Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/03/2011

NOS DONNEES PERSONNELLES A TEL AVIV … MERCI L’UNION EUROPEENNE

Nous savons que l’Union européenne n’a pas grand-chose à refuser à Israël. Il y a bien quelques froncements de sourcils de temps en temps pour faire croire aux gogos que Bruxelles n’accepte tout de même pas d’avaler toutes les couleuvres sans protester, mais en coulisses, ça baigne. A quoi serviraient tous les lobbys, sinon ? Ainsi, il y a quelques semaines, l’Union européenne a-t-elle autorisé le transfert des données personnelles (état-civil, comptes bancaires, déplacements, santé, etc) des ressortissants européens à l’Etat d’Israël. Au motif que cet Etat présenterait toutes les garanties voulues quant à la protection desdites données !

 

Pourquoi cet empressement ? Et à quelles fins ? Il y a bien eu quelques oppositions, notamment de l’Irlande, mais vite balayées. Et puis, en ce moment, la pauvre Irlande n’est pas vraiment en situation d’imposer ses quatre volontés. Tandis qu’Israël …

 

Cette décision pour le moins inopportune – si l’on songe à l’usage qu’a fait récemment Israël de passeports européens lors de l’affaire de Dubaï – date du 31 janvier 2011. Elle est passée assez discrètement, mais internet en a parlé abondamment. Je ne vais donc pas reprendre ici toutes les infos faciles à trouver par ailleurs.

 

Je me suis simplement demandé s’il y avait réciprocité. Et ce qu’il en était du transfert à d’autres pays. Pour le premier point, c’est niet, évidemment. Quelle incongruité de seulement y songer!

Pour le second point, voici :

 

« Transferts internationaux de données personnelles :

 

Les lois des 27 pays membres de l’Union européenne garantissent la protection de la sphère privée à l’égard des traitements de données à caractère personnel.

Toutefois, lorsque de telles données sont transmises à l’étranger, il faut s’assurer que les citoyens ne subissent pas de désavantages parce que leurs droits sont moins bien protégés.

C’est pour cette raison que la communication hors de l’Union européenne d’informations à caractère personnel concernant des tiers par un responsable de fichier établi dans un Etat membre n’est libre que si le pays du destinataire (où celui-ci spécifiquement) a été reconnu comme assurant une protection adéquate (équivalente à celle dont bénéficie le citoyen européen dans son pays d’où les données sont envoyées).

Les autres pays européens non membres de l’Union reconnus qui se sont dotés d’une législation assurant une protection suffisante des données personnelles sont l’Islande, le Liechtenstein, la Norvège, la Suisse, l'Andorre ainsi que les îles de Guernesey, Jersey, Man et Féroé. Au-delà de l’Europe, les flux de données personnelles sont libres vers le Canada et l’Argentine.

Aux Etats-Unis, seules les entreprises qui ont volontairement adhéré aux accords Safe Harbor peuvent librement recevoir des données personnelles d’Europe. »

http://webcache.googleusercontent.com/search?hl=fr&q=...

 

Journal officiel de l’Union européenne DÉCISION DE LA COMMISSION du 31 janvier 2011 : http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2011:027:0039:0042:FR:PDF

 

Rien à voir, mais article instructif : « Les manipulations américaines dans les banlieues françaises ».

 http://www.partiantisioniste.com/communications/les-manipulations-americaines-dans-les-banlieues-francaises-0633.html

Commentaires

C'est pour savoir si nous mangeons notre choucroute hallal ou kasher ?

Écrit par : Martial | 04/03/2011

Les commentaires sont fermés.