Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2010

UN SIONISTE FERVENT A LA TETE DE L’UMP

22.jpgJean-François Copé promu patron de l’UMP, pas de doute, la « révolution » est en marche. Tous aux abris, ça va saigner.

« Sans surprise, "l'offre de service" du chef de file des députés UMP pour exercer la fonction de secrétaire général du parti majoritaire a été acceptée, dimanche 14 novembre, par l'Élysée. "On s'est reparlé dimanche en fin de matinée. J'ai décliné l'Intérieur, car je souhaitais le parti, par souci de cohérence, a précisé Copé au Monde. Le président m'a dit : Pas de problème, j'ai décidé de te faire confiance. On fonce."

Je leur souhaite de tout cœur que ce soit dans le mur. Je ne suis pas une grande spécialiste de la chose politique, mais enfin, personne n’a l’air de trouver étonnant que le chef de l’Etat désigne ainsi arbitrairement le président d’un parti. Même s’il s’agit du parti dont il est issu. Je trouve ce procédé parfaitement choquant. Il me semblerait logique que ce choix revienne aux adhérents, non? Ou du moins qu’il soit élu de façon ouverte et non imposé par le fait du prince.

J’ai retrouvé sur bakchich.com l’article suivant, qui n’a rien à voir avec le sionisme (il y a suffisamment d’exemples qui circulent) mais prouve en tout cas que la nouvelle tête pensante de l’UMP est loin de n’y avoir que des amis:

« Vanneste allume Copé (10 avril 2009)

Reçu par Parlons net, le député UMP Christian Vanneste s’en est pris violemment à Jean-François Copé.

Fermement opposé au projet de loi Hadopi « Création et Internet », le député UMP du nord Christian Vanneste, a réaffirmé sa position sur le plateau de l’émission Parlons Net, le club de la presse Internet dont Bakchich est partenaire.

L’ancien professeur de philosophie n’a pas attendu la troisième question de David Abiker pour tirer sur la majorité, en particulier sur le président du groupe UMP à l’assemblée, Jean-François Copé. « Qu’est ce qu’il s’est passé ? », demande le chroniqueur de France Info cherchant à comprendre l’échec du projet de loi. Réponse du député : « C’est une manoeuvre tordue du président Copé,, qui a voulu la jouer fine, comme on dit, en faisant ça un jeudi pour que ça passe tranquillement ». « Ah oui, il s’est pris les pieds dans le tapis, puisque le jeudi il y a un peu moins de monde », ajoute-t-il avec une certaine délectation. Vanneste note que Copé en est à son « troisième coups de pied aux fesses » et « dirige mal le groupe ». Dernière « fessée » du député vers son président : « Quand vous ne pensez qu’à votre carrière personnelle et que vous cumulez un certain nombre de responsabilité... Il est certain que l’investissement dans le groupe est insuffisant et ne produit pas les effets que nous devrions, nous, membres du groupe, en attendre ».

A savourer de la première à la quatrième minute, la vidéo en lien:

Source : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:73ja...

 

Autre sujet de rigolade, à propos de cette mascarade de remaniement: Vous vous souvenez d’Hervé Morin traitant les Français de cons (blog du 26/10/10). « Sur la radio Beur FM cette semaine, le ministre de la Défense a tenté de justifier la présence française en Afghanistan en expliquant qu'il était difficile de faire comprendre "à des cons" que la défense de la France se jouait à 7000 km de son territoire. »

 

Eh bien, ulcéré d’être vidé du gouvernement, et espérant sans doute que les cons auront la mémoire courte, il compte apparemment… se présenter en 2012. Il veut devenir le président des cons : « Hervé Morin, qui a déjà annoncé son intention de se présenter en 2012, a également exprimé sa volonté de rassembler autour de son parti, le Nouveau centre, toujours officiellement allié de l'UMP. »

Commentaires

Autre sujet d'intense rigolade : Borloo, le petit pochtron du Centre extrême. Ah mais, c'est qu'il y croyait, à Matignon, le petit Borloo !... Et que les médias lui déroulaient déjà le tapis rouge, et que Monsieur piquait des fards de rosière consentante quand on lui parlait de son brillant avenir immédiat, et qu'il se voyait déjà en haut de l'affiche, etc. etc. Manque de pot, le cher Nicky a confirmé son porte-coton initial, et voilà soudain le petit Borloo tout dépité. Et lui, qui ne voyait aucun inconvénient - il y a quelques heures encore - à piloter un nouveau gouvernement sous les ordres du cher Nicky, le voilà-t-il pas qui se désolidarise complètement de la nouvelle équipe et de son chef, dont il découvre tout à trac le caractère fermé, borné, antisocial, réactionnaire, presque néonazi ! Le voilà-t-il pas qui commence à balancer des vacheries et des peaux de banane à ses excellllllent amis de la veille en formant à toute berzingue un "Centre renforcé" avec l'appui de l'autre guignol, transfuge de Bayrou et désormais poly-transfugé !...

Que c'est édifiant, la politique politicarde de la cinquième Raie Publique ! C'est beau comme de l'Antique !

Écrit par : Martial | 15/11/2010

"Borloo, le petit pochtron du Centre extrême. Ah mais, c'est qu'il y croyait, à Matignon, le petit Borloo !... Et que les médias lui déroulaient déjà le tapis rouge, et que Monsieur piquait des fards de rosière consentante quand on lui parlait de son brillant avenir immédiat, et qu'il se voyait déjà en haut de l'affiche, etc. "

Mine de rien, 'faut pas s'y tromper, à ses allures populacières. Borloo est plusieurs fois milliardaire en Euros. C'est le cinquième avocat d'affaires le mieux payé DU MONDE (selon la revue américaine "Fortune"). Quand on sait ce que gagne un grand avocat d'affaires américain... Borloo s'est spécialisé dans les faillites (reprises et liquidation d'entreprises). Bref, c'est un requin.

Ne pas se laisser prendre à son genre familier. C'était un des poids lourds (n°2 ou 3) du gouvernement avec Lagarde (du cabinet américain McKenzie).

Écrit par : Fred | 16/11/2010

Les commentaires sont fermés.