Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2010

LES OR(DURE)S DE LA REPUBLIQUE

Vous trouverez ci-après un texte vigoureux et pertinent de notre ami Jean-Luc Léopoldi (qui fut violemment pris à partie par l’amer Michel – voir blog du 19 septembre 2010), texte qu’il adresse à un certain nombre de médias du système.

 

Une pétition initiée par Paul-Eric Blanrue pour l’abrogation de la loi Gayssot circule en ce moment sur le net. Je sais bien qu’il y a du pour et du contre s’agissant des pétitions. Il n’en demeure pas moins qu’elles restent un moyen de parler et de faire parler d’un sujet. Et peut-être aussi de faire prendre conscience de certaines réalités à des gens qui n’avaient pas encore percuté.

 

 

"JOURNALISTES= MENTEURS, FALSIFICATEURS, DISSIMULATEURS, DESINFORMATEURS, ... NEGATIONNISTES !

 

 

Depuis le mois dernier, toute la clique des journaleux de la télé, de la radio et autres nous bassine avec les élections bidon et le martyre des "dissidents" emprisonnés en Birmanie, et ironise sur notre flirt économico-cynique avec la chine qui, paraît-il, ne respecte pas les mythiques "droits de l'homme"... Comme si nous les respections! On montre quelques poignées de braillards venus agiter des pancartes et des petits drapeaux tibétains sous le nez du Président chinetoque.

 

Mais il ne viendrait pas à l'idée de tous ces faux jetons de balayer devant notre porte. Pourtant, ici, en 2010, sous leur république, il y a des prisonniers politiques. Les Tartuffes de toutes les chaînes égrènent inlassablement les jours de détention d'Hervé Ghesquière et Stéphane Taponier (lesquels certes méritent notre compassion mais exercent un métier réputé à risques, surtout quand on suit une armée supplétive d'une agression américaine contre un pays qui ne menace pas notre patrie), mais se gardent bien de dire que Vincent Reynouard, un intellectuel, père de 8 enfants (qui, lui, n'avait pas choisi un métier dangereux), a entamé sa 17ème semaine à la prison de valenciennes  pour avoir... écrit 16 pages !... qui déplaisaient au véritable gouvernement de la France: le CRIJF. Oui, vous avez bien lu: pour délit d'opinion ! A Valenciennes, chez les Chtis, en France !

 

Cette même république des "droits de l'homme" qui fusillait des écrivains pour délit d'opinion en 1945 (nous ne t'oublions pas, Robert), continue aujourd'hui à bafouer ses propres principes en les embastillant car, entre temps, elle a aboli la peine de mort pour protéger les vrais criminels, qu'elle adore, surtout quand ils sont étrangers. La plupart de nos compatriotes ignorent encore qu'une loi de 1990, la loi Gayssot, décrète la vérité historique et interdit le débat et le doute scientifique, sous peine d'amende et d'incarcération. Autrement dit, la Gueuse 5ème du nom et ses répugnants laquais de la presse se comportent exactement comme le régime Nord-coréen ou l'Italie du temps de Galilée, avec une bonne dose d'hypocrisie en plus.

 

Vincent est condamné à 1 an ferme. Faites-le savoir à tous les moutons autour de vous."

 

Pour en savoir plus, ou même pour agir en signant la pétition, allez sur le blog:

http://abrogeonslaloigayssot.blogspot.com/

 

Commentaires

À propos de la visite en France du grand démocrate chinois, tentons, chers amis (si vous le voulez bien), d'imaginer le dialogue entre notre bien-aimé Président et son homologue extrême-oriental Hu Jintao. C'est Sarko qui cause (c'est TOUJOURS Sarko qui cause) :

Bon, alors écoute, Hu (tu permets que j't'appelle Hu, hein ?), tu sais que l'obsession de ces cons de Français, c'est les droits de l'homme. Alors, déjà qu'ça coince un max pasqueu j'te reçois en grandes pompes, si en plus, j'te cause pas des droits de l'homme, ça va être ma fête dans ce pays de bouffons, qui me kife de moins en moins (ça t'ennuie pas si j'te tape dans le dos en te postillonnant dans l'oreille ?). Alors, voilà, tu vois : je te parle officiellement des droits de l'homme. Tout comme toi, j'm'en bats les génitoires, des droits de l'homme, parce que tout comme toi, n'y a qu'les affaires et le gros pognon qui me branchent (mate un peu ma Rolleix offerte par Carlina : pas de la camelote made in Chinetokland, ça, hein ? Hahaha ! Faut dire qu'elle est pétée de thunes, ma douce et tendre !). Mais bon, fallait que j't'en cause, à ce qu'il paraît, alors voilà, c'est fait : je pourrai dire à tous ces bâtards de leur race que j't'ai causé des droits de l'homme, et p'têt qu'ils voudront bien me lâcher la grappe avec ces salades. Maintenant, Hu, si on passait aux choses sérieuses, pour changer ? Ma petite rétro-com sur la vente des Airbus, ça se monterait dans les combien, à peu près, mmmmmm ??.......... (Si tu veux, on peut se rouler une pelle avant de poursuivre ... Non ? Pas grave, c'est comme tu le sens.)

Écrit par : Martial | 07/11/2010

"une loi de 1990, la loi Gayssot, décrète la vérité historique et interdit le débat et le doute scientifique, sous peine d'amende et d'incarcération"

D'après ce que j'ai compris, la loi Gayssot permet à la Licra de nous imposer des amendes et peines de prison, mais personne ne sait à l'avance ce qu'on a le droit de dire ou pas. Pour le savoir, il faut dire un truc, et attendre de voir si on est condamné.

Ce qui serait pratique serait que le ministère de la justice décrète réellement la vérité sur son site internet: combien il y a eu de morts, de quelle façon, pour quels motifs, et qui sont les responsables. Mais comme le but est de nous faire taire, c'est vrai que c'est plus efficace de nous garder dans l'incertitude.

Écrit par : Nominoé | 08/11/2010

Bravo à Nominoé, dont la remarque est particulièrement judicieuse ! En effet, laisser les accusés potentiels dans le doute quant à ce qui leur est permis ou interdit est un truc imparable. Et si je ne m'abuse, ce truc était d'application courante sous le stalinisme pur et dur. Cela tiendrait-il au fait que la loi en question a été concoctée par un néo-stalinien ?... Seuls des malveillants pourraient insinuer une pareille infamie !

Écrit par : Martial | 08/11/2010

C'est un peu le principe des "listes noires" du TPI . Personne ne sait au juste s'il s'y tourve ou pas.

Écrit par : Fred | 09/11/2010

Les commentaires sont fermés.