Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2011

C’EST TRES MAL, LE BOYCOTT

Enfin, surtout quand Israël est visé. Parce qu’en d’autres circonstances, c'est tout à fait vertueux …

 

Vous trouverez ci-après un texte d’un avocat membre du comité directeur du CRIF, qui vous prouvera que devant les pressions exercées, on s’est démené dans les ministères ad hoc pour donner pleine et entière satisfaction aux indignés. C’est l’acte 1.

 

L’acte 2, que vous trouverez à la suite, ce sont des extraits d’un article publié sur le blog en date du 1er février 2009, qui rappelait le boycott exercé par les juifs contre l’Allemagne en mars 1933. Intéressant parallèle.

 

 

Acte 1 : « Boycott : ce que dit la loi 

7 janvier 2011 : une fois de plus, le boycott ne passera pas en France, par Pascal Markowicz (avocat au Barreau de Paris et membre du Comité Directeur du CRIF)

 

En France, les actions de boycott d’Israël par de pseudo « citoyens qui cherchent à promouvoir la paix entre Israéliens et Palestiniens » mais qui, en réalité, veulent délégitimer totalement Israël pour mettre ce pays au ban des nations, se développent (voir la nouvelle rubrique du site internet du CRIF : « La délégitimation d’Israël à travers le boycott »).

 

Elles sont menées contre l’économie israélienne à travers ses produits (agrumes CARMEL, machines SODASTREAM…), la culture (boycott de festivals ou de films), le sport (match de football ou de volleyball opposant des équipes israéliennes à des équipes françaises), ou encore les relations académiques (colloques universitaires, jumelages d’écoles…).

 

Mais, à juste titre, le boycott et l’appel au boycott sont considérés comme des actes discriminatoires selon la loi en France. Ce sont ainsi des délits et ceux qui promeuvent ces discriminations, en appelant au boycott de tout ce qui provient d’Israël, doivent être sévèrement punis par nos juridictions.

 

A plusieurs reprises, nous avons pu constater que ces actions de boycott entraînaient des réactions antisémites par leurs sympathisants, que l’on croyait à jamais oubliées.

 

Des actions judiciaires sont donc intentées pour que les auteurs de ces pratiques illégales soient jugées et condamnées.

 

A ce titre, le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux, par un jugement du 10 février 2010 confirmé par un arrêt rendu le 22 octobre 2010 de la Cour d’Appel siégeant dans cette même ville, a déjà condamné une boycotteuse pour avoir participé à une action de boycott économique dans un supermarché (voir le détail dans la nouvelle rubrique du site internet du CRIF : « Boycott : ce que dit la loi »).

Le 7 janvier 2011, le Tribunal de Grande Instance de Créteil vient de condamner un boycotteur qui avait mis en ligne sur internet, une vidéo d’une action de boycott se déroulant dans un supermarché de la banlieue parisienne.

 

La diffusion d’une vidéo sur internet (en l’espèce sur Dailymotion) filmant une action de boycott de produits israéliens se déroulant dans une grande surface, s’analyse donc comme une provocation à la discrimination aussi dangereuse qu’un tract, une affichette ou l’action de boycott elle-même. Pire, elle peut être visualisée par un nombre considérable de personnes.

 

Ce boycotteur comparaitra d’ailleurs devant une autre juridiction dans quelques mois pour des faits similaires.

 

Les tribunaux appliquent donc correctement les lois et, si un appel est à ce jour possible de cette décision judiciaire, il s’agit toutefois d’une nouvelle bataille qui a été gagnée dans cette guerre contre la

tentative de délégitimation d’Israël, et nous pouvons nous en réjouir. »

 

 

Acte 2 : La Judée déclare la guerre à l'Allemagne

 

 

Ce titre fait la une du quotidien britannique Daily Express le 24 mars 1933. Hitler n’est Chancelier que depuis quelques semaines. En URSS, les horreurs de l’Holodomor, la famine orchestrée par le pouvoir bolchevique en Ukraine, battent leur plein. Elles feront des millions de victimes, dans l’indifférence absolument générale. Les juifs oublieront de se mobiliser pour dénoncer  les dérives inhumaines d’un régime largement porté par eux au pouvoir.

 

Voici la traduction de l’article du Daily Express « JUDEA DECLARES WAR ON GERMANY », sous titré « JEWS OF ALL THE WORLD UNITE » (Les juifs du monde entier unis dans l’action) publié le 24 mars 1933, donc bien avant la shoah (extraits relatifs au boycott seulement) :

 

«  (…)

Les plans de l’action concertée juive prennent forme en Europe et en Amérique pour rendre coup pour coup, en représailles contre l’Allemagne hitlérienne.

A Londres, New York, Paris et Varsovie, les commerçants juifs s’unissent dans une croisade commerciale contre l’Allemagne.

Les résolutions d’interrompre les relations commerciales avec l’Allemagne ont été prises partout dans le monde juif des affaires.

Un grand nombre d’hommes d’affaires à Londres ont résolu de ne plus acheter de marchandises allemandes, même au prix de grandes pertes financières.

 

Une action similaire est entreprise partout aux Etats-Unis. Des réunions massives à New York et dans d’autres villes américaines, auxquelles plusieurs milliers de juifs indignés assistaient, ont appelé au boycottage total des marchandises allemandes. L’embargo commercial dirigé contre l’Allemagne est déjà entré en vigueur en Pologne. En France, un interdit d’importation des marchandises d’Allemagne est actuellement proposé par des cercles juifs.

 

Un boycottage concerté au niveau mondial par des acheteurs juifs va sans doute entraîner de lourdes pertes dans le commerce d’exportation allemand. Les commerçants juifs, partout dans le monde, sont d’importants acheteurs des produits de fabrication allemande, en premier lieu des produits en coton, en soie, des jouets, de l’appareillage électrique et des meubles.

La réunion des entrepreneurs juifs du textile a été convoquée pour lundi afin d’examiner la situation et déterminer les mesures à prendre vis-à-vis de l’Allemagne.

 

MENACE SUR LE COMMERCE MARITIME

 

L’Allemagne est un grand emprunteur sur les marchés monétaires étrangers, où l’influence juive est considérable. L’antisémitisme continu en Allemagne va vraisemblablement se retourner contre elle. Un tournant est en passe d’être franchi par les financiers juifs pour exercer des pressions afin de stopper l’action antijuive.

 

Le trafic maritime transatlantique allemand est menacé de la même manière. Les paquebots renommés Bremen et Europa peuvent beaucoup souffrir du boycottage juif anti-allemand. Les voyageurs juifs transocéaniques représentent une partie importante de la clientèle de ces paquebots, en raison de leur rôle considérable dans le commerce international. La perte de leur clientèle serait un coup grave pour le commerce atlantique allemand. (…) »

 

Il est intéressant de constater, en cette année 1933, le (déjà) gros pouvoir financier et commercial de ces quatorze millions de personnes, qui s’estiment capables de faire plier l’Allemagne. On est assez loin de l’image traditionnelle de la victime sans défense en butte à l’incompréhensible animosité du reste de l’humanité.

 

Ceci dit, Hitler décidera en retour à ce boycott décrété par les juifs, de boycotter à son tour les commerces juifs en Allemagne. Mais il se bornera prudemment à une mesure plus symbolique que réelle : le boycott aura bien lieu, mais se limitera à un seul jour : le 1er avril 1933, qui était du reste un samedi, jour de Sabbat où les commerces juifs n'exerçaient aucune activité.

Une mesure d’ailleurs plutôt impopulaire dans la population allemande et sévèrement critiquée à l’étranger.

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

Commentaires

A bien réfléchir, ce n'est peut être pas tant les conséquences economiques d'un quelconque boycot pour Israel qui taraude le petit peuple élu, que la possible image désastreuse d'un peuple au dessus de tout soupson que les raisons de ce boycot démolissent, car c'est bien sa bonne image de marque imméritée qu'Israel, et avec lui tous les juifs, sont en train de perdre dans cette affaire, plus encore que de l'argent. Si le boycot de l'Allemagne fut, économiquement, un échec pour les juifs, il n'en fut pas de même pour l'image de l'Allemagne nazie, qui ne s'en releva pas et qui reste encore, au yeux de beaucoup, celle d'une nations de véritables monstres.

Écrit par : NYH | 12/01/2011

Depuis toujours je boycotte l'ensemble des produits en provenance d'Israël ou produit sous licence en Europe comme c’est le cas avec les génériques TEVA.
Cela est devenu une sorte de sport que d’éviter les officines appartenant à ce clan et d’acquérir des produits ou des servies provenant de gens bien de chez nous.

A ce propos inutile de signaler que ce boycotte concerne également les émissions de télévision où se pavanent des guignols du genre d’Arthur & consorts. Grâce au satellite je zappe aussi bien sur l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse ce qui me permet d’obtenir des infos moins truquées que celles des chaînes nationales et privées françaises.

Écrit par : Le passant ordinaire | 13/01/2011

Passant ordinaire, vous boycottez donc les productions "communautaires", trahissant ainsi une trouble nostalgie pour les HLPSDNH ? Vous avez donc sûrement loupé (c'est bien fait pour vous) ce film forcément excellent qui passait sur Direct 8 le mardi 11 janvier :

http://www.programme-tv.net/cinema/86584-narco/casting/

Cette distribution nous apprend que la moitié des acteurs français appartiennent au lobby qui n'existe pas et qui - par conséquent - pratique tout sauf le copinage ethnocentrique. Et je ne compte pas le réalisateur.

Par extension, elle nous apprend que la moitié des Français appartiennent au lobby en question. Dont acte en vue du prochain recensement.

Écrit par : Martial | 13/01/2011

Les commentaires sont fermés.