Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2011

DIMONA VETUSTE ?

Tout le monde sait qu’Israël ne possède pas l’arme nucléaire puisqu’il ne l’a jamais admis. Mais s’il la possédait, ce serait en un site appelé Dimona. Et du coup, quelques nouvelles se mettent à filtrer, après le désastre survenu au Japon. Des nouvelles de ce type :

dim.jpg« Yossi Melman, analyste militaire, a affirmé que si l’Allemagne a changé les réacteurs de ses centrales nucléaires construites dans les années 1980, il est temps pour Israël de remplacer celui de la centrale de Dimona datant des années 1950. Au début des années 2000, de nombreuses inquiétudes ont été exprimées concernant la vétusté du réacteur déjà vieux de 40 ans. En 2004, par mesure de prévention, les autorités israéliennes ont fait distribuer des tablettes d’iode aux habitants des environs. Le nucléaire militaire est un tabou qui relève plus de la doctrine stratégique que du secret technique.

En 1966, un accident critique s’est produit dans une unité et un employé avait été tué et une zone entière avait été contaminée. En 1990, un incendie a éclaté dans la centrale de Dimona qui a dû être arrêtée pendant une longue période de temps. Il est clair pour de très nombreux observateurs que le danger réel vient du Nord (attaques potentielles du Hezbollah) et non pas obligatoirement lié à la “vétusté” de Dimona.

1. Danger du Nord : selon des estimations des autorités militaires israéliennes relayées par le Maariv, le Hezbollah se serait équipé de missiles de longue portée capables d’atteindre le centre d’Israël, voire la ville de Dimona, dans le nord du Néguev.

2. Vétusté et santé. Un article paru il y a de cela quelques années déjà : "Une cinquantaine d’employés de la centrale nucléaire israélienne de Dimona (sud) atteints du cancer ont manifesté mardi près du réacteur. “Nous sommes les victimes de la centrale nucléaire”, ont crié les manifestants, réunis face à la Cité de recherche atomique, près la ville de Dimona dans un mouvement de protestation sans précédent, brandissant des banderoles sur lesquelles était notamment écrit : “Jusqu’à quand nous tairons-nous?”.

L’organisateur de la manifestation, Yossi Kalifa, a indiqué à qu’il représentait son père, Yehuda Kalifa, cancéreux depuis 10 ans, après avoir travaillé à la centrale plus d’une trentaine d’années.

“Quelques-uns de ses collègues, également atteints par la maladie, sont déjà décédés”, a-t-il dit en expliquant que lui et ses camarades demandaient “une reconnaissance par la Sécurité sociale de leur maladie comme un accident de travail”. La direction de la centrale a promis aux manifestants d’examiner leur cas, a indiqué M. Kalifa. Par ailleurs, a rapporté mardi la presse, les employés de la Cité de recherche nucléaire mènent un autre combat contre la direction, pour une amélioration de leurs conditions salariales.

Ils ont entamé une grève dimanche, avant de la suspendre lundi, à la demande du ministère des Finances et de la centrale syndicale Histadrout, se donnant trois jours pour régler le différend, selon le quotidien Yediot Aharonot. Israël, qui dispose de deux centrales nucléaires, à Dimona et à Nahal Sorek, au sud de Tel-Aviv, n’a jamais reconnu disposer d’un arsenal nucléaire.»

Source : http://www.israelvalley.com/news/2011/03/19/30857/israelv...

Les commentaires sont fermés.