Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/10/2010

ISRAEL TRIBUTAIRE DES USA, TOUT COMPTE FAIT ?

L’Institut de Planification Politique du Peuple Juif (The Jewish People Policy Planning Institute – JPPPI) a été créé en 2002 et fonctionne comme un organisme de prospective et de stratégies relatives au devenir du peuple juif. Il est actuellement présidé par Dennis Ross, également conseiller spécial d’Obama et ne compte que des membres de très haut niveau.

C’est lors d’une conférence de cet Institut, tenue cette semaine à Jérusalem, que le président de l’Etat hébreu, Shimon Peres, s’est exprimé en des termes qui ont déchaîné une très vive réprobation. Les plus modérés lui conseillent de prendre sa retraite dans les plus brefs délais. Pensez, affirmer publiquement une chose aussi affolante que celle-ci: "Israël a besoin des Etats-Unis" est une marque de sénilité bien avancée. Pourtant, pour faire passer la pilule, il a fait miroiter la perspective, une fois réglé ce conflit "secondaire" qui empoisonne néanmoins le monde depuis soixante ans, d'une vaste coalition anti-iranienne, mais cette option n'a pas trouvé grâce aux yeux de ses critiques. C'est qu'ils veulent ça en plus, de toute façon.

La plupart des sites juifs reprennent l’article avec indignation et les commentaires sont à l’unisson. Tous semblent nettement préférer entendre Sharon lorsqu’il déclarait avoir les USA « sous contrôle ». C’était le bon temps, les nuages s’amoncellent à présent. Et Israël, quoi qu’il s’en défende, risque bien d’être obligé, sous les pressions américaines, de lâcher du lest. Tous des antisémites, ces Américains. Et surtout Obama.

 

images.jpg« Peres : « nous ne pouvons pas exister sans les Etats-Unis »

 

« Le président déclare qu’Israël peut permettre aux Etats-Unis de construire une coalition anti-iranienne en terminant le « conflit secondaire » avec les palestiniens : « nous ne pouvons pas donner en retour aux Etats-Unis ce qu’ils nous donnent, mais à notre petit niveau, nous pouvons les aider. »

 

Shimon Pères renoue ainsi avec ses vieux démons, une soumission complète à ce qu’il considère comme une force protectrice, et un éloignement dramatique, non seulement de l’histoire, mais surtout de l’essence de ce qu’il est censé représenter. Deux rappels historiques, pour celui qui ridiculise un peu plus aujourd’hui le mot « Israël » : les juifs ne peuvent se passer de l’aide de D.ieu, et lorsqu’ils le font, les résultats, à l’image du siècle dernier, sont dramatiques. Historiquement parlant aussi, ce n’est que quand les Etats-Unis ont commencé à soutenir Israël au début des années 1970, qu’Israël a commencé à rencontrer des sérieux problèmes dans ses guerres. Mettre la confiance du peuple juif dans quelques dollars a pour ce dernier des résultats catastrophiques, que Pères tant à provoquer une fois de plus.

 

Shimon Pères a ainsi déclaré qu’Israël ne peut survivre sans l’aide des Etats-Unis, une déclaration faite lors d’une conférence à Jérusalem, organisée par l’Institut de Planification Politique du Peuple Juif jeudi.

 

Pères a déclaré que « pour notre existence, nous avons besoin de l’amitié des Etats-Unis d’Amérique. » Au moins, Pères n’a pas eu l’indécence de parler de l’amitié d’Obama.

 

En parlant de la manière dont Israël peut donner en retour aux Etats-Unis, il a dit que « alors que les Etats-Unis essayent de comprendre les besoins sécuritaires d’Israël, nous israéliens, devons comprendre les besoins des Etats-Unis en matière de sécurité. » Il a poursuivi : « nous ne pouvons pas donner en retour aux Etats-Unis ce qu’ils nous donnent, mais à notre petit niveau, nous pouvons les aider. »

 

S’adressant au sujet des deux plus grandes questions qui se trouvent sur l’agenda israélien, et américain, Pères a déclaré qu’Israël pourrait être utile aux Etats-Unis en permettant « une coalition anti-iranienne au Proche Orient, et la contribution ne doit pas se faire par des déclarations, mais si nous mettons fin au conflit secondaire entre nous et les palestiniens, » afin de permettre aux Etats-Unis de se concentrer sur la menace iranienne. Il semble que Pères a aujourd’hui largement dépassé l’âge de la retraite. Pères considère aujourd’hui que non seulement Israël ne doit compter que sur les Etats-Unis pour trouver une solution au problème iranien, mais propose de régler le conflit que les palestiniens imposent à Israël depuis près de 70 ans uniquement pour que les Etats-Unis et ses dirigeants dorment plus tranquillement.

 

Revenant un moment sur terre, Pères a également parlé de la politique étrangère de l’ancien président des Etats-Unis au Proche Orient, disant qu’il apprécie « les tentatives de George Bush d’exposer les pays arabes à la démocratie, mais est-ce possible ? » Pères a expliqué sa pensée, ajoutant qu’il est « très difficile de venir chez un roi (un dictateur, ndlr) et de lui dire d’aller vers des élections. » Il a rajouté penser que les musulmans doivent être en mesure de choisir leur propre voie… dommage qu’il n’en souhaite pas tant au peuple juif. »

 

Source : http://www.juif.org/diplomatie-moyen-orient/139728,peres-...

Commentaires

La puce peut-elle exister sans le chien ? Le taon sans la vache à lait ?

Écrit par : Martial | 22/10/2010

Les commentaires sont fermés.