Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2010

DE QUOI SE MELENT-ILS ?

Ils n’ont pas assez de problèmes à régler, les Grecs, avec leur pays en quasi faillite ? A moins que justement, ils ne souhaitent que leur situation soit demain celle de toute l’Europe ? Auquel cas, intégrer la Turquie est effectivement un bon moyen d’accélérer les choses.

Ca devient très compliqué à suivre, dans cette région du monde : la Grèce est tout à  coup du dernier bien avec Israël, la Turquie, par contre, serait plutôt fâchée avec l’Etat hébreu. Donc, si la Grèce arrive à se faire bien voir de la Turquie en soutenant sa candidature, elle parviendra peut-être à réconcilier les deux adversaires d’aujourd’hui ?

Et tout le monde serait drôlement content, non ? Après, naturellement, pour ne pas faire de jaloux, on intègrera aussi Israël. Mais commençons par le commencement : fichons le camp. Mieux vaut les laisser entre eux.

 

« La Grèce veut voir la Turquie et les Balkans dans l'UE

La Grèce, en tant que membre de l'UE le plus ancien de la région, prône l'intensification des négociations en vue de l'adhésion à l'Union européenne des pays des Balkans et de la Turquie, a annoncé mercredi à Athènes Grigoris Delavekouras, porte-parole de la diplomatie grecque.

"L'objectif stratégique de la Grèce réside dans la création d'une région de stabilité, d'une zone de sécurité et de développement. L'adhésion de nos voisins à l'UE constitue l'axe principal de cette politique", a déclaré le diplomate.

La Grèce appelle à convoquer un sommet UE-Turquie d'ici un an, afin d'intensifier le processus de négociations et de surmonter les obstacles auxquels Ankara se heurte. La Grèce propose ensuite d'organiser un sommet UE-Balkans occidentaux en 2014.

En 2003, le gouvernement grec avait invité à faire coïncider l'adhésion des pays des Balkans à l'UE avec le 100e anniversaire du début de la Première Guerre mondiale, soit en 2014. »

 

Source : Ria Novosti

http://fr.rian.ru/world/20101124/187953302.html 

Commentaires

Après tout, on cherche d'abord à résoudre les problèmes les plus simples! Probablement que les grecs se sont dit qu'il leur serait moins difficile de faire rentrer ces pays dans l'UE que de sortir eux même de leur crise économique. A moins que, comme tous ceux qui se noient et se sentent perdus, ils en soient à ne plus savoir quoi faire, hormis des gesticulations qui les entraîne inévitablement à une fin rapide.

Écrit par : NYH | 25/11/2010

Le revirement de la position grecque est sans doute une des conditions mises à l'aide financière. Mais c'est intenable. Déjà c'était une erreur d'admettre la Grèce. L'UE est déjà excessivement étendue. L'étendre à la Turquie, cela signifie la dénaturer et la paralyser (selon le voeu des anti-européens et de Wall Street). De plus, on voit déjà tout le mal qu'il y a à renflouer la Grèce, avec ses comptes truqués. vous imaginez ce que ce sera avec la Turquie? Tout simplement un sabotage de l'Euro, pour le plus grand profit de la domination étatsunienne sans partage sur l'Occident.

Écrit par : Fred | 26/11/2010

Si les Grecs veulent vivre en communauté avec les Turcs, c'est très facile.

Il suffit qu'ils demandent d'adhérer à l'Empire turc.

Écrit par : PL24 | 30/11/2010

Les commentaires sont fermés.