Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2011

VOUS VOUS SOUVENEZ DE L’AFFAIRE PEDERZOLI ?

A savoir cette enseignante d’histoire sanctionnée pour avoir un peu trop appuyé sur le bouton « shoah ». Nous en avons parlé à deux reprises : le 1er septembre et le 6 octobre 2010. Vous serez heureux d’apprendre qu’elle n’a finalement pas été trop malmenée par sa hiérarchie, grâce, il faut bien le dire, au soutien sans faille de la communauté « officielle » qui s’est particulièrement démenée pour elle. Et qui est prête à monter derechef au créneau en cas de nouvelle contestation de la suprématie absolue de ladite shoah sur l’échelle de Richter des manifestations de la férocité humaine.

 

 

« Réflexions sur l’affaire Pederzoli, par Richard Prasquier

 

peder.jpgLa bonne, la très bonne nouvelle : Mme Pederzoli est affectée comme professeur d’histoire au prestigieux lycée Henri Poincaré à Nancy, la meilleure solution possible, compte tenu de l’impossibilité pratique de retourner dans son lycée Loritz d’origine. De plus, il est noir sur blanc écrit dans le communiqué adressé à la presse par le Recteur qu’elle pourra continuer à effectuer les voyages d’élèves à Auschwitz. D’ailleurs aucune des incriminations contre Mme Pederzoli devant la commission administrative paritaire, dont l’avis, consultatif mais obligatoire,  avait précédé l’arrêté préfectoral ne contenait d’allusion à la façon dont elle enseigne la Shoah. Mme Pederzoli sort donc la tête haute de ces mois éprouvants, marqués par une suspension et un rapport d’inspecteurs qui avait soulevé de telles critiques que le Ministre de l’Education Nationale lui-même l’avait, décision exceptionnelle, partiellement désavoué sur le sujet de l’enseignement de la Shoah (je répète volontairement ce terme qui a eu le don d’exaspérer les inspecteurs).

 

Reste que Mme Pederzoli reçoit une sanction (niveau 2 sur 4, précise le communiqué) qui restera dans son dossier. L’enseignante considère qu’elle n’a commis aucune faute et que les accusations portées contre elle ne sont que des prétextes. Peut-être, aidée de son remarquable avocat, Maitre Terquem, va-t-elle utiliser l’une  des voies de recours légales qui s’offrent à elle. Par ailleurs une plainte a été déposée contre un syndicat de proviseurs qui avait pris des positions en flèche contre Mme Pederzoli.  L’affaire n’est donc pas finie, notamment dans son volet disciplinaire.

 

En ce qui concerne le volet éducatif, il n’est pas sans importance de savoir si Mme Pederzoli pourra, comme cela avait été implicitement prévu, enseigner effectivement aux élèves de Henri Poincaré et qu’elle pourra effectivement exercer son dynamisme et ses compétences dans la préparation des voyages de mémoire. Autrement dit, qu’elle ne serait pas mise au placard. Nous y serons attentifs.

 

Nous connaissons plusieurs cas où l’enthousiasme de professeurs à enseigner la Shoah à leurs élèves a entraîné des réactions hostiles de certains de leurs collègues ou auprès de la hiérarchie locale. Il y a là des histoires humaines inacceptables et affligeantes vis-à-vis de l’idée élevée que nous  continuons de nous faire du système éducatif. Ces histoires doivent toutes être analysées dans le détail, car il est très facile, très attirant, mais très injuste de généraliser sur la base de situations individuelles elles-mêmes disparates. Nous avons discuté avec le ministère des dossiers qui nous paraissaient le plus problématiques et nous attendons que des solutions soient trouvées. Oui, je le répète, je pense que l’enseignement de la Shoah est en danger s’il ne se confronte pas à ses nouveaux défis et aux problèmes de l’avenir, dont l’effacement inéluctable des témoins n’est pas le moindre. Mais répétons-le : cet enseignement est exemplaire dans notre pays, il est porté par des hommes et des femmes dont l’engagement est admirable et il est soutenu sans faille par les autorités, à commencer par le plus haut niveau de l’Etat. »

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

Commentaires

"Mais répétons-le : cet enseignement est exemplaire dans notre pays, il est porté par des hommes et des femmes dont l’engagement est admirable et il est soutenu sans faille par les autorités, à commencer par le plus haut niveau de l’Etat. »

Par le plus haut niveau de l'état, on n'en doute pas !

Écrit par : LG | 05/01/2011

Pasquier: "elle pourra continuer à effectuer les voyages d’élèves à Auschwitz"

Des voyages que l'administration continuera à financer. Il faut quand même que les parents d'élèves soient des abrutis pour laisser leurs enfants y participer.

Écrit par : Nominoé | 05/01/2011

Décidément, c'est le lobby (qui-n'existe-pas) qui dicte ses conditions à l'éducation nationale. Pas étonnant, dans ces conditions, que les élèves soient illettrés, ne sachent plus compter, n'aient plus aucune culture générale, ni même d'intérêt pour des enseignements pourtant riches et instructifs.

Mais la shoah, ils la connaissent par coeur !

Écrit par : Eris | 05/01/2011

Je crois en un seul Holocauste, négateur du ciel et de la terre et de toutes les choses visibles et invisibles.

Je crois en un seul Israël, peuple élu de Dieu, né du Père avant tous les siècles, Peuple-Roi issu du Dieu, lumière issue de la Lumière, vrai peuple issu du vrai Dieu, engendré, non créé, consubstantiel au Père, par qui tout a été fait, qui pour nous, les hommes, et pour notre salut s'est dispersé sur terre. Il s'est incarné d'Abraham par Abel, et s'est fait peuple. Crucifié pour nous aussi, sous Adolf hitler Il a souffert et a été enseveli ; Il a ressuscité à la Libération conformément aux statistiques et Il est monté au kibboutz ; Il siège à la droite de l'Oncle Sam et pour la seconde fois Il va venir en gloire juger les vivants et les morts, Lui dont le règne n'aura pas de fin.

Je crois au peuple saint, qui est Seigneur et qui donne la vie, qui procède du Père et du biz, qui est à la fois adoré et glorifié avec le Pèze et le biz, qui a parlé par les Prophètes.

Je crois la communauté une, sainte, globale et messianique.

Je reconnais une unique expiation pour la rémission des péchés, et j'observe la résurrection des morts et le châtiment des siècles à venir. Amen.

Écrit par : Fred | 06/01/2011

Génial, Fred !! C'est de vous ?... Je suis prêt à vous citer !

Écrit par : Martial | 06/01/2011

Content que ma modeste adaptation du Credo vous ait plu :)

Bien entendu, vous pouvez la citer , la reprendre, la modifier, l'amender, la retoucher ou la refaire complètement à votre gré. Vous en êtes le maître, comme tout un chacun sur la toile. Inutile de me citer :)

Écrit par : Fred | 07/01/2011

Les commentaires sont fermés.