Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2010

ENCORE UNE MEDAILLE DES JUSTES DECERNEE A TITRE LARGEMENT POSTHUME

Est-il véritablement utile, dans la France de 2010, de continuer à distribuer des médailles des Justes pour commémorer des actes datant de plus de 65 ans ?

 

Bien sûr que oui car ces remises officielles répondent à un objectif bien précis, qui est fort bien explicité à la dernière ligne : « et reconnaissant qu'entre 1940 et 1944, « dans une France ayant commis l'irréparable, certains ont su distinguer le bien du mal ».

 

Voilà. Pour le cas où on l’aurait oublié, je le souligne: la France a commis l’irréparable entre 1940 et 1944. Tout le monde a bien compris ? Sinon, ne vous inquiétez pas trop, des remises de médailles, il y en aura encore. Et vous aurez bien d’autres occasions de vous battre la poitrine.

 

Et puisque la France a commis l’irréparable il y a 70 ans, aujourd’hui elle doit payer, payer encore, payer toujours. Et soutenir Israël. Et combattre l’Iran. Etc, etc. Voilà l’utilité de ces médailles. Et voilà pourquoi on racle les fonds de tiroir pour en trouver encore et éternellement.

 

 

« Sœur Saint-Cybard reconnue «Juste parmi les Nations»

 

 

Le 7 novembre 2010, le Grand Rabbin Claude Maman, Conseiller Rabbinique en charge des Derniers Devoirs auprès du Grand Rabbin de France a participé à une émouvante cérémonie aux côtés de l’Evêque d’Angoulême Mgr Claude Dagens.

 

« La médaille des  Justes » a été remise à titre posthume aux petits neveux de la religieuse charentaise Sœur Saint-Cybard, en présence de Natan Holchaker, délégué aquitain du comité Yad Vashem, Michel Harel, de l'ambassade d'Israël, de Daniel Soupizet, ancien maire de Lesterps, de François Julien-Labruyère, l'éditeur qui a publié le récit de Josie Lévy Martin en 2007, et de Josie Lévy Martin.

 

En 1944, Sœur Saint-Cybard (disparue dans l’anonymat) avait caché dans l’école catholique de l’Esterps, la petite Josie, alors âgée de 5 ans. Témoignage : « Sous son allure parfois sévère, sœur Saint-Cybard cachait une grande générosité […]. Elle fut pour moi guide de bonté, lumière transperçant l'obscurité. » Parmi les discours les plus poignants, celui de Laurent Alaton, sous-préfet de Confolens, dévoilant une page méconnue de son histoire familiale et reconnaissant qu'entre 1940 et 1944, « dans une France ayant commis l'irréparable, certains ont su distinguer le bien du mal » ».

 

 

Source :  http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

soeurstcybard3gg.jpg

Commentaires

Donc, si on suit votre raisonnement, on ne doit pas non plus rendre les honneurs à des soldats de la 1ère guerre mondiale dont on redécouvre les corps ? C'est vrai après tout, pourquoi inviter le ban et l'arrière-ban pour des types morts il y a 85 ans et dont on ne sait même pas s'ils se sont comportés en héros alors qu'un petit enterrement ordinaire ferait tout aussi bien l'affaire ?

Et hum, au passage, "Tout le monde a bien compris ?" Eh non, il semblerait que non justement...Cet article en est la preuve.
Je fais personnellement partie des gens qui ne se sentent absolument pas coupables de ce qu'on a fait en France et ailleurs il y a 70 ans mais qui considèrent qu'il est toujours bon de se rappeler le passé et de rendre hommage à ceux qui ont œuvré pour la dignité humaine. Je me suis souvent demandé si j'aurais eu le courage de le faire moi-même. Pour vous la question ne se pose pas on dirait...Le simple fait que vous censuriez des réponses qui vous contredisent est déjà un indice...

Je précise que je ne suis pas juive.

Écrit par : domi | 22/11/2010

Ce n'était pourtant pas très difficile de distinguer le bien du mal à cette époque troublée si ça se résumait à ça. Était bien, venir en aide aux juifs comme s'ils avaient été les seuls a en avoir besoin. Était mal, être indifférent à leur sort sous prétexte qu'on avait déjà assez de soucis comme ça. Cela revient à dire que même l'indifférence aux sort des juifs est mal et que 75.000 juifs déportés avaient autant sinon plus d'importance que les plus d'un million de soldats non juifs fait prisonniers et retenus en Allemagne eux aussi dans des camps, sans compter les nombreux goyim eux aussi déportés pour diverses raisons. Rien que dans ma petite commune de 1.100 habitants en Bretagne, ils furent une trentaine dont beaucoup ne revinrent pas. C'étaient les conséquences de la guerre comme les déportations de juifs le furent elles aussi. Mais après tout, qui la voulue, la réclama et se posa en ennemis déclaré de l'Allemagne?

Écrit par : NYH | 22/11/2010

à domi:

on rend souvent les honneurs à des soldats de la première guerre mondiale dont on redécouvre les corps? peut-être, mais ça ne m'a pas frappée.
tandis que les médailles aux "justes", depuis le début de l'année il y en a eu un paquet, ça c'est sûr. le but manifeste étant de reverser à chaque fois une louche de victimisation et donc de dette pour les autres.

dans ce cas précis, le simple fait de donner ce type de médaille aux petits-neveux, alors qu'il aurait été possible de la donner il y a une génération aux neveux, prouve à quel point tout cela est instrumentalisé dans un but bien précis.

idem pour la médaille remise à titre posthume au père de jean-pierre foucault (blog du 19/4/10). pourquoi maintenant? pourquoi pas de son vivant? la réponse est évidente à qui a des yeux pour voir.

Écrit par : anne kling | 22/11/2010

@A. Kling
Comment madame, une personne aussi bien informée que vous n'est pas au courant qu'il arrive encore parfois que l'on retrouve des corps de poilus à l'occasion par exemple de travaux ou d'orages ? Que le prince Charles est venu en France en juillet dernier pour une cérémonie en l'honneur de soldats du Commonwealth ? Que les corps d'Alain-Fournier et de ses compagnons n'ont été retrouvés et enterrés en grande pompe qu'en 1993 ? Certes, les anonymes qu'on retrouve encore parfois aujourd'hui ne bénéficient pas forcément tous d'autant de "publicité" mais en général, les associations d'anciens combattants ou de passionnés de la Grande Guerre leur organisent des funérailles relatées dans la presse locale. Quant à la médiatisation de l'événement dont vous parlez, elle est très relative, on n'en a pas beaucoup entendu parler tout de même...

http://www.racines-en-sevignac.fr/fosse_alain_fournier.htm
http://www.france24.com/fr/20100719-fromelles-enterrement-cimetiere-militaire-australie-royaume-uni-soldats-premiere-guerre-mondiale

Par ailleurs, si certaines distinctions arrivent un peu tard, c'est souvent parce que les "Justes" concernés sont souvent restés anonymes ou, du moins, très discrets et qu'ils font l'objet d'une enquête.
Et vous pouvez dans ce cas vous scandaliser que des Poilus aient été décorés à 90 ou 100 ans, pas pour leur héroïsme à Verdun mais parce qu'ils ont survécu assez longtemps pour décorer les cérémonies du 11 novembre.

@NYH
Me suis-je mal fait comprendre ? Où avez-vous lu que je contestais l'héroïsme des Résistants déportés ou que j'établissais une hiérarchie dans le bien ou le mal ? Personnellement, j'admire autant les résistants du Maquis de St-Marcel (j'en ai connu) que les gens qui ont sauvé des enfants juifs et, dans un cas comme dans l'autre, je me demande si j'aurais eu leur courage. Et que doit-on comprendre quand vous dites "qui l'a voulue" ???

PS : j'espère, Madame Kling que vous n'allez pas réserver à ce post le même sort qu'à deux de mes précédents qui sont fort opportunément tombés aux oubliettes...Un problème technique sans doute ?...

Écrit par : domi | 22/11/2010

La réaction de Domi prouve combien le lavage des cerveaux goyim a été efficace. Ne pas en avoir plus que ras le bol d'un matraquage aussi permanent, aussi effrayant, aussi indécent et aussi disproportionné en dit très, très long à cet égard... Prosternons-nous, repentons-nous, flagellons-nous sans cesse, mes frères : nous ne le ferons jamais assez fort, jamais assez longtemps, jamais avec assez de pleurs et de repentance, à temps et à contre-temps, toute notre vie et jusqu'à la cent unième génération !

Écrit par : Martial | 22/11/2010

A domi. Moi aussi, alors que j'étais jeune ouvrier dans la région, j'ai rencontré un ancien du maquis de Saint Marcel. Au casse croûte, il nous en racontait de belles sur ces "salauds de boches". Je ne sais pourquoi je lui demandai si, eux, au maquis, ils avaient toujours respectés les lois de la guerre? "oui, oui sauf une fois. Nous patrouillions dans la campagne, les allemands commençaient a quitter la région. Dans un pré, nous avons rencontré un allemand qui en nous voyant a jeté son fusil et levé les bras en l'air. Notre chef de section l'a interrogé. C'était un vieux de plus de quarante ans qui ne parlait pas un mot de français. Il a sorti son portefeuille et montré au chef de section les photos de sa femme et de ses enfants. Comme il ne nous renseignait pas sur les autres, le chef de section qui ne parlait pas l'allemand a sorti son poigard et le lui a planté dans la poitrine, au coeur. Oui là, ça j'ai trouvé ça un peu dur" Mais vous, Madame qui les admiré tant tous sans restriction, vous auriez peut être eu ce courage, puisqu'il était sans risques, cette fois là en tout cas.

Écrit par : NYH | 23/11/2010

@Martial : évidemment, les gens qui ne partagent pas vos opinions et qui ont l'outrecuidance de le faire savoir sont forcément de pauvres abrutis décérébrés victimes du complot judéo-maçonnique par TF1 interposé. Un peu éculé comme rhétorique, non ?
En ce qui me concerne, je ne me prosterne devant rien, je ne me flagelle absolument pas, je ne me repens ce soir que d'une chose, c'est d'avoir oublié d'acheter de la crème fraîche. A vrai dire, je me fiche éperdument des médailles en général, qu'elles soient des Justes ou du Mérite Agricole. Elles ne font plaisir qu'à ceux qui les reçoivent (grand bien leur fasse) et encore plus à ceux qui les donnent (idem) Mais je constate que c'est sur des blogs de ce genre qu'on parle le plus des remises de médailles des Justes, personnellement, je n'avais jamais entendu parler de cette brave bonne sœur avant hier soir. Vous devriez élargir votre champ de réflexion, faites donc du sport, écoutez de la musique. Tenez, Mendelssohn par exemple, c'est très beau...

Écrit par : domi | 23/11/2010

à domi (suite et fin):

c'est une excellente idée. je vous suggère effectivement d'aller écouter mendelssohn au lieu de perdre votre temps sur des "blogs de ce genre". élargissez donc votre champ de réflexion et laissez les abrutis décérébrés débattre entre eux. il faut de tout pour faire un monde, pas vrai?

comme je pense inutile de poursuivre plus avant une discussion oiseuse, vous ne vous étonnerez donc pas que j'arrête là les frais. internet est assez vaste pour que chacun y trouve sa pitance.

Écrit par : anne kling | 23/11/2010

Non, ce n'est pas une discussion oiseuse.

Ce que je trouve de ridicule dans cette remise de médaille, c'est que 100 % des religieuses qui vivaient en France à cette époque ont dû participer à des sauvetages de Juifs.

Personne n'a jamais entendu dire qu'une bonne soeur catholique ait jamais refusé son secours à un Juif persécuté.

Donc, pourquoi est-ce Soeur Saint Cybar qui est distinguée du titre de Juste parmi les nations, et pas une des dizaines de milliers d'autres ? Et pourquoi maintenant ?

Toutes les bonne-soeur, ou presque toutes (parce qu'il y a partout des brebies galeuses), ont passé leur vie à se montrer charitables à l'égard des personne malheureuse qui avait besoin d'être secourues ou assistées, qu'elles soient juives ou autre chose, et cela toujours dans le plus complet anonymat.

D'une façon générale, les vrais religieux et les religieuses (ceux qui ont fait leurs voeux) refusent toujours de recevoir les décorations, légions d'honneur, médaille du mérite ou autres distinctions séculières, parce qu'ils sont morts civilement (contrairement aux prêtres ou aux chanoinesses). Donc je pense que de son vivant elle ne l'aurait pas accepté.

Il faudrait remettre cette distinction à son ordre, comme on le fait pour les régiments. Mais de quelle congrégation est-elle ? Personne ne semble s'en soucier. Qu'est-ce que ça veut dire qu'elle a disparu dans l'anonymat ?

D'ailleurs, dans la mesure où entre 1940 et 1945 la quasi-totalité des Français ont fait ce qu'ils ont pu pour secourir les Juifs, il vaudrait mieux remettre la médaille du Juste au peuple français, parce que les antisémites véritables, ceux qui ont vraiment voulu nuire à des Juifs, sont vraiment restés l'exception. C'est ce qui fait qu'autant de Juifs ont dû leur salut au fait de séjourner ou de passer par la France.

Chacun des Juifs étrangers qui a pu traverser la Guerre en France a forcément bénéficié de l'aide de centaines de personnes qui sont donc toutes des Justes parmi les nartions, et qui sont toutes restées anonymes.

Écrit par : le défenseur de Claude L-S | 23/11/2010

@ Anne Kling
Votre réaction ne m'étonne pas vraiment, il en faut visiblement bien peu pour vous faire perdre vos nerfs !!!

Donc, si je comprends bien, vous avez un joli blog bien propret sur Internet, espace public par excellence, vous y tenez des propos polémiques mais vous n'acceptez pas que l'on vienne vous contredire. C'est pourtant le risque lorsqu'on ouvre son blog aux commentaires.

Tout débat serait donc "oiseux" ? Étrange façon de concevoir la politique de la part de quelqu'un qui s'est investi dans la vie publique.
Ah mais non, suis-je bête, le débat, ça se pratique avec ses propres partisans, c'est bien ce que vous insinuez lorsque vous écrivez "laissez les abrutis décérébrés débattre entre eux" (sic) ?
Le problème ne serait-il pas qu'il est un peu laborieux de répondre aux "naïves" questions qu'on vous pose ?
Car finalement, y répondez-vous ? Il me semble plutôt que vous bottez en touche.

Par ailleurs, merci pour vos conseils mais je ne les ai pas attendus pour m'ouvrir l'esprit. La preuve, non seulement il m'arrive d'écouter Mendelssohn (horreur, un Juif), Mozart (horreur, un franc-maçon) et Wagner (là, ça passe), mais j'ai des lectures très variées, et même celle de votre blog En effet, j'ai l'habitude de parcourir le vaste espace d'Internet, pas seulement pour y trouver ma "pitance", mais aussi pour voir de quoi mes semblables se nourrissent. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il y a à boire et à manger...

Bref, je ne me fais aucune illusion sur l'avenir de ce post.
A tout hasard, je réponds tout de même aux deux derniers intervenants

@NYH : vous m'avez mal comprise je crois. Je vous parle de courage, vous me parlez de crime de guerre...Nous ne nous plaçons pas sur un même niveau.

@le défenseur de Claude : effectivement, les innombrables anonymes dont vous parlez méritent l'admiration et le respect au même titre que tous les humains qui se mettent en danger pour aider d'autres humains. Nous sommes bien d'accord. Et si certains veulent leur offrir des médailles, eh bien qu'ils le fassent, ça ne changera pas plus la face du monde que d'offrir des médailles aux chiens d'avalanche, mais ça fera plaisir à quelques personnes sur Terre, en l'occurrence à l'ex-petite fille sauvée par la religieuse en question. Je note au passage que cette enfant a complètement été occultée dans ce débat, c'est pourtant elle qui a probablement fait les démarches nécessaires sur le tard pour des raisons qui lui sont personnelles, pourquoi ne pas s'en prendre à elle ?

Écrit par : domi | 23/11/2010

Nous avons trouvé là un fin discutailleur, qui appartient à la race redoutable des adeptes du tollé rance tous azimuts et qui est forcément en porte-à-faux sur ce blog nauséabond, d'où l'indication d'un certain masochisme de sa part. Tous azimuts ? Voire... Car je note au passage - non sans une vive inquiétude - que Domi ne dit pas écouter du Tchaïkovsky. Or, chacun sait que ce grand compositeur était homosexuel. C'est pourquoi je pose la question : Domi serait-il (elle) homophobe, bien que judéo-compatible et maçonico-tolérant(e) ? Si tel est le cas, cela signifie que nul n'est, hélas ! vraiment parfait en ce bas monde...

Écrit par : Martial | 24/11/2010

Les commentaires sont fermés.