Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2010

LOBBYS PRO-ISRAELIENS EN EUROPE – 7

Nous allons reprendre notre petit tour d’horizon des organisations sionistes et/ou « antiracistes » gravitant autour de l’Union européenne. Qui se lamente en ce moment-même de devoir se serrer la ceinture. Puisqu’il faut tailler dans les dépenses, peut-être serait-il judicieux de commencer par supprimer tous ces machins coûteux et inutiles qui n’ont été créés que pour complaire à certains groupes?

 

images.jpg7 -  L’Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (European Union Agency for Fundamental Rights - FRA)

 

Elle existe depuis 2007, mais n’est qu’un développement, si l’on peut dire, de ce qui existait précédemment sous le nom d’Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes (European Monitoring Centre on Racism and Xenophobia, EUMC), installé à Vienne. Nous allons très vite rencontrer le sionisme car l’EUMC remonte à 1994, date à laquelle l’UE créa une commission consultative sur le racisme et la xénophobie, également connue sous le nom de commission Kahn, d'après le nom de son président Jean Kahn. Qui n’était autre que le président du CRIF à l’époque. C’est cette commission qui fut à l’origine de la création de l’Observatoire, dont Kahn fut le premier président. Il s’agissait de fournir des données « objectives, fiables et comparables » sur les phénomènes racistes et xénophobes partout en Europe afin d’aider les technocrates à prendre les mesures adéquates.

 

Le Prix Jean Kahn fut créé dans la foulée « en vue de favoriser la diversité et de couronner une contribution d'exception dans la lutte contre le racisme et la discrimination en Europe. » 

 

Tout cela constituait un bon début, mais d’aucuns jugeaient que l’on pouvait faire mieux. C’est pourquoi en 2007 le Conseil de l’UE décida d’aller plus loin: « Il y a donc lieu de créer, en développant l'actuel Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes, une Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne qui fournirait aux institutions et aux autorités compétentes de la Communauté et aux États membres, lorsqu'ils mettent en œuvre le droit communautaire, des informations, une assistance et des compétences en matière de droits fondamentaux, afin de les aider à respecter pleinement ces derniers lorsque, dans leurs domaines de compétence respectifs, ils prennent des mesures ou définissent des actions. » 

 

Voilà pourquoi l’EUMC a cédé il y a trois ans la place à la FRA qui reste basée à Vienne. Les éminences eurocratiques étaient aux anges lors de l’inauguration et le vice-président de la commission, Frattini, déclara: "Il nous faut promouvoir les droits fondamentaux si nous voulons bâtir une Europe dont nous pouvons tous être fiers; une Europe riche de sa diversité, dont les citoyens vivent intégrés et côte à côte dans une société débarrassée des inégalités entre les sexes, les races, etc. Nos concitoyens y sont largement favorables, puisqu'une récente étude montre que 73% d'entre eux souhaitent davantage de décisions au niveau de l'Union sur la promotion et la protection des droits fondamentaux. La nouvelle agence sera l'un des instruments clés à cet égard."

 

Il y a gros à parier que ces 73% de concitoyens européens souhaitant la protection des droits fondamentaux sont loin d’y mettre le même contenu que les commissaires de Bruxelles. Il suffit de voir comment sont traitées les aspirations et les volontés populaires lorsqu’elles ont le front de s’écarter de la pensée dominante.

 

 http://www.fra.europa.eu/fraWebsite/home/home_en.htm

Commentaires

Si j'ai bien compris :

Agence des Droits Fondamentaux = successeur de l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes = émanation de la Commission sur le Racisme et la Xénophobie = Commission Kahn (président du CRIF)

--
J'en conclus que tout le blabla sur les droits fondamentaux qu'on trouve dans la nouvelle constitution européenne (rejetée par référendum, mais adoptée quand même) est en grande partie d'inspiration CRIFienne.

Or, quand on lit la constitution de l'Union Européenne (traité établissant etc...), on constate que c'est une constitution immigrationniste. Les soi-disant droits fondamentaux et les soi-disant valeurs fondamentales de l'UE s'adressent principalement aux non-européens qui aimeraient s'installer chez nous. C'est seulement à l'époque du référendum de 2005 que je m'étais rendu-compte de cette dérive de l'UE.

Maintenant, je comprends mieux comment les institutions de l'Union Européenne sont soudain devenues immigrationnistes. Et je soupçonne les mêmes idéologues d'être à l'origine de la propagande homosexuelle de l'UE en Pologne et en Lituanie (avec leur camion peint en jaune “pour la diversité et contre les discriminations”).

Écrit par : Nominoé | 21/11/2010

Les commentaires sont fermés.