Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2010

LA « SHOAH PAR BALLE » DU PERE DESBOIS

Quand ce brave curé, bien médiatisé, aura fini sa tournée des charniers shoatiques, il pourra peut-être consacrer un peu de son temps, puisque déjà il arpente les pays de l’ex-Union soviétique, à d’autres fosses communes  dont on parle peu, mais qui doivent sûrement exister. Même si elles ne contiennent ni juifs ni roms. Encore toute une page d’Histoire avec un grand H à mettre à jour, ça devrait le mettre en appétit, puisqu'il aime tellement ça.

 

 

"L'Histoire invitée au dîner républicain du CRIF"

 

 

"L'Histoire, il y a ceux qui la mettent à jour et ceux qui l'enseignent. Le père Patrick Desbois, invité d'honneur du dîner républicain du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) organisé lundi à l'hôtel de ville de Tours, fait parti de ceux qui cherchent.

 

Depuis 2004, ce curé atypique et controversé arpente les pays de l'ex-Union soviétique l'oreille tendue pour recueillir les témoignages des témoins de la « Shoah par balle ». Il répertorie les fosses où ont été abandonnés les corps des juifs « et des Roms » fusillés par les Einsatzgruppen et d'autres unités allemandes. Il a présenté ses travaux auprès de 200 invités du CRIF avec un objectif : « Faire réagir. La lutte contre les génocides, c'est le travail de tout le monde. »

 

Ce ne sont pas Françoise Moreau, Marie-Paule Fresnau et André Bellegarde, enseignants - retraités pour deux d'entre eux - aux collèges Michelet de Tours et Jean-Monet de Joué-lès-Tours, qui remettront en cause des recherches sur ce pan de l'histoire encore peu étudié. Tous trois viennent de recevoir le prix régional du CRIF pour leur engagement dans l'enseignement de la Shoah et leur contribution active à l'Association d'Études et de recherche sur la Shoah.


En ouverture de ce dîner qui réunissait personnalités politiques, associatives et institutionnelles, le président national du CRIF, Richard Pasquier, a rappelé l'attachement du Conseil aux valeurs républicaines, à la laïcité et au dialogue avec les autres communautés."

HISTOIRDINERCRIFGG.jpg

 

 

 

Source : http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=22687&artyd=5 

 

 

Commentaires

Entre deux excavations, quand trouve-t-il le temps de faire son vrai boulot de prêtre, ce shabat goy ensoutané (ou "enclergymané" !) ??

Écrit par : Martial | 02/12/2010

le shabbat goy...

Écrit par : LG | 02/12/2010

Il ne procède pas à la moindre excavation, tout repose sur des témoignages. Comme d'habitude.

Écrit par : Alain de Baruch | 03/12/2010

Sur des témoignages sur l'existence de fosses communes, dans l'immenses majorité des cas attribuables au NKVD.

Naturellement, pas une seule vérification, pas une seule excavation,pas une seule identification, ni aucune expertise ADN.

Etrange que les escrocs puissent avoir la tête de l'emploi, et réussir.

Écrit par : Fred | 08/12/2010

Bof, on l'a vu au canada aussi. Très sincèrement être prêtre est une question d'engagement plus que d'intelligence...

Écrit par : alia | 11/12/2010

J'aimerai tout de même bien savoir QUI est ce fameux père Dubois. D'où sort-il? Est-il un agent sous une identité totalement bidon, qui s'appellerait en fait Isaac Birkenstein ou bien est-ce un vrai prêtre shoatisé à l'extrême? Et puis ca coute cher de sillonner l'ex URSS pour rechercher des cadavres et inventer des histoires d'horreur qu'on fait ensuite répéter par des "témoins", qui le finance?

Écrit par : Lueur d'espoir | 12/12/2010

"qui le finance?"

Bonne question. Un "prêtre" qui décide, "comme ça", de faire du tourisme shoatique morbide pendant un temps indéfini...Evidemment, tout cela ne coûte rien, on loge et mange chez l'habitant, comme de bien entendu...

Écrit par : Fred | 13/12/2010

J'avais pris au sérieux ces découvertes sans me poser de questions.

Mais c'est vrai qu'un prêtre catholique a un magistère, et qu'on ne voit pas en quoi ce travail de terrassier en Ukraine pourrait avoir un rapport avec la religion catholique et l'Église de France.

Les victimes ne sont pas catholiques, ni françaises, et les SS ne sont pas vraiment un mouvement catholique non plus.

Donc, que dit sa hiérarchie ?

Il y a des tas de paroisses qui manquent de curé.

Écrit par : le défenseur de Claude L-S | 14/12/2010

Les commentaires sont fermés.