Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2010

LES OBSEDES DE LA SHOAH (suite de la saga)

« Le président polonais réuni avec un survivant de la Shoah lié à sa famille

 

 

c118e573-b05e-48d6-bb39-7b23243354da.jpg

Au cours d'une cérémonie organisée au Musée de l'Holocauste de la capitale américaine, le président polonais (photo) a été rejoint par Zeev Baran, qui a raconté comment son père avait été tué en même temps que l'oncle, alors adolescent, du chef de l'Etat.

 

WASHINGTON (AFP)---Le président polonais Bronislaw Komorowski a été réuni mercredi à Washington avec un survivant juif de l'Holocauste dont la famille avait trouvé refuge dans celle de l'actuel chef d'Etat pendant la seconde guerre mondiale.
   

Au cours d'une cérémonie organisée au Musée de l'Holocauste de la capitale américaine, le président polonais a été rejoint par Zeev Baran, qui a raconté comment son père avait été tué en même temps que l'oncle, alors adolescent, du chef de l'Etat.
   

"Il s'est battu pour la liberté, pour la dignité et pour le droit à la vie. Et dans les rangs des combattants, mon père a rencontré le père et l'oncle de Bronislaw Komorowski", a raconté M. Baran, âgé aujourd'hui de 75 ans.
   

Les deux hommes avaient été pris les armes à la main et fusillés par les nazis.
   

"Je suis bouleversé", a ajouté M. Baran. "Je suis un enfant de la guerre, né en Pologne en 1935. "Ma famille a péri là-bas et la plupart de ceux qui ont survécu le doivent aux Polonais qui ont risqué leur vie pour les sauver",
a-t-il ajouté.   

"Je souhaite tout simplement vous adresser mes meilleurs sentiments à vous ainsi qu'à votre famille", a répondu le président polonais, qui a retrouvé la trace de M. Baran peu après son arrivée au pouvoir cette année.
   

Un fonctionnaire de l'ambassade de Pologne à Washington a indiqué à l'AFP que la famille de M. Komorowski avait caché celle de M. Baran pendant une partie de la guerre. M. Baran s'est installé en Israël après la guerre et est aujourd'hui consul honoraire de Pologne à Jérusalem.
   

Plus de la moitié des juifs qui ont péri au cours de l'Holocauste étaient  polonais.
   

M. Baran a suivi la visite du musée aux côtés du président polonais, qui a ensuite été reçu à la Maison Blanche par son homologue Barack Obama. »

 

 

Source : http://fr.ejpress.org/article/39092

 

 

Commentaires

alors pourquoi les juifs n'arrêtent pas de traîner dans la boue les polonais en les accusant "d'antisémitisme"... ?

Écrit par : kilo | 18/12/2010

Et encore un qui recevra, à titre posthume mais bien méritée, la médaille des Justes parmi les Nations" qui donne au titulaire le droit, entre autres, à un fauteuil d'orchestre au paradis sans avoir même a être jugé par Dieu en personne comme le commun des mortels. C'est fou, le nombre de personnalités dont on découvre, avec ou sans étonnements, que la famille était constitué de héros jusqu'ici restés inconnus comme s'ils avaient été trop modestes jusqu'ici!

Écrit par : NYH | 18/12/2010

Il est des obsessions qui permettent de taire des faits et des crimes un peu moins reluisants, notamment, question faits, il vaut de signaler que monsieur Komorowski a pour épouse une femme juive, ce qui n’est pas une tare en soi , mais là où cela devient une tare c’est que cette femme juive est fille de parents qui, comme de nombreux juifs restés en Pologne après la guerre, ont travaillé, mais pas n’importe où :

-en 1954,peu après la mort de Staline, le papa de l’épouse Komorowski travaillait dans le Ministère des Affaires Intérieures. Et en 59 il fut orienté vers le ministère des Affaires Intérieures, avec des fonctions liées au Bureau T , c’est à dire des fonctions « opérationnelles », où sa femme viendra le rejoindre dans ce ministère

-en 1954 la maman dirige le bureau du Département Général de la Sécurité Publique de la Capitale de Varsovie . Deux ans plus tard elle était promue dans le département opérationnel –le département « C » =direction de la Milice Citoyenne de la Capitale .

Tous deux ne cessent d’etre récompensés par des titres honorifiques et de substantiels émoluements..

La jeune Anna Komorowska , bien sur ! , eut la vie doré des enfants de la nomenklatura : études au lycée Tadeusz Rejtan ,appartenaince à la troupe des éclaireurs du nom de Romuald Traugutt « La Brigade Noire » . C’est à l’un des rallye de ces scouts qu’elle a rencontré le scout Bronislaw Komorowski qu’elle a épousé en 1977 .

Ces informations sont données par l’Institut de la Mémoire Nationale .

Ce que cet Institut ne nous donne pas , par contre , ce sont les faits glorieux de la charmante famille du Président , occupant ces postes au sein du Ministère des Affaires Intérieures durant le régime communiste.

Ni ce que le Président Komorowski trouvait comme qualités à cette famille , lui qui s’entendait si bien ( d’après les dires de sa femmes ) avec le papa d'Anna .

Pour conclure : Dans cette Pologne qui se licratise sous la houlette de ces créatures , qui finance des musées de l’holocauste à 60 millions de dollars, on attend vainement un musée du martyre du peuple polonais subi sous la houlette de la Judeo-Commune maintenant recyclée .

Écrit par : domremy | 19/12/2010

Les commentaires sont fermés.