Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2011

APRES CELINE, C’EST AU TOUR DE LA SNCF. NON MAIS !!!

Pas évident pour cette malheureuse communauté de se faire entendre, dans ce pays peuplé d’antisémites (voir article suivant). Mais enfin, avec de la persévérance, elle  arrive quand même à grappiller par-ci par-là, quelques menues satisfactions. Du genre de celle qui est relatée ci-après, par exemple.

Vous noterez que le président de la SNCF s’est bien gardé de nous préciser combien d’argent (public) serait encore englouti dans la transformation de l’ancienne gare de Bobigny en « lieu de mémoire ». Un oubli sans doute. Ou alors, ça ne nous regarde pas. On peut s’attendre au pire, lorsqu’on songe au coût de la simple « restauration » d’une baraque d’Auschwitz.

Si la SNCF a de l’argent en trop, qu’elle améliore donc son service et baisse ses tarifs. Au lieu de se vautrer dans la servilité la plus éhontée.

 

« La SNCF s'explique mardi à Bobigny sur son rôle dans la Shoah

PARIS (AFP)---En lançant mardi la transformation en lieu de mémoire de l'ancienne gare de Bobigny, d'où plus de 22.000 juifs internés au camp de Drancy sont partis vers les camps de la mort, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, doit s'expliquer sur le rôle de la compagnie dans la Shoah.

Les heures sombres de l'histoire de la SNCF, qui a transporté quelque  75.000 juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, ont déjà fait l'objet de  plusieurs procès - jamais perdus par la compagnie. 

Elles ont été remises en lumière ces derniers mois, des élus américains  ayant exigé que les compagnies qui sont candidates à des contrats aux  Etats-Unis et qui avaient transporté des déportés présentent explications et  excuses, et éventuellement indemnisent les descendants.

Or, la SNCF est très intéressée par les projets de trains à grande vitesse aux Etats-Unis, notamment en Californie et en Floride.

Finalement, la loi californienne qui la menaçait directement a été  censurée, avant son départ, par le gouverneur Arnold Schwarzenegger, cependant que le représentant démocrate de Floride, qui avait déposé un projet de loi similaire au niveau fédéral, a été battu aux élections en novembre.

La compagnie française a néanmoins pris la chose assez au sérieux pour  dépêcher des dirigeants outre-Atlantique, pour rencontrer élus et associations  juives.

En Floride en novembre, Guillaume Pepy a fait le point sur sa position, exprimant "sa profonde peine et son regret" pour les conséquences de ces transports, "réalisés sous la contrainte "de la réquisition".

M. Pepy s'est référé au discours prononcé par le président français Jacques Chirac en juillet 1995, lors des commémorations de la Rafle du Vel' d'Hiv' : 

"Ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'Etat français".

"En tant que bras de l'Etat français, la SNCF reprend à son compte ces mots et la peine qu'ils reflètent pour les victimes, les survivants et leurs familles qui ont souffert à cause de notre rôle pendant la guerre", écrit alors le patron de la SNCF.

La compagnie a même créé un site internet, qui présente en anglais son rôle pendant la Shoah: http://www.sncfhighspeedrail.com/heritage.

Des descendants de victimes se sont émus en France de ce que la SNCF ait une repentance à géométrie variable, dictée, ont-ils dit, par des intérêts commerciaux.

A cela, Guillaume Pepy a rappelé à plusieurs reprises que son entreprise travaillait alors sous la menace armée des nazis. 2.000 cheminots sont morts pendant le conflit.

Tandis qu'un rapport qualifié de "sérieux" par les historiens interrogés par l'AFP a établi ses responsabilités en 1996, la SNCF a ouvert ses archives, installées au Mans, en 2000.

Elle a aussi signé en décembre un partenariat avec le Mémorial de la Shoah à Paris pour le développement des activités pédagogiques destinées aux scolaires sur la période de la Seconde Guerre mondiale.

M. Pepy a annoncé à plusieurs reprises qu'il s'expliquerait plus en détail à l'occasion du lancement du lieu de mémoire de Bobigny.

En présence de Simone Veil, présidente d'honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, il cèdera alors à Bobigny le terrain de la gare de marchandises de cette ville, d'où sont partis vers le camp d'extermination d'Auschwitz, en 1943 et 1944, 21 convois transportant 22.407 personnes internées dans le camp voisin de Drancy.

Longtemps occupée par un ferrailleur, cette gare désaffectée de la ligne de grande ceinture a failli être démolie dans les années 1980. Elle a été classée en 2005 ».

   

 Source : http://fr.ejpress.org/article/39503

Commentaires

Ménard se prend un verre d'eau par... A Klardfeld.
Excellent !
AK est d'une niaiserie sans nom !

http://fr.altermedia.info/general/reporter-sans-frontiere-a-la-rescousse-des-revisionnistes_32891.html#comments

Écrit par : cosaque | 24/01/2011

ici, une fois n'est pas coutume, la peur est en train de changer de camp !...

Je m'avance peut être mais avec ça, la Tunisie, la Marche pour la Vie d'hier à Paris...je prédis moins de 3 ans à l'UeRSS !

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2011/01/la-pseudo-tol%C3%A9rance-des-turcs-d%C3%A9nonc%C3%A9e-par-un-parlementaire-autrichien.html#comments

Écrit par : cosaque | 24/01/2011

Veil, ma bête noire ! l'avorteuse. Pas de lauriers pour les petits que sa loi, appuyée par la maçonnerie, assassinent.
Anne, pourquoi ne parlez-vous jamais de la maçonnerie, et à tout hasard de ses liens avec le crif ?

Écrit par : LG | 24/01/2011

Quelle bassesse que déploient vos "juifs" un pied en France (les fesses au chaud) et un autre dans le pays où coule le lait et le miel mais aussi les projectiles venus de Gaza sans oublier la connerie des ultra orthodoxes.

Il est vrai qu'après avoir soutiré au banques suisses le coquette somme de 1,5 milliard de francs suisses ils se doivent de presser le citron partout où ils peuvent encore.

Savez-vous comment dans les milieux dits "class" on désigne les juifs en Suisse ? En anglais : les "one-point-five" ou 1.5

Écrit par : Le passant ordinaire | 25/01/2011

Bravo la SCNF
et l'inauguration de ce lieu de mémoire , c'est pour quand?
je verrais bien en invité d'honneur : Michel DRUCKER
avec retransmission à la télé et les commentaires de Léa DRUCKER
ça aurait de la gueule, n'est-ce pas ?
et puis on reste en famille

Écrit par : 7depique | 25/01/2011

La garde de Bobigny transformée en lieu de célébration de la Shoah ça vous étonne ?

Mais toute la France devient un lieu de commémoration de la Shoah, même dans le fin fond du Cantal, la moindre maison où une famille juive a habitée doit être transformée en mémorial, être identifiée, avoir sa plaque, même si cette famille n'a pas du tout été inquiétée et a traversé la guerre sans dommages, comme la famille de la mère de M. Sarkozy qui s'était réfugiée dans le Limousin.

Se réfugier n'était en rien particulier aux Juifs : tous les habitants d'Alsace, et des régions frontalières ou de combat, ont dû se réfugier en zone libre, sous la protection du Maréchal Pétain et du régime de Vichy.

En 1940, à l'instant où les députés ministres juifs du dernier gouvernement de Front Populaire, embarquaient à Bordeaux à bord du paquebot de luxe Le Massilia aller pour continuer la guerre ... le plus loin possible de l'armée allemande, il y avait 6 millions de Français exilés sur les routes de France.

Donc, dans le Cantal, il y avait beaucoup de réfugiés, dont quelques juifs, entre autres 1 maison pour servir de foyer à des enfants juifs. Le préfet était au courant, il avait fait remplacer la directrice juive qui ne parlait pas français par une alsacienne protestante, parce que c'était moins voyant, et il faisait donner des bons.

D'ailleurs, tout le monde savait, il y avait des miliciens dans le village. Tout le monde savait, sauf les Allemands, ce qui fait que ces enfants n'ont jamais été inquiétés. Deux bonnes femmes du village, dont la secrétaire de mairie, ont reçu le médaille du Juste, on n'a pas trop sû pourquoi, parce que pour qu'un refuge comme ça existe, il faut des centaines de personnes qui collaborent. Le maire, les conseillers, les gendarmes, les gens... tout le monde.

Il n'est évidemment pas question de reconnaître que ces Juifs sont venu se réfugier dans le Cantal ou le Puy-de-Dôme, parce que c'était sous la protection du Régime de Vichy. Et que c'est grâce au Maréchal Pétain et à sa politique de collaboration que tous ces Allemands, ces Polonais, ces Tchèques, ces Russes, ont pu survivre pendant la guerre. Beaucoup mieux que beaucoup de familles françaises.

Voilà à peu près tout ce qu'il y a sur les Juifs dans les archives départemental du Cantal. Dérisoire, parce que des non juifs autochtones qui ont été tués dans les combats, prisonniers, déportés, fusillés, morts de faim, de froid, de maladie, il y en a eu pas mal. Mais, bon, c'était la guerre, et il n'y a pas eu de combats ni de bombardements.

Et bien ce n'est pas suffisant.

Alors voilà ce qu'on fait pour bien séparer les archives des Juifs de celle du commun des mortels : on impose de crée dans tous les fonds des archives départementales une Série à part : SHOAH.

Moi, je trouve ça un peu raciste de mettre toutes les archives des Juifs à part dans un ghetto, séparée de tous ceux qui ont souffert et qui ont été tués. Même les Allemands..

Voilà ce que ça donne, même quand il n'y a rien :

http://archives.cantal.fr/?id=recherche_grandpublic_detail&doc=accounts/mnesys_ad15/datas/ir%2FS%C3%A9ries%20th%C3%A9matiques%2FReproduction%20de%20documents%20d%27archives%2FFRAD015_9_NUM.xml

(il faut attendre un peu pour que le lien s'active)

Écrit par : le défenseur de Claude L-S | 25/01/2011

Les commentaires sont fermés.