Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2010

DIFFICILE DE NOUS PRENDRE PLUS DELICATEMENT POUR DES CONS !

22.jpgLorsqu’Alain Jakubowicz, présentement président de la LICRA après avoir appartenu aux instances dirigeantes du CRIF, s’épanche dans les médias-Pravda, voilà ce que ça donne :

 

 « Alain Jakubowicz : hélas, le racisme anti-blanc existe!

 « Le combat antiraciste doit s’adapter à l’évolution profonde qu’a connue notre société, qui est allée à rebours de notre rêve de la voir expurgée des discriminations, explique Alain Jakubowicz. Ce rêve nous a conduit à la cécité, on n’a pas voulu voir la montée du racisme intercommunautaire, entre arabes et noirs, entre arabes et asiatiques. Et je n’aurais jamais imaginé, il y a encore quelques années, que l’on puisse faire un jour le constat d’un racisme anti-blanc. C’est terrible. Certains estiment qu’il ne faut pas en parler sous prétexte que cela fait le jeu du Front national qui exploite, c’est vrai, cela de manière honteuse, mais en même temps il faut dire les choses car on a culpabilisé à outrance trop de nos concitoyens ».

Stupéfiant d’hypocrisie et de toupet, non ? Et il continue de plus belle, acceptant apparemment – puisque les juifs sont à présent dans le collimateur, car ce sont eux, évidemment, les victimes du « racisme anti-blanc » – ce qu’il refusait avec horreur lorsqu’il s’agissait seulement des autres… « blancs »:

 
« Cette réalité a conduit depuis plusieurs mois la LICRA à réfléchir à une nouvelle approche de la question. « Comment bien connaître ces réalités inquiétantes ? poursuit Alain Jakubowicz . Toute l’histoire de la Licra nous conduit à être opposés aux statistiques ethniques, mais il faut faire des choix entre les maux et les mots, c’est pourquoi je crois possible de passer par des sondages pour faire la part entre le sentiment communautaire, privé et culturel, qui a toujours été acceptable en France et le vrai communautarisme, que l’on ne doit pas accepter, qui commence quand la loi du groupe supplante la loi de la République. Je ne sous-estime pas le danger de ce genre de sondages, mais ils peuvent permettent de mesurer selon les milieux l’importance réelle des opinions inquiétantes ».
 

Source :  http://www.marianne2.fr/Alain-Jakubowicz-helas-le-racisme...

 

Les commentaires sont fermés.