Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/02/2011

LES PROMOTEURS DU COMMUNISME - CHARLES RUTHENBERG – MAX SHACHTMAN (5)

Les mouvements anarchistes et socialistes qui ont préparé la voie au communisme proprement dit n’ont jamais eu beaucoup d’audience aux Etats-Unis. Il n’empêche qu’ils ont tenté leur chance avec conviction et ont même bénéficié de bien des sympathies dans la « communauté ». N’oublions pas de citer les très célèbres Alexander Berkman et Emma Goldman, une pétroleuse de la plus belle eau, qui dirigèrent de concert le mouvement anarchiste américain jusque dans les années 1930-40.

Et n’oublions pas davantage que les financiers de Wall Street et d’ailleurs - comme Jacob Schiff ou Olaf Aschberg - financèrent largement la révolution bolchevique. Trotski vint à New York au début de l’année 1917 faire la tournée de ses généreux mécènes et ne repartit pas les mains vides.

Mais finalement, si les financiers voulaient bien profiter d’un nouveau et immense marché, une fois le tsar déboulonné et les petits copains installés à sa place, ils ne tenaient pas tant que ça à voir le paradis rouge s’installer à domicile. Ils préféraient de loin voir leurs amis exercer leurs talents dans le vieux monde.

Le parti communiste américain (Communist Party of the United States of America, CPUSA).fut créé en septembre 1919  à Chicago par des militants du parti socialiste. La Troisième internationale venait de se créer et Lénine battait le rappel des partis frères.

 

Nous allons laisser de côté les nombreuses péripéties qui émaillèrent cette naissance pour nous intéresser au premier chef à celui qui est considéré comme le créateur du CPUSA et qui fut son premier secrétaire général: Charles Ruthenberg, qui naît en 1882 dans une famille juive d’origine allemande. Il entre au parti socialiste américain en 1909 où il ne tarde pas à prendre des responsabilités et où il se signale par sa radicalité.

usa,communisme,juifs,activisme,ruthenberg,shachtman,anne kling,france licratiséeLa rupture avec les socialistes et la décision de sauter le pas vont intervenir en septembre 1919 à la suite de nombreux conflits et échauffourées diverses dans le milieu ouvrier. Le parti communiste est créé dans la foulée.

Dès le départ, il sera secrètement financé par l’URSS. Wikipédia nous dit que « La documentation des anciens États soviétiques, ouverte depuis 1991, confirme le rôle de l'argent soviétique dans les activités internes et externes du CPUSA. Les fonds servirent au traitement d'organisateurs salariés, à la publication de journaux imprimés et d'autres activités de propagande, et servit à influer sur des syndicats, des fraternités étudiantes et des associations éducatives. Parfois, ces fonds étaient donnés avec un blanc-seing, mais souvent, le Kominterm imposait qu'ils fussent employés à l'un ou l'autre usage. Bien que le CPUSA ait décliné en influence et en activité dès les années 1950, les documents récemment déclassifiés révèlent la présence de transferts soviétiques jusqu'en 1987. »

Ruthenberg dirigea les premières années du parti et mourut prématurément en 1927 à Chicago d’un problème d’appendicite. Ses cendres furent placées dans le mur du Kremlin, un honneur réservé aux meilleurs.

usa,communisme,juifs,activisme,ruthenberg,shachtman,anne kling,france licratiséeMax Shachtman incarne quant à lui la génération suivante. Il naît en 1904 en Pologne dans une famille juive qui émigre aux Etats-Unis dès 1905. Il s’intéresse très tôt au marxisme et adhère à l’une des branches du communisme dès 1921. Dans un premier temps il s’occupe des jeunesses communistes. Il devient également journaliste.

En 1928, quoique membre du comité central, il est expulsé du parti communiste, avec d’autres, en raison de leurs sympathies affichées pour Trotski, la bête noire de Staline. Il crée alors la Ligue communiste d’Amérique (Communist League of America - CLA).

 

Les contacts vont dès lors se multiplier avec les trotskistes d’autres pays. Et les disputes également. Des fractions se créent, des tensions se creusent, des egos s’affrontent.

Les Etats-Unis vont être, comme bien d’autres pays, le théâtre des luttes plus ou moins souterraines entre staliniens et trotskistes, qu’il serait parfaitement fastidieux de détailler ici. Shachtman sera le principal représentant des trotskistes américains jusqu’à une brouille avec le grand homme (grand assassin, plutôt) en 1938, deux ans avant son exécution à Mexico par le truchement d’un funeste coup de piolet.

 

Shachtman a encore une longue carrière d’activiste de gauche devant lui, quoique virant vers la fin du côté de la social-démocratie. Il meurt en 1972.

Commentaires

Bonjour Anne, ceci n'est pas un commentaire mais une question.

En votant contre le projet de loi prévoyant la dénaturalisation de meurtriers de policier, la sénatrice Nathalie Goulet née Misztein, curieux personnage bien dans le style de ceux que vous collectionnez dans votre gallerie des monstres, aurait déclaré que ses parents ont été dénaturalisés en 1940 et envoyés à Auschwitz.

Ils ont dû en revenir, puisqu'elle est née en 1958, mais on ne trouve nul part son lieu de naissance.

En me renseignant, je suis tombé sur deux étonnants arrêté de 1995 décidant d'apposer la mention "Mort en déportation" sur les actes de décès de 2 interminables listes de personnes décédées pendant la guerre de 1939-40 .

Cette liste me laisse perplexe pour plusieurs raisons.

Certains sont nés en France, ils ont un état civil français, rien à dire. D'autre ont pu s'installer en France avant-guerre, y être naturalisé ou mariés, avoir des enfants, ce qui leur donne un état civil en France.

Mais un très grand nombre semble complètement étrangers, peut-être simplement réfugiés en France où ils ont été arrêtés par les Allemands et déportés.

Ces gens là n'ont pas leurs actes de naissance en France. Pourquoi n'est-ce pas sur leur état civil de naissance en Russie ou en Pologne qu'on porte la mention ?"mort en déportation" ? Pourquoi faut-il un arrêté français ?

Comme famille possible de Nathalie Misztein, on trouve ceux-là :

Milsztein (Abram), né le 15 avril 1900 à Brzeziny (Pologne), décédé le 20 février 1944 à Varsovie (Pologne).
Milsztein, dite Karabelnik (Dveira, Anna), née Karabelnikyte le 17 avril 1903 à Rossian (Russie), décédée le 7 septembre 1943 à Birkenau-Auschwitz (Pologne).
Milsztein (Jankel), né le 4 avril 1880 à Varsovie (Pologne), décédé le 14 février 1943 à Auschwitz (Pologne).

Milsztajn (Chil, Majer), né le 24 février 1892 à Bodzenty (Pologne), décédé le 12 juillet 1942 à Auschwitz (Pologne).
Milsztajn (Joseph), né le 3 avril 1910 à Lublin (Pologne), décédé le 8 août 1942 à Auschwitz (Pologne).

Nés et morts en Pologne, arrêtés par des Allemands, on se demande en quoi nous somme administrativement concernés.

Sur 6 individus, ça fait 6 dates, 2 orthographes, 2 pays, et 6 villes de naissance différentes, donc 6 familles différentes. Rien n'indique qu'ils aient vécus en France.

Ce train de morts étrangers qui reviennent en France en 1995, soit 55 ans plus tard, pour se faire recenser dans l'état civil français est assez inexplicable. Les registres de décès allemands ont toujours bien tenus, et très bien connus, il n'y a rien de nouveau.

Écrit par : le défenseur de Claude L-S | 04/02/2011

Bonjour Anne,

J'ai traduit votre posting en russe pour mon livejournal (je me suis referrE sur votre site).:
http://procol-harum.livejournal.com/113244.html

Merci.

Écrit par : George | 05/02/2011

Les commentaires sont fermés.