Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2010

AH, DEVOIR DE MEMOIRE, QUAND TU NOUS TIENS !

J’ai lu que ce grand défenseur de la mémoire universelle sélective à perpétuité était un proche de Strauss-Kahn ….

 

77.jpg« Le maire d'une commune d'Indre-et-Loire dénonce son jumelage avec Oswiecim

 

TOURS (AFP)---Le maire de Ballan-Miré près de Tours a dénoncé la convention de jumelage entre sa commune et la ville polonaise d'Oswiecim (Auschwitz en allemand), dont les autorités cherchent, selon lui, à prendre leurs distances avec le camp d'extermination, apprend-on  auprès de l'intéressé.
   

La Nouvelle République révèle mardi que Laurent Baumel, maire socialiste de cette commune de quelque 8.000 habitants depuis 2008, a choisi de dénoncer le serment de jumelage parce qu'il ne fait aucune référence au devoir de mémoire.   

 

Ce document a été signé par son prédécesseur, Michel Lezeau (UMP), en 2002, a expliqué l'actuel maire joint par l'AFP. Ballan-Miré (Indre-et-Loire) est la seule ville française jumelée avec Oswiecim, selon lui.   

 

"Le serment ne fait à aucun moment référence à l'Holocauste, à la Shoah et au camp. C'est un jumelage classique entre une petite ville de France et une petite ville de Pologne sur des échanges culturels, touristiques...", s'indigne-t-il.   

 

Dès 2008, "j'ai été frappé par l'impression que les autorités locales polonaises voulaient à travers ce jumelage faire oublier le camp" d'extermination nazi, auquel le nom d'Auschwitz reste à jamais associé, raconte-t-il.   

 

Ces autorités, et leur "sulfureux" maire Janusz Marszalek en tête, "sont dans une logique de dissociation de la ville et du camp, de banalisation de la ville elle-même", ajoute-t-il. "Leur truc à eux, c'est de pouvoir dire: +Cessez d'assimiler notre petite ville charmante au camp de la mort, Oswiecim n'est pas Auschwitz+".   

 

"Je ne veux pas de près ni de loin cautionner une stratégie consistant à détacher le nom d'Auschwitz de ce que ça signifie dans l'histoire universelle", explique le maire.

 

L'élément déclencheur a été un article du Point en septembre, montrant que les autorités d'Oswiecim envisageaient la construction controversée d'un centre commercial près du camp, ainsi qu'un projet de mémorial de la Shoah associant juifs, homosexuels, catholiques, etc...    

 

"Le maire de la ville lui-même, dans cet article, cite le jumelage avec Ballan-Miré à l'appui de sa stratégie", note M. Baumel. "Je n'ai pas du tout envie que le nom de ma commune soit associé à cela. Donc j'ai pris la décision de dire qu'on arrête les frais". »

 Source: http://fr.ejpress.org/article/38840

Commentaires

Très modéré, somme toute, ce maire, puisqu'il ne va pas jusqu'à exiger pas que les habitants de la petite ville en question et la totalité de leur descendance jusqu'à l'avènement du Messie d'Israël arborent une croix jaune destinée à marquer à jamais leur éternelle repentance pour être les infâmes descendants de "ceux-qui-n'ont-rien-fait-pour-empêcher-ça" !

Il ne faut pas se contenter de dénoncer les forcenés de ce genre. Il faut les tourner en dérision, exposer leur ridicule, couvrir leurs couinements obsessionnels par des éclats de rire. PARCE QU'IL Y EN A MARRE, À LA FIN !!

Écrit par : Martial | 14/11/2010

"Je n'ai pas du tout envie que le nom de ma commune soit associé à cela. Donc j'ai pris la décision de dire qu'on arrête les frais".

C'est tout ce qu'il y a de positif dans ces insanités: on arrête les frais.

Et si on pouvait en terminer ainsi avec toutes ces conneries de jumelages, ça serait pas plus mal.

Écrit par : Fred | 16/11/2010

Les commentaires sont fermés.