LAW CENTER a choisi de mettre en parallèle ces deux affaires pour son prestigieux événement quadriennal cette année, les 5, 6 et 7 juillet 2011 à Paris:

 

« PERSECUTION THROUGH PROSECUTION : ALFRED DREYFUS, LEO FRANK AND THE INFERNAL MACHINE »

 

gg.jpgL’affaire Dreyfus en France, l’affaire Frank aux Etats-Unis : la machine infernale TOURO LAW Center bénéficie du soutien, en France, de deux partenaires particulièrement actifs et engagés, l’American Jewish Committee (AJC) et le Conseil Représentatif des Institutions Juives de France (CRIF) ainsi que d’un partenariat avec l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (IEP Paris). L’événement a, en outre, obtenu le haut patronage de Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République Française. TOURO LAW a inscrit les huits sessions du Colloque autour du jeu des engrenages, ceux de la « machine infernale » dans laquelle la politique, la justice, les médias, et l’opinion publique sont étroitement imbriqués.

 

Pendant trois jours, dans des lieux parisiens emblématiques liés à l’affaire Dreyfus, les plus renommés spécialistes livreront en séance leur expertise et leur éclairage pour étudier comment ces deux affaires se sont muées en « machines infernales ». Ils s’efforceront d’alimenter la réflexion sur le sens qu’a pris, depuis l’Affaire Dreyfus et jusqu’à aujourd’hui, la notion d’engagement dreyfusard. En effet, au-delà de la place fondatrice qu’occupe l’Affaire dans notre modernité républicaine, les débats qu’elle continue de soulever, en France et aux Etats-Unis, renvoient à des enjeux contemporains. Les affaires Alfred Dreyfus et Léo Frank, en raison de leur dimension et de leurs caractères, ont dépassé les parcours individuels de cet officier juif français en 1895 injustement condamé pour haute trahison à la détention à perpétuité et déporté, et de cet industriel juif américain en 1915 accusé, déshonoré, condamné puis lynché pour un meurtre qu’il n’a pas commis.

 

Cette nouvelle mise en perspective vise à révéler la modernité de ces deux affaires jusqu’aux interrogations les plus actuelles sur l’articulation de la défense des particuliers et des droits universels et la manière de définir les priorités et les argumentaires face aux différentes formes de racismes et d’antisémitismes aujourd’hui.

 

C’est en s’appuyant sur les interventions interdiscliplinaires de tous les experts présents et dans le prolongement de son engagement civique que le TOURO LAW Center a décidé de poursuivre le débat et le combat pour la justice. Chaque session se tiendra devant plus d’une centaine de participants invités. L’événement est ouvert au public sur invitation. »

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=25367&artyd=2

 

 

2)   L’AFFAIRE LEO FRANK ET L’ANTI-DEFAMATION LEAGUE

imagesCAM0RIY1.jpgNous avons déjà parlé de la rubrique intitulée Souviens-toi ! publiée chaque jour sur Guysen International News. Aujourd’hui, elle évoque, entre autres, la mort de Leo Max Frank survenue le 17 août 1915 à Atlanta dans des circonstances très particulières qui rejoignent par bien des aspects notre propos habituel.

Dans l'affaire Leo Frank, le crime commis n'a jamais été réellement élucidé et bien que les faits remontent à présent à plus de 90 ans, ils continuent à déchaîner les passions car il y est question … d’antisémitisme. Autant dire que voilà un crime qui ne risque pas de sombrer dans l’oubli.           

S’agissant des faits, survenus en 1913, Guysen nous apprend ceci : Un juif d’origine allemande nommé Leo Max Frank, ingénieur habitant Atlanta (Georgie, Etats-Unis), est accusé du meurtre d’une jeune fille âgée de treize ans, Mary Phagans. Il est arrêté en dépit du manque de preuves. Avec l’ouverture de son procès, l’attitude antisémite de la population et du jury devient manifeste. La presse se livre à une campagne antisémite, et, dans ce contexte, les jurés déclarent Leo Max Frank coupable et le condamnent à mort. Mais le gouverneur de Georgie, Slanton, commue sa peine en prison à vie. Une foule rendue enragée arrache Leo Max Frank à sa prison et le lynche en psalmodiant des slogans antisémites. D’autres juifs sont agressés et beaucoup s’enfuiront de Georgie. En mars 1986, Leo Max Frank est réhabilité à titre posthume.

En se penchant d’un peu plus près sur la question, on se rend vite compte que les faits ne sont pas si lisses que cela et qu’en réalité, les juges avaient deux beaux présumés coupables à leur disposition : un juif, certes, mais aussi… un noir, nommé Jim Conley. Nous sommes à Atlanta, ne l’oublions pas. Et voilà que c’est sur le juif que le couperet tombe ! quel incroyable racisme ! Il faut noter pourtant que le jury comprenait quatre juifs et aucun noir, les deux pressentis ayant été récusés par la défense de Frank, à savoir huit avocats.

Loin de moi l’idée de prendre la moindre position dans cette sombre affaire. Elle est décrite avec beaucoup de détails dans Wikipedia version anglaise. Elle m’inspire simplement quelques réflexions.

Ainsi, l’Anti-Defamation League, elle-même émanation du B’nai B’rith, est née en 1913 à la suite de ce fait divers. Dès que l’un des leurs est accusé, les responsables juifs font bloc. L’ADL présentera systématiquement par la suite Leo Frank comme une victime de l’antisémitisme.

Et les années ont beau passer, rien n’est oublié. Comment réhabiliter cette victime de l’antisémitisme le plus odieux ? Miracle ! voilà que tout à coup, après 69 ans de silence, LE témoin se manifeste. Il y aura mis le temps, mais mieux vaut tard que jamais, n’est ce pas ? Donc, un dénommé Alonzo Mann révèle en 1982, à l’âge de 84 ans, qu’il a bel et bien vu jadis le noir transporter le corps de la victime. C'était donc lui le coupable! S’il n’a rien dit jusqu’alors, c’est qu’il avait peur !

L’ADL va donc présenter une première demande de réhabilitation de Frank en 1983, que l’Etat de Géorgie refuse. Qu’à cela ne tienne. L’ADL représentera une seconde demande en 1986. Cette fois-ci, l’Etat de Géorgie « accordera son pardon » et reconnaîtra son incapacité à avoir protégé efficacement l’accusé durant son incarcération. Ce qui ne veut pas dire, contrairement à ce qu’affirme Guysen, qu’il a été absous d’un crime resté irrésolu.

(blog La France LICRAtisée – 17/08/2007)

Commentaires

Ils ont oublié l'affaire DSK... qui viendra sûrement achever leur brelan de martyrs de l'antisémitiZZZZme compulsif, avant un très probable carré d'as encore à inventer !

Écrit par : Martial | 29/06/2011

On peut à la rigueur considérer l'antisémitisme comme un racisme. Les français ont longtemps été germanophobe et certain le sont encore sans que cela n'émeuve personne; des allemands étaient et sont encore francophobe. Avant et pendant les guerres, ces sentiments sont encouragés par les gouvernements de tous les pays belligérants. Les juifs considèrent ils que nous sommes en guerres contre eux pour nous prêter ces sentiments à leur égard, il faudrait en ce cas admettre qu'ils se considèrent alors eux mêmes comme des étrangers dans les pays dont ils ont pourtant la citoyenneté et qu'ils se considèrent en guerre contre les goys. Pas tous bien sur, mais en général la solidarité pour les juifs s’arrêtent à ceux de leur communauté et il est probable que même si la culpabilité de l'un des leurs est avéré, cette solidarité les poussera à réclamé la révision de son procès jusqu’à ce qu'il soit innocenté. L'accusation d'antisémitisme n'a pas beaucoup de sens pour un goy non religieux qui considère plutôt les juifs avant tout comme des adeptes d'une religion assez archaïque et raciste d’ailleurs. C'est la seule chose qu'ils ont tous en commun et non pas la race, c'est plus cette religion raciste qui fait d'eux des individus en guerre perpétuelle contre leurs semblables non juifs. Il faut cesser de se sentir coupable sous l’accusation absurde d'antisémitisme qui ne signifie rien car le "problème juif" ne vient pas du "sémitisme" il y a longtemps que les hébreux sémites n'existent plus, sauf dans l'esprit de certains qui y trouve un intérêt, comme celui d'exploiter l'antisémitisme. Car, bien sur, les juifs n'ont aucun intérêt à ce que le débat sorte du domaine irrationnel des sentiments, comme l'est tout racisme, et il faut reconnaitre que les "antisémites" les aident bien en n'attaquant pas les juifs pour ce qu'ils sont avant tout, des juifs adeptes du judaïsme et non pas des sémites.

Écrit par : NYH | 29/06/2011

@ NYH
Les sémites existent bien et les juifs sont des sémites !
Je suis très loin d'être judéophile !
Beaucoup de juifs , surtout dans les media, répètent à l'envi qu'être juif ce n'est pas une race , seulement une religion.
C'est faux .
Il serait intéressant de comprendre pourquoi ce mot d'ordre a été lancé depuis de très nombreuses années.

Écrit par : anonyme | 02/07/2011

very good post and i like !

Écrit par : mbt en france | 04/07/2011

anonyme. La très grande (et néfaste) influence des juifs sur l’Église , depuis quelques années surtout, est elle du au fait qu'ils sont adeptes du judaïsme ou au fait qu'ils sont sémites, à votre avis? Et pourquoi se sentent ils comme des poissons dans l'eau en milieu chrétien et musulman mais ne pullulent ils pas en Asie qui n'est ni l'une ni l’autre, serait ce une question de climat, défavorable aux sémites? Dans l'antiquité on n'était pas antisémite, Rome et Athènes reprochaient aux juifs d'avoir une religion qui faisait d'eux des ennemis de l'humanité et Titus détruisit leur temple religieux de Jérusalem pour cette raison, alors que la tolérance religieuse était pourtant de rigueur à Rome. De plus vous semblez ignorer que plus de la moitié des juifs, les ashkénazes, sont descendants des khazars caucasiens non sémites, moins en tous cas que les palestiniens arabes et donc bien sémites eux, ce qui fait que les juifs ashkénazes qui les massacrent sont de réels "antisémites" eux par contre.

Écrit par : NYH | 07/07/2011

J'ai jamais compris pourquoi on présente partout l'affaire Dreyfus comme une affaire d'antisémitisme.

À aucun moment de la procédure il n'est évoqué qu'il est de confession israélite ou d'origine juive.

On sait qu'il y a eu une erreur judiciaire, fondée sur un faux bordereau, dans un domaine et à une époque où l'espionnage avec l'Allemagne était une question hyper-sensible. Il se serait appelé Léon Dubois, il aurait été condamné pareil.

Cette erreur a été rejugée, et la condamnation levée.

L'erreur judiciaire du Juge Burgos a été bien pire: il y a eu des vies ruinées et des morts.

Est-ce qu'on en parlera dans 150 ans dans les livres d'histoire ?

Écrit par : le défenseur de Claude L-S | 09/07/2011

@ NHY
Les ashkénazes ressemblent fort aux sefarades , ils ont les mêmes traits .
Il est évident que le communautarisme extrémiste juif n'aurait pu perdurer s'il n' y avait pas une communauté" raciale" .
Je ne crois pas à la thèse khazare.

Écrit par : anonyme | 10/07/2011

anonyme. Avant de croire ou ne pas croire quelque chose, il vaut mieux d'abord se renseigner pou r savoir si cette chose est exact ou inexact. Ce n'est pas parce qu'une chose est admise par la majorité qu'elle n'est pas fausse, c'est même souvent le contraire, car il est plus simple de croire que de chercher la vérité, de plus, les croyances communes sont une nécessité pour la cohésion des peuples et sont donc encouragés par les dirigeants.

Écrit par : NYH | 10/07/2011

@NYH

"moins en tous cas que les palestiniens arabes et donc bien sémites eux, ce qui fait que les juifs ashkénazes qui les massacrent sont de réels "antisémites" eux par contre."

Hum...

La plupart des Palestiniens sont des descendants Philistins (Pelishtim), issus des Peuples de la Mer, donc des Aryens (et ça se voit: faites abstractions du costume et de la langue, vous observez que les Palestiniens ont généralement des traits plus proches de l'européen que les Juifs).

Les Palestiniens sont donc essentiellement des indo-européens islamisés et parlant l'arabe (et portant le costume arabe), certes mélangés à des arabes, mais le fond reste plus proche de nous que les juifs.

Écrit par : Fred | 29/07/2011

Intéressant ces deux histoire:

La Ligue des Droits de l'Homme est née de l'affaire Dreyfus, et l'American defense league de l'affaire Leo Frank.

C'est discriminatoire ces ligues de défense contre les erreurs judiciaires, mais uniquement si ce sont des Juifs.

Gageons que si c'était le noir Jim Conley qui avait été condamné par erreur, l'ADL aurait refusé son adhésion.

Est-ce qu'ils ne seraient pas racistes, ces gens là ?

Écrit par : le défenseur de Claude L-S | 31/07/2011

Fred. En matière d'histoire ancienne rien n'est sur et tout est partiel, aryens sou sémites sont des termes de linguistique qui ne définissent pas de types physique bien définis. Il n'en reste pas moins que les palestiniens s'expriment depuis 1400 ans en arabe, langue sémitique, et que les ashkénazes caucasiens s'exprimaient, il y a peu en, yiddish langue issue su germanique. Ces ashkénazes qui maltraitent les palestiniens se comportent donc en antisémites violents, il semble qu'ils affichent, en Israël, un grand mépris pour les séfarades sémites eux aussi, qu'ils considèrent comme de vulgaires bougnoules. Si les mots ont un sens, les ashkénazes majoritaires chez les juifs, sont selon le définition de ce terme, des antisémites et nous n'avons pas a avoir des scrupules a le leur dire.

Écrit par : NYH | 04/08/2011

HS,
mais je me suis dis que le gaillard devrait vous intéresser !
L'ancien juif, frère Nathanael :
( Une recherche google est également sympa... )

http://www.youtube.com/watch?v=bgJc5ytTm6U&feature=player_embedded

Écrit par : Cosaque | 19/08/2011

@NHY
Ce n'est pas la langue qui fait la race !
Je pense que vous êtes peu physionomiste pour ne pas voir que les ashkénazes sont des sémites , peut-être plus que les séfarades .
Ce n'est pas leur mépris supposé affiché envers leurs frères séfarades qui change quoi que ce soit à leur patrimoine génétique.
" les Palestiniens ont généralement des traits plus proches de l'européen que les Juifs)."
Il est vrai que d'après les images "vues à la télé " , cela parait exact .

Écrit par : anonyme | 25/08/2011

Dans cette affaire, on aura assisté à une manifestation éclatante de l'exercice désormais classique appelé "inversion accusatoire". Si vous êtes juif, influent, riche et socialiste, vous êtes forcément la victime innocente de la menteuse que vous avez violée et qui a eu le culot de le dire. Malgré votre pedigree incroyable chargé en la matière, malgré tous les éléments de preuve matériels recueillis, malgré les casseroles de même métal qui vous attendent un peu partout... Souhaitons que cette sinistre affaire ne fasse pas jurisprudence et que le "précédent DSK" n'influe pas, désormais, sur tous les procès pour viol. C'est peu dire que la conclusion de l'affaire est écoeurante, révoltante, absolument scandaleuse, de même que son traitement médiatique dans l'hexagone. On a envie de foutre son téléviseur par la fenêtre en voyant triompher ce répugnant satrape, bouffi de suffisance, qui se pavane désormais au bras de sa bouchère enrichie. Les poursuites ont été abandonnées FAUTE DE PREUVES SUFFISANTES, ce que la presse couchée ne souligne évidemment pas. Il n'est question que de la "fin du cauchemar" de la victime, c'est-à-dire le violeur plus que présumé. À gerber...

Écrit par : Martial | 26/08/2011

Ce que les juifs ont en commun n'est sûrement pas la religion, 80% des juifs vivants se donnant comme athées !

Écrit par : Raoul | 28/08/2011

Les suédois, les portugais et les iraniens sont tous des aryens pour n'en citer que quelques uns, voyez vous une quelconque ressemblance physique entre eux? Il ne faut pas tout mélanger, les races et le langage qu'elles utilisent.

Écrit par : NYH | 02/09/2011

Raoul
La religion juive n'est pas simplement une religion, c'est aussi un programme politique très ambitieux, auquel adhèrent pratiquement tous les juifs, pas simplement ceux qui se disent religieux, même ceux qui sont athées œuvrent pour la réalisation de cet objectif. Les trois religions du livre ont pratiquement le même but, sauf que la religion juive est une religion ethnique, exclusiviste et raciste, alors que les deux autres sont universalistes et tout le monde peut y adhérer

Écrit par : NYH | 02/09/2011

Des Papes, des cardinaux, des évêques et des prêtres n'ont pas toujours eu la foi chrétienne chevillée au corps, cela ne les a pas empêches de travailler eux aussi pour le triomphe de l’Église. Alors, que des juifs athées en fassent autant pour le judaïsme,rien d'étonnant, non?

Écrit par : NYH | 03/09/2011

Les commentaires sont fermés.