Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2010

GENTILS CANADA ET ISRAEL, MECHANT ONU

Le 12 octobre dernier, le Canada se faisait recaler au Conseil de sécurité de l’ONU, au profit du Portugal. Les raisons de cet échec sont variées, comme on pourra le lire plus bas sous la plume de journalistes canadiens. Israël constituerait effectivement l’une de ces causes, mais peut-être pas tout à fait pour la raison vertueuse énoncée ci-après. Car hier, le premier ministre canadien a versé une très grosse louche de pommade sur les plaies béantes de l’Etat hébreu, si inexplicablement malmené : 

4c2c5235-5a78-4c6f-b5c9-2fe49ce05c49.jpg

« Le Premier ministre canadien Stephen Harper explique son échec à l'ONU par son appui à Israël

 

OTTAWA (AFP)---Le Premier ministre canadien Stephen Harper a dénoncé lundi l'antisémitisme qui "gagne du terrain dans les universités", et a affirmé "avoir payé le prix" de son soutien à Israël, dans une allusion à l'échec de son pays à l'élection au Conseil de sécurité de l'ONU.
 

Intervenant à Ottawa lors d'une conférence sur la lutte contre l'antisémitisme, M. Harper a estimé que ce dernier avait évolué: "S'il est en substance aussi brutal que jamais, ses méthodes sont aujourd'hui plus sophistiquées".
   

"En exploitant les idéologies antisémites, antiaméricaines et antioccidentales, il vise le peuple juif en désignant sa patrie, Israël, comme la source de l'injustice et des conflits mondiaux, et utilise pour ce faire et de manière perverse, le langage des droits de la personne", a dit M. Harper.  

 

"Comme tout autre pays, Israël peut, bien sûr, faire l'objet de critiques justes. Et comme tout pays libre, Israël peut lui-même se soumettre aux critiques que suscite un débat démocratique sain et nécessaire", a poursuivi le Premier ministre conservateur.  

Mais, "il est de notre devoir à nous tous de nous élever contre la diabolisation, les "deux poids deux mesures" et l'atteinte à sa légitimité dont il fait l'objet".    

M.Harper a dit le savoir "pour en avoir payé le prix".  

 

"Que ce soit à l'Organisation des Nations Unies, ou au sein de toute autre instance internationale, il est facile de suivre ces discours anti-israéliens, sous prétexte d'impartialité et en se targuant d'être un "courtier honnête".

Après tout, cela rapporte beaucoup plus de votes d'être anti-israélien que de prendre position", a-t-il relevé.  

 

"Mais, tant que je serai Premier ministre, que ce soit à l'ONU ou dans la Francophonie ou n'importe où ailleurs, le Canada prendra cette position, quel qu'en soit le coût", a conclu M. Harper.  

 

De l'avis général, le soutien inflexible du gouvernement d'Ottawa à Israël a coûté au Canada de nombreuses voix lors du vote du 12 octobre dernier, où il s'est fait battre par le Portugal dans la course à un siège de membre non-permanent du Conseil de sécurité. »

 

Le discours qu'a prononcé hier Harper en ouvrant cette conférence sur l'antisémitisme vaut le détour: http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detai...

 

Voici ce qu’écrivait Radio Canada le 13 octobre 2010 à propos de cet échec :

« Le Canada ne siégera pas au Conseil de sécurité des Nations unies. Mardi, Ottawa a retiré sa candidature pour l'obtention d'un siège temporaire au Conseil de sécurité après avoir perdu les deux premiers tours de scrutin contre l'Allemagne et le Portugal. (…)

Il s'agit de sièges non permanents qui sont attribués tous les deux ans par un vote des pays membres de l'ONU.

L'Allemagne a remporté le premier siège de justesse en récoltant 128 votes contre 122 pour le Portugal et 114 pour le Canada, lors du premier tour pendant lequel chaque pays avait droit à deux choix.

Au second tour de vote, le Canada a obtenu 78 voix contre 113 pour le Portugal. (…)

C'est la première fois que le Canada subit un tel revers aux Nations unies lors des élections pour l'occupation des sièges non permanents au Conseil de sécurité de l'ONU.

En tout, cinq sièges non permanents devaient être pourvus mardi au Conseil de sécurité des Nations unies.

Les deux sièges que se disputaient l'Allemagne, le Canada et le Portugal étaient auparavant détenus par l'Autriche et la Turquie.

Les trois autres sièges non permanents à remplacer ont été attribués sans opposition. Ainsi, l'Inde a pris la place du Japon au Conseil pour la région de l'Asie, la Colombie a pris celle du Mexique pour l'Amérique latine et l'Afrique du Sud occupera le poste que détenait jusqu'ici l'Ouganda pour l'Afrique.

Des conditions moins enviables pour le Canada

Au cours d'un point de presse qui a suivi le vote, le ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, a attribué la défaite du Canada à des déclarations du chef de l'opposition Michael Ignatieff, et a évoqué la possibilité que la politique étrangère du Canada ait été en cause.

Depuis 1948, le Canada a toujours décroché un siège non permanent au Conseil de sécurité à chacune de ses candidatures.

La dernière fois que le Canada a siégé du côté des non-permanents remonte à 1998 pour une période de deux ans. Le ministre fédéral des Affaires étrangères de l'époque, Lloyd Axworthy, parcourait alors le globe pour faire valoir sa politique de sécurité humaine. M. Axworthy avait de plus participé à un traité d'interdiction de mines antipersonnel et à un traité créant la Cour pénale internationale.

La position controversée adoptée par le Canada à Copenhague sur la lutte contre les changements climatiques en 2009 n'est pas étrangère non plus à la réserve que certains pays de l'ONU ont pu entretenir lors du vote.

Des États membres de l'ONU n'ont pas aimé non plus l'appui sans concession du Canada à Israël en 2006 lors de son attaque du Liban, ni sa politique d'alignement avec les États-Unis. »

Sources : http://fr.ejpress.org/article/38816

 http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:gpGomVUQ03kJ:www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2010/10/12/007-canada-onu-siege.shtml+canada+conseil+s%C3%A9curit%C3%A9+onu&cd=2&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

 

 

Les commentaires sont fermés.