Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2010

QUE CREVE LA TECHNOCRATIE DE BRUXELLES POUR QUE REVIVE L’EUROPE !

Voilà la dernière trouvaille des crânes d’œuf de l’UE:

Agenda-Europa.jpg

« La Commission européenne sort un agenda sans Noël mais avec des fêtes juives, musulmanes, hindoues, sikhs…

La Commission européenne a produit plus de trois millions d’exemplaires d’un agenda aux couleurs de l’Union européenne pour les écoles secondaires qui ne contient aucune référence à Noël, mais qui comprend la mention de fêtes juives, hindoues, sikhs et musulmanes.

La page du 25 décembre est vide et en bas, figure ce message: « Un véritable ami est quelqu’un qui partage vos préoccupations et votre joie ». Difficile de faire plus « religieusement » correct !

Le calendrier comprend les fêtes musulmanes, hindoues, sikhs, juives. Entre autres… Sans oublier la Journée de l’Europe et d’autres dates clefs de l’Union européenne. Aucune fête chrétienne n’est signalée alors que le christianisme est la religion la plupart des Européens. Johanna Touzel, porte-parole de la Commission des Episcopats de la Communauté Européenne (COMECE) a jugé la sortie de cet agenda « incroyable ». Un porte-parole de la Commission a parlé de « bourde ». Il a précisé que les prochaines éditions de cet agenda ne mentionneraient plus aucune fête religieuse… Plutôt tout retirer que parler du Noël des chrétiens ! 

La production des 330 000 exemplaires de l’agenda réservés aux collégiens et lycéens britanniques a coûté 4,7 millions de livres. »

Source : http://www.christianophobie.fr/breves/la-commission-europ...

Commentaires

Je commencerai à prendre au sérieux les récriminations des "évêques" européens quand ils arrêteront de donner l'exemple de l'apostasie en se prosternant devant tout ce qui n'est pas catholique et en ostracisant les derniers catholiques avec une haine plus féroce que celle de certains imams. S'ils persistent dans le tollé rance de leur prétendue "tolérance", qu'ils crèvent.

Écrit par : Martial | 22/12/2010

Noël (du celtique No-Hel = "Nouveau Soleil"), n'est absolument pas une fête chrétienne, mais la célébration traditionnelle (vous diriez "païenne") de la "naissance du soleil" IE du début de la moitié de l'année où les jours s'allongent.
C'est la "Nativité" (naissance du personnage "Jésus"), placée arbitrairement, par les prosélytes chrétiens, au moment de Noël, qui est une fête chrétienne.
La disparition de Noël de ce calendrier n'est pas une attaque anti-chrétienne, mais anti-Blancs. Les ethnologues sont, en effet, unanimes à affirmer qu'un peuple entre en décadence "lorsqu'il renonce à ses rites primitifs" : la disparition de la crèche et de la messe de minuit sont des signes de déchristianisation, non de décadence (comme débaptiser Leningrad pour lui redonner son nom de St-Petersbourg n'était pas signe de décadence, mais de fin de la parenthèse communiste en Russie) - En revanche, la disparition de Noël et de son sapin voudrait dire le renoncement du Blanc à son vécu collectif européen, et serait, pour le coup, la fin des haricots : il semble bien que ce soit ce à quoi nos amis travaillent...

Écrit par : Sir Shumule | 22/12/2010

" Noël (du celtique No-Hel = "Nouveau Soleil"), n'est absolument pas une fête chrétienne,.." Sir Shumule

Ben voyons.

Noël est la fête de la naissance de Jésus dans l'année liturgique catholique, un point c'est tout. Noël, Novel veut dire nouveau en ancien français (comme dans Castelnoël), probablement à cause du nouveau né. Probablement pas à cause de la nouvelle année qui a longtemps commencé le 1er Mars ou à Pâques.

Le fait que les fêtes et les lieux de cultes chrétiens en Gaule sont des temps et des lieux préexistants qui ont été christianisés, est très bien connu. Le christianisme a été apporté à des civilisations qui existaient déjà, il n' a pas fait table rase de tout ce qui existait avant. Le christianisme a toujours respecté les civilisations qui existent, dans la mesure où elles ne sont pas contraires au message évangélique. D'ailleurs, le calendrier grégorien a conservé des noms de mois et de jours romains qui désignent toujours des dieux païens. Cela ne pose pas de problème, et ça ne signifie absolument pas que le panthéon païen soit honoré par l'Église. Le fait que les temps forts de l'année astrologique, les solstices, soient choisis comme jour de fête n'a rien d'étonnant, on le retrouve aussi chez les autres peuples anciens ou primitifs, y compris noirs ou amérindiens.

Beaucoup d'institutions et de lois catholiques sont plus anciennes, à commencer par tous les sièges des évêchés qui sont le chef lieu des anciennes cités gauloises, beaucoup de lieux de culte et de pèlerinages. Les Gaulois étaient déjà monogames avec égalité des époux et régime dotal, alors que la tradition biblique était celle qui subsiste dans les pays arabes: polygame, la femme est mineure, c'est la famille de la femme qui reçoit l'argent.

Le principe même du christianisme, son caractère universel, est de pouvoir s'incarner dans d'autres civilisations, d'autres cultures, d'autres ethnies, d'autres langues, d'autres géographie que celle des Juifs et de la Judée. Contrairement à l'Ancienne Alliance qui est exclusivement passée avec une seule nation, les Hébreux et leurs descendants.

Écrit par : le défenseur de Claude L-S | 24/12/2010

Belle réponse de C L-S à un cueilleur de gui bien mal inspiré ! ;o)))))

Écrit par : Martial | 25/12/2010

En effet , belle réponse de CLS .
La mention des fêtes hindoues, sikhs, et peut-être musulmanes, n'est faite que pour cacher l'essentiel du "père " Arvez .

Écrit par : anonyme | 27/12/2010

Enfonçons un nouveau clou dans le cercueil du paganisme.

Voici comment raisonne saint Jean Chrysostome pour fixer au 25 décembre la date de la Nativité (raisonnement adopté par l'Église) :

Si l'on arrive à connaître le moment où Zacharie, père de Jean-Baptiste, apprit par l'ange la conception de sa femme Élisabeth, on peut ensuite - puisqu'il y a six mois de différence entre la naissance du Précurseur et celle du Messie (comme l'a révélé à Marie l'archange Gabriel) - connaître précisément le temps de l'Annonciation et, en y ajoutant neuf mois, la date de naissance de Jésus.

Comme on sait, par les Écritures, que cet événement surnaturel s'est produit le jour de la Fête des Tentes (ou Fête du Tabernacle), soit dans la seconde moitié de septembre, il faut donc compter six mois de plus. On est alors dans la seconde quinzaine de mars pour l'Annonciation, c'est-à-dire la conception de Jésus (l'Annonciation étant du reste célébrée le 25 mars), ce qui - en ajoutant encore neuf mois - nous met fin décembre pour la Nativité.

Ce n'est donc dans le but de "récupérer" les fêtes païennes du solstice d'hiver que la date de la Nativité a été fixée le 25 décembre... Et quand cela serait, il faudrait n'y voir qu'un motif : celui - fort louable - de convertir en douceur, sans brusquer, par "acculturation", contrairement à d'autres religions qu'il est inutile de nommer ! Mais en l'espèce, tel ne fut pas le cas.

Écrit par : Martial | 27/12/2010

Non, réponse très comparable, pour l'exactitude, à, disons, un traité d'histoire albanais sous Staline :) Mais pourquoi m'appelles-tu "cueilleur de gui", ami ? T'ai-je appelé "adorateur du cadavre d'un clochard juif cloué sur une planche" ?

Écrit par : Sir Shumule | 27/12/2010

Les commentaires sont fermés.