Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2011

L’ENARCHIE DANS TOUTE SA NUISANCE … ET SA LÂCHETE (7)

yy.jpgLes candidats énarques à la fondation du Gisti ne manquent pas dans cette promotion Thomas More. Je soumets aujourd’hui à votre sagacité un nouveau qui me paraît très vraisemblable. N’oublions pas que les indices parlaient tantôt de quatre, tantôt de cinq ou six énarques fondateurs. Voire plus. C’est cette dernière éventualité qui me paraît la plus plausible.

Les indices parlaient aussi « des fondatrices », ce qui indiquerait qu’il y avait au moins deux femmes dans le lot. Nous en avons déjà une. Ils parlaient aussi d’une personne décédée.

Mais parfois, les indices sont trompeurs. Volontairement ou involontairement ? Telle est la question. Exemple : on nous parle de la loi anti-casseurs « de 1969 ». En réalité, la loi anti-casseurs date du 8 juin 1970. Cette affaire de dates n’est pas sans intérêt.

 

Toujours est-il qu’un certain nombre d’indices concordants nous mènent aujourd’hui à :

 

Jean-Paul Huchon

 

ui.jpgOublions son actuel mandat de président de la région Ile-de-France et penchons-nous sur son passé. Emmanuel Ratier nous dit ceci dans son Encyclopédie politique française (éd. 1992) :

 

« Administrateur civil, né le 29 juillet 1946 à Paris. Venu des milieux catholiques progressistes, il a fondé en 1962 avec les militants communistes au lycée Rodin à Paris un comité antifasciste. Il fut également très actif en mai 1968 à Sciences-Po (face à Gérard Longuet d’Occident). Ayant rallié le PSU en 1969, il a été membre du bureau national de 1972 à 1974, chargé des relations internationales (notamment avec le tiers-monde). Il se liera ainsi d’amitié avec le Portugais Mario Soares, le Cambodgien Pol Pot*, le Grec Mikis Theodorakis, etc. Il hébergera même chez lui des militants révolutionnaires, comme ceux du MIR chilien.

 

C’est l’époque où, écrivant dans Tribune socialiste sous le pseudonyme de Lucien Saintonge, il traitait l’écrivain soviétique déporté Soljenitsyne de « valet des impérialistes ». Entré à l’ENA [promotion Thomas More, janvier 1969, mai 1971], où il a cofondé la section CFDT, il frôlera l’exclusion pour avoir officiellement protesté contre la dissolution du groupe maoïste de la Gauche prolétarienne**. Il est entré au ministère des finances en 1971***. (…) Très proche de Michel Rocard, il a été son directeur de cabinet au Plan (1981-1983) et à l’agriculture (1983-85). (…) Il a signé avec Michel Rocard, sous le pseudonyme de Daniel Lenègre (évocation de son rôle et d’un grand-père martiniquais), Le Marché Commun contre l’Europe ».

 

 

* Quelqu’un songe-t-il à lui en faire grief aujourd’hui, et à le diaboliser pour autant ? Et pourtant … Imaginez le tamtam et les hululements d’effroi dans un cas parallèle, à « droite ».

 

** et peut-être aussi pour avoir signé la pétition contre cette fameuse loi anti-casseurs ? Etant donné le personnage, qu’il ne l’ait pas signée serait assez étonnant.

 

*** « à la direction du budget au ministère des Finances (1971- 1975), en mobilité à la division des relations internationales au ministère du travail et des affaires sociales (1975-78) », nous précise le Who’s Who, éd. 1982.

 

Pour la suite de sa carrière, je vous invite à consulter Wikipédia. Mais reconnaissez que c’est un bon candidat, non ? Et qui a l’air d’aimer les pseudonymes …

 

Aux dernières nouvelles, cet ami de Pol Pot connaît quelques ennuis judiciaires. Qui avaient commencé en 2007, où il avait été condamné pour « prise illégale d’intérêts ». Là, depuis le début d’avril, le ciel s’assombrit de nouveau et il est menacé d’inéligibilité. Mais bof, je ne m’inquiète pas outre mesure pour lui …

Les commentaires sont fermés.