Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2011

ENCORE UNE BELLE HOUTSPAH !

davidcameronat.jpg

 

Le premier ministre britannique, David Cameron, revendique ses origines juives*. Ce qui est son droit le plus absolu. Il n’empêche que l’on peut se demander si ces mêmes origines n’influent pas un peu trop directement sur sa conduite à la tête du gouvernement. Et partant, sur l’ensemble du pays.

 

Voyons ses récentes déclarations à la conférence de Munich sur la sécurité européenne :

 

« David Cameron veut lutter contre l’intolérance islamiste » 

 

« L’Europe doit faire cesser l’intolérance des valeurs occidentales au sein de ses communautés musulmanes et des groupes d’extrême-droite si elle compte vaincre les racines du terrorisme. Le Premier ministre britannique David Cameron sonne le gong et compte bien réveiller l’Europe de son immobilisme inquiétant.

Cameron était à Munich hier ou il a participé à la Conférence Annuelle sur la Sécurité des Gouvernements Européens. Pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir, il a tenu un discours critique contre l’islamisme. Mais plus encore, il a fait l’autocritique de l’Europe en affirmant que trop de tolérance vers les minorités intolérantes amène la haine et la division.

 Il a dit que la Grande-Bretagne avait constaté que de nombreux terroristes condamnés avait d’abord été influencés par ce qu’on appelle des “extrémistes non-violent”. Des gens qui ne sont pas impliqués dans des complots, mais qui dénoncent la politique occidentale et de la culture européenne. Un discours indirect d’incitation à commettre des actes de violence.

“Nous ne vaincrons pas le terrorisme par les seules mesures que nous prenons en dehors de nos frontières. L’Europe a besoin de se réveiller. Elle à besoin d’analyser et de voir ce qui se passe dans notre propre pays, dans notre propre union», a dit Cameron lors de la conférence.

La Grande-Bretagne et l’Allemagne ont de bruyants débats nationaux sur l’impact de l’immigration, et sur les difficultés de l’intégration de certaines communautés religieuses. Pour la France, cela devrait arriver petit à petit avec l’élection présidentielle. Sarkozy ayant décidé de choisir le terrorisme islamique comme un des thèmes de campagne. “Chez nous, nous avons même toléré ces communautés séparées quand elles voulaient vivre d’une manière allant à l’encontre de nos valeurs”, explique Cameron. «Nous avons encouragé les différentes cultures à vivre des vies séparées. Nous avons laissé germer la graine de la haine.”

“C’est notre culture de tolérance qui a permis aux deux extrémistes: islamistes et d’extrême-droite, de renforcer le soutien pour leur cause. Nous avons été trop prudents. Nous avons même franchement eu peur. Peur de nous lever contre eux”, a t-il dit.

“Certains alliés européens ont critiqué la Grande-Bretagne pour héberger les pires religieux musulmans que compte l’Europe. Des religieux expulsés de leurs pays orientaux pour extrémisme. On a été critiqué pour ne pas sévir contre ces mosquées et pour laisser se promouvoir une vision pervertie de l’Islam. ”

“Si nous voulons vaincre cette menace, je crois qu’il est temps de tourner la page sur l’échec des politiques du passé», explique Cameron. “Au lieu d’ignorer cette idéologie extrémiste, nous, les gouvernements et les sociétés avons appris à y faire face.”

Réponse de la brebis: Mohammed Shafiq, de la Fondation Ramadhan: “vous tentez le diable en échauffant les esprits. Pointer du doigt les musulmans comme vous le faite alimente l’hystérie et la paranoïa de l’islam et les musulmans. “

Jusqu’à présent, aucun gouvernement européen n’a réellement osé déclarer de telles choses contre les islamistes. Pas contre les “musulmans”, non, contre les islamistes. Parce qu’a chaque mot contre les apprentis terroristes musulmans, étrangement, ce sont tous les musulmans qui se sentent visés. Il y a pourtant une barrière entre les deux. »

 

Et voilà le travail. Presque pas gonflé, M. Cameron. Avant, on n’avait même pas le droit d’émettre la moindre critique de l’islam, sinon on était catalogué « raciste », voire « néo-nazi ». Maintenant, tout à coup, tout le monde a le droit, et même le devoir, de taper sur les musulmans. Et pour faire bonne mesure, l’ « extrême-droite » est mise d'office dans le même sac que les "minorités intolérantes"!

 

Pour résumer:

1)     le système qui a conduit Cameron au pouvoir et l’a assis sur son trône a favorisé de toutes ses forces l’immigration musulmane massive, il s’agirait de ne pas l’oublier

2)    l'"extrême-droite" qui voyait arriver les inévitables problèmes induits par cette immigration a été criminalisée et mise hors circuit

3)    les problèmes sont bel et bien arrivés, comme de juste, mais accompagnés d’ « antisémitisme ». Pas de chance, ce n’était pas prévu au programme

4)     du coup, il est devenu très tendance d’accuser les immigrés de tous les maux. Ils ne sont pourtant pas arrivés par l’opération du Saint Esprit

5)     et puis tiens, tant qu'on y est, tapons aussi sur l’ « extrême-droite », du moins celle qui s’obstine à ne pas s’aplatir devant le sionisme. D’une pierre, deux coups.

 

 

* « Cameron appelé à revendiquer son identité juive

 

Le président du Board of Deputies of British Jews (fédération représentative des principales associations juives britanniques), Vivian Wineman, de passage à Tel-Aviv, a dénoncé la déligitimation de l’Etat d’Israël dans l’opinion publique britannique et la montée en puissance du boycott.

 

Pour renverser cette tendance, il a annoncé que son organisation souhaite que l’exemple de la solidarité avec Israël vienne d’en haut. Dans cette perspective, le Board of Deputies of British Jews prie de le nouveau Premier ministre David Cameron de revendiquer plus souvent son origine juive.

 

Au cours de sa campagne électorale, il avait été demandé à M. Cameron si ses origines n’altéreraient pas l’objectivité de son jugement sur le Proche-Orient. Il s’en était défendu, tout en exprimant sa fierté de compter parmi ses ancêtres Elia Levita (1469-1549), un écrivain majeur de langue yiddish. »

 

« David Cameron talked warmly of finding his Jewish roots and said he had spoken about them to one of Britain's leading rabbinical authorities.

 

Last July, Yaakov Wise of Manchester University's Centre for Jewish Studies traced Mr Cameron's family tree to 16th-century Jewish scholar Elijah Levita, author of the Yiddish chivalric verse romance, the Bovo-Bukh.

 

The Tory leader consulted Dayan Ehrentreu, former head of the London Beth Din, about his roots, a meeting he called "one of the highlights of my year".

Mr Cameron's great-great-grandfather, Emile Levita, was a German émigré banker who became a British citizen in 1871. Emile married out and led the life of a country gentleman as the owner of a grouse moor in Wales. His four sons, like Mr Cameron, went to Eton.”

 

http://www.voltairenet.org/article166113.html

 

http://webcache.googleusercontent.com/search?hl=fr&q=...

 

http://www.upjf.org/fr/3649-reveil-de-l’europe-david-came...

Les commentaires sont fermés.