Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2011

C’EST RATE POUR CELUI-LA

klaas faber,hollande,nazis,allemagne,israël,bavière,anne kling,france licratiséeLa Bavière vient de refuser l’extradition de Klaas Faber aux Pays-Bas. Il s’agit-là de l’épilogue d’une affaire qui remonte aux années d’après-guerre.

 

Klaas Faber est né en Hollande en janvier 1922, ce qui lui fait à présent 89 ans bien sonnés. Vous lirez dans Wikipédia (anglais http://en.wikipedia.org/wiki/Klaas_Carel_Faber ) le récit de ses activités durant la guerre, aux Pays-Bas, liées en partie à l’assassinat de son père, en juin 1944, par la communiste hollandaise Hannie Schaft. Toujours est-il qu’il est condamné à mort par un tribunal hollandais en 1947, ainsi que son frère Pieter. Ce dernier sera exécuté en 1948, tandis que Klaas Faber voit sa peine commuée en prison à vie. Il s’échappera en 1952 et gagnera l’Allemagne dont il obtient la nationalité. Il s’installe à Ingolstadt en Bavière où il travaillera pour la firme Audi.

 

Deux demandes d’extradition seront présentées par les Hollandais : la première en 1954 et la seconde …. tranquillement cinquante ans plus tard, en 2004 ! Pourquoi et comment s’étaient-ils brusquement réveillés ? Mystère …

 

De toute façon, à la suite de la première demande, un tribunal allemand avait, en 1957, prononcé  un non-lieu pour manque de preuves. Il n’y avait pas de preuves en 1957, mais tout à coup, il y en avait en 2006 ! Car à cette date, les demandes d’extradition se font plus pressantes, se basant sur de nouvelles « preuves ». Le Centre Simon Wiesenthal s’en mêle ouvertement, ainsi que le gouvernement israélien. En août 2010, une pétition initiée par des juristes de l’Etat hébreu aboutit à une demande officielle adressée à la ministre allemande de la Justice, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger. En novembre de la même année, les autorités néerlandaises émettent un mandat d’arrêt européen contre Faber, mettant en doute la légalité de sa citoyenneté allemande.

 

A ce moment-là, la Bavière avait fait savoir qu’elle examinerait la requête. Car il faut savoir qu’en Allemagne, ce sont les régions, et non le gouvernement central, qui se prononcent sur les demandes d’extradition.

 

La justice bavaroise vient donc de rendre son verdict: elle a refusé l’extradition, opposant ainsi une fin de non-recevoir aux Pays-Bas et un beau camouflet à la ministre allemande qui n’avait pas ménagé ses efforts pour faire plaisir aux Israéliens.

 

L’affaire est donc terminée, ici-bas en tout cas, à la fureur de « l'association américaine des survivants de l'Holocauste et de leurs descendants, [qui] a estimé qu'il s'agissait d'une "offense morale honteuse à la mémoire de ceux qui ont été brutalisés et tués par les nazis et leurs collaborateurs aux Pays-Bas".   

 

"Les victimes de l'occupation des Pays-Bas par les nazis (...) ont été trahies et leur soif de justice méprisée", a ajouté Elan Steinberg, vice-président de l'association. »   

Commentaires

Ils ne se sont pas réveillés par mystère ! La Shoah doit constamment être nourrie : elle a faim, et il reste peu d'os à ronger !

Écrit par : LG | 21/05/2011

Les commentaires sont fermés.