Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2011

GIANFRANCO FINI : HISTOIRE D’UNE DEDIABOLISATION

oo.jpgNé en 1952, il commence sa carrière politique au Front de la Jeunesse du Mouvement Social Italien. Il grimpe ensuite les échelons au sein du MSI. pour finir par succéder en 1987 à Giorgio Almirante comme secrétaire national. Il a trente cinq ans.

Il ne craint pas alors de défendre le fascisme et évoque la mémoire de Mussolini en ces termes: « Personne ne peut nous demander d'abjurer notre matrice fasciste » (1990),  « Mussolini a été le plus grand homme d'État du XXe siècle. Et s'il vivait aujourd'hui, il garantirait la liberté des Italiens », « …Celui qui a été vaincu par les armes mais non pas par l'histoire est destiné à goûter à la douce saveur de la revanche… Après presque un demi-siècle, le fascisme est idéalement vivant.» (1992). « Mussolini a été le plus grand homme d'État du siècle… Il y a des phases dans lesquelles la liberté n'est pas parmi les valeurs prééminentes.» (1994).

Mais voilà, en 1993, il s’est présenté aux municipales de Rome et commence à voir les choses d'un autre œil. Sentant bien que le qualificatif de « fasciste » attaché au MSI est un boulet qui fera couler à pic ses ambitions, il décide de recentrer son mouvement. Dans un premier temps, il récuse les termes de fasciste ou de néo-fasciste pour celui de postfasciste. C’est un premier pas, mais bien insuffisant.

Il entre au gouvernement en 1994 dans la coalition de Silvio Berlusconi et se heurte à l’hostilité de collègues étrangers qui refusent carrément de traiter avec lui en raison de la diabolisation qui s’attache à son parti. Cette fois, il faut aller beaucoup plus loin et relooker de pied en cap le mouvement pour le rendre compatible au système.

Ce sera chose faite en janvier 1995. Exit le MSI et bienvenue à l’Alliance nationale, qu’il préside, naturellement. Ce qu’il souhaite désormais, c’est abandonner toute référence au fascisme particulièrement honni par un système dont il a entrevu les séductions et devenir un parti de droite modérée. De faire enfin partie des vrais élus ! Dès cette “rénovation” de 1995, il va très loin dans le reniement: «È giusto chiedere alla destra italiana di affermare senza reticenza che l'antifascismo fu un momento storicamente essenziale per il ritorno dei valori democratici che il fascismo aveva conculcato». (Il est juste de demander à la droite italienne d’affirmer sans réticence que l’antifascisme fut un moment essentiel de l’histoire, qui a rétabli les valeurs démocratiques que le fascisme avait niées).

A partir de ce moment-là, ayant fait repentance en bonne et due forme, il est agréé. Il se rend en 2003 en Israël pour s’y faire confirmer avec éclat son certificat de bonne conduite. Il ne manquera pas d’y cracher sur ses anciennes amours, déclarant que le fascisme « fut le mal absolu » du XXe siècle et que le règne de Mussolini fut « un chapitre honteux de l'Histoire de notre peuple »

Voici ce qu’il écrira à Yad Vashem le 24 novembre 2003: « Di fronte all'orrore della Shoah, simbolo perenne dell'abisso d'infamia in cui può precipitare l'uomo che disprezza Dio, sale fortissimo il bisogno di tramandare la memoria e far sì che mai più in futuro sia riservato, anche ad un solo essere umano, ciò che il nazismo riservò all'intero popolo ebraico. » (Devant l’horreur de la shoah, symbole éternel de l’abîme d’infamie où l’homme qui méprise Dieu peut se précipiter, s’élève la nécessité d’en perpétuer à jamais la mémoire et de faire en sorte que jamais plus aucun être humain ne connaisse le sort que les nazis réservèrent au peuple juif dans son entier).*

Il sera bien récompensé : de 2001 à 2006, il est vice-président du conseil des ministres, en 2004, ministre des affaires étrangères (maintenant, il est propre sur lui), depuis 2008, il préside la chambre des députés.

En 2009, il saborde l’Alliance nationale qui fusionne avec le parti de Berlusconi, Le Peuple de la Liberté. Depuis, il y a de l’eau dans le gaz entre les deux compères car Fini espère bien profiter des déconvenues du Cavaliere pour devenir calife à la place du calife.

Ses « convictions » :

L’ex facho est devenu pro-européen (enfin, pro-Bruxelles) et très atlantiste. Il ne rate pas une occasion de défendre le capitalisme. Sur l'immigration, Fini est en faveur d'un assouplissement des conditions d'obtention de la nationalité italienne et du droit de vote aux élections locales pour les immigrés. Il est pour l’insémination artificielle, la dépénalisation de la consommation de cannabis, le mariage homosexuel. La totale, quoi. Ce qui est logique car le système veut tout, et encore plus. Impossible de n'y mettre que le doigt, tout y passe forcément. La preuve par Fini, qui est un cas d'école. 

 

*"Tout le monde sait ce qui s'est passé dans les camps et dans quelles conditions. Ce qui s'y est passé est le summum de la barbarie. Et, croyez-moi, cette barbarie, je l'ai bien en mémoire." (Marine Le Pen)

Ces liquidateurs seraient mieux inspirés, et plus crédibles, s’ils joignaient à leur détestation nouvelle celle des horreurs du communisme. Et celle des horreurs commises par les vainqueurs du dernier conflit mondial. Et celles qui se commettent en ce moment même. En clair, s’ils se refusaient à la repentance à sens unique imposée par le système. Voilà pourquoi il faut les dénoncer et les combattre sans relâche.

09:26 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

" Voilà pourquoi il faut les dénoncer et les combattre sans relâche "
Oui, et même s'il y a peu de gens pour combattre ces imposteurs , tant pis .
L'important est qu'il y en ait .
Quant à Fini, c' est à se demander s'il n'était pas une taupe.
Je me demande ce qu'il peut répondre quand on met en parallèle ses propos d'hier et ceux d'aujourd'hui .
Je parie qu'il prône la drogue pour les enfants des autres , mais fait très attention à ce que ses enfants n y touchent pas .
C'est ce genre de personnage qui est le mal absolu.

Écrit par : anonyme | 13/03/2011

Hi, i'm an italian guy reading this post.
It's NOT true that Gianfranco Fini is for gay marriage. He has always said and repeated, also recently, that he is for some kind of recognition for de facto couples, but against equal treatment between de facto couples and married couples and against ending the ban on same-sex marriages. Read with your own eyes... Here's a letter that Fini sent to the official daily newspaper of the Italian Episcopal Conference (CEI) on november 2010: www.avvenire.it/Commenti/lettera+fini+etica_201011130748413970000.htm

Fini is also against cannabis depenalization. Fini also voted NO in a referendum on the legalization of heterologous insemination.
I think that from outside Italy you see Fini in an unreal way.

Écrit par : Marco - Milano | 13/03/2011

1) Dans les campagnes des référendums de juin 2005 au sujet de l'insémination artificielle, Fini déclare qu'il voterait « oui » à trois mesures sur quatre, semant la confusion dans ses rangs, généralement plus alignés avec l'Église catholique.

2) Le 29 janvier 2006, après que le Sénat a approuvé la nouvelle législation sur les drogues proposée par Fini (proposant un pas vers la dépénalisation de la consommation du cannabis), il admit avoir fumé du cannabis lorsqu’il était en vacances en Jamaïque avec quelques amis.

3) Fini: "Una legge per coppie di fatto e gay"

Roma - "Se ci sono diritti o doveri delle persone che non sono tutelati perchè fanno parte di un'unione e non di una famiglia servirà un intervento legislativo per rimuovere la disparità". E questo deve valere anche per le coppie omosessuali. Lo dice il leader di An, Gianfranco Fini, in un colloquio pubblicato dal settimanale l'Espresso. "Premesso che il diritto naturale e la Costituzione dicono che l'unica famiglia è quella fondata sul matrimonio - dice il leader di An - dobbiamo necessariamente prendere atto che nella nostra società ci sono forme di convivenza e di unione non assimilabili alle famiglie. La grande maggioranza degli italiani costruisce una famiglia, ma solo un ottuso può dire che non esistono altre realtà".

"Se ci sono diritti o doveri delle persone che non sono tutelati perchè fanno parte di un'unione e non di una famiglia - aggiunge Fini - servirà un intervento legislativo per rimuovere la disparità. Ma aspetto di vedere se davvero il governo presenterà questo disegno di legge. Ho molti dubbi che riesca a farlo". La legge, secondo il presidente di An, deve valere anche per i gay: "Naturalmente - sottolinea - quando parlo di persone mi riferisco a tutti".

Écrit par : anne kling | 13/03/2011

Mme Kling vous devriez laisser une part de rêve à ceux qui n'ont pas votre perspicacité...
Marine sera t elle le Ponce Pilate du Sanhédrin moderne, aucun doute.
Et vu qu'ils s'en lavent les mains d'avance elle ne pourra le faire car elle n'est plus en mesure de contrôler son destin...

Écrit par : Dov Lazarus | 14/03/2011

excellent article qu'on pourrait intituler: comment on devient un salaud ordinaire .

Écrit par : jipe | 14/03/2011

Les salauds ordinaires dont parle jipe, à savoir les opportunistes qui disent blanc un jour et noir le lendemain, avec toutes les conséquences que cela entraîne, ce n'est nullement un monopole de l'Italie, et Fini est loin d'en être l'unique exemple. Nous avons même eu, en France, un salaud extraordinaire : que l'on songe à ce qu'a fait De Gaulle avec l'Algérie, les pieds-noirs et les harkis, et l'on constatera qu'en la matière, il était bien le plus grand de tous.

Écrit par : Martial | 14/03/2011

Oui Martial, à la veille de ce 19 mars il était bon de le dire.

Écrit par : candide | 14/03/2011

A mettre en parallèle avec cet article sur la Ligue du Nord qui vient de faire élire la première africaine à la tête d'une ville italienne:
http://club-acacia.over-blog.com/#

Écrit par : Mur du Sion | 15/03/2011

Les commentaires sont fermés.